Le partage le nerf de ma guerre. Nouveau paradigmes, soyons la révolution.
 
AccueilPortailRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Dioxine et pesticides dans les tampons ? 5 alternatives écolo

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Akasha



Messages : 1534
Points : 2728
Réputation : 50
Date d'inscription : 17/03/2015
Age : 39
Localisation : par là tout droit

MessageSujet: Dioxine et pesticides dans les tampons ? 5 alternatives écolo   Jeu 14 Mai - 10:57

Bonjour les frangines
Bon...les mecs vous pouvez allez voir plus loin si on y est y'a rien pour vous ici...
Vous commencez à avoir l'habitude, vous qui me suivez, j'aurai toujours quelque-chose à critiquer sur les produits issues de la grande consommation...Et je ne vois pas pourquoi je ne le ferai pas car c'est toujours argumenter et légitime..ici c'est un sujet sensible et important qui nous concernent au plus haut point nous les femmes ! Il y a un peu plus de un ans, j'en avais déjà parlé sur PR (Planète Révélations, Juste ici), Et quand je vois le peu de nombre de vues (à peine 1200), alors que la plupart de mes sujets là-bas faisait de gros scores (entre 4000 et 11.000 vues), j'me dit que cela reste de un tabous, de deux, y'a d'la négligence... pale Alors qu'il n'y a pas à tergiverser avec l'hygiène intime..... Cela peut amener son lot de maladies bénigne à sévères ! les composants des serviettes et tampons, ne sont jamais vraiment communiqué sur les emballages, Mais il est avéré que leurs composants forme de la dioxine, qui est un poison non seulement pour_nous, mais aussi pour l’environnement ! Sans compter que la matière qui les composent met beaucoup de temps à se dégrader, et ils n'existent aucun programmes de recyclage... No  Il serait donc intéressant que nous nus tournions vers des solutions alternatives...Ce qui est déjà mon cas, personnellement j'opte pour deux solutions, selon ce que le moment de la journée l'exige ou ce que j'ai à faire pendant la journée. J'utilise donc soit la coupe menstruelle, ou les tampons bio. Voilà je vous proposes de voir tout ça de plus près avec cet article, bonne lecture les copines !
Texte de Akasha


Dioxine et pesticides dans les tampons ? 5 alternatives écolo

Un sujet qui concerne toutes les femmes, ou presque… Au moins celles qui utilisent des tampons, celui-ci est glissé dans un endroit plus qu’intime, et également un des endroits les plus sensible aux attaques bactériennes, et c’est dans celui-ci qu’un concentré de dioxines et de pesticides est glissé, vous cernez le problème? À l’heure actuelle, alors que les campagnes parlent de lutter contre le cancer de l’utérus notamment, on apprend que les tampons sont potentiellement dangereux, voire totalement. C’est pour cela qu’il va falloir se pencher vers les alternatives écolos, pour le respect de l’environnement d’une part, mais surtout pour le respect de votre corps et de votre santé!



____________________________________________________

Face à la potentielle toxicité des protections menstruelles, et alors que pétitions et plateformes en faveur d’une alternative plus écologique se multiplient, de plus en plus de femmes se tournent vers des produits naturels. We Demain en a sélectionné cinq pour vous.




Une coupe menstruelle sur fond de serviette DIY (Crédit : L’agenda de la Nantaise)
Elles promettent de « recueillir le flux au plus près de votre anatomie ». Le tout à grands renforts de barrières protectrices anti-odeur, parfumées à l’aloe vera ou au voile « si doux » qu’il vous confère un « parfait confort ». Mais avez-vous remarqué que leurs ingrédients ne sont jamais mentionnés sur les notices d’utilisation ?
Si une fois par mois, les protections hygiéniques sont un accessoire indispensable pour environ la moitié de la population mondiale, elles représentent évidemment un énorme marché planétaire. Mais les acteurs de cette industrie, dont les plus importants sont les marques Procter & Gamble ou Johnson & Johnson, n’ont, à ce jour, aucune obligation de révéler les composants de ces aides hygiéniques.

C’est pour les connaître enfin qu’aux États-Unis, la sénatrice Carolyn Maloney, surnommée « Mrs Tampons « , défend depuis peu le projet de loi Robin Danielson – du nom d’une femme supposément décédée à la suite de la toxicité de ces composants. L’élue entend ainsi faire en sorte que les industriels révèlent leurs « recettes ».

« Les lobbys autour de cette industrie sont tellement importants que les ingrédients réels continuent à être cachés, ce pourquoi la plupart des femmes ignorent de quoi sont composées leurs protections, nous explique Nelly Lapierre, chef de produits des magasins biologiques Euro-Nat, spécialisée dans la commercialisation de produits hygiéniques organiques, Elles pensent qu’il s’agit uniquement de coton. »

Mais plus qu’une simple mèche de coton, une protection hygiénique est un ensemble complexe de fibres naturelles et synthétiques, dont le coeur absorbant mélange coton, viscose et polymères, ainsi qu’une poudre absorbante.

POLLUANTS NOCIFS ET DIOXINE

Ce même coton est blanchi par oxygénation, avec des azurants chimiques et, la plupart du temps, du chlore. C’est là que résiderait, selon Nelly Lapierre, l’un des risques pour le corps. Car quand le chlore entre en contact avec la viscose, ils formeraient une substance toxique, la dioxine, un polluant nocif, même à petites doses. Il pénètrerait en effet dans les muqueuses et finirait par s’accumuler dans le corps des femmes.

Contrairement à la composition des ingrédients, les fabricants sont tenus de préciser les taux d’absorption offerts par leurs produits. Mais lorsque l’on analyse la poudre chargée de « booster » cette absorption et la retenue du sang, elle se révèle composée d’un condensé d’amidon et de produits chimiques, qui serait lui aussi nocif.

« En attendant d’obtenir des réponses scientifiques, il ne faut pas diaboliser les protections conventionnelles, estime Yukiko Peaupardin, gynécologue obstétricienne à Strasbourg, mais il est important d’alerter les patientes sur le risque d’apparitions de mycoses et de démangeaisons, favorisés par des ingrédients qui déséquilibrent la flore vaginale. » Quant aux alternatives plus respectueuses du corps, elles commencent à susciter l’intérêt du monde scientifique, mais restent « marginales », d’après la spécialiste.
11 000 TAMPONS

Mais le biotope féminin n’est pas le seul territoire menacé. L’environnement l’est aussi, car la production des protections hygiéniques requiert un coûteux processus de fabrication, qui nécessite l’utilisation de nombreuses ressources naturelles et de pesticides. Ne serait-ce qu’à travers la culture du coton.

Autre donnée clef : le temps nécessaire à une serviette ou à un tampon pour se dégrader. Le second met plus d’un siècle de plus à se décomposer. C’est la raison pour laquelle les tampons ne sont jamais recyclés : une fois jetés à la poubelle, ils sont généralement enfouis ou brûlés. Une menace pour la planète, lorsque l’on sait que dans sa vie, une femme utilise en moyenne 11 000 tampons.



« Désintoxiquer les vagins »


Ces risques sanitaires et environnementaux sont de plus en plus connus de l’opinion publique. Sur le web, communautés, plateformes d’informations et campagnes en faveur d’une protection menstruelle plus écologique se multiplient. C’est le cas, entre autres, de Campaign for Safe Cosmetics (Campagne pour des cosmétiques sains), un collectif d’ONG américaines engagées pour la santé et l’environnement, qui milite pour des produits plus « sûrs » :
« Nous assistons à un manque cruel de données sur les effets sanitaires de l’utilisation récurrente des tampons classiques, relève ce collectif. La bonne nouvelle, c’est que nous pouvons passer à d’autres produits meilleurs pour l’environnement et pour nos corps. »

Ces ONG ne sont pas les seules à encourager les femmes à se protéger différemment. Le collectif Women’s Voices for the Earth (Voix de femmes pour la Terre) somme les marques Tampax et Always de « désintoxiquer nos vagins » (« detox the Box »). On peut aussi citer une pétition sur Change.org, qui s’attaque à trois problématiques en même temps. La plateforme de pétitions en ligne demande aux entreprises de révéler les substances contenues dans les produits, aux consommateurs de lutter pour plus de transparence et aux gouvernements de contribuer à réduire les prix élevés des protections hygiéniques.

Des arguments qui commencent à être entendus par les pouvoirs publics, mais que les multinationales concernées, pour l’instant, ignorent. En attendant, des alternatives plus écologiques existent. En voici cinq, sélectionnées par We Demain.




La coupe menstruelle


C’est la plus célèbre alternative au tampon conventionnel. Fabriquée en silicone de qualité médicale non allergène (voire, en latex ou en TPE), elle permet de récolter le flux menstruel, le tout sans choc toxique. Ce petit récipient en forme de cloche et aux bords arrondis est introduit dans le vagin à la main ; son retrait est facilité par une petite tige. Généralement assez souple et confortable, il permet d’être protégée entre quatre et douze heures de suite, selon les marques. Reste à laver la coupe à l’eau claire pour pouvoir la réutiliser, puis à l’eau chaude, avant de la ranger jusqu’au mois suivant.
AVANTAGES : Avec une durée de vie de dix ans en moyenne et un prix qui varie entre dix et trente euros, elle est nettement plus économique que ses concurrents traditionnels. Sachant qu’une boîte de tampons coûte en moyenne trois euros, une boîte de serviettes quatre euros, son achat est amorti en six mois. De plus, la coupe se décline en différents modèles et tailles.

INCONVENIENTS : Pour les femmes peu à l’aise avec leurs corps, sa mise en place peut nécessiter un peu d’entraînement dans un premier temps. L’absence de lieu permettant de la laver discrètement peut poser problème.



Des patrons DIY (Crédit : Sylvie Damey – FibreCreative (ChezPlum))



Les patrons de serviettes hygiéniques lavables


Avis aux adeptes du Do It Yourself. Plusieurs sites web proposent en libre-accès des patrons de serviettes hygiéniques lavables, tandis que des start-up vendent des kits de tissus prêts à assembler soi-même. Après utilisation, il suffit de les laver comme n’importe quel vêtement, à l’eau ou en machine à laver.
AVANTAGES : Confortables, ces tissus épousent les formes de chacune. On peut les coudre facilement et les superposer sur plusieurs couches, en fonction du flux. On peut en choisir les couleurs, les motifs, et même les fabriquer à partir de matériaux recyclés. De plus, ces tissus sont constitués de fibres naturelles et imper-respirantes, ce qui permet de limiter les odeurs.

INCONVENIENTS : La conception de ces serviettes implique de posséder une machine à coudre basique et de savoir s’en servir. Après utilisation, il faut les tremper dans un peu d’eau avant de les passer à la machine avec une lessive écologique.


Source et suite des alternatives: We Demain.fr




Illustration humour trouvé par Akasha
Revenir en haut Aller en bas
Akasha



Messages : 1534
Points : 2728
Réputation : 50
Date d'inscription : 17/03/2015
Age : 39
Localisation : par là tout droit

MessageSujet: Re: Dioxine et pesticides dans les tampons ? 5 alternatives écolo   Ven 15 Mai - 21:49

Bonsoir les frangines
J'aimerai recenir un instant sur la cup menstruelle, et vous donnez un complément d'information !




Pourquoi passer à la cup (coupe menstruelle) ?




* Des idées d'utilisations par Sophie pour votre cup ! http://goo.gl/bFz0lq
* Abonnez-vous à notre chaîne ! http://mmz.li/Ab-mmZ-YT
* Suivez-nous sur FB http://mmz.li/aeB9v2
* Follow us on our new FB fanpage in english http://mmz.li/uIV1lL

Comment insérer et retirer une coupe menstruelle ?



http://belleblonde.net/coupe-menstrue... Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la coupe menstruelle : mode d'emploi, insertion, recommandations, utilisation... je vous explique tout !

...Et un p'tit lien globale et ludique : VIVE LES SERVIETTES HYGIÈNIQUES … EN COTON BIO !


Revenir en haut Aller en bas
 
Dioxine et pesticides dans les tampons ? 5 alternatives écolo
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Dioxine et pesticides dans les tampons ? 5 alternatives écolo
» Résidus de pesticides dans le vin non bio : 4 en moyenne...
» Insecticide utilisé en agriculture biologique serait responsable de Parkinson !
» Recette contre les cochenilles
» L´eau en bouteille laissée dans votre voiture est très dangereuse !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fils de la loi de UN :: Environnement :: Alternatives de vie :: Autonomie-
Sauter vers: