Le partage le nerf de ma guerre. Nouveau paradigmes, soyons la révolution.
 
AccueilPortailRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez
 

 Nécronomicon (le film) de Christophe Gans, Shusuke Kaneko, Brian Yuzna

Aller en bas 
AuteurMessage
Akasha

Akasha

Messages : 1534
Points : 2728
Réputation : 50
Date d'inscription : 17/03/2015
Age : 42
Localisation : par là tout droit

Nécronomicon (le film) de Christophe Gans, Shusuke Kaneko, Brian Yuzna Empty
MessageSujet: Nécronomicon (le film) de Christophe Gans, Shusuke Kaneko, Brian Yuzna   Nécronomicon (le film) de Christophe Gans, Shusuke Kaneko, Brian Yuzna EmptyDim 2 Aoû - 4:35

Necronomicon (le film)

de Christophe Gans et Brian Yuzna (1993)

Synopsis et chronique

Nécronomicon (le film) de Christophe Gans, Shusuke Kaneko, Brian Yuzna 5000_article

Et si je vous parlais d’une série B purement lovecraftienne, réunissant les talents de Christophe Gans et Brian Yuzna, seriez vous content ? Je pense que oui, les réalisateurs ayant chacun fait leurs preuves dans des domaines différents (pour Yuzna, je vous renvoie chez Naveton, qui en a déjà décortiqué quelques uns…). Le premier effort de Christophe Gans pour le cinéma prend la forme d’un court métrage à budget très limité, et auquel il réussit à imprimer son style. C’est probablement grâce à son talent que Necronomicon a été édité en dvd en France, et le résultat a clairement de quoi satisfaire les bisseux.
L’histoire : ce film contient 3 segments, raccordés par une histoire où Lovecraft explore le Necronomicon, livre des morts écrit par l’arabe fou Alhazred, et s’en inspire pour ses nouvelles… La première histoire s’intéresse à un homme venant visiter son héritage : une vieille maison près d’une falaise. La seconde s’intéresse à une femme qui raconte à un journaliste curieux sa jeunesse. La troisième est une course infernale pour attraper un psychopathe sanguinaire.

Nécronomicon (le film) de Christophe Gans, Shusuke Kaneko, Brian Yuzna Necronomicon+face+rip




Tout d’abord, le traitement objectif (car ayant adoré l’œuvre en question, je sais que je risque de terminer sur des éloges). Le film accuse le coup en ce qui concerne son budget, et pas mal d’effets spéciaux seront donc au mieux convenables, au pire immondes (le passage dimensionnel derrière le coffre, les monstres du troisième morceau…). Le jeu des acteurs, très théâtral et assez exagéré (le moine gardien de la bibliothèque est un bel exemple) sonne souvent comme maladroit, même si le message passe au final. Enfin, il faut pouvoir tolérer la mise en forme du film (le film à sketch), et accepter d’être fréquemment déraciné pour découvrir autre chose. A part cela, si on est réceptif à l’ambiance à l’ancienne du film d’horreur sympathique, qui utilise des clichés en croyant à ce qu’il raconte, on prendra un pied non dissimulé.
En effet, l’histoire nous propose carrément le personnage de Lovecraft comme héros de la trame principale, ce qui ne manquera pas de réjouir les fans de ses écrits, même si le personnage n’est pas forcément bien mis en scène. Le premier chapitre, Les noyés, a été réalisé par Christophe Gans. Dès le départ, on sent comme un vent de romanesque qui imprime la pellicule, les personnages affichant tous une certaine classe. Si le budget fait défaut pour la scène de l’accident (le cliché étant énorme, mais fonctionnant), les décors de la maison sont convaincants, et l’apparition finale, certes prétentieuse, mais non moins jouissive, de Cthulhu lui-même, apporte un certain charme à l’ensemble. Partant du drame passé, évoluant vers un discours à la Simettière en très différent, l’intrigue fantastique m’a totalement absorbé, et même si on sent que le budget n’était suffisant, on voit que Christophe a fait du bon boulot. Ses interviews dans les bonus dvd sont d’ailleurs très intéressantes puisqu’elles décrivent bien le réel enfer qu’a été ce tournage.
Le second morceau a été réalisé par Shusuke Kaneko. Il retrace au passé l’histoire d’une jeune étudiante qui découvre peu à peu la nature des activité de son étrange voisin de l’étage, sorte de docteur Frankenstein tentant de préserver son organisme par cryogénie. Ce chapitre est le plus faible du film, n’apportant pas vraiment de nouveauté par rapport au thème du docteur fou (qui tombe amoureux de l’étudiante). Après une histoire un peu chiante mais qui se suit, on a droit à une scène d’effet spécial assez impressionnante, qui nous rappellerait presque un Retour des morts vivants 3 pour son impact dans le gore, à la limite du ridicule, mais sacrément bien fait. Certes mineure, cette histoire a sa place dans l’imaginaire de Lovecraft, et c’est dans cette veine que nous retrouvons Re-animator, une merveille dans le genre.
Enfin, le dernier segment remporte clairement mon prix d’enthousiasme, puisqu’il s’essaye au thriller glauque et malsain au possible, en terminant dans une conclusion qui rappelle en droite ligne Midnight meat train. Si les personnages surjouent encore et ne disent pas toujours des choses importantes, le rythme suffisamment rapide (on ne souffle jamais longtemps) et le jusqu’auboutisme dans le glauque impressionnent malgré le kitch de la situation. Le seul élément qui nuise vraiment à l’histoire, ce sont les effets spéciaux des monstres, qui sont totalement ratés quand elles sont incrustées en post prod. Complètement immoral, vicieux, ce dernier chapitre frappe très fort, et on pourra même le trouver impressionnant, si on garde son sérieux en face du ratage technique.
On passera presque sous silence la conclusion, qui si elle nous donne là encore son lot d’images fortes et de gore caoutchouteux (les effets spéciaux font là aussi peine à voir), ne conclut pas avec génie cette plongée dans l’imaginaire Lovecraftien. Tout compte fait sympathique, c’est un film bis qui ne cherche qu’à divertir son public sans être trop prétentieux, qui compense les déceptions par quelques effets spéciaux jubilatoires. Probablement moyen pour la plupart des spectateur, mais ce film reste dans ma catégorie « précieux »…

6/6

de Christophe Gans, Shusuke Kaneko, Brian Yuzna
avec Jeffrey Combs, Bruce Payne


http://voracinephile.over-blog.com/article-necronomicon-74130433.html

Nécronomicon (le film) de Christophe Gans, Shusuke Kaneko, Brian Yuzna Necronomicon_by_nippur
Revenir en haut Aller en bas
 
Nécronomicon (le film) de Christophe Gans, Shusuke Kaneko, Brian Yuzna
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 1492 le film
» 2009: Le 19/03 vers 22h30 - observation etrange apres le film - Gap - (05)
» Abraham (Film)
» Le pere Verlinde s'exprime sur le film:Le Rite
» (1952) Ovni/Ufo l'affaire du film couleur de Tremonton Utah

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fils de la loi de UN :: Films, Documentaires et Vidéos :: Films Suggérer-
Sauter vers: