Le partage le nerf de ma guerre. Nouveau paradigmes, soyons la révolution.
 
AccueilPortailRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez
 

 Les médicaments sont la troisième cause de décès

Aller en bas 
AuteurMessage
Speranza

Speranza

Messages : 415
Points : 654
Réputation : 12
Date d'inscription : 17/03/2015
Age : 34
Localisation : Au coeur d'une Foret

Les médicaments sont la troisième cause de décès Empty
MessageSujet: Les médicaments sont la troisième cause de décès   Les médicaments sont la troisième cause de décès EmptyLun 23 Mar - 11:28

( Texte d'introduction et mise en page du dossier réalisé par Akasha )


Bonjour mes frères & sœurs Les médicaments sont la troisième cause de décès Herz
Si vous voulez vivre vieux et en bonne santé, ils vous sera nécessaire de vous méfiez de la médication excessive...De ne pas tombé dans le travers de prendre des médicaments sans raison, de se méfier de ce que l'on vous prescrit...Car bien des bobos peuvent être soigner ou prévenu par une bonne alimentation, et certains remèdes naturels...De bien entendu il ne s'agit pas de tomber dans l'extrême inverse, c'est-à-dire d'occulter totalement les médicaments, il y a bien des cas ou ils sauvent des vies...Le but n'est pas le boycott totale et de renier le progrès, mais d'être bien conscient de ce que l'on fait et consommons. Ainsi de comment fonctionnent les lobby's pharmaceutiques et quelles sont leurs priorités !

Voir aussi : Comment bien se nourrir : la diététique pour une alimentation équilibrée et salutaire

Information primordial pour la santé
Akasha
.


Les médicaments sont la troisième cause de décès

Les médicaments sont la troisième cause de décès M_140119st

Manipulation des données (par le Dr Barrette aussi), corruption, faillite éthique, capture réglementaire, précipice fiscal. Les compliments sortent dru et décoiffent. « Nous avons confié la banque aux bandits ! », conclut le Dr Fernand Turcotte en faisant allusion aux compagnies pharmaceutiques, administrateurs et autres marchands du temple qui ont pris le contrôle du système de santé dans l’ensemble des pays riches.

Nos institutions publiques, destinées à protéger la collectivité, servent désormais des intérêts commerciaux et privés. Les médecins sont devenus des pushers de tests de plus en plus pointus et de médicaments coûteux, encouragés par les patients qui veulent piger dans le buffet « à volonté » et par un establishment frileux qui craint les poursuites. Je caricature à peine.


En gros, la santé hérite de presque la moitié de nos impôts. Et nous sommes victimes de politiques à courte vue alors que nous aurions besoin du télescope Hubble pour prendre une distance.
Devant moi, j’ai deux électrons libres qui connaissent à fond les rouages de notre système de santé, qu’ils rebaptisent « système de maladie ». L’une est éthicienne clinique (formation en droit, en communications et en bioéthique), l’autre est retraité de l’enseignement, cofondateur du département de médecine sociale et préventive à l’Université Laval, un bonze de la santé publique.

Delphine Roigt fait partie d’une « secte de sages » qui compte une dizaine de membres principalement affiliés au réseau hospitalier au Québec. Le Dr Fernand Turcotte, lui, a pris sa retraite, il y a dix ans, pour se consacrer à la traduction de livres de vulgarisation médicale sur les abus du système.

À 73 ans, le Dr Turcotte est l’un des rares médecins à s’indigner des excès de notre business médical subventionné et « gratuit ». Son cheval de bataille ? Le surdiagnostic. On l’invite dans les congrès de médecins pour en discourir ; son franc-parler et sa crédibilité scientifique font le reste.

Selon le président de l’Association médicale du Québec, le Dr Laurent Marcoux, cité dans le magazine L’actualité de septembre dernier, le surdiagnostic représenterait cinq milliards de dollars sur un budget qui compte plus de 30 milliards au Québec. Aux États-Unis, on estimait les pertes entre 158 et 226 milliards en 2011. Qui dit surdiagnostic dit surtraitement et surmédication, voire mortalité. « Les médicaments sont la troisième cause de décès après les maladies cardiovasculaires et les cancers », martèle le doc Turcotte, qui traduit en ce moment un livre sur les médicaments et ce qu’il baptise le « crime organisé ».

« Quand un phénomène de santé est lié à un développement technologique, méfiez-vous ! On inflige du surdiagnostic ! » Mme Roigt opine : « Des patients me disent : “ Si j’avais su que c’était ça, un pacemaker, je m’en serais passé. ” On ne les avait pas informés des effets secondaires. Et c’est malheureusement vrai dans d’autres cas. »


Tant que ce n’est pas brisé, on ne répare pas


Certains économistes prévoient une croissance de 100 % du budget de santé au Québec d’ici 2030. Selon le docteur Turcotte (et les médecins américains qu’il traduit), nous avons tout faux en ciblant le vieillissement de la population pour expliquer la flambée des coûts à venir. Nous avons associé vieillissement et dépistage systématique, d’où la dérive actuelle.

S’il était ministre de la Santé, le Dr Turcotte abolirait tous les examens annuels sur des bien portants, toutes les campagnes de vaccination antigrippale, tous les tests de dépistage systématique (le mot est important) de cancer du sein, de la peau, de la prostate ou du côlon.

Des tests parfaitement inutiles, selon lui, puisque la courbe de mortalité demeure presque inchangée, tests ou pas. Côlon ou seins, à titre d’exemple, on réchapperait cinq patients sur 1000 personnes testées par période de dix ans. Évidemment, quand c’est toi la statistique trouble-fête, ça change tout… je parle en connaissance de cause.

Pour le cancer de la prostate, un homme sur 1000 en mourrait prématurément. Les 999 autres décèdent avec leur cancer, mais pas à cause de lui. « Le traitement est souvent pire que la maladie, croit le médecin. Depuis 1992, on a les études qui démontrent que les mammographies sont inutiles. Même chose pour la prostate : ça fait bientôt six ans qu’on dispose de preuves en platine que ces tests (PSA) devraient être arrêtés. Tous les hommes de plus de 60 ans ont un cancer de la prostate, mais il va se développer tellement lentement que ça va nous faire mourir après notre mort. »

Mon grand-père est mort de sa belle mort à 96 ans avec son cancer de la prostate en sourdine. Si j’avais une prostate, je souscrirais entièrement à l’approche non interventionniste du Dr Turcotte. « Compte tenu des efforts investis pour faire peur au monde avec le cancer, cela va prendre des efforts de longue durée pour réparer les torts faits par notre démagogie. »

Selon lui, les départements d’oncologie sont les secteurs les plus corrompus du système parce que les patients paniqués sont prêts à prendre et à faire n’importe quoi, même avec des taux de succès de 3 % à la clé.

« J’ai eu à régler un cas où la CSST obligeait un patient à subir une chimio qu’il refusait, mentionne l’éthicienne clinique. S’il la refusait, c’est qu’il n’était pas malade, donc, on lui coupait ses prestations… »


Ce qu’on ne sait pas ne nous fait pas mal

Delphine Roigt et le Dr Turcotte s’entendent parfaitement sur l’histoire de cas et le traitement : les médecins sont pris dans un étau qui les force à prescrire quelque chose et les patients sont à responsabiliser et à éduquer. « Le médecin se sent incompétent s’il n’a rien à offrir au patient. De plus, il ne s’estime pas appuyé par ses collègues ou l’administration s’il exerce son jugement et décide qu’un traitement ne s’applique pas », souligne l’éthicienne.
« Nous n’avons pas les moyens financiers de tout offrir à tout le monde, tout le temps », insiste le Dr Turcotte.

Autrement dit, ce n’est pas parce que le médicament ou le test existe que vous devriez vous en prévaloir. Au contraire, même. Le doc est coupant comme un scalpel : « Les médecins sont naïfs et se font rouler dans la farine. On leur ment sur l’efficacité des médicaments. Quant aux pharmaceutiques, je ne les crois plus car nous n’avons pas accès aux données primaires ; ce sont des secrets industriels. Ils racontent ce qu’ils veulent. »

Un ticket modérateur avec ça, docteur ? « Oui, et ce devrait être aux médecins de le payer — pas aux patients — pour toutes les demandes futiles et tests inutiles. Le médecin est le seul à détenir l’information. »

En plus de se faire traiter de paresseux, on leur reproche de gaspiller ; c’est assez pour rendre malade.

Source: Le Devoir

_________________
...Speranza, Prima Chi Nasce Ultima Chi More...
...L'espoir, Premier a Naitre Dernier a Mourir...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.weonlypass.com
orné

orné

Messages : 792
Points : 1288
Réputation : 38
Date d'inscription : 17/03/2015
Age : 46
Localisation : Où ça ?

Les médicaments sont la troisième cause de décès Empty
MessageSujet: Re: Les médicaments sont la troisième cause de décès   Les médicaments sont la troisième cause de décès EmptyJeu 26 Mar - 14:44

Nouveau post :

Seuls 151 médicaments du marché seraient réellement utiles

Les médicaments sont la troisième cause de décès Medicaments-bientot-en-vente-libre-id493

Ho ben ça c’est bizarre, des tas de médicaments qui ne serviraient à rien sauf à remplir les caisses de certains labos pharmaceutiques! Quelle surprise….




Le magazine Science et vie dévoile la liste des médicaments réellement essentiels établie par des médecins internistes et généralistes. Au final, seuls 151 médicaments sur les 5 000 disponibles sur le marché suffisent à soigner 95% des maladies observables en France.

151, c’est le chiffre exact de « médicaments essentiels » nécessaires et suffisants pour traiter 95% des pathologies dont souffrent les Français. Dévoilée dans le nouveau magazine Science et Vie, cette liste émane d’un groupe de 10 médecins internistes et de 14 généralistes, qui ont tiré les conclusions de la littérature scientifique et de leur propre expérience.

Qualifiée de « percutante » par le magazine scientifique, cette proposition de liste pourrait faire mouche, dans un pays où plus de 5 000 médicaments sont disponibles en pharmacie et où la consommation de médicaments est supérieure de 40% à celle observée chez nos voisins européens.

Pour élaborer ce rapport, chaque médecin a établi une liste contraignant de 100 médicaments leur « paraissant essentiels pour traiter (en ville et/ou à l’hôpital) les pathologies observées chez l’adulte en France, en excluant les vaccins et les traitements spécifiques éventuels des maladies rares », peut-on ainsi lire dans l’article.

Recoupées par la suite et éclairée à la lumière des études scientifiques sur le sujet, les médecins en ont conclu que seuls 151 médicaments disponibles sur le marché français seraient réellement utiles. « Rationalité et bonne pratique sont donc les deux piliers de leurs choix, et il ne leur a pas été demandé de prendre en compte le prix des traitements », déclaré à Science et Vie le Pr Michel Thomas, médecin interniste à l’Hôpital de Bobigny à l’origine de l’initiative.

Article en intégralité sur Top Santé

À revoir, pour ceux qui souhaiteraient aller plus loi:


Industrie pharmaceutique: les inventeurs de maladies:

Comment l’industrie pharmaceutique fabrique des malades à grand renfort de marketing avec la complicité des autorités et des médecins.

Jusque dans les années 1980, l’industrie pharmaceutique orientait ses efforts vers la guérison des maladies existantes, même si les pathologies affectant les populations pauvres, comme la malaria, étaient négligées parce que peu rentables. Désormais, la tendance s’est inversée. Pour garantir leurs retours sur investissement et recycler leurs médicaments, les firmes inventent des pathologies sur mesure, si possible chroniques. Une publicité déguisée en information médicale, doublée d’un intense lobbying, se charge de les « vendre » au grand public et aux praticiens. Ce film – auquel l’industrie a refusé de participer – démonte les mécanismes d’une médecine sous l’emprise du marché.

Comment augmenter la consommation de médicaments ? En abaissant par exemple la norme du taux de cholestérol afin de promouvoir des molécules, qui, prises sans nécessité, comportent des risques sanitaires. Ou en décelant dans la population féminine une nouvelle forme de dépression cyclique (le « syndrome dysphorique menstruel »), traitée avec une version du Prozac rebaptisée. D’astucieux stratèges ont aussi fait décoller le marché des antidépresseurs au Japon, où la dépression constituait un état rare, en popularisant le « rhume de l’âme ». De la « dysfonction érectile » au « trouble bipolaire », une analyse décapante qui permet de mesurer, au gré des spots TV et des sites « d’information », le marketing du diagnostic et son pouvoir.


Les médicamenteurs:


Documentaire de 52mn de Stéphane Horel, Annick Redolfi et Brigitte Rossigneux. France 5 (2008).
Le médicament : enfin un domaine où personne ne détrônera la France. Les Français sont-ils vraiment plus malades que le reste de l’humanité ? Ou bien y a-t-il d’autres explications à cette boulimie ?
En mêlant interviews de fond et séquences d’animation en pâte à modeler, ce documentaire embarque les téléspectateurs dans le parcours du médicament au sein du système de santé français. Matérialisée par le décor d’une ville médicament, Pharmacity, cette promenade guidée ne néglige aucune étape. Des essais cliniques à la mise sur le marché, de l’évaluation thérapeutique à la fixation du prix, du matraquage marketing aux effets secondaires subis – en bout de chaîne – par les patients, les pouvoirs publics et l’industrie pharmaceutique y sont questionnés sans détours sur leurs responsabilités.


Vu sur lesmoutonsenragés
Revenir en haut Aller en bas
 
Les médicaments sont la troisième cause de décès
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les médicaments sont la troisième cause de décès
» Qui sont les 144 000 ?
» Que sont les OVNIs ?
» “80% des journalistes sont de gauche, 40% d’extrême-gauche
» Quels sont les effets du magnétisme sur les choses, nous, la terre et l’univers au complet ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fils de la loi de UN :: Santé :: Conscient des Faits :: Grippes / Virus / Lobby pharmaceutique-
Sauter vers: