Le partage le nerf de ma guerre. Nouveau paradigmes, soyons la révolution.
 
AccueilPortailRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Anton Parks : « La Dernière Marche des Dieux sur les pas des survivants de l’archipel atlante »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Akasha

avatar

Messages : 1534
Points : 2728
Réputation : 50
Date d'inscription : 17/03/2015
Age : 40
Localisation : par là tout droit

MessageSujet: Anton Parks : « La Dernière Marche des Dieux sur les pas des survivants de l’archipel atlante »   Mar 22 Mar - 20:39

Bonsoir mes frères & sœurs  I love you
je suis comme vous le savez une grande passionnée des anciennes civilisations et de notre savoir perdu. Un savoir qui était basé sur l'esprit avant la matière, celui-si interférait sur la matière et non l'inverse, un savoir basé sur la vie, la nature et les énergies. Depuis que notre savoir est désormais basé sur le matérialisme rien ne va plus...Nous devons nous réapproprié les anciennes connaissances, renouer avec la tradition tout en les adaptant avec notre présent pour un meilleur future. Actuellement chez les auteurs qui a part Anton Parks en parle aussi bien de notre savoir perdu ? Je vous proposes en trois partie un long interview de l'auteur des Chroniques de Ğírkù. Voici donc sans plus attendre la 1er partie, bonne découverte !
Akasha.


Anton Parks : « La Dernière Marche des Dieux sur les pas des survivants de l’archipel atlante »



Interview 2014


Surpris. Nous le sommes de nouveau avec ce dernier opus de l’auteur des Chroniques du Ğírkù. Il confirme une fois de plus qu’aucun de ses bouquins ne se ressemble. Son premier essai, Le Testament de la Vierge, nous avait démontré dans un travail pointu de mythologie comparée que les premiers auteurs des religions du Livre avaient plagié les mythes de Sumer et de l’Égypte antique. Eden, le second essai, avait prolongé ces recherches par le décryptage des tablettes de Nippur (ville de l’ancienne Mésopotamie) qui décrivent ni plus ni moins que les premiers chapitres de la Genèse et la vie de l’humanité primordiale selon la cosmogonie sumérienne.
[/b]

Avec un style assez léger bien que déployant une trame narrative parfois grave, Anton Parks nous entraîne avec La Dernière Marche des Dieux sur les pas des survivants de l’archipel atlante.

Ensemble d’îles qui, selon toute vraisemblance, se seraient situées exactement là où Platon les avaient localisées il y a près de 2500 ans dans ses célèbres textes du Timée et du Critias. Il n’en demeurerait guère aujourd’hui que les Canaries et les Açores. Ce troisième essai n’aurait pu contenir que les traductions égyptiennes de la première partie qu’il n’en aurait pas été moins fameux. Mais l’auteur est allé plus loin, pour notre plus grand plaisir. Son récit se développe de manière chronologique en évoquant tour à tour :

>les plus anciens textes relatant l’Amenti ou A’amenptah (nom égyptiens de l’Atlantide),
>la découverte et les recherches autour de la route préhistorique reconnue qui a conduit les suivants d’Horus à travers le désert du Sahara jusqu’à Abydos,
>la découverte et les fouilles archéologiques (entreprises dans cette citée) du temple de Sethy 1er, menées notamment par Emile Amélineau,
>l’excavation du puits de Strabon, le Saint des Saints de l’Égypte antique, appelé aussi l’Osireion – jusque là relégué au rang de mythe – , soit le cénotaphe de l’ancien grand dieu de la terre noire,
>la biographie de Dorothy Eady (plus tard renommée Omm Sethy), une enfant britannique aux rêves étranges qui la mèneront une fois devenue adulte jusqu’au lieu où sa précédente incarnation avait connu l’Amour puis la mort : la fameuse Abydos…


Que dire de la traduction des textes évoqués plus haut ? Ils sont reconnus, d’une part, puisque visibles à qui le souhaite sur les murs du temple d’Edfu (dédié au souverain Horus) et réputés être de la main même du dieu de la Sagesse, Thot. Ce qui nous fascine, d’autre part, est la capacité de Parks à s’accaparer une langue antique afin de nous fournir des traductions souvent inédites de ces innombrables textes – dont la traduction définitive ne sera terminée par l’archéologie officielle que d’ici plusieurs années. Travail monumental, pour ne pas dire mégalithique – et d’une rare honnêteté intellectuelle –, qui en rebuterait plus d’un, mais pas notre spécialiste de l’Orient ancien ! Que disent donc ces hiéroglyphes ?

Pas moins que ce que l’auteur a déjà évoqué dans sa série des Chroniques du Ğírkù (notamment le Tome 3, le Réveil du Phénix), à l’exception prête que ce n’est plus là l’évocation de souvenirs mais bien des récits « palpables » et gravés dans la roche. Une validation de plus qui va dans le sens des informations apportées par Parks depuis 2005. Les écrits de Thot évoquent la vie en Amenti, les conflits qui opposent les clans des dieux Horus et Seth, les passages de l’Oeil du Son destructeur (Vénus) et les reconstructions qui en découlent ainsi que la marche qui conduira les rescapés de l’archipel mythique vers Abydos, la ville sacrée d’Osiris qui illuminera l’Égypte entière. Ces traductions ne sont pas livrées telles quelles mais encore une fois complétées par des preuves géologiques, anthropologiques, archéologiques et linguistiques qui valident ce scénario historique.

Dans la seconde partie de l’ouvrage, des tranches de vie de personnages associés aux découvertes réalisées à Abydos (débutant au 18ème siècle et se prolongeant jusqu’à nous), s’entrecroisent dans une mécanique dont seul le Destin a le secret.

L’engagement et la persévérance de l’archéologue Emile Amélineau, persuadé de l’existence historique d’Osiris, sont exaltants. La vie entière de Dorothy Eady, réincarnation supposée d’une prêtresse d’Isis aux temps de Sethy 1er, est un hymne à l’Amour éternel. Les mots d’Anton Parks ont su rendre un vibrant hommage à cette grande dame. Autodidacte qui a su, non seulement, s’imposer à l’Égyptologie par ses divers talents (linguistiques, artistiques, …) et son abnégation à sortir la brillante Abydos de sa torpeur millénaire, mais qui nous touche aussi de par son renoncement à la vie matérielle occidentale et son dévouement quasi sacrificiel à la ville d’Osiris et à ses habitants.

L’essai se conclut en toute beauté avec la révélation de l’identité de Moïse, qui, à l’époque d’Akhenaton planifia son propre exil du royaume d’Égypte accompagné de sa caste cléricale. Il poussa la trahison envers son pharaon jusqu’à lui dérober notamment de saintes reliques du dieu Osiris. Artéfacts aux propriétés « surnaturelles » (pour ne pas dire technologiques) qui lui permirent d’assoir son pouvoir sur sa communauté et s’assurer d’écrire le mythe fondateur pour tout un peuple en devenir…

Dans la Dernière Marche des Dieux, nous sommes donc transportés à une époque finalement pas si lointaine où les dieux foulaient encore la Terre. Ici, celle de l’Égypte antique, contrée dont les mystères s’évaporent à mesure qu’Anton Parks rédige ses ouvrages. Et dans ce dernier, comme dans les cinq précédents, vous obtiendrez nombre de révélations une fois de plus inédites impliquant des répercussions considérables sur notre connaissance du passé.

Nous vous laissons à présent la parole, chers lecteurs, puisque les questions de l’interview qui suivent ne sont ni plus ni moins que les vôtres!



Anton et Nora Parks en 2008, lors de leur dernier voyage en Égypte, © 2013 antonparks.com, La Dernière Marche des Dieux

[Présentation du dernier essai de l’auteur « La Dernière Marche des Dieux » en vidéo :/color]


ANTON PARKS - LA DERNIERE MARCHE DES DIEUX par antonparkscom


« Il y a plus de 10.000 ans, la grande citerne atlante, Bu-Henem, est détruite lors du Grand Cataclysme signalé par Platon dans son Critias. Le dieu Thot évoque l’existence de ce sanctuaire sacré et retrace ainsi l’histoire de l’Atlantide dans une longue composition gravée sur les murs du temple d’Edfu en Haute-Égypte. L’archéologue français Auguste Mariette désensabla cet édifice à partir de 1860.

Pour les Égyptiens de l’antiquité, la seule façon de conserver en mémoire leur véritable passé fut de le consigner par écrit d’une façon cryptée. Ainsi, ces textes, incompréhensibles au commun des mortels, purent défier le temps et échapper à la destruction des profanateurs pour parvenir jusqu’à nous.

Notre conception du culte ne peut envisager la pratique de croyances millénaires accompagnées d’une telle dévotion. Nos convictions et nos idéaux sont régulièrement remis en question par manque d’informations solides sur notre passé. Cette situation inconfortable permet l’ensemencement des religions et des dogmes qui parsèment la planète depuis des temps lointains.

Dans les textes de Thot traduits par Anton Parks, les forces du mal détruisirent plusieurs fois le monde des anciens dieux par l’acte guerrier. Les luttes armées entrainent la destruction de la culture et de la mémoire, ainsi que toute trace de civilisation.

Anton Parks nous livre ici une page importante de notre histoire par le biais de documents historiques et archéologiques de première main. Les doctrines atlantes codifiées par les rites et inscrites sur les murs du temple d’Edfu contribuent aujourd’hui à la reconstitution de notre passé ; un passé qui dépasse bien souvent notre entendement. La Dernière Marche des Dieux rassemble pour la première fois ces documents oubliés à travers les âges. Ils forment certainement la source primordiale de Platon. Les portes de l’Atlantide nous sont de nouveau ouvertes. »





Interview Web 2013 d’Anton Parks



Petit Rappel de la rédaction d’Onnouscachetout.com : les interviews que nous réalisons sont ouvertes et collaboratives. La majorité des questions sont donc le fait d’internautes de tous horizons ayant le point commun d’avoir lu les ouvrages de l’auteur ! Notre travail n’a donc consisté qu’à synthétiser l’ensemble des questions pour rendre l’interview plus cohérente et lisible.

Nous reprenons ici la partie de notre interview de 2012 présentant dans les grandes lignes La Dernière Marche des Dieux. L’auteur y a apporté des informations complémentaires et répond ensuite à nos nouvelles questions :

ONCT : Parlons de votre nouvel essai (le troisième) : « La Dernière Marche des Dieux ». Le sous-titre « de l’Atlantide à Abydos », laisse à croire qu’une partie des dieux Gina’abul a vécu en Atlantide avant de venir en Egypte (La présence des Gina’abul en Atlantide est confirmée dans le « Réveil du Phénix », le Tome 3 des « Chroniques du Ğírkù »). Rappelez-nous où vous situez cette « île mythique », quel rôle elle a joué dans votre récit et pourquoi celle-ci n’existe plus aujourd’hui ?


Anton Parks :
Effectivement, le type Gina’abul-Anunna a vécu dans cette partie du monde, mais il n’était pas le seul. Les Nungal, donc les veilleurs de la Bible, ont aussi séjourné longtemps en Atlantide. D’autres encore étaient présents dans l’archipel en des temps reculés. Ces groupes divins, et même humains, sont mentionnés dans les textes d’Edfu en Haute-Egypte. Je situe les fragments principaux de l’Atlantide aux Canaries. Les Canaries formeraient la portion sud d’un ensemble d’îles de l’Atlantique, aujourd’hui en partie engloutie. On retrouve les Canaries sous le nom Anrutef à Edfu, elles sont désignées comme les îles du Sud. On repère aussi un des noms égyptiens de l’Atlantide : Mertit-Amenti, soit les îles de l’Atlantide (ou de l’Ouest) sur les murs de ce même temple. L’Allemand Heinrich Brugsch qui travailla sur une partie de ces textes en 1870, traduit Mertit en « SeeLand », c’est-à-dire « pays marin » alors que dans la version anglaise de Wallis Budge, datée de 1912, Mertit est interprété en « l’eau du nord ». Pourtant, la traduction stricte de ce mot ne pose aucun problème, elle évoque littéralement des « morceaux de terre ». Comme il s’agit de morceaux de terres émergés dans l’océan atlantique, j’ai tout naturellement traduit ce mot en « îles ». La situation géographique de Mertit-Amenti (« les îles de l’Atlantide ») se trouve par exemple dans le registre EVI, 118, lignes 1 à 9. Ce texte provient de la légende dénommée « Le Livre du Disque Ailé ».

Pour cette nouvelle étude, j’ai repris l’enquête entamée dans LE TESTAMENT DE LA VIERGE et j’ai apporté de nombreux éléments inédits et complémentaires, ayant été aux Canaries depuis la sortie du TESTAMENT. J’explique dans ce livre par quels effets possibles l’Atlantide encore présente vers 10.000 av. J.-C. s’effondra rapidement sous les flots. Comme je l’ai signalé, je suis d’avis que les Canaries formaient autrefois les cimes des anciennes montagnes du sud de l’archipel atlante. Les Guanches des Canaries ont édifié des complexes pyramidaux sur au moins deux îles différentes. Les pyramides sont alignées sur la marche du soleil. La science n’explique pas d’où leur venait ce savoir en relation avec l’alignement du soleil ni par exemple d’où ils tiraient leur connaissance de la momification.


Complexe pyramidal de Güimar sur l’île de Ténériffe (Cannaries), © Anton Parks, La Dernière Marche des Dieux, 2013

Les anciens depuis Hérodote jusqu’à Bory de Saint-Vincent qui, en 1803 séjourna plus de six mois aux Canaries et laissa une étude approfondie sur la population de l’archipel, considèrent que les Guanches seraient des survivants des Atlantes, restés sur ces sommets volcaniques après l’effondrement de la dernière île. Cette île, nommée Routa, faisait face à Gibraltar et au Maroc, et serait celle dont parle Platon dans le Critias et le Timée. Le reste de l’Atlantide, composé de plusieurs grosses îles, avait disparu bien des millénaires avant. Cet ensemble formait sans doute, en des temps plus reculés encore, une île volumineuse fragmentée par le temps et les différents bouleversements terrestres et cosmiques.

ONCT : Sur quel(s) texte(s) basez-vous les recherches effectuées dans cet ouvrage ? Allez-vous encore une fois nous surprendre avec des découvertes inédites ?

Anton Parks :
Pour LA DERNIERE MARCHE DES DIEUX, j’ai traduit de nombreux passages des textes d’Edfu, ces derniers forment la version égyptienne et primitive de l’Atlantide. J’ai pu reconstituer les registres inscrits sur les parois I’O, I’N et I’E du temple d’Edfu. J’ai eu souvent recours à la transcription originale d’Émile Chassinat, datée de 1933, afin de disséquer certains mots et de traduire de nombreux passages à la source. Cet ensemble est tiré d’une vielle légende copiée et recopiée de nombreuses fois sur d’anciens papyrus aujourd’hui perdus. La section E.VI d’Edfu reprend en partie ces anciennes chroniques dont il est dit que Thot lui-même les rédigea en des temps inconnus. Les prêtres d’Edfu gardaient secrètement ces documents avant qu’ils ne soient finalement gravés sur les murs du temple à l’époque des derniers rois de l’Egypte antique, les Ptolémées.



Ces écrits de Thot décrivent le monde primitif des dieux qui précéda celui des hommes en des temps insondables. Le début de cette épopée démarre sur la reconstruction d’un monde détruit pour une raison non précisée. Mais ce monde sombre dans un nouveau chaos, analogue à celui qui avait précédé la création des premiers dieux. Cet univers aquatique se recrée une nouvelle fois à partir de terrains émergés, des îles, spécialement destinées à fournir aux dieux rescapés un lieu où se poser pour leur œuvre. Cette nouvelle création est engloutie à son tour par un reptile monstrueux et une troisième ou quatrième création fut nécessaire pour donner au monde une stabilité et une organisation relativement stable… En lignes 184,1-2, le texte évoque MESPER, un pays circulaire et une grande montagne à ses côtés, comme mentionnés dans la version de Platon. C’est tout à fait extraordinaire. Voici un extrait du passage hiéroglyphique :

Il y eut la Grande Montagne et Mesper, le pays circulaire, la Grande Place qui verdoie au lever du soleil. Et « la Grande Place » devint le nom de Mesper, le Lieu où se réfugia le Monde.

Mesper se compose de : MES (« enfant(s) ») + P (« siège ») + R (« bouche » ou « parole ») + le hiéroglyphe de la terre ou de la région + le déterminatif en forme de trait qui indique ce que les idéogrammes du dessus représentent. Il s’agit d’une petite phrase à prédicat nominal où l’objet à nommer se trouve en seconde position. Mesper se traduit donc en « la région des enfants du Siège de la Parole ». Ptah-Osiris et les siens possédaient la connaissance de la parole divine et de l’encodage des langages, conformément aux découvertes réalisées dans mes précédents ouvrages. Le nom de cette cité atlante l’atteste formellement.



Malheureusement, même si elles sont volumineuses, les archives d’Edfu sont incomplètes en raison du manque de place disponible sur les murs ! Construit sous le règne de treize pharaons ptolémaïques, l’édification du temple d’Edfu (Haute-Égypte) nécessita 180 années, de 237 à 57 av. J.-C. Édifié sur un temple plus ancien inconnu à ce jour, sa construction fut initiée par Ptolémée III. Ceux qui ont lu LE TESTAMENT DE LA VIERGE seront ravis de constater que ma thèse sur les piliers d’énergie et l’électromagnétisme est confirmée sur les murs de ce temple. Par exemple, lorsque Seth attaque l’archipel, des sages font apparaître le souffle de Ptah-Osiris afin de protéger le domaine. Ils emploient une énergie tirée de piliers Djed dont la force peut déplacer des quantités d’eau pour en faire des colonnes de protection, des murs de liquide infranchissables. Moïse semble avoir employé cette même énergie, raison pour laquelle le livre se termine sur une nouvelle interprétation de cette histoire. Selon mes découvertes, il aurait volé cette connaissance des dieux avant son départ d’Egypte. Sa fonction de grand vizir du roi lui permit d’accéder à ce genre de secret ; j’ajouterais même qu’il en avait la responsabilité en qualité de bras droit du pharaon.

Une grande partie du livre concerne aussi l’Osireion d’Osiris à Abydos. J’ai plusieurs fois travaillé sur ce sujet, mais le thème est ici abordé à la lumière de la version égyptienne de l’Atlantide. L’Osireion est selon moi la copie d’un ancien temple sacré atlante décrit comme une citerne renfermant des pierres puissantes, sans doute des cristaux. En 2009, donc bien avant ma découverte des textes d’Edfu, j’ai fait réaliser des images où l’on voit les eaux de l’Osireion éclairées par de puissants cristaux à l’époque d’Osiris, il y a plus de 10.000 ans.



Dernièrement, Frantz Lasvignes a réalisé plusieurs images du temple aquatique, mais à l’époque plus récente de Sethy 1er, ainsi que la magnifique vidéo promotionnelle de LA DERNIERE MARCHE DES DIEUX pour laquelle il a reconstitué l’intérieur de l’Osireion en 3D. Dans ces nouvelles images, j’ai demandé à l’artiste de placer les deux objets de culte de l’époque des 18e et 19e dynasties égyptiennes. Il s’agit du lit osirien et du reliquaire d’Osiris, à savoir sa tête. Abydos fut la Mecque de l’antiquité, tous voulaient voir l’ancien domaine d’Osiris et apporter des offrandes sur la tombe du dieu retirée dans le cimetière d’Umm el-Qaab. Seuls quelques initiés furent autorisés à pénétrer dans l’Osireion et à contempler ses reliques sacrées. L’archéologue Auguste Mariette chercha pendant longtemps l’Osireion qu’il nommait le puits de Strabon, mais en effectuant ses fouilles et le déblaiement du temple de Sethy 1er, il entassa des montagnes de gravas juste au-dessus, ce qui l’empêcha de le trouver. Beaucoup de sujets sont traités dans cette étude.


Reconstitution de l’Osireion à l’époque pharaonique par Frantz Lasvignes, © 2013 Lasvignes-Parks, La Dernière Marche des Dieux, 2013.

J’ai souhaité réaliser un ouvrage traitant à la fois d’archéologie, de mythologie, d’égyptologie, de mystères non résolus comme ceux de l’Atlantide et de Moïse, le tout restitué en une enquête accessible à tous. C’était une volonté à laquelle je me suis tenue. On me reproche parfois une forme de complexité dans mes ouvrages, en raison des sujets traités. J’ai voulu me débarrasser ici des multiples décompositions linguistiques qui n’avaient de toute façon aucune raison d’être dans un tel essai. J’ai travaillé sur le langage égyptien et ce dernier n’est pas aussi complexe que le sumérien. J’ai eu beaucoup de plaisir à rédiger ce livre. Ce travail n’en reste pas moins très sérieux et ma démarche est identique à mes précédents ouvrages.

ONCT : Dans ce 3ème essai, vous abordez également la question du Karma. Qu’est-ce qui vous amène à traiter le sujet du Karma aujourd’hui dans vos recherches ?

Anton Parks :
À l’origine, je souhaitais faire une étude sur Abydos où se trouve l’Osireion d’Osiris. L’Osireion est sans doute l’un des plus anciens monuments au monde ; il a plus de 10.000 ans. De ce fait, il était nécessaire de parler de l’égyptologue Omm Sethy (1904-1981) qui a côtoyé de près ce sanctuaire. Mon livre devait discuter essentiellement de cette personne et de son expérience. J’avais d’ailleurs réalisé un dossier sur cette égyptologue pour le magazine l’Egypte n°19 en novembre 2010. L’étude s’est étoffée au fil des mois pour devenir une partie de LA DERNIERE MARCHE DES DIEUX. Le sujet initial était l’origine de l’Egypte et celle de notre civilisation, raison pour laquelle j’ai intégré depuis le thème de l’Atlantide, version égyptienne, et sans doute primitive.


Omm Sethy entre dans le temple de Sethy 1er, photographie datant de la fin des années 1970.

Omm Sethy séjourna plus de trente ans à Abydos et on lui doit des découvertes et des travaux importants sur ce site. L’occident doit énormément à l’Egypte, tous les égyptologues le savent. Abydos est le berceau de la civilisation égyptienne et par conséquent celui de la civilisation occidentale. L’histoire d’Omm Sethy est parsemée d’informations fondamentales sur les thèmes de l’invisible et du Karma. Pour ces raisons, j’ai consacré du temps à chercher et à trouver des éléments inédits sur ce sujet. La ligne de vie d’Omm Sethy était tracée à l’avance et l’on s’en rend bien compte à la fin de la partie qui lui est consacrée. Le témoignage de cette égyptologue, basé sur son expérience « paranormale » et ses visions d’une autre vie qu’elle aurait vécue à l’époque du roi Sethy 1er, est très important pour le dossier que je traite dans LA DERNIERE MARCHE DES DIEUX. Elle signale, en effet, la présence d’un gisant étendu sur un lit en pierre au beau milieu de l’île de L’Osireion. Je pense avoir identifié ce gisant comme étant le lit d’Osiris retrouvé par Emile Amélineau dans la tombe du roi Djer (n° O-326) qui appartient au complexe funéraire des premiers souverains d’Egypte situé dans le désert d’Abydos, à deux kilomètres de l’Osireion. Cette tombe serait probablement celle d’Osiris, recyclée par la suite en tombe royale par un des tous premiers souverains d’Égypte. C’est pourquoi le lien effectué dans cette étude entre les découvertes archéologiques autours d’Abydos et Omm Sethy est très important. Très clairement, Omm Sethy explique grâce à sa vision et son ancienne vie égyptienne, le rôle de cet objet de culte retrouvé dans la tombe d’Osiris… C’est fascinant !

ONCT : Les traductions depuis l’égyptien ancien des temples d’Edfu a du vous prendre un temps considérable ! Avez-vous eu un retour d’une institution archéologique, d’un quelconque égyptologue voire d’une simple revue spécialisée concernant votre travail inédit ? De manière générale, comment est accueilli cet essai auprès du public ?

Anton Parks :
Je suis totalement épuisé. Mes traductions des tablettes sumériennes de l’Eden et ces traductions égyptiennes de la partie E.VI du temple d’Edfu m’ont demandé un effort considérable au niveau concentration. Depuis, je suis comme vidé. Travailler sur de tels textes antiques représente une grande responsabilité et sollicite beaucoup d’énergie. Cela demande aussi de se placer dans un état d’esprit totalement décalé par rapport à notre réalité d’aujourd’hui et notre façon de fonctionner. Les anciens ne raisonnaient pas comme nous. Dans les deux cas, je pense avoir fourni un travail de qualité. Traduire la partie E.VI n’était pas chose facile, surtout que plusieurs sections furent déjà interprétées par d’éminents spécialistes, comme Wallis Budge, Heinrich Brugsch, Maurice Alliot, Eva A. E. Raymond…

On se sent très seul dans ce genre de travail. On a besoin de beaucoup de calme et de concentration pour mener à bien un tel challenge. Ma vie actuelle, avec tous ses besoins matériels pour avancer et ses contraintes quotidiennes, n’est pas très propice à cela. J’ai besoin de m’isoler régulièrement pour mener à terme ma recherche. C’est une bataille contre le temps et contre ce qu’il est humainement possible de réaliser avec peu de moyens. Beaucoup auraient abandonné depuis longtemps… Nombreux lecteurs pensent que je suis entouré d’une équipe et très soutenu. C’était un peu le cas il y a quelques années, à l’époque du forum sur antonparks.com, depuis les choses ont beaucoup changées. Ma femme et moi avons tout sacrifié pour me donner la possibilité d’écrire, mais nous vivons actuellement dans l’incertitude complète quant à la suite de mon travail. Mes droits d’auteur actuels ne permettent absolument pas de nourrir ma famille et nous vivons chaque mois avec le doute de pouvoir poursuivre dans ces conditions. Je me suis totalement endetté pour éviter de me retrouver à l’usine et de devoir tout abandonner. Je fais tout ce qui est possible pour poursuivre ma rédaction et mes recherches. Je travaille en ce moment activement sur le prochain volume des Chroniques en restant positif et en évitant de penser à la situation dans laquelle nous nous trouverons dans quelques mois lorsque cet ouvrage sortira, si tout va bien d’ici là, entre septembre et décembre 2014, j’espère même avant. Il était important que je signale ce fait ici, car mes lecteurs sont très loin d’imaginer cette situation qui normalement ne les concerne pas. Mais il y a un tel décalage entre les mails que nous recevons et la réalité, qu’il me semblait utile de l’indiquer ici. Je précise que cette situation est celle d’aujourd’hui, début 2014, au moment où j’effectue cette interview, cela changera sans doute avec le temps car mon combat est juste et honnête. Il l’a toujours été.

En ce qui concerne l’accueil du livre, je ne saurais le dire précisément, je le pense bon dans l’ensemble. J’ai le sentiment que beaucoup de lecteurs attendent plutôt un nouvel opus des Chroniques. Comme je viens de le dire, j’y travaille activement en ce moment, avec mes modestes possibilités. Aucune institution archéologique ou égyptologique ne s’est manifestée. Côté Presse, LA DERNIERE MARCHE DES DIEUX a totalement été boudé. Je commence à m’y habituer, même si je trouve cela injuste, car le travail fourni est colossal, surtout pour les traductions d’Edfu. J’ai souvent l’impression de fournir une connaissance à une minorité en clin à faire l’effort de s’instruire et de s’interroger sur nos origines. Ils ne sont pas nombreux et c’est assez décourageant !

ONCT : Une équipe allemande est aujourd’hui à l’œuvre pour la traduction des hiéroglyphes du temple d’Edfu. Savez-vous quand cette tâche sera achevée ? Pensez-vous que leurs traductions s’accorderont aux vôtres ?

Anton Parks :
En 2017. Il n’y a aucune raison que ma version soit très différente de celle-ci. Ce n’est pas du vieux sumérien comme pour EDEN, mais simplement de l’égyptien. Mon interprétation n’est pas très éloignée des passages déjà traduits par mes prédécesseurs cités plus haut. C’est la compréhension de certains mots clés qui créé une différence importante entre les versions. Je les commente dans le livre et explique les raisons qui éloigne ma version des autres déjà réalisées avant moi. Je précise que l’ensemble disponible dans LA DERNIERE MARCHE DES DIEUX est aussi inédit de part son volume disponible dans un même ouvrage. Les traductions et publications de mes prédécesseurs ne formant que des fragments de ce registre E.VI. mis à disposition ici d’une manière beaucoup plus étendue.

ONCT : En quoi ces textes de Thot disponibles dans le temple d’Edfu sont importants par rapport au mythe platonicien de l’Atlantide ? Y-a-t-il des éléments concrets à Edfu qui accréditent la version de Platon ?

Anton Parks :
Oui, plusieurs passages, particulièrement ceux du Livre du Disque Ailé (E.VI, 109 à 130), apportent des informations géographiques spectaculaires quant à la situation de Mertit Amenti (les îles de l’Atlantide ou de l’Ouest), demeure maritime des dieux jusqu’ici non localisée. J’ai réalisé une carte dans l’ouvrage afin d’illustrer l’ensemble.



Fin de la 1er partie, la suite très bientôt !

http://www.elishean.fr/?p=41044


Dernière édition par Akasha le Dim 10 Avr - 19:25, édité 1 fois (Raison : Edit)
Revenir en haut Aller en bas
 
Anton Parks : « La Dernière Marche des Dieux sur les pas des survivants de l’archipel atlante »
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Anton Parks : « La Dernière Marche des Dieux sur les pas des survivants de l’archipel atlante »
» La dernière marche des dieux - ANTON PARKS
» Anton Parks - Réveil du Phénix
» Anton Parks : L'humanité est une création extraterrestre
» Anton Parks.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fils de la loi de UN :: Terre :: Mystères / Secrets / Énigmes-
Sauter vers: