Le partage le nerf de ma guerre. Nouveau paradigmes, soyons la révolution.
 
AccueilPortailRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 DOSSIER : Qu'est-ce que l'alimentation vivante

Aller en bas 
AuteurMessage
Akasha

avatar

Messages : 1534
Points : 2728
Réputation : 50
Date d'inscription : 17/03/2015
Age : 41
Localisation : par là tout droit

MessageSujet: DOSSIER : Qu'est-ce que l'alimentation vivante    Mar 8 Sep - 4:14

Bonjour mes frères & sœurs
On parle de plus en plus de alimentation vivante, mais qu'est-ce que c'est réellement ? QU'elle sont les bénéfices sur la santé ? Est-ce accessible à tout le monde ? Qu'elles sont les meilleurs aliments rentrant dans cette catégorie..Peut-on trouvé des recettes spéciale alimentation vivante ? y a t-ils des recommandations d'usages à savoir sur se type de régime ? J'ai menée ma petite enquête, en voici les résultats, bonne découverte.
Akasha.


DOSSIER : Qu'est-ce que l'alimentation vivante



C’est une alimentation bio et crue pour retrouver votre vitalité et améliorer votre santé L’alimentation vivante connaît un immense succès Outre-Atlantique commence à être de plus en plus connue en France, en Belgique et arrive au Luxembourg. Elle consiste à manger des aliments non dénaturés, encore riches de toute leur vitalité et nutriments. Il s’agit donc d’une alimentation crue.

Manger cru, c’est-à-dire ?

Ceux qui entendent parler de l’alimentation crue pensent généralement à une alimentation basée sur les salades et crudités. Cela peut alors sembler, dans l’esprit de tout un chacun, lassant et fade. Pourtant Il existe une richesse infinie et insoupçonnée des saveurs du monde du cru, qui gagnerait à être connue. C’est ce que Nancy Grandjean, coach en nutrition et certifiée de l’institut Ann Wigmore en Alimentation vivante va vous faire découvrir à travers ses ateliers “Food’Vitalité“.

Manger cru, quel intérêt ?

Il est désormais établi que la cuisson tue les vitamines, enzymes et nutriments. C’est pourquoi on recommande aujourd’hui une cuisson plutôt douce. Cela permet de préserver le plus de nutriments. Néanmoins, lorsque l’on mange cru ou, du moins, des aliments frais n’ayant pas été chauffés à plus de 42 degrés Celcius, on ingère une nourriture encore gorgée de vitamines et de minéraux ! Les aliments cuits sont donc des aliments appauvris, voire morts. En outre, la cuisson provoque une modification moléculaire qui peut s’avérer néfaste : on en voit désormais l’exemple avec les acrylamides causés par la friture, par exemple. Au contraire, un aliment cru est encore plein de vie et communique sa force vitale. Ceux qui mangent cru témoignent d’ailleurs tous d’un regain d’énergie considérable !



" />
L'ALIMENTATION VIVANTE, ÇA SE COMPOSE DE QUOI ?

L'Alimentation Vivante va donc se tourner vers les aliments crus et biologiques d'origine végétale comme les fruits et légumes, les graines germées, les oléagineux, les jus de jeunes pousses comme le jus d'herbe de blé, ... Chacun peut y ajouter tout ou partie de ces aliments à son mode alimentaire habituel, en fonction des objectifs qu'il recherche.

L'ALIMENTATION VIVANTE ÇA SERT À QUOI, À QUI ?

Notre mode d'alimentation occidental est composé de beaucoup de produits transformés et issus de l'agriculture industrielle. Nos repas ne comportent plus assez de nutriments d'une part, et d'autre part nous font ingurgiter des résidus de pesticide, des arômes artificiels, des colorants, des conservateurs dont on sait maintenant qu'ils ont des conséquences non négligeables sur la santé. Se tourner vers l'alimentation vivante c'est revenir à un mode d'alimentation en accord avec les besoins du corps humain, et donc l'un des moyens de préserver sa santé ou de la restaurer.

Ce mode d'alimentation s'adresse à tout le monde, petits et grands, bien portants ou malades.

Le centre Hippocrate aux Etats Unis utilise avec succès depuis plus de 50 ans, entre autres ce mode d'alimentation, pour restaurer durablement la santé de personne gravement malades.

Qu'est -ce que l'on mange au juste ?



Est-ce que manger vivant veut dire être réduit à manger de la verdure, des salades ? NON !! C’est une autre voie culinaire qui s’est développée autour de ce type d’alimentation qui utilise des techniques et une palette d’aliments tout aussi variées que les autres traditions culinaires : légumes, fruits, graines germées, céréales germées, les noix et les graines oléagineuses (noix, noix de cajou, tournesol, graines de courges, pignon de pin, graines de lin, …).

Il existe actuellement dans beaucoup de pays  des chefs  de grande renommée qui cuisinent dans cet esprit, et on trouve également un très grand nombre de livres de recette, dont beaucoup sont en anglais, mais de plus en plus traduits en français (cf notre boutique en ligne : le livre de recette de Anna Maria Clement, excellent livre pour apprendre toutes les techniques de base)..

" />


Pourquoi pas (ou peu) de protéine animale ?




Les protéines animales sont acidifiantes pour le corps, or notre mode de vie actuel et notre alimentation le sont déjà beaucoup. Les naturopathes, et certains médecins, savent bien que l’acidification de certains liquides physiologiques est immanquablement générateur de maladie.

Le rapport Campell (traduction française de « The China Study » de Colin Campbell) se base sur plusieurs décennies d’études scientifiques menées dans différents pays. Ces études montrent très clairement que la consommation excessive de protéines animales est un facteur majeur dans l’apparition des maladies des pays développées.

La consommation de protéine animale a également des conséquences très néfastes sur l'environnement, sur l’économie mondiale et pose de nombreuses questions d’éthique sur l’exploitation animale.


Pourquoi manger cru ?




[center[/center]

Cuire les aliments détruit 50 % des protéines disponibles, 60 à 70% des vitamines (jusqu’à 96% pour la B12), et 100% des phytonutriments qui sont pour certains des boosters du système immunitaire et de bien d’autres fonctions physiologiques.

Au dessus de 41 ° les enzymes également sont en grande partie détruites. Or elles participent à la digestion.

Le corps est capable de les produire, mais le stock est limité et décroît donc au fur et à mesure qu’on avance dans l’âge. L’alimentation vivante permet de conserver son « capital enzyme ».

Alimentation vivante = crudivorisme ?



Souvent considéré comme désignant la même chose, le crudivorisme et l'alimentation vivante diffèrent pourtant sur un point essentiel:


Les deux désignent une alimentation majoritairement végétalienne et crudivore. Néanmoins l'alimentation vivante met beaucoup l'accent sur des aliments très "vivants" que sont les graines germées et les jeunes pousses, les noix trempées et les aliments lacto-fermentés.

Les raisons sont simples : La germination permet d'accroître considérablement les taux de nutriments bio-disponibles. Par exemple, après 5 jours de germination du blé, la vitamine A augmente de 225%, la B1 de 20 %, la B2 de 300 %,  la B3 de 10 à 25%, la B5 de 40 à 50%, la B6 de 200%, les vitamines D et E de 300% et la vitamine C est multipliée par 600 !

Les noix trempées, ne serait-ce qu'une nuit, bénéficient de cet avantage tout en devenant plus digestes et moins caloriques (diminution de 70% pour les amandes). Les aliments lacto-fermentés vont quant à eux apporter des bactéries pro-biotiques.

L'alimentation vivante utilise donc beaucoup d'aliments issus de processus naturels de culture, les rendant riches en nutriment et facilement assimilables, et donc véritablement porteurs de vie.

Alimentationvivante.org

" />


Jus et alimentation vivante : les atouts santé



On entend beaucoup parler, dans les médias, de jus (jus de fruits frais, jus de légumes), en particulier après les fêtes de fin d’année, quand de nombreuses personnes souhaitent entreprendre une cure de détox. Mais si les jus sont si bons après les fêtes, pourquoi ne pas en consommer à longueur d’année ?


L’avantage des jus, du moins les jus maison, c’est qu’ils permettent de garder les aliments crus et donc de conserver tous leurs bénéfices nutritionnels. Malheureusement les jus de fruits que l’on peut acheter en grande surface ou en magasin bio sont trop souvent stérilisés à haute température pour mieux les conserver, une hérésie en terme d’apport santé !

Comment se procurer des jus crus ?



Le plus simple reste de les faire chez soi. Avec un bon extracteur de jus, vous pouvez faire du jus d’à peu près tout : betterave, carotte, radis noir, raisin, rhubarbe… Sans oublier l’incomparable jus d’herbe d’orge, dont la concentration en phytonutriments (enzymes, vitamines, minéraux…) n’a pas son pareil. Vous pouvez voir les extracteurs de jus de la célèbre Marque Keimling, sur leur site officiel.

Une idée de recette intéressante et introuvable dans le commerce



Besoin de vous requinquer ? Pensez au cocktail Carotte Citron Mangue, un mélange riche en vitamine A et C, et en bêta-carotène. Rappelons que la vitamine C aide à fixer le fer dans l’organisme, que la vitamine A sert à prévenir les infections, et que le bêta-carotène se transforme en vitamine A selon les besoins de l’organisme.
Grâce à votre extracteur, récoltez le jus de 3 carottes, un demi-citron, une demi mangue. Ajoutez quelques feuilles de menthe pour une saveur plus fraîche.

Précision

" />


La grande majorité des fruits et légumes sont nutritionnellement plus intéressants crus et sont donc à privilégier sous cette forme, quelques uns prennent de la valeur une fois cuits. Il en est ainsi pour la tomate, qui n’en reste pas moins un fruit incontournable de l’alimentation vivante.

Veg'Actu

" />


Recherches agencement, et images de Akasha.


Dernière édition par Akasha le Mer 13 Avr - 18:11, édité 1 fois (Raison : Edit)
Revenir en haut Aller en bas
Akasha

avatar

Messages : 1534
Points : 2728
Réputation : 50
Date d'inscription : 17/03/2015
Age : 41
Localisation : par là tout droit

MessageSujet: Re: DOSSIER : Qu'est-ce que l'alimentation vivante    Mar 8 Sep - 4:51

Graines germées Introduction et Historique



Ce chapitre est un voyage au coeur de l'alimentation vivante, à la découverte de l'univers des graines germées.

Consommer des légumes et fruits frais cueillis dans son jardin, des graines germées et de jeunes pousses, des jus d'herbes permet de bénéficier des avantages d'une alimentation vivante.

Une alimentation vivante, c'est une nourriture biologique végétale, composée d'aliments en pleine croissance qui portent en eux le potentiel de vie.

Une graine maintenue au sec est en dormance. Lors de la germination, le métabolisme de la graine se réveille au contact de l'eau, de la chaleur, de l'air et la plante commence sa croissance.

L’incroyable énergie qu’une graine mise à germer recèle va permettre l'apparition d’un germe et en quelques jours, cette vitalité transformera la graine germée en une toute petite plante. Elle concentre certaines qualités, gustatives et énergétiques, de la plante en devenir.

Les végétaux vivants, comme l'être humain émettent des vibrations (ondes courtes), il est même possible d'en photographier l'aura dans des conditions particulières (dans un champ électromagnétique par le procédé photographique Kirlian). Un fruit ou un légume cueilli depuis plusieurs heures (tout comme un être humain décédé) ne produit plus de vibrations. C'est pourquoi il me semble intéressant de s'orienter vers une alimentation vivante, qui entretient la vie plutôt que d'avaler des calories "mortes".

Historique

La consommation de graines germées avait cours déjà chez des peuples de l'antiquité, (orge chez les sumériens, froment au début du christianisme, blé chez les celtes...)

Voir dans le bas de la page, le texte extrait de l'Evangile de la Paix de Jésus-Christ par le disciple Jean, traduit par E. Szekely d'après les anciens textes Araméens et Slavons, selon lequel Jésus semble expliquer à l'aide de propos imagés comment faire germer des graines.
www.livres-mystiques.com/.../Apocryphes/...htm

Au cours des siècles, la pratique de la consommation des graines germées apparaît ou se voit oubliée selon l'évolution des habitudes alimentaires et des modes de vie. Elle revient au goût du jour pour une alimentation plus saine.

La plus connue des graines germées actuellement est le haricot mungo de la cuisine asiatique commercialisé sous l'appellation erronée de "pousses de soja".


Le germe de blé séché sous forme de paillettes pour agrémenter les crudités et autres plats est commercialisé au rayon diététique. Mais ce n’est que la partie germinative du grain de blé. Il est préférable de consommer des graines germées vivantes car ce germe de blé vendu séché a subi des manipulations dévitalisantes.


Chaque foyer, même citadin, pourrait, dans un "jardin de cuisine", produire des graines germées de haute valeur alimentaire et ceci toute l'année durant et faire une place de choix à la consommation de crudités et de germinations. Cultiver des graines germées intéresse aussi les enfants, c'est un peu comme reproduire la magie de la nature dans un simple petit bocal ou un germoir.


Beaucoup de marins connaissent les graines germées et en emmènent pour les grandes traversées car c'est pratique pour manger équilibré et frais en bateau. Ces graines prennent peu de place et sont cultivées à bord pour leur richesse vitaminique et minérale. Cette culture permet d'obtenir des aliments d'une véritable fraîcheur en toute saison et sous toutes latitudes. Voir les avantages d'emporter des graines à faire germer en bateau sur le site banik.org.

De nombreux sportifs consomment également des graines germées.


http://www.cfaitmaison.com/germs/germes.html (visitez se merveilleux site, il y a tout ce qu'il faut savoir sur les graines germées !

Jus d’herbe de blé: le nouvel élixir de jeunesse



Pourquoi consommer du jus d’herbe de blé?

De plus en plus de naturopathes recommandent la consommation de ce jus et de nombreux adeptes d’un mode de vie sain en prennent pour améliorer leur santé et combattre la maladie.


C’est Ann Wigmore qui a fait découvrir le jus d’herbe de blé aux américains il y a 30 ans. Souffrant de divers problèmes de santé, Ann Wigmore souffrait de nombreux problèmes de santé. Elle s’est souvenue que sa grand-mère guérissait des soldats blessés de la Première Guerre Mondiale grâce à l’herbe qui poussait dans son jardin. Elle a donc consommé régulièrement ce jus et constatant les effets exceptionnels qu’il avait sur elle, elle en a donné à son entourage qui a réagi très positivement à ce jus.

Voici son expérience avec le jus d’herbe de blé :


« Mon expérience avec le jus d’herbe de blé a bien prouvé qu’il avait un effet miraculeux quand il s’agit de compenser les déficiences organiques et de rajeunir. A 50 ans, j’avais les cheveux gris et j’avais une très douloureuse inflammation du côlon (colite) et d’autres problèmes intestinaux. J’avais très peu d’énergie et ma vie partait à la dérive. Je me suis donc tournée vers la nature en espérant trouver une solution.» « En découvrant le jus d’herbe de blé, les aliments crus et l’exercice, j’ai atteint la fontaine de jouvence. Vingt-cinq ans après cette expérience, mes cheveux ne sont plus gris, ils ont complètement retrouvé leur coloration brune naturelle. Je suis restée à 60 kilos (mon poids de jeunesse) et je suis pleine d’énergie. Depuis ces dix dernières années, j’ai dormir 4 heures par nuit en moyenne et je ne suis pas allée chez le médecin depuis des années. Pour mon travail il a fallu que je me promène de par le monde pour faire des tournées de conférences très exigeantes. Et j’ai plus d’énergie que quand j’étais enfant et à 76 ans, je ne suis pourtant plus une enfant. »

Depuis, les recherches d’Ann Wigmore lui ont valu de nombreux prix et auront permis des découvertes remarquables.Le docteur Ann Wigmore a d’abord ouvert une clinique de santé naturelle à Boston, puis s’est installée en Floride, où elle créa le célèbre institut Hippocrate, baptisé ainsi pour la célèbre formule d’Hippocrate : « Que l’aliment soit ton médicament ». Elle a fini par se consacrer à l’institut Ann Wigmore de Porto Rico.
Valeur nutritive et propriétés de l’herbe de blé

«Sur notre planète rien ne représente plus parfaitement cet océan cosmique de vie éternelle que l’herbe qui pousse depuis cinquante millions d’années… en la touchant, nous touchons l’infini.» E. Bordeaux Szekely
Elle fait partie des aliments les plus complets disponibles dans la nature : 30 cl de ce jus a la même valeur nutritive que 1.134 kg de légumes verts frais. Les principaux bienfaits du jus d’herbe de blé s’expliquent par le fait que c’est une nourriture vivante, une protéine complète qui comprend 30 enzymes différentes et à peu près 70% de chlorophylle crue. On la considère comme une nourriture pré-digérée : ses acides aminés et glucose sont prêts à être assimilés.
Son efficacité vient de la synergie entre ses composants qui agissent par désintoxication et régénération :
– C’est un concentré d’actifs vitaux, qui lui confèrent sur l’organisme une action alcalinisante, tandis que notre alimentation actuelle a tendance à être acide:
· Contient beaucoup de vitamines A, B, C, E, K (source la plus élevée)
· Contient 92 des 116 minéraux et oligo-éléments que l’on connaît: excellente source de fer, de phosphore, de potassium, de sodium et de zinc et notamment de magnésium (action sur la fatigue et la dépression)
· Riche en enzymes digestives qui permettent d’assimiler les nutriments
– C’est une source de protéines sous forme simple, ne nécessitant pas d’enzymes : 18 acides aminés dont les 8 essentiels.
– Protégerait contre les radiations: Une étude dirigée par l’armée américaine laisse entendre que l’herbe de blé pourrait améliorer la résistance du corps aux radiations. Sur deux groupes exposés à des doses radioactives mortelles, celui qui a reçu des légumes riches en chlorophylle a eu un taux de mortalité 50 fois moins élevé que l’autre.
– Applications externes : brûlures, boutons, tumeurs, plaies ouvertes. Les cataplasmes de jus d’herbe accélèrent la cicatrisation en rendant inactives les bactéries et régénèrent les zones lésées.
– Et surtout contient beaucoup de chlorophylle (70%) qui en fait une vraie fabrique de sang neuf.
Propriétés de la chlorophylle, fortement concentrée dans l’herbe de blé


Le Dr. Birscher, chercheur en biologie végétale, appelle la chlorophylle un « concentré de pouvoir solaire ». On l’appelle également « le sang végétal ».
En effet, la structure chimique de la chlorophylle se rapproche de celle de l’hémoglobine de notre sang. Seule différence : la chlorophylle contient un atome de magnésium et l’hémoglobine un atome de fer. Ainsi la chlorophylle va rapidement passer dans le sang, et en apportant aussi du fer, favoriser sa régénération et le transport de l’oxygène jusqu’aux cellules. Un sang pur et riche améliore le système immunitaire, c’est une assurance-santé à toute épreuve.

Voici les propriétés de la chlorophylle :

– contrôle les troubles de glycémie
– abaisse l’hypertension
– nourrit les glandes sexuelles
– accélère la cicatrisation
– exerce une action régénératrice sur le sang (lui fournit notamment un apport accru en fer)
– détoxifie le foie, les poumons et le côlon
– génère un milieu défavorable au développement des bactéries
– favorise l’élimination des toxines accumulées dans nos tissus
– prévient le grisonnement des cheveux (et peut même leur redonner leur couleur naturelle comme ce fut le cas pour Ann Wigmore)


L’Institut Hippocrate

Fondé par Ann Wigmore et actuellement dirigé par Brian et Anna Maria Clement, l’Institut Hippocrate de West Palm Beach en Floride, est l’un des centres de cure les plus reconnus au niveau international, grâce à sa méthode basée sur l’alimentation vivante et le jus d’herbe de blé.
Le programme Life Change de l’Institut Hippocrate est un séjour de remise en forme exceptionnelle de trois semaines dont l’objectif est :
– d’éliminer la majorité des toxines accumulées dans le corps – de revitaliser et de régénérer de l’organisme – de renforcer les défenses naturelles du corps – d’apprendre à chacun à changer et améliorer son hygiène de vie, dont alimentaire

Ce programme repose sur :

– l’alimentation vivante, basée sur des préparations végétales biologiques variées et savoureuses (légumes, graines germées, jeunes pousses, algues, oléagineux), tout est cru pour que les éléments vitaux des aliments restent intacts – le jus d’herbe de blé aux multiples vertus, ainsi que les « jus verts » frais (légumes et jeunes pousses) – la pratique régulière d’une activité physique adaptée – une attitude positive et responsable vis-à-vis de sa vie et de sa santé
« Nous devons donner à nos corps de la nourriture riche en légumes, légumes verts, et en fruits et graines germées, des haricots et des grains. Lorsque l’on combine ces aliments avec le repos, une bonne activité et une attitude positive, on renforce le corps et on peut même surmonter les problèmes de santé les plus graves. » Ann Wigmore
Appelé parfois l’élixir de rajeunissement ou plasma de jeunesse, il est vrai que ce jus crée bien des miracles : grand détoxifiant du système lymphatique, il évacue les métaux lourds des cellules, purifie le sang et restaure la vitalité.
Pour profiter de son efficacité, buvez le jus d’herbe de blé aussitôt après son extraction!
Source :http://foo‌dfreedomgr‌oup.com/20‌13/07/24/w‌heatgrass-‌turns-gray‌-hair-back‌-to-its-na‌tural-color/
Claire C.

- See more at: http://www.espritsciencemetaphysiques.com/jus-d-herbe-de-ble-nouvel-elixir.html#sthash.K8F8FYnY.dpuf

Revenir en haut Aller en bas
Akasha

avatar

Messages : 1534
Points : 2728
Réputation : 50
Date d'inscription : 17/03/2015
Age : 41
Localisation : par là tout droit

MessageSujet: Re: DOSSIER : Qu'est-ce que l'alimentation vivante    Mar 13 Oct - 21:05

Se nourrir de vie, le secret de l’alimentation vivante

Par Elise ROVILLE



Dans de nombreuses traditions, la nutrition était considérée comme un art et une science sacrés. Pour ces hommes et ces femmes, tout dans la vie était une question de nutrition. Car l’homme nourrit son corps quand il mange, mais il nourrit aussi son cœur à travers les états d’âme qu’il respire ainsi que son intellect à travers les pensées et la culture qui le forment. Ainsi, toute la destinée de l’homme repose sur la nature et la qualité de ce qui le nourrit et le construit dans ces trois plans de l’existence. Les Esséniens de Palestine étaient passés maîtres dans cet art de vivre qui était chez eux une véritable « culture de la vie », par contraste avec une civilisation corrompue…

Vers une écologie vivante et véritable


Pour nos ancêtres encore proches, la notion d’écologie était évidente. Ils n’avaient même pas besoin d’en parler car c’était leur mode de vie, leur façon d’être au monde… Les hommes construisaient leurs maisons avec les pierres du terroir, ils cultivaient eux-mêmes leur potager et vivaient en compagnie des animaux qui les soutenaient, les aidaient dans leur labeur. Ainsi, il n’y avait pas vraiment de séparation entre l’homme et les autres créatures de la terre mais ils vivaient tous ensemble, dans un soutien mutuel, une solidarité universelle. N’étaient-ils pas en cela les détenteurs et les gardiens de la véritable écologie ?

En accueillant l’ère industrielle à bras ouverts, en courant à corps perdus vers cette mécanisation systématique du travail et de la vie, l’humanité n’a pas vu « le loup entrer dans la bergerie ». Alors, tout ce qui donnait à l’homme et à la terre leur dignité et un sens plus grand s’est progressivement perdu, éteint. L’homme étant dégradé dans son travail et considéré au même titre qu’une machine, il a à son tour considéré l’animal, la plante et la terre entière comme une machine, destiné uniquement à assouvir ses besoins primaires, le coupant ainsi de tout échange vivant et harmonieux avec la nature, sa Mère.

C’est ainsi qu’en quelques décennies, nous avons assisté à la destruction massive de notre si belle planète et au pillage systématique de toutes ses ressources, dans une barbarie et un irrespect innommables. Voyant le désastre né de leur propre laisser-aller et de leur manque de vigilance et de discernement, les hommes ont inventé et érigé ce concept d’écologie en religion d’Etat, au même titre que l’Eglise au Moyen-âge… Sauf qu’il ne s’agit même plus du salut de l’âme mais uniquement du corps ; chacun veut « sauver sa peau » et ne prône l’écologie que pour la survie et le bien-être d’un corps qui, aussi merveilleux soit-il, est voué à la mort et au recyclage. Mais personne – ou si peu- ne pense à la souffrance de notre Mère la Terre et lorsque cela arrive, c’est bien souvent par peur et non par amour et compassion.

Face à cet état de crise qu’il faut savoir regarder bien en face, d’une façon objective et sans faux-semblant, je ne vois pas d’autres alternatives que de retrouver cette philosophie et ce mode de vie « écologique » de nos ancêtres. Parmi eux, certaines traditions ou mouvements spirituels ont apporté une véritable culture de l’amour et de l’échange vivant entre l’homme et la nature ; les Esséniens du temps de Jésus en particulier (et déjà de nombreux siècles avant lui) avaient développé un art de vivre et une relation avec la Mère-Terre tout à fait extraordinaire…

Les œuvres du Maître Peter Deunov et du docteur Bordeaux-Szekely


A notre époque, deux êtres ont tout particulièrement contribué à faire connaître, à ranimer dans les consciences le souvenir des Esséniens et de leur mode de vie si beau, si pur et si respectueux de la Mère-Terre.

Le premier, le Maître Peter Deunov* (1864-1944) vécut et enseigna en Bulgarie pendant plus de 50 ans. A la fin de sa vie, il avait plus de 40 000 disciples qui suivaient son enseignement universel et vivaient suivant une philosophie et un mode de vie très proche des Esséniens de Palestine. Il est vraiment déconcertant de voir comment la puissante impulsion apportée par ce Maître pour renouveler le véritable enseignement du Christ et des Esséniens coïncide avec la découverte et la traduction des manuscrits esséniens de la Mer Morte par le docteur Bordeaux-Szekely, en 1928. Ce n’est pas un hasard et ce fait confirme la parole de Jésus, le grand Maître des Esséniens : « La lettre tue, seul l’Esprit vivifie, donne la vie. » Or, c’est un fait extraordinaire de voir comment à partir de rien, le Maître Peter Deunov a redonné vie à ce qui était devenu mort à cause de l’obscurantisme religieux et la décadence de l’Eglise, prophétisé par Jésus à saint Pierre, il y a déjà 2000 ans.

Le mode de vie des Esséniens du temps de Jésus


A l’époque du Maître Jésus, qui nous intéresse ici particulièrement, les Esséniens avaient une vie simple et régulière : ils se levaient chaque matin avant le lever du soleil pour étudier et communier avec les forces de la nature, après avoir pris un bain d’eau froide et s’être vêtus d’habits blancs. Après leur travail quotidien dans les vergers, les champs et les vignobles, ils se réunissaient pour manger ensemble dans le silence, commençant et terminant leur repas par une prière. Leur alimentation était strictement végétarienne ; ils ne consommaient ni viande, ni boissons fermentées. Leurs soirées étaient dédiées à l’étude et à la communion avec les forces célestes.

Ce mode de vie permettait aux Esséniens de vivre aisément plus de cent ans et ils étaient réputés jouir d’une force et d’une endurance extraordinaires. Ils exprimaient leur amour et leur créativité à travers toutes leurs activités. Parmi toutes ces règles de vie qui, au-delà de leur aspect extérieur, constituaient un véritable art de vivre, le végétarisme et l’alimentation vivante étaient une des causes majeures de cette longévité et de cette force de vie, d’amour et de sagesse qui les caractérisaient.

Pourquoi le végétarisme ? Cela suffit-il ?


Au début du 20ème siècle, le Maître Peter Deunov posait de nouveau pour notre époque les bases du végétarisme, tel qu’il a été pensé et vécu par les Esséniens de tous temps, dans une vision qui dépasse largement le seul bien-être et la santé du corps physique de l’homme. Ainsi résumait-il cette vision universelle, avec la simplicité qui le caractérise : « Le véritable végétarien doit l’être dans les trois plans de son être global : physique, spirituel et divin. Penser et parler négativement de son prochain est aussi néfaste que de manger de la viande. Un tel homme n’est pas encore un vrai végétarien, même s’il suit un régime végétarien dans le plan physique. L’amour est la méthode de purification la plus parfaite car il vous apprendra à vous nourrir justement et efficacement dans les trois plans de votre être et à vivre fraternellement, dans la plénitude, l’abondance et la joie. »

Le Maître Peter Deunov, dans la lignée et en hommage à ses ancêtres esséniens nous révèle ici les fondements de l’écologie véritable, c’est-à-dire comment vivre en harmonie avec son prochain, qu’il soit un homme, un animal, un arbre, une fleur, une pierre, une rivière, une montagne… Car pour la vie, tout est vivant et ce que l’on fait à l’autre, c’est d’abord à soi qu’on le fait, pour le bien comme pour le mal. C’est pourquoi les Esséniens ne mangeaient pas de viande car ils savaient qu’en tuant les animaux, les hommes entravaient prématurément leur évolution et se liaient aux forces de peur et/ou de colère qu’ils ressentent avant d’être tués. En mangeant la chair et le sang des animaux, l’homme régresse dans son évolution et retourne au stade animal.

L’alimentation vivante, source incomparable d’énergie et de santé


En plus du végétarisme, les Esséniens du temps de Jésus prônaient une « alimentation vivante », c’est-à-dire ayant une forte concentration d’énergie vitale ou un taux très élevé d’enzymes, dans un langage scientifique moderne. Les enzymes sont en quelque sorte les « agents de la vie » car ils ont le pouvoir et la tâche de vivifier, de dynamiser et de maintenir en santé tout l’organisme de l’homme. Les graines germées, les algues, les jeunes pousses, les aliments lacto-fermentés ainsi que tous les fruits et légumes frais constituent les aliments de base de « l’alimentation vivante ».

Aujourd’hui, il est bien sûr difficile de se nourrir uniquement d’une telle alimentation mais ses vertus sont pourtant d’une incomparable efficacité.
Des experts contemporains ont même observé que ce régime alimentaire venait à bout de maladies qu’aucune autre médecine n’était capable de résoudre. L’énergie vitale, solaire, contenue dans cette alimentation est tellement élevée qu’elle apporte une puissante impulsion au système immunitaire de l’homme qui devient alors une forteresse imprenable pour la maladie. Ce régime alimentaire a déjà fait des milliers d’adeptes et produit chaque jour autant de miracles depuis que ses fondements ont été révélés en 1928 à travers la première publication de la traduction des textes esséniens de la Mer Morte par le docteur Bordeaux-Szekely.

Outre l’effet renouvelant et rajeunissant qu’elle opère sur le corps de l’homme et toutes ses cellules, l’alimentation vivante possède également la vertu de renforcer la volonté, de purifier la sphère des sentiments et de la respiration et peut facilement décupler les facultés du cerveau et de la pensée. Bien sûr, l’homme doit accompagner ces processus plus subtils par un éveil croissant de sa conscience qui sera naturellement renforcé par l’alimentation vivante ; l’un ne va pas sans l’autre.

Le secret de la germination est caché dans l’homme


Le Maître Peter Deunov a transmis la clé essentielle de l’art sacré de la nutrition : « L’homme devient ce qu’il mange. » Ainsi, en se nourrissant des graines germées de leurs champs, les Esséniens recevaient et devenaient les porteurs sur la terre de cette force de germination incroyable qui est contenue dans une simple graine germée. C’est pourquoi Jésus l’Essénien a dit : « Le royaume des cieux est semblable à un grain de sénevé ; lorsqu’il sort de terre et grandit, il devient un arbre sur lequel viennent chanter tous les oiseaux du ciel ». Cela signifie qu’avant toutes choses et par-dessus tout, c’est l’homme qui doit fleurir car son âme est semblable à ce grain de sénevé qui en germant, sort de l’obscurité pour offrir au monde et partager avec tous les êtres son parfum, sa couleur.

L’Arbre de vie ou l’art de la sublimation des énergies


De tous temps, les Esséniens se sont concentrés sur l’image de l’arbre pour comprendre les mystères de la vie et le sens de l’incarnation de l’homme sur la terre. Ainsi, bien nourrir leur corps et le maintenir en santé n’était absolument pas le but ni la cause de leur régime alimentaire et de leur mode de vie ; cet aspect n’était qu’une des nombreuses conséquences qui découle naturellement d’un tel régime. Avant tout, cette alimentation vivante était un des moyens qu’ils utilisaient pour élever leurs vibrations jusqu’à les rendre sensibles à l’intelligence vivante et sage de la Mère, à son langage subtil qui parle à l’âme à travers la pensée, les sens et le cœur de l’homme éveillé.

En méditant tous les jours sur cette image de « l’Arbre de vie qui se dresse au milieu de l’océan cosmique », les Esséniens comprenaient que cet arbre magique était l’homme lui-même dont la mission est de devenir l’intermédiaire entre le Ciel et la Terre, entre les mondes visibles et invisibles. Ils comprenaient alors qu’ils ne devaient ni être des matérialistes qui oublient le Ciel, ni des spiritualistes qui délaissent la Terre mais bien des intermédiaires entre ces deux mondes.

Par leur mode vie et leur discipline quotidienne, les Esséniens devaient se rendre capable d’élever toutes les énergies de la Terre vers le Ciel à travers la façon de nourrir non seulement leur corps mais également leur volonté, leur cœur et leur pensée. Ainsi, toutes leurs activités étaient accomplies suivant un art de l’élévation et de l’ennoblissement de l’homme ; c’est une alchimie, une sublimation des forces, exactement comme la graine qui prend racines dans un monde en décomposition pour s’élever et entrer dans la grandeur et la beauté, transformant ainsi le fumier en purs parfums et en couleurs chatoyantes.

Or, l’homme qui est conscient et qui travaille sur lui pour faire fleurir ce qui est éternel en lui et dans l’autre, voit ses vibrations s’élever progressivement : son corps devient plus stable et équilibré ; sa volonté devient plus forte et consciente, moins passive ; ses sentiments, son cœur et ses sens de perception vont vers une subtilité et un ennoblissement croissants ; enfin, sa pensée devient de plus en plus fine, à l’image de la fleur épanouie, capable de capter ce que la graine enfermée sous la terre ne peut comprendre et saisir. Un tel homme, une telle femme va naturellement éprouver la nécessité d’apporter à son corps une nourriture porteuse de vie qui n’abaissera pas ses vibrations mais au contraire portera et soutiendra leur élévation.

Alors seulement, l’homme peut porter le digne nom d’ « être humain » (qui se dit « essénien » dans le langage originel de l’humanité) et être le garant sur la terre de l’équilibre des mondes, pour le bien de tous les êtres. A travers une communauté de tels hommes et femmes initiés et formés dans le creuset d’un enseignement universel, la Mère-Terre est véritablement honorée et peut agir sur le monde entier car l’homme devient son corps, ses mains et ses pieds pour bâtir sur elle et par elle le royaume du Père céleste.

La pierre est honorée et vivante en l’homme car son corps est devenu sain et habité par l’Esprit Saint, c’est-à-dire par l’Intelligence supérieure du Père qui sait comment donner un corps et une forme à la Lumière ; la plante est honorée et vivante en l’homme car comme elle, il a donné une direction ascendante à sa volonté, à son aspiration vers la beauté et la grandeur ; l’animal est honoré et guéri car l’homme a tourné son cœur et ses cinq sens vers le Divin et rétabli toutes les vertus des animaux en lui, devenant ainsi le pentagramme de la Lumière, l’Homme-Christ qui restaure l’ordre céleste jusque dans la réalité terrestre.

Alors, les Anges du Ciel, les Archanges et toutes les hiérarchies divines peuvent toucher la Mère à travers une telle communauté et ouvrir un véritable chemin d’évolution pour la terre et l’humanité, comme l’a toujours fait la Fraternité essénienne, à travers les siècles et les siècles, conformément à sa mission dans le monde.

L’alimentation vivante a été, est et demeurera un fantastique moyen de réactiver en soi cette intelligence de la vie, cette présence de la Mère qui veut conduire tous ses enfants vers la naissance du Christ, de l’homme véritable, celui, celle qui apporte la Lumière et le bien à tous les êtres. Telle est la véritable écologie.

Vu sur http://www.magazine-essentiel.com

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer la source: http://elishean.fr/aufeminin
Revenir en haut Aller en bas
Akasha

avatar

Messages : 1534
Points : 2728
Réputation : 50
Date d'inscription : 17/03/2015
Age : 41
Localisation : par là tout droit

MessageSujet: Re: DOSSIER : Qu'est-ce que l'alimentation vivante    Ven 19 Fév - 21:23

SEXY RAW FOOD – Le cru GOURMET arrive enfin en France

Une invitation joyeuse et gourmande à repenser sa nourriture pour en renouveler les plaisirs

Parce que tout est possible, ou presque, en cuisine crue les lasagnes, les risottos, la soupe à l’oignon, les fromages, le pain, les tuiles croustillantes, le carawmel, la tarte au citron… , ce livre est une véritable invitation à découvrir et à maîtriser les principes de la raw food.



Les préparations simples (un robot et un blender suffisent) permettent une préservation parfaite des nutriments. Mais ce qui importe le plus à Marie-Sophie L., c est de louer les vertus gustatives des préparations sans cuisson pour révéler la complexité de certains légumes qui se livrent pleinement dans toute leur insolente vivacité !

Ainsi ce « cheesecake » bluffant de gourmandise et de saveurs, réalisé sans ufs ni laitage, et sans cuisson, ou ce « risotto » de panais aux cèpes où les notes réglissées, vives et sucrées du panais dansent littéralement avec le parfum chaud et puissant des cèpes pour rebondir en bouche avec beaucoup d aisance et de persistance. Un enchantement inoubliable.
Spaghettis de courgettes à la sauce napolitaine / Cheesecake aux framboises / Gâteau au cacao corsé et au carawmel tendre / Pruneaux au bacon d aubergine / Velouté de poivron fumé / Tombée d épinards / Béchamel de cajou à la muscade et au poivre noir / Rawtatouille…

Marie-Sophie L., Raw Chef, anime des cours de cuisine et initie à la découverte du cru lors de dîners didactiques et de dégustations initiatiques (www.linstantcru.com). Elle s est formée pendant six mois en Californie dans les plus grandes écoles de cuisine, dont The living Light Culinary Art Institute à Fort Bragg, pour devenir Raw Chef. Elle a aussi une formation de naturopathe.


LA TÉLÉ DE LILOU © Lilou Productions 2016
WebTV http://www.lateledelilou.com
Facebook https://ww.facebook.com/frlilou

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer la source: http://elishean.fr/aufeminin
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: DOSSIER : Qu'est-ce que l'alimentation vivante    

Revenir en haut Aller en bas
 
DOSSIER : Qu'est-ce que l'alimentation vivante
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Alimentation vivante : végétalisme à 80% cru
» alimentation vivante
» L'alimentation vivante
» alimentation vs nausées
» Lait d'avoine Carrefour 1E70 !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fils de la loi de UN :: Santé :: Alimentation-
Sauter vers: