Le partage le nerf de ma guerre. Nouveau paradigmes, soyons la révolution.
 
AccueilPortailRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Cannabis : la légalisation de l’usage débattue au Sénat ! >I< Conspiration contre le cannabis au profit de l’industrie : “l’empereur nu” le film

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Akasha

avatar

Messages : 1534
Points : 2728
Réputation : 50
Date d'inscription : 17/03/2015
Age : 40
Localisation : par là tout droit

MessageSujet: Cannabis : la légalisation de l’usage débattue au Sénat ! >I< Conspiration contre le cannabis au profit de l’industrie : “l’empereur nu” le film   Mer 22 Avr - 20:52

Bonjour mes frères et sœurs
Dis my friend t'en veeeuuux ? Bien trêve de plaisanterie..Cela fait des lustre que le dossier légalisation du cannabis refait surface, mais en vain ! Cela s'explique surtout de façon économique bien plus que du prétexte santé...En effet le cannabis possède bien des vertu autre que son action narcotique. On peux fabriquer des vêtements, des onguents de toutes sortes, des produits thérapeutiques et cosmétiques, et même des gilets pare-balles ! (and many more) En pharmacopée surtout dans les anti-douleurs et soins palliatif des cancers ces possibilités ne sont plus à démontrer ! Il est donc inutile de vous précisez dans quelle mesure, ça légalisation risquerai de faire de l'ombre à bien des multinationales qui ont le monopole dans le champs d'action que le cannabis pourrait être utilisé. Et vu que l'on sait à quel point les multinationales s’émissent dans les grandes décisions d'état, ce n'est pas demain la veille que l'on verra le dossier cannabis légiféré !

Texte de Akasha (images choisies par Aakasha)
.


Cannabis : la légalisation de l’usage débattue au Sénat ! >I< Conspiration contre le cannabis au profit de l’industrie : “l’empereur nu” le film

Une proposition de loi du groupe EELV souhaitant autoriser le cannabis est arrivée en discussion devant les sénateurs mercredi 4 février 2015.



La légalisation du cannabis ? Oui.




Vous avez bien lu. Ce mercredi 4 février, le Sénat, en séance plénière, a examiné une proposition de loi visant ni plus moins à « autoriser l’usage contrôlé du cannabis ». Première remise en cause en France de la loi du 31 décembre 1970 qui a mis en place le cadre juridique en matière d’usage de drogues parmi les plus répressifs d’Europe, elle est due à la conviction et surtout à la constance obstinée de la sénatrice du Val-de-Marne Esther Benbassa (EELV), qui avait déposé sur le bureau de la Haute Assemblée le texte en janvier 2014.

Il arrive donc en débat, un an après, devant les sénateurs dans le cadre de la « niche » (temps de séance réservé aux propositions de loi de chaque groupe parlementaire) du parti écologiste. Même s’il a évidemment peu de chances d’être adopté par les sénateurs puis les députés, ce texte constitue une courageuse avancée symbolique sur un sujet honni, ou du moins fui, par la majeure partie de la classe politique française.
La crainte (empreinte de grande démagogie) de nos politiques vis-à-vis d’une opinion publique supposée réclamer toujours plus de répression empêche ainsi d’aborder la question de l’usage des drogues autrement depuis près d’un demi-siècle. Même si cette opinion publique évolue sur la question plus vite que ses élus : la légalisation du cannabis n’est pas encore majoritaire d’après les sondages mais son acceptation a largement progressé depuis une dizaine d’années.

Les Français, parmi les plus gros consommateurs européens

45 % des jeunes de 17 ans ont en effet expérimenté le cannabis (13,4 millions d’expérimentateurs tous âges confondus, soit près d’un Français sur cinq, ) et la France compterait près de 4 millions de consommateurs au total. Des chiffres qui n’ont jamais cessé d’augmenter au cours des dernières décennies. Ces données peuvent sans doute constituer un début d’explication de l’évolution de l’opinion sur le sujet. Mais elles montrent clairement le caractère inapplicable – et inappliqué – de la loi de 1970, tout en occasionnant des dépenses et une somme de travail immenses du côté des services de police.

Chaque année, 123 000 personnes sont ainsi interpellées, dont 97 % pour consommation et détention de petites quantités (donc pour usage et non trafic) de cannabis. Cette situation de fait permet à Esther Benbassa de défendre sa proposition de loi :

« La légalisation de l’usage contrôlé (uniquement aux majeurs, avec les mêmes interdictions pour la conduite de véhicules) économiserait cette énorme débauche de moyens, en fin de compte inutile.




Et il faut aussi dire la vérité aux gens : le cannabis est moins dangereux que le tabac et l’alcool.

Toutes les études de santé publique le montrent.
Enfin, il faut battre en brèche la théorie de l’escalade, qui prétend que fumer un joint vous fera prendre de l’héroïne par la suite, tout le monde sait que c’est faux pour 99 % des consommateurs ! »

La sénatrice EELV s’appuie notamment sur les exemples des États du Colorado, de Washington, de l’Oregon, et récemment de la capitale fédérale états-unienne Washington D.C., qui ont tous (avec des modalités différentes), autorisé l’usage ou le commerce du cannabis : « Les consommations n’y ont en aucun cas explosé. » Et de souligner que les recettes récoltées par ces États grâce aux taxes vont pour une bonne part bénéficier aux programmes de prévention, notamment dans les écoles. Enfin, la légalisation permettrait, selon la sénatrice, un véritable « assèchement de la criminalité qui, comme on sait, peut nourrir le terrorisme ».

Le PS et l’UDI s’abstiennent en commission

Ces arguments portent-ils sur nos parlementaires ? Sur BFM-TV, Marisol Touraine, ministre des Affaires sociales – qui n’est pas venue à la séance du Sénat sur cette question de santé publique pourtant importante, préférant étrangement s’y faire représenter par sa secrétaire d’État aux droits des Femmes, Pascale Boistard – est restée droite dans ses bottes :

« Je ne suis pas favorable à ce qu’on mettre ce débat sur la table aujourd’hui ; maintenons le droit tel qu’il est. »

Rappelons que Vincent Peillon s’était fait durement taper sur les doigts à l’automne 2012 quand, ministre de l’Éducation nationale, il avait osé proposer de simplement « débattre » d’une question qui concerne « un grand nombre de jeunes ».

Pour autant, si le gouvernement Valls campe sur ce type de position, le doute a peut-être commencé à gagner certains politiques. La proposition d’Esther Benbassa a obtenu un début de reconnaissance à son obstination : en commission, les socialistes, mais aussi les membres du centre-droit de l’UDI, se sont abstenus. Même si les écologistes sont restés isolés en séance plénière où le débat a été interrompu au bout de deux heures, à l’issue de l’espace réservé au groupe écologiste, la discussion reprendra à une date que fixera la Conférence des présidents de la Haute Assemblée.

source : http://www.politis.fr/Cannabis-la-legalisation-de-l,29981.html

Succès de la dépénalisation des drogues au Portugal

Après huit années, le bilan s’avère positif selon les experts. L’expérience du Portugal en matière de dépénalisation de l’usage des drogues, et leur possession, permet de dresser un bilan encourageant, avec peu d’effets secondaires dangereux.
Tout d’abord, ces mesures n’ont pas l’air d’avoir un encouragé sur un « tourisme de drogue » : 95% des personnes qui ont été poursuivies vivent sur le sol portuguais. Le niveau de trafic de drogue a décliné. L’incidence des transmissions des IST par voix intraveineuse a baissé. Les décès pour cause d’overdose ont aussi nettement chuté. Le nombre de personnes qui ont rejoint des programmes de substitution a augmenté de manière importante (24.000 en 2008 contre 6000 en 1999).

La consommation d’héroïne concerne moins de Portugais et ces derniers consomment beaucoup moins de cannabis que dans d’autres pays européens. En conséquence, la proportion de personnes séropositives ayant contracté le VIH par le biais de drogues a lui aussi baissé – mais c’est une tendance générale dans la majeure partie des pays d’Europe de l’Ouest. Bref, la dépénalisation des drogues au Portugal n’a pas provoqué de scénario catastrophe, particulièrement chez les jeunes.
source : http://www.minorites.org/index.php/3-lagence/421-succes-de-la-depenalisation-des-drogues-au-portugal.html

Et pendant ce temps…

En attendant les gens qui ne veulent pas participer à l’économie souterraine cultivent chez eux…





Je ne suis pas étonnée que ça commence à remuer de ce côté MAINTENANT, j’y ai pensé au moment des attentats, alors que j’anticipais l’acte héroïque gouvernemental (attraper les méchants) qui allait entrainer une explosion de la côte de popularité de F Hollande. Après le coup de bambou de la loi “mariage pour tous” sur les conservateurs il aurait été impossible de proposer une autre “révolution” au niveau des stupéfiants cette fois. Alors que la levée de cette prohibition avec ses économies considérables au niveau administratif (procédures + coût de la détention) et son apport par les taxes diverses applicables au produit et aux consommateurs aurait la capacité de relever le pays, économiquement ! Mais avec la côte de popularité boostée il devient possible d’aborder ce tabou.

Le chanvre et la conspiration contre le cannabis :

Ecrivain du célèbre “L’empereur est nu”, Jack Herer onsidéré comme le père du mouvement pro-chanvre d’aujourd’hui, a passé plus de la moitié de sa vie à se battre pour que le chanvre retrouve sa véritable image.
Vous trouverez ci dessous en PDF (Français) “l’Empeereur est nu” de Jack Herer :

http://www.fichier-pdf.fr/2014/05/14/jack-herer-l-empereur-est-nu-3-edition-2014-french-ebook/




Dans ce reportage, tiré de “L’empereur est nu” est reprise l’intégralité de l’histoire du chanvre afin de nous démontrer l’utilité, voir l’indispensabilité du Cannabis Sativa.
On apprend alors comment la plante était utilisé pendant des milliers d’années pour faire du tissu, des cordages, des médicaments, de la nourriture… Ainsi, il nous démontre que même aujourd’hui, elle pourrait apporter énormément. Elle pourrait remplacer le bois dans la fabrication du papier, le coton dans la fabrication de textile… un argumentaire plus que béton pour la légalisation du cannabis.
Ces arguments sont tellement indiscutables qu’on s’étonne vite de ne pas être au courant.
Il faut savoir que c’est au profit de l’industrie pétro-chimique que cette manne cannabique a été prohibée.




PETIT RAPPEL vite fait :
(car il y a beaucoup d’articles sur Stopmensonges consacrés aux vertus de la ganja !)
Un docteur certifie l’action bénéfique du cannabis sur les cellules cancéreuses :





voici comment en 8 mois de traitement aux cannabinoïdes une tumeur cancéreuse a disparu



Quelques bienfaits du cannabis






Alors… croisons les doigts pour qu’il y ait au moins une bonne mesure de prise pendant ce quinquénat !

Source




*-*-*-*-*-*-*-*
Revenir en haut Aller en bas
Akasha

avatar

Messages : 1534
Points : 2728
Réputation : 50
Date d'inscription : 17/03/2015
Age : 40
Localisation : par là tout droit

MessageSujet: Re: Cannabis : la légalisation de l’usage débattue au Sénat ! >I< Conspiration contre le cannabis au profit de l’industrie : “l’empereur nu” le film   Mer 22 Avr - 20:54

Bonsoir les amis du soir  drunken
Savez_vous que le cannabis peut se consommer de bien des façons différentes..Il peut même accompagner des mets, et les parfumer...Aussi comme vous le savez surement, il a des vertus médicinale et thérapeutique.  study


États-Unis : Cuisine italienne au cannabis avec une chef de 91 ans



“Bong Appétit” est une nouvelle série sur les boissons et aliments infusés au cannabis. Vous découvrirez de nombreuses façons de consommer le cannabis.





Dans ce premier épisode, le chef cuisine Matt Zimbric se rend dans un jardin de cannabis médical secret en Californie, tenu par Nonna Marijuana, une grand-mère de 91 ans qui cuisine à l’italienne.



Utilisant des têtes de cannabis cultivé par sa propre fille, Nonna enseigne à Matt une technique infaillible pour infuser le cannabis dans du beurre, puis lui montre comment préparer un poulet « pot-cciatore » et des gnocchis au beurre de cannabis.

Au passage, elle explique comment et pourquoi elle recommande le cannabis médical à ceux qui en ont besoin, sans consommer elle-même ce qu’elle produit.




*-*-*-*-*-*-*-*-*-*
Revenir en haut Aller en bas
Akasha

avatar

Messages : 1534
Points : 2728
Réputation : 50
Date d'inscription : 17/03/2015
Age : 40
Localisation : par là tout droit

MessageSujet: Re: Cannabis : la légalisation de l’usage débattue au Sénat ! >I< Conspiration contre le cannabis au profit de l’industrie : “l’empereur nu” le film   Mer 22 Avr - 21:05

Cannabis, la drogue douce dont l'hypocrisie dure #DATAGUEULE 11



Le cannabis est la drogue la plus populaire dans le monde. Qu'il s'agisse de production, détention, vente, achat ou simple usage, la législation française est l'une des plus sévère. Mais avec 40% des moins de 16 ans ayant déjà testé le cannabis, l'efficacité de cette répression semble relative...

"En Europe, en 2011, sur 1 million de saisies de stupéfiants, 80% étaient des produits dérivés du cannabis" : http://is.gd/PoqkcG

Comparatif des législations européennes sur autour du cannabis : http://is.gd/BNKnEP

"En France, à 16 ans, 40% des ados ont déjà testé le cannabis" : http://is.gd/nOMQrQ

"Le cannabis, un anti-douleur reconnu pour des maladies comme la sclérose en plaque ou certains cancers" : http://is.gd/PgEWcO

La campagne de presse contre le cannabis aux États-Unis dans les années 1930 : http://is.gd/kpiiiM

La loi sur les drogues de 1970 en France : http://is.gd/ej5RhV

"La France est l'un des leader mondiaux dans la production de morphine" : http://is.gd/3OQ8jO

L'arrivée du Sativex sur le marché : http://is.gd/y7StXg

La transformation du marché illegal du cannabis : http://is.gd/D99GMz

"En France, 500 millions d'euros annuels sont consacrés à la répression" : http://is.gd/94Q9XK

"Près de 20% des moins de 17 ans sont au bord de la dépendance" : http://is.gd/94Q9XK



Et sinon, France 4 c'est aussi :
http://www.france4.fr/
https://www.facebook.com/france4tv
https://twitter.com/france4tv
http://www.youtube.com/user/france4

Revenir en haut Aller en bas
Akasha

avatar

Messages : 1534
Points : 2728
Réputation : 50
Date d'inscription : 17/03/2015
Age : 40
Localisation : par là tout droit

MessageSujet: Re: Cannabis : la légalisation de l’usage débattue au Sénat ! >I< Conspiration contre le cannabis au profit de l’industrie : “l’empereur nu” le film   Mar 28 Avr - 22:14

Désinformation sur l'histoire du chanvre

Petit reportage expliquant l'intérêt des lobbys pétroliers et autres grands groupes financiers à supprimer l'usage du chanvre tout en faisant croire que cette plante qui est exploitée depuis au moins 7000ans par l'homme provoquera la chute de notre société.





La vraie histoire du cannabis - partie 1







La vraie histoire du cannabis - partie 2



Revenir en haut Aller en bas
Akasha

avatar

Messages : 1534
Points : 2728
Réputation : 50
Date d'inscription : 17/03/2015
Age : 40
Localisation : par là tout droit

MessageSujet: Re: Cannabis : la légalisation de l’usage débattue au Sénat ! >I< Conspiration contre le cannabis au profit de l’industrie : “l’empereur nu” le film   Jeu 4 Juin - 20:53

Résultats choquants : Une femme remplace 40 médicaments par du jus de cannabis cru



Même si les résultats peuvent ne pas être choquants pour tout le monde, beaucoup de gens sur la planète commencent tout juste à prendre conscience des avantages médicinaux que peut offrir le cannabis.


Une étude récente menée par l’Institut de Psychiatrie Moléculaire à l’Université de Bonn en Allemagne vient de découvrir que le système cannabinoïde du cerveau déclenche la libération d’antioxydants qui agissent comme un mécanisme de nettoyage. Ce processus est connu pour éliminer les cellules endommagées et améliorer l’efficacité des mitochondries. Les mitochondries sont les sources d’énergie qui alimentent les cellules. Cette étude a été publiée dans « The Philosophical Transactions of The Royal Society, B » (1).


Il y a aussi une quantité importante de preuves qui appuient le fait que le cannabis peut aussi être un traitement efficace, et même un traitement potentiel contre le cancer. Nous fournirons une liste de 20 études médicales qui prouvent que le cannabis peut guérir le cancer. Nous savons déjà que les médicaments prescrits sur ordonnance tuent plus de 100 000 personnes chaque année et qu’un régime alimentaire à base de plantes peut empêcher plus de 60% des décès dus aux maladies chroniques. Il est temps de changer notre préjugé sur le cannabis, la seule raison pour laquelle on nous l’a fait regarder de manière négative c’est parce qu’il menacerait plusieurs industries (dont l’industrie pharmaceutique.) Le cannabis a plus de 50 000 utilisations différentes et il pourrait aider à transformer notre monde.

Il s’est avéré que les cannabinoïdes étaient efficaces pour réduire les cellules cancéreuses car ils ont un grand impact sur la reconstruction du système immunitaire(2). Bien que toutes les souches de cannabis n’aient pas le même effet, de plus en plus de patients voient un résultat positif dans la diminution du cancer sur une courte période en utilisant du cannabis. Contrairement aux pensées et aux convictions populaires, fumer du cannabis n’aide pas beaucoup dans le traitement de la maladie car on ne peut pas atteindre les niveaux thérapeutiques en fumant. Créer de l’huile à partir de la plante ou manger la plante est le meilleur moyen de s’y prendre pour avoir les ingrédients nécessaires qui sont les cannabinoïdes.


D’autre part quand on fume le cannabis, un autre aspect doit être examiné. Lorsque le cannabis est chauffé et brûlé il modifie la structure chimique et l’acidité du THC qui modifie sa capacité à avoir un effet thérapeutique. De plus, quand vous brûlez quelque chose et que vous l’inhalez, vous créez de l’oxydation dans le corps. Cette oxydation n’est pas saine pour le corps et peut conduire à des problèmes de santé. C’est pourquoi les antioxydants constituent une partie importante de tout régime alimentaire sain.


Source : tv.greenmedinfo.com
collective-evolution.com
(1) rstb.royalsocietypublishing.org
(2) sante-nutrition.org


Revenir en haut Aller en bas
Akasha

avatar

Messages : 1534
Points : 2728
Réputation : 50
Date d'inscription : 17/03/2015
Age : 40
Localisation : par là tout droit

MessageSujet: Re: Cannabis : la légalisation de l’usage débattue au Sénat ! >I< Conspiration contre le cannabis au profit de l’industrie : “l’empereur nu” le film   Lun 15 Juin - 20:10

Le cannabis



« Les Bonzes, les Derviches, les Fakirs, les Kalenders, les Sannyasis, les Santons, les Aïssaouas et quantité de personnes appartenant dans l’Inde à tous les rangs de la société, se procurent à volonté des extases, des crises extatiques et mille visions en absorbant des pilules d’Esrar, dans lesquelles il n’entre guère que du haschisch… » – Ernest Bosc



« Si l’homme savait se servir des plantes, écrit Ernest Bosc dans son « Traité théorique et pratique du haschisch », il n’aurait pas besoin d’avoir recours aux médecins, ni aux remèdes minéraux sauf dans des cas exceptionnels.

La plante a des vertus spéciales, elle a une vie propre, que l’homme croit connaître et qu’il ne connaît pas.


Pour le vulgaire, la vie de la plante n’est qu’une vie végétale, végétative pourrions-nous dire ; pour le Penseur, la plante a aussi une vie animale, et c’est celle-ci qui lui donne sa puissance, ses qualités curatives ; car de même que l’homme, la plante a une constitution septénaire, si on l’étudie à des points de vue divers; elle comporte en effet :

1° Une matière ou substance, une eau végétative, au moyen de laquelle se meuvent sept forces en action ; ce que Paracelse a dénommé les Derses ou exhalaisons de la terre et à l’aide desquelles croit la plante ;

2° Une forme en laquelle gît le principe actif végétatif ;

3° Une âme qui comporte, l’air sensitif, c’est-à-dire qui réunit la matière et la forme ; c’est le Clissus de Paracelse, la semence corporifiée (la force vitale, Prana des Hindous) ;

4° Une matière, qui renferme les germes de reproduction ;

5° Le corps astral de la plante : le mixte organisé, le Leffas de Paracelse. Celui-ci combiné avec la force vitale de la plante constitue l’Ens primum qui possède d’après le grand Alchimiste des vertus curatives très importantes; c’est ce même Leffas, qui est le sujet de la Palingénesie, qui consiste à faire revivre le fantôme de la plante, ou bien encore à faire revivre la plante (corps et âme) ou enfin à la créer avec des matériaux empruntés au règne minéral (aux cendres de la plante);

6° La physiologie de la plante qui s’exerce depuis ses radicelles les plus tenues et qui atteint jusqu’à sa tète son sommet ;

7° Une essence universelle qui lui fournit tous ses modes de transformation : accroissement, formation, putréfaction, coagulation, etc., etc. »

La pénalisation du cannabis profite aux réseaux criminels, empêche l’utilisation à bon escient de cette plante et favorise des abus que Bosc dénonçait en 1904 en ces termes :


« Il serait bien inutile, pensons-nous, d’essayer de cacher un fait de toute évidence : c’est que notre belle civilisation est en voie de complète décadence.

Bien des actes démontrent cette vérité, mais ce qui la prouve très clairement, c’est la foule de détraqués, de névrosés, de névropathes, qui recherche des plaisirs excentriques et des jouissances anormales, presque inconnues avant le temps présent.

Aussi nos dégoûtés de la vie, nos petits crevés et leurs charmantes crevettes devaient user et abuser des substances stupéfiantes ; c’était écrit, c’était fatal.

Ils devaient goûter à la coupe dangereuse des narcotiques, à ces narcotiques au goût âcre, à la saveur vireuse, afin de passer par des états de nervosisme tout à fait inconnus, tout à fait surnaturels. hyper-physiques.

De là l’usage et bientôt l’abus de la morphine, de l’éther, de l’eau de Cologne, du chloral, de la cocaïne et autres produits analogues fort nombreux dans notre Occident. Mais il semblait que ces névrosés ne devaient point connaître le haschisch et l’opium ; c’étaient là des produits orientaux presque inconnus chez nous il y a seulement vingt-cinq ou trente ans ; et aujourd’hui le nombre de personnes qui abusent de ces substances est très considérable.

Combien de brillantes intelligences ont sombré dans des maisons d’aliénés, rien que par l’abus de ces substances stupéfiantes, qui donnent à notre cerveau surexcitation et douce ivresse, mais arrivent insensiblement à paralyser cet organe !

Et ce ne sont pas ceux qui sont aux prises avec les difficultés de la vie qui usent de ces excitateurs psychiques pour oublier leurs maux, mais bien ceux qui, nés sous une bonne étoile, ont été gâtés par quelque bonne fée et n’ont jamais rien eu à désirer. C’est pour cela que, blasés en toute chose et sur toute chose, ces assoiffés de plaisir se sont crus malheureux parce qu’ils rêvaient encore et toujours davantage. Ces insatiables de bonheur, ces repus de fortune et de biens ont, dans leur imagination déréglée, cherché de plus grandes jouissances, et ils y sont arrivés en empruntant à l’Orient ses drogues si subtiles, mais si dangereuses, drogues qui donnent à l’homme des illusions si fécondes que, dès que le névropathe a goûté à ces plaisirs factices, il ne saurait jamais plus s’en passer.

De l’usage à l’abus, il n’y a guère qu’un tout petit pas, et c’est ce pas, que nous voudrions empêcher nos contemporains de franchir, si c’est… possible.

Nous ne voulons pas pour cela nous poser en moraliste et sermonner nos lecteurs ; oh ! Nullement ! Nous estimons, en effet, qu’il est impossible d’enrayer les violentes passions humaines.

[h3][Nous laissons donc à l’homme la liberté d’user des stupéfiants, mais nous lui donnerons des recettes et des conseils pratiques pour lui permettre de satisfaire sa passion favorite, sans danger pour sa santé./h3]

C’est là rendre un mauvais service, dira quelque censeur, et le procédé, ajoutera-t-il peut-être, sent quelque peu son Tartufe de vouloir « donner de l’amour sans scandale, et du plaisir sans peur ».

Nous ne saurions trop protester contre une pareille affirmation, et nous espérons bien qu’un grand nombre de lecteurs nous saura gré de lui donner des conseils utiles pour empêcher de faire dériver un plaisir inoffensif en une passion dangereuse, malsaine et funeste.

Et puis, l’homme n’a pas été créé pour répéter à chaque instant : « Frère, il faut mourir ! » peut donc se permettre quelques plaisirs licites et parfois — un peu illicites : seulement il ne doit pas y goûter trop souvent, il ne doit pas en abuser. »

Ernest Bosc, Traité théorique et pratique du haschisch.

Lire le Traité théorique et pratique du haschisch :

http://fr.scribd.com/doc/38737065/RARE-Ernest-Bosc-Traite-Theorique-et-Pratique-du-Haschich
Publié sur http://bouddhanar.blogspot.fr
Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer la source: http://www.elishean.fr/




photos Akasha
Revenir en haut Aller en bas
Akasha

avatar

Messages : 1534
Points : 2728
Réputation : 50
Date d'inscription : 17/03/2015
Age : 40
Localisation : par là tout droit

MessageSujet: Re: Cannabis : la légalisation de l’usage débattue au Sénat ! >I< Conspiration contre le cannabis au profit de l’industrie : “l’empereur nu” le film   Mar 6 Oct - 4:54

Une étude fait la lumière sur l’innocuité du cannabis médical

Ce n’est pas une incitation à la défonce, car les abus dans le domaine, « brûlent » les neurones. Les plantes nous ont de tout temps donné via leurs principes actifs, les moyens de lutter contre des maladies, certaines sont aussi efficaces, pour lutter contre la douleur, telle le cannabis à usage médical. Une nouvelle étude sérieuse le démontre. Merci pour le lien.

Une équipe de chercheurs canadiens dirigée par le Dr Mark Ware, de l’Institut de recherche du Centre universitaire de santé McGill (IR-CUSM) à Montréal, vient de compléter une étude multicentrique sur l’innocuité du cannabis médical chez les patients souffrant de douleur chronique. Les chercheurs ont découvert que des patients atteints de douleur chronique qui avaient consommé quotidiennement du cannabis pendant un an n’avaient pas expérimenté plus d’effets indésirables graves que ceux qui n’en avaient pas pris. L’étude, dont les résultats viennent d’être publiés en ligne dans The Journal of Pain, servira de référence pour les travaux futurs sur les effets secondaires du cannabis utilisé à des fins médicales pour gérer la douleur.


« C’est la première étude d’envergure sur l’innocuité à long terme de la consommation de cannabis chez les patients souffrant de douleur chronique, explique l’auteur principal, le Dr Mark Ware, spécialiste de la douleur à l’Hôpital général de Montréal. du CUSM et professeur agrégé en médecine de famille et en anesthésie à l’Université McGill. Nous avons découvert que le cannabis médical semble avoir un profil d’innocuité avantageux lorsqu’il est utilisé par des patients qui sont considérés comme des consommateurs expérimentés et qui participent à un programme thérapeutiue de douleur chronique sur une période d’un an. »

Dans le cadre de l’étude COMPASS (Cannabis for the Management of Pain: Assessment of Safety Study- COMPASS), débutée en 2004, les chercheurs ont suivi 215 patients adultes souffrant de douleur chronique (non associée au cancer) qui prenaient du cannabis médical. Cette cohorte de patients a été comparée à un groupe témoin de 216 patients également atteints de douleur chronique qui ne consommaient pas de cannabis. L’étude a été réalisée dans sept centres qui possèdent une expertise en gestion de la douleur à travers le Canada (situés à Fredericton, Halifax, London, Montréal, Toronto et Vancouver).

Les consommateurs de cannabis avaient accès à du cannabis sous forme d’herbe contenant 12,5 % de THC provenant d’un producteur de cannabis autorisé. Les patients se procuraient le cannabis tous les mois à la pharmacie de l’hôpital des sites participants, après s’être soumis aux rendez-vous et aux tests nécessaires. Durant leur suivi, en plus de l’information sur les effets indésirables du cannabis, les participants ont dû passer des tests de la fonction pulmonaire et cognitive et ont été interrogés sur leur niveau de douleur, leur humeur et leur qualité de vie.

Plusieurs participants se sont également soumis à une série complète d’analyses sanguines, incluant la biochimie de routine, la fonction hépatique et rénale et le taux de certaines hormones. Les patients ont consommé en moyenne 2,5 grammes de cannabis par jour sous la forme d’administration souhaitée (fumée, vaporisée ou ingérée) au cours de l’étude.

« Nos données révèlent que les consommateurs quotidiens de cannabis ne couraient pas plus de risque de subir d’effets indésirables graves que les non-utilisateurs (groupe témoin), explique la Dre Aline Boulanger, professeure clinique au Département d’anesthésiologie de l’Université de Montréal et l’une des co-auteurs de l’étude et directrice du Centre d’expertise de la douleur chronique au centre hospitalier de l'université de Montréal. Nous n’avons trouvé aucune preuve d’effets indésirables sur les fonctions cognitives et pulmonaires ou dans les analyses sanguines des consommateurs de cannabis. À l’inverse, nous avons remarqué que les consommateurs de cannabis toléraient nettement mieux la douleur, présentaient moins de détresse à l’égard des symptômes et disaient avoir une meilleure humeur et une meilleure qualité de vie par rapport au groupe témoin. »

Cependant, les chercheurs ont remarqué une augmentation du risque d’effets indésirables sans gravité chez les consommateurs de cannabis médical, tels que des maux de tête, des nausées, des étourdissements, la somnolence et des problèmes respiratoires associés au tabagisme.
« Il est important de tenir compte des limites de l’étude, ajoute le Dr Ware. Les patients ont été recrutés sur une base volontaire, ils n’étaient pas sélectionnés au hasard…../….

Lire l’article qui dit en conclusion:

« Toutefois, nous ne pouvons pas tirer de conclusions hâtives quant à l’innocuité du cannabis chez les nouveaux utilisateurs. »

Source : Centre universitaire de santé McGill via http://www.techno-science.net/
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Cannabis : la légalisation de l’usage débattue au Sénat ! >I< Conspiration contre le cannabis au profit de l’industrie : “l’empereur nu” le film   

Revenir en haut Aller en bas
 
Cannabis : la légalisation de l’usage débattue au Sénat ! >I< Conspiration contre le cannabis au profit de l’industrie : “l’empereur nu” le film
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Cannabis : la légalisation de l’usage débattue au Sénat ! >I< Conspiration contre le cannabis au profit de l’industrie : “l’empereur nu” le film
» Cannabis, la solution est-elle dans sa légalisation??
» Du mauvais usage des statistiques par Nadine Morano
» PENSEES - 1985 : Pierre Desproges, Dictionnaire superflu à l'usage de l'élite et des bien nantis
» Orthographe grammaticale et d'usage.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fils de la loi de UN :: Environnement :: Écologie-
Sauter vers: