Le partage le nerf de ma guerre. Nouveau paradigmes, soyons la révolution.
 
AccueilPortailRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Victimes de Daesh. Les esclaves de l’État Islamique racontent leurs histoires

Aller en bas 
AuteurMessage
orné

avatar

Messages : 792
Points : 1288
Réputation : 38
Date d'inscription : 17/03/2015
Age : 45
Localisation : Où ça ?

MessageSujet: Victimes de Daesh. Les esclaves de l’État Islamique racontent leurs histoires   Mar 29 Déc - 12:04

Victimes de Daesh. Les esclaves de l’État Islamique racontent leurs histoires

Dans cette enquête spéciale de RT, les esclaves de l’État Islamique racontent leurs histoires terrifiantes.





Daesh est le groupe terroriste le plus brutal de notre époque. Sous le couvert de la religion, ils tuent, ils violent, pillent et réduisent des gens en esclavage, détruisant des villes entières afin de s’emparer de nouveaux territoires et de ressources naturelles. Les victimes sont forcées de se convertir à l’Islam, car le groupe suit servilement une version pervertie des enseignements islamiques, conforme à leur programme.

Au mois d’août 2014 les terroristes ont envahi les terres autour des Monts Sinjar en Irak, habitées par la minorité ethnique de Yézidis. Ils massacraient les hommes en âge de combattre et vendaient les femmes et les enfants en tant qu’esclaves. Ils séparaient des familles et prenaient de jeunes filles pour leur propre satisfaction sexuelle. Les petits garçons étaient forcés de devenir leurs apprentis. Les captifs ne pouvaient compter que sur leur famille pour venir à leur secours, ces dernières pouvant faire l’objet d’un chantage pour des sommes exprimées en milliers de dollars. Pourtant, le plus souvent la famille survivante ne sait même pas si leurs proches en captivité sont en vie et où ils sont retenus.

Certaines femmes, parmi celles qui ont été asservies, ont réussi à s’évader ou ont été rendues à leurs familles. Elles racontent des histoires terrifiantes sur les atrocités de Daesh dont elles ont été témoins. Bien qu’elles soient en sécurité maintenant, le temps passé en captivité les affecte encore. Beaucoup d’entre elles ont perdu des membres de leurs familles et sont contraintes de reconstruire leur vie dans cette nouvelle réalité, ce qui est pour elles particulièrement pénible.

Source : RT France


Revenir en haut Aller en bas
orné

avatar

Messages : 792
Points : 1288
Réputation : 38
Date d'inscription : 17/03/2015
Age : 45
Localisation : Où ça ?

MessageSujet: L'UE POUR EUX. Le rêve brisé des Ukrainiens   Mar 29 Déc - 12:10

L'UE POUR EUX. Le rêve brisé des Ukrainiens



Des querelles politiques et une économie en déclin ont poussé des millions d’Ukrainiens à partir vers des pays de l’Union européenne. Et même malgré les difficultés, ces émigrés n’envisagent pas de rentrer chez eux…


Les querelles politiques et une économie en déclin ont poussé des millions d’Ukrainiens à immigrer dans des pays de l’Union européenne. Au cours de la seule année 2014, plus de 400 000 Ukrainiens ont obtenu des permis de travail polonais. Ils sont prêts à occuper les postes les plus serviles et les plus mal payés, car c’est de toute manière mieux que ce qu’ils pourraient obtenir chez eux. Trouver du travail, même mal rémunéré, est devenu un véritable défi en Ukraine.

Des demandeurs d’emploi désespérés sont devenus les proies d’escrocs sans scrupules qui promettent des postes bien rémunérés, en échange de frais exorbitants, pour des emplois qui se révèlent être soit du travail domestique, soit inexistants. D’autres disent que les employeurs profitent des migrants, en les faisant travailler plus dur et dans des conditions dangereuses, exigeant des journées de travail très longues et refusant parfois de verser le salaire.

Certains Ukrainiens qui ne parviennent pas à trouver de travail à temps plein, recourent à divers expédients : les uns font du commerce le long des routes, d’autres travaillent comme courrier entre les deux pays. C’est un travail épuisant et la compétition y est très rude. Ils gagnent peu d’argent, mais au moins, ils gagnent quelque chose. De nombreuses personnes âgées dont les retraites ne permettent pas de vivre et qui n’ont pas d’autre moyen de gagner de l’argent en Ukraine traversent chaque matin la frontière polonaise, dans le vain espoir d’y trouver un travail temporaire, ou d’y vendre ce qu’ils peuvent trouver en Ukraine.

Les jeunes tentent leur chance dans des usines ou dans l’agriculture en offrant leurs services ou en effectuant des travaux de nettoyage. Nombreux sont ceux qui pensent qu’ils n’ont pas d’autre choix que de continuer d’essayer, malgré les épreuves auxquelles ils font face sur leur chemin. Les chanceux qui ont réussi à obtenir un poste s’y accrochent à tout prix, même s’il faut fermer les yeux sur les risques pour leur santé que leur travail peut engendrer. Ils vivent avec d’autres employés entassés les uns sur les autres et sont prêts à travailler de longues heures. Pour un grand nombre de travailleurs migrants ukrainiens, telle est la réalité quotidienne dans l’Union Européenne, mais ils disent qu’ils n’envisagent pas de retourner chez eux.

Source : RT France


Revenir en haut Aller en bas
 
Victimes de Daesh. Les esclaves de l’État Islamique racontent leurs histoires
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Pour les victimes du Var
» Les chrétiens d'Irak toujours victimes d'attentats
» Intentions de prière du Pape : pour les victimes de la drogue
» Les victimes de Jésus
» Aux victimes innocentes de toulouse et Montauban

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fils de la loi de UN :: Films, Documentaires et Vidéos :: Documentaires-
Sauter vers: