Le partage le nerf de ma guerre. Nouveau paradigmes, soyons la révolution.
 
AccueilPortailRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

  Gouvernement Valls 2 ça va valser ! Macron ne vous offrira pas de macarons...:)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
orné

avatar

Messages : 792
Points : 1288
Réputation : 38
Date d'inscription : 17/03/2015
Age : 44
Localisation : Où ça ?

MessageSujet: Gouvernement Valls 2 ça va valser ! Macron ne vous offrira pas de macarons...:)   Mar 31 Mar - 1:59

Rappel du premier message :

Gouvernement Valls 2 ça va valser ! Macron ne vous offrira pas de macarons...Smile

Texte Akasha



Bonjour les gens
Aujourd'hui vu que personne n'a encore parlé de la chute de votre gouverneMENT, j'aimerai vous donner mon analyse Pour commencer, il n'est pas normale qu'un gouvernement ayant un bilan aussi catastrophique garde la main, et est au centre de la formation du second. En Belgique dans le même cas de figure, c'est les élections anticipées..Aussi comment est-il possible que se soit le ministre sortant avec une cote de popularité aussi médiocre, soit nommé formateur et conserve son poste ? De plus votre président a lui aussi une cote de popularité avoisinant les 15%..Il est donc étonnant de le voir toujours à son poste prenant des responsabilités aussi grande....Il est donc évident qu'il s'agit d'une cabale comprenant deux volets. Premièrement il fallait évincer les éléments "subversifs en les personnes de Montebourg et Hamon. Eux qui ont osé critiqué ouvertement les décisions prisent sur la politique entreprise sur certains dossiers..Dont l'économie justement. Ainsi avons-nous vu proposer de redistribuer 1/3 des économies budgétaires aux familles les plus fragilisées (cf les la classe ouvrière et moyenne). Pour relancer le pouvoir d'achat. Il était aussi question de baisses d'impôts concernant les classes moyennes et populaires. Secundo, Hamon a critiquer la politique sur la réduction des déficits...Deuxièmement, Il fallait absolument placer Macron, c'est chose faire désormais...Pure produit de la politique atlantiste qui sera parfait pour poursuivre les négociation de la TAFTA (NDLR traité transatlantique). Monsieur Macron est issu des classe du fameux Young leader & French America (promotion 2012). Voilà un parfait technocrate qui pourra travailler en synergie avec l'UE afin de concrétiser le grand dessein étasunien. Il est bien de savoir que c'est déjà se genre d'institution plus où moins officielle qui travaille depuis des décennies à la formation de l'UE ultralibérale en équation avec celle des Etats-Unis...Nous sommes donc dans une logique de continuité ! (pour plus de renseignement sur les Young Leaders and co, consultez se sujet). Ou encore ici sur les pères fondateurs de l'UE avec les américains : Scandale: Gladio, le formatage de l'Europe par les réseaux fascistes et les USA. Bien ! Je poursuis, Donc vous voilà avec Macron sur les bras Wink Je vais vous donner un scoop...Savez-vous qu'il était au Bilderberg 2014 Et voilà que quelques mois plus tard il est judicieusement placé, c'est beau non? Attendez, je n'ai pas fini Very Happy Il a également entrepris ces études chez les jésuites tout comme Valls d'ailleurs..Et d'autres grands responsables de la politique européenne...Je poursuis, savez-vous qui était aussi au Bilderberg de cette année ? Fleur Pellerin !




Qui était de plus de la promotion 2012 des Young Leaders, incroyable non ? Heureusement que je suis là pour tout balancer Ah oui...(j'ai failli oublier, Macron était aussi adoubé d'une autre casquette, Il a également travaillé pour la banque Rothschild. Qui décidément est un véritable vivier de la classe politique internationale !

Pour terminer, je relaterai le jeu de la chaisse musicale, ainsi assistons-nous impuissant au plassement de pantin au servisse atlantiste...Bekasem remplace donc le déchut Hamon, elle pourra ainsi poursuivre sa politique dégueulasse entamer par son ami peillon et leur si cher théorie du genre... Fillippetti à la culture remplacée par Fleur Pellerin...et donc Montebourg évincé par Macron ! Enfin pour complêter le panier de crabe nous trouvons Patrick Kanner (troisième nouveau) et Marisol Touraine qui se partagent les anciennes attributions de Belkacem.

Texte et propos Akasha I love you


Je termine par vous proposez quelques liens connexes :

Le Président Hollande est un homme dangereux..

Le président français propose un sommet de la zone euro pour la croissance en Europe

[Exclusif] La France s’est mise en état de servitude volontaire par rapport à l’Allemagne, par Emmanuel Todd (1)


* * * * * * *
Revenir en haut Aller en bas

AuteurMessage
Akasha

avatar

Messages : 1534
Points : 2728
Réputation : 50
Date d'inscription : 17/03/2015
Age : 40
Localisation : par là tout droit

MessageSujet: Re: Gouvernement Valls 2 ça va valser ! Macron ne vous offrira pas de macarons...:)   Dim 14 Fév - 19:40

Regard subjectif sur le gouvernement nommé en février 2016

Que penser du nouveau gouvernement Valls ?

Toute la presse était unanime cette semaine pour le dégommer :

« Monsieur Bricolage » pour Aujourd’hui en France/le Parisien,
« Dernier replâtrage » pour le Figaro,
« Un remaniement qui fait flop » pour L’humanité
« Les Derniers Verts pour la route » dans Libération.
Toute ? Non il restait un irréductible pro-François dans son village occitan. La Dépêche du midi écrivait dans son éditorial à la Une

« la nouvelle équipe désignée hier répond clairement à 2 exigences, apporter une meilleure cohérence gouvernementale et façonner une équipe de combat. Par son ampleur et son habile dosage politique, le nouveau gouvernement constitue un pari raisonnable sur l’avenir. Nous pourrions dire que François Hollande réussit la meilleure synthèse à gauche possible ».


Par hasard, le propriétaire du journal s'appelle Jean-Michel Baylet et vient d'être nommé ministre.



Comment qualifier ce gouvernement ? Est-il autoritaire ? Libertaire ? Conservateur ? Progressiste ? Libéral ? Dirigiste ? Etc. Répond-il aux attentes de la population ? Comment pourrait-il faire mieux ?


Pas de doute pour l'aspect autoritaire que l'on retrouve dans le profil du premier ministre et dans 3 des 10 premiers de la liste :


- numéro 6 Défense : Jean-Yves Le Drian

- numéro 7 Garde des sceaux, ministre de la justice : Jean-Jacques Urvoas

- numéro 10 Intérieur : Bernard Cazeneuve

Trois, plus le chef du gouvernement, sur les 10 premiers, c'est beaucoup.

Conservateur ? Progressiste ? On l'a vu précédemment progressiste dans le champ sociétal avec le mariage dit pour tous et conservateur sur le reste. Même la timide évolution de l'orthographe semble s'être faite à son insu.

Libéral ? Dirigiste ? Les lois du travail sont pulvérisées. Mais Anne, ma soeur Anne, ne vois-tu rien venir ? Une idée force ? Un plan ? - Non, je ne vois que des discours grandiloquents servis par des mesures bureaucratiques qui poudroient aux yeux, mais rien de tangible. On peut donc qualifier le gouvernement de libéral et de bureaucratique.



Quelles sont les préoccupations des Français et comment y répond-on ?

-le travail est trop rare et son envers le chômage conditionnerait le passage en 2ème quinquennat du président. Mais pourquoi doit-on chercher cachée au milieu de la liste la ministre du travail, en seulement huitième position ? Elle s'était faite remarquer par son manque de connaissances de ses dossiers lors de sa prise de fonction en automne. En quelques mois a-t-elle appris suffisamment pour inverser en un an la courbe du chômage ? Si elle réussit, elle aura droit à une statue. Mais vue sa place, personne n'envisage de passer commande à un sculpteur. Par ailleurs, le monde évolue très vite avec l'apparition de nouveaux métiers et la disparition d'autres, et je ne vois nulle part de réflexion à ce sujet, seulement la stigmatisation des victimes.



-Les finances des ménages sont trop étriquées, leurs revenus trop faibles et trop incertains. Cela dépend de l'économie mais son ministre est relégué à la 13ème place sur 18, comme si ceux qui l'ont collé là ne voulait pas qu'il réussisse. Alors comment voulez-vous que les français aient le moral ?



-L'immobilier est trop cher et les locations trop rares. Ce poste a été donné à la présidente d'EELV, comme en 2012. L'accueil déconfit des professionnels et des particuliers avait amené le gouvernement à détricoter la loi Alur. Alors bis repetita ?



Quelles sont les pistes de croissance ?

-le numérique donne aux Etats-Unis un eldorado et une puissance nouvelle. On a les yeux rivés sur les géants GAFA qui tutoient l'ancêtre Microsoft. A la louche, Apple est valorisé à 746 milliards de dollars, Google à 468 milliards, Microsoft à 378 milliards, Facebook à 300 milliards, Amazon à 238 milliards. A côté les industriels sont des nains de jardins. La valeur estimée en Bourse de l’ensemble du constructeur automobile Ford est d'environ 58 milliards de dollars et celui du groupe informatique Hewlett Packard est de près de 55 milliards. Que fait la France pour relever le défi ? Le troisième poste en commençant par la fin, non pas des ministres, mais de la deuxième liste, celle des secrétaires d'état, est dédié au Numérique. Les Gafa n'ont qu'à bien se tenir ! D'autant plus qu'Axelle Lemaire a mis en colère Christian Thorel, directeur de la librairie Ombres blanches, en conseillant aux libraires de collaborer avec Amazon et en les prévenant qu'il ne sert à rien de s'enfermer dans « des réflexes défensifs de résistance ».

-Et si j'en crois wikipedia, il lui est régulièrement reproché l'écart entre ses discours favorables à une liberté d'internet et aux lanceurs d'alertes, et son soutien au projet de loi relatif au renseignement de son gouvernement ou les demandes refusées d'asile politique à Edward Snowden et Julian Assange. Bref, elle renforce le côté autoritaire du régime.



Le président est venu devant les caméras certifier qu'il ne pensait pas à l'élection de 2017 et que la liste ne résultait pas d'une cuisine politicienne. Heureusement, parce que trois ministres en vert ne lui donnent pas les voix des écologistes, au contraire. Le parti a explosé et nul ne sait sur quelle planète on retrouvera les particules.

Il y a 38 maroquins en France alors qu'en Allemagne le cabinet Merkel comprend 16 personnes, dont 14 ministres avec portefeuille, 1 ministre sans, et la chancelière elle-même. Pourquoi ne pas l'imiter ? Ca risquerait de marcher ?

Les problèmes sont intriqués et seraient mieux résolus s'ils ne dépendaient que d'un seul portefeuille. Quelqu'un qui cherche à se loger, surtout s'il travaille, considérera à la fois le logement, son emplacement et les transports. Autrement dit, la problématique englobe les ministères du logement, des transports, de la ville et de l'aménagement du territoire. Mais tout le monde ne peut pas être Paul Delouvrier, ni même être capable de comprendre qu'une approche globale et scientifique des problèmes est plus profitable qu'une approche partisane.

Mais rassurez-vous, s'il ya a aujourd'hui 38 ministres, la liste ne dépassera jamais 50. Il faudrait créer un comité d'entreprise.



PS : une ministre qui venait d'apprendre qu'elle n'était pas reconduite a éclaté en pleurs. Qu'elle sache qu'elle a toute l'empathie des millions de chômeurs.




Liste du gouvernement



Premier ministre

Manuel Valls



MINISTRES

1 Affaires étrangères et développement international : Jean-Marc Ayrault
2 Environnement, énergie et mer, chargée des relations internationales sur le climat : Ségolène Royal
3 Education nationale, enseignement supérieur et recherche : Najat Vallaud-Belkacem
4 Finances et comptes publics : Michel Sapin
5Affaires sociales et santé : Marisol Touraine
6 Défense : Jean-Yves Le Drian
7 Garde des sceaux, ministre de la justice : Jean-Jacques Urvoas
8 Travail, emploi, formation professionnelle et dialogue social : Myriam El Khomri
9 Aménagement du territoire, de la ruralité et des collectivités territoriales : Jean-Michel Baylet
10 Intérieur : Bernard Cazeneuve
11 Agriculture, agroalimentaire et forêt, porte-parole du Gouvernement : Stéphane Le Foll
12 Logement et habitat durable : Emmanuelle Cosse
13 Economie, industrie et numérique : Emmanuel Macron
14 Culture et communication : Audrey Azoulay
15 Famille, enfance et droits des femmes : Laurence Rossignol
16 Fonction publique : Annick Girardin
17 Ville, jeunesse et sports : Patrick Kanner
18 Outre-mer : George Pau-Langevin

SECRETAIRES D'ETAT

>Relations avec le Parlement, auprès du Premier ministre : Jean-Marie Le Guen
>Egalité réelle, auprès du Premier ministre : Ericka Bareigts
>Réforme de l'Etat et simplification, auprès du Premier ministre : Jean-Vincent Placé
>Aide aux victimes, auprès du Premier ministre : Juliette Méadel
>Affaires européennes, auprès du ministre des Affaires étrangères : Harlem Désir
>Commerce extérieur, promotion du tourisme et Français de l'étranger, auprès du ministre des Affaires étrangères : Matthias Fekl
>Développement et francophonie, auprès du ministre des Affaires étrangères : André Vallini


-Transports, mer et pêche, auprès de la ministre de l'Environnement : Alain Vidalies

-Biodiversité, auprès de la ministre de l'Environnement : Barbara Pompili

-Enseignement supérieur et recherche, auprès de la ministre de l'Education : Thierry Mandon

-Budget, auprès du ministre des finances : Christian Eckert

-Personnes handicapées et lutte contre l'exclusion, auprès de la ministre des Affaires sociales : Ségolène Neuville

-Personnes âgées et autonomie, auprès de la ministre des Affaires sociales : Pascale Boistard

-Anciens combattants et mémoire, auprès du ministre de la Défense : Jean-Marc Todeschini

-Formation professionnelle et apprentissage, auprès de la ministre du Travail : Clotilde Valter

-Collectivités territoriales, auprès du ministre de l'aménagement du territoire : Estelle Grelier

-Commerce, artisanat, consommation et économie sociale et solidaire, auprès du ministre de l'Economie : Martine Pinville

-Numérique, auprès du ministre de l'Economie : Axelle Lemaire

-Ville, auprès du ministre de la Ville : Hélène Geoffroy

-Sports, auprès du ministre de la Ville : Thierry Braillard

Source : Agoravox
Revenir en haut Aller en bas
Akasha

avatar

Messages : 1534
Points : 2728
Réputation : 50
Date d'inscription : 17/03/2015
Age : 40
Localisation : par là tout droit

MessageSujet: Re: Gouvernement Valls 2 ça va valser ! Macron ne vous offrira pas de macarons...:)   Jeu 18 Fév - 22:08

[Droit du travail] Les ultra-libéraux en ont rêvé, la droite socialiste le fait…

Vivement le retour de la droite non socialiste… (?)

Je rappelle que la France est un des pays où la productivité horaire est la plus élevée au monde, il est donc normal que l’heure soit plus chère, et surtout le temps de travail plus bas, sinon, bonjour l’explosion du chômage…



Productivité en Europe selon Eurostat, en euros par heure travaillée :



Mais bon, pourquoi faire appel à l’intelligence des gens pour qu’ils débattent, quand on peut les manipuler… ?

Projet de loi El Khomri : le temps de travail passé à la moulinette

EXCLUSIF. Durée maximale de travail, forfaits jour, accords compétitivité-emploi : le projet de loi El Khomri sur la négociation collective, le travail et l’emploi donne la main aux entreprises.

Le projet de loi El Khomri va permettre demain aux entreprises de négocier à la carte le temps de travail. Car, s’il ne touche pas à la durée légale, il donnera la main aux employeurs qui pourront avoir recours facilement aux multiples exceptions qui entourent la règle des 35 heures en établissant des accords.

Durée maximale de travail : jusqu’à 60 heures par semaine en cas d’accord

Le projet de loi stipule que la durée quotidienne de travail pourra être portée à 12 heures par accord d’entreprise. Cette possibilité existe déjà dans le Code du travail. Mais, pour la mettre en place, il faut aujourd’hui des « dérogations accordées dans des conditions fixées par décret », autrement dit dans des cas très rares.

Autre changement, la durée moyenne de 44 heures maximum de travail par semaine peut être portée à 46 heures désormais par accord d’entreprise. Avant il fallait un accord de branche, mais aussi un décret, ce qui là encore était très rare. Nouvelle subtilité : cette durée de 44 heures maximum ne court plus sur une période de douze semaines consécutives, mais seize semaines.

Enfin, la durée hebdomadaire peut être portée, en cas de circonstances exceptionnelles, à 60 heures, toujours par accord. Là encore, cette durée est déjà prévue. Mais aujourd’hui, il faut une autorisation de la Direction du travail, ce qui n’arrive quasiment jamais. D’autre part, le texte actuel stipule que les 60 heures concernent « certaines entreprises ». Une notion qui disparaît.

Apprentis : l’inspection du travail hors jeu

Selon le projet de loi, les apprentis de moins de 18 ans pourront travailler jusqu’à 10 heures par jour (au lieu de 8 heures) et 40 heures (contre 35) par semaine, si des « raisons objectives le justifient ». Aujourd’hui, c’est déjà possible, mais l’entreprise doit demander l’autorisation à l’inspection du travail « après avis conforme du médecin du travail ». Alors qu’avec ce texte l’employeur devra simplement en informer les deux.

Les astreintes sur les temps de repos

Le projet de loi prévoit que les temps d’astreinte s’imputent sur les temps de repos lorsqu’ils ne sont pas travaillés effectivement. Le Comité européen des droits sociaux (qui s’appuie sur la Charte sociale européenne) a pourtant condamné le fait qu’ils s’imputent sur le temps de repos. Selon cette charte, toutes les heures de présence (travail ou « inactivité ») sont du travail effectif à prendre en compte pour les durées maximales et les repos, seule une différence de rémunération étant admise.

Coup de canif sur le forfait jour

A l’heure actuelle, un cadre sur deux travaille sans compter ses heures, malgré les 35 heures, mais dans la limite de 235 jours par an. C’est le système du forfait jour appliqué, aux salariés autonomes. Il prévoit 11 heures de repos consécutives. C’est fini. Ces 11 heures de repos pourront être fractionnées. Autre brèche ouverte : dans les entreprises de moins de 50 salariés, plus besoin d’accord collectif. Il suffira que l’employeur se mette d’accord avec son salarié pour le passer au forfait jour.

Source : Le Parisien, 17/02/2016


Salaire “modulable”, astreintes non payées: les idées chocs d’El Khomri

Déjà, imaginer que cette pauvre fille (ou ce pauvre gars, rien de sexiste) a des idées, et que ce sont les siennes (je rappelle qu’elle était Secrétaire nationale du Parti socialiste chargée des questions de sécurité), c’est déjà faire preuve d’une naïveté proverbiale sur notre système politique.

Les 35 heures restent – sur le papier – mais la ministre du Travail fait des propositions que n’auraient pas reniées les politiques les plus libéraux. Revue de détail.


Selon Le Parisien, La future loi Travail de Myriam El Khomri empile les propositions chocs. L’avant-projet de loi livre les principaux points d’un texte explosif sur le plan du droit social. Reste qu’il est encore loin d’être voté: la loi doit encore passer en comité interministériel, avant d’être présentée en Conseil des ministres le 9 mars et devant le Conseil d’État.

Revue de détail d’un texte qui n’a pas fini de faire parler de lui.

Vers la semaine de 60 heures?

La durée légale du travail resterait à 35 heures (autrement dit, les heures supplémentaires débuteraient toujours à la 36e heure), mais la durée maximale d’une semaine de travail serait portée à… 60 heures! Un cas possible aujourd’hui “pour des circonstances exceptionnelles, sous réserve d’accord de l’inspection du travail”. Sauf qu’El Khomri veut faire sauter cette demande d’autorisation – quasiment jamais accordée.

Un salaire… “modulable”

Lors d’un passage à vide économique, ou dans le cas de la conquête de nouveaux marchés, l’entreprise pourrait moduler (à la baisse) librement le temps de travail et le salaire des employés pour cinq ans maximum. Si l’accord préalable des salariés est prévu, ceux qui refuseront pourront être licenciés pour “cause réelle et sérieuse”. Jusqu’ici, en cas de modification unilatérale du contrat, le salarié qui refusait la nouvelle version pouvait être licencié économique, ce qui lui était plus favorable.

Des astreintes non travaillées… et non payées

Aujourd’hui, un salarié en astreinte est considéré comme à disposition de l’entreprise, ne serait-ce que parce qu’il ne peut s’éloigner ou s’absenter. Il doit donc à ce titre être indemnisé. Le texte d’El Khomri prévoit tout simplement qu’il soit considéré comme… “en repos”, à partir du moment où l’entreprise n’aurait pas fait appel à lui. Pourtant, selon la Charte sociale européenne, une astreinte peut être moins payée – ce n’est pas un travail effectif – mais elle doit tout de même être indemnisée.

Prud’hommes: les indemnités plafonnées

Au-delà des indemnités légales de base, les prud’hommes peuvent librement fixer le montant des indemnités allouées à un salarié licencié abusivement. Mais El Khomri prévoit un plafonnement, réclamé et attendu par les patrons. Le juge doit s’en tenir à un barème, qui tient uniquement compte de l’ancienneté du salarié. Avec une limitation à 15 mois de salaire pour les employés qui ont plus de 20 ans d’ancienneté.

Des référendums plutôt que des syndicats

Le principe d’un accord d’entreprise voté par les syndicats demeure, mais ceux-ci devront représenter au moins 50% des suffrages lors des élections professionnelles (contre 30%) pour être jugés représentatifs. Si les syndicats majoritaires ne valident pas l’accord, des syndicats pourront demander la tenue d’un référendum, sans pouvoir s’opposer à sa validation si les voix sont majoritaires.

Coup de canif dans le forfait jour

En France, 50% des cadres sont au “forfait jour”: ils peuvent donc déroger aux 35 heures hebdomadaires, mais doivent s’en tenir à d’autres contraintes: 235 jours de travail par an au maximum, et 11 heures de repos consécutives obligatoires par 24 heures. La mise en place du forfait jour passait par la signature d’un accord collectif dans les PME de moins de 50 salariés. Selon le texte de la ministre, un accord individuel de chaque salarié suffira désormais. Et ce n’est pas tout: les 11 heures de repos pourront être fractionnées, plutôt que consécutives.

Les apprentis travailleront plus

La durée légale de travail d’un apprenti serait portée à 40 heures hebdomadaire (contre 35), avec 10 heures par jour au maximum (contre Cool, ce qui était déjà possible, mais uniquement avec l’accord de l’inspection du travail et d’un médecin du travail. Désormais, le patron devra seulement “informer” l’inspection et le médecin du travail.

Source : Le Dauphiné, 17/02/2016



L’intégralité du projet de loi El Khomri



Le projet de loi El Khomri publié par redacweb6352

Bon, ben désolé, mais là, c’est la minute nécessaire de Monsieur Filoche (à prendre aussi avec un peu de recul) :

Gérard Filoche : « La plus importante contre-révolution depuis un siècle »

Entretien. Pour l’ex-inspecteur du travail et membre de la direction du PS, Gérard Filoche, l’avant-projet de loi El Khomri est une « attaque thermonucléaire » contre toutes les protections des salariés.

À la lecture de l’avant-projet de loi El Khomri, reste-t-on selon vous dans le champ d’une simple « simplification » dont parlait la mission Badinter ?

Gérard Filoche
Non, c’est un véritable bouleversement. Valls avait annoncé qu’il ne voulait pas d’une réformette mais d’une révolution. Nous sommes face à la plus importante contre-révolution depuis un siècle. C’est une attaque à la bombe thermonucléaire contre l’ancien Code du travail. Depuis un siècle, le droit du travail s’est construit pour permettre de protéger les salariés contre les exigences des entreprises et de l’économie. Et voilà qu’ils font l’inverse, ils nous ramènent au statut de loueurs de bras, de tâcherons, de soumis sans droit. C’est la casse de la grande tradition de reconnaissance du salariat comme moteur de la production des richesses.

Le gouvernement avait promis de ne pas s’attaquer aux 35 heures, quelle est votre appréciation ?

Gérard Filoche
Il a menti, noir sur blanc. Les 35 heures ne sont plus, dans ce projet, qu’une éphémère plaisanterie. En une dizaine de chapitres, tous les contrôles sur la durée du travail sautent. Les gens vont avoir du mal à le croire, mais il est bien écrit que la durée maximale du travail pourra, par forfait ou négociation, excéder les 12 heures par jour, tout comme elle pourra dépasser les 48 heures par semaine, pour atteindre les 60 heures.

C’est au nom de l’inversion de la courbe du chômage que le gouvernement justifie ses réformes ; quels dangers pour l’emploi recouvre cet avant-projet ?

Gérard Filoche
De telles transformations augmenteraient massivement le chômage. Il s’agit de faire travailler plus ceux qui ont un travail au détriment de ceux qui n’en ont pas. L’ampleur du mensonge est fracassante. On atteint des sommets de propagande et de contresens. Comment peut-on prendre des millions de salariés pour des gogos, prétendre qu’il s’agit de leur permettre d’avoir un travail alors que, pour beaucoup, cela le leur enlèvera, et que, pour les autres, cela les exploitera, brisera leur santé ? D’où tout cela vient-il ? Personne ne le demande, à part Pierre Gattaz, et même lui doit sûrement en ce moment s’étonner de la hardiesse ultralibérale de ce projet.

Le gouvernement prétend promouvoir le « dialogue social » via le référendum et les accords d’entreprise. Quels sont les risques ?

Gérard Filoche
Il enterre au contraire le dialogue social. Il ne peut y avoir de référendum dans une entreprise puisque les parties ne sont pas à égalité. Le salarié est subordonné, avec un canon sur la tempe quand il doit se prononcer comme chez Smart. En outre, les dispositions prévues rendent possibles tellement de dérogations à la loi que pratiquement plus rien de l’ordre public social ne restera en place. Il y aura 10 000 Codes du travail dans 10 000 entreprises.

Les syndicats et une majorité de gauche peuvent-ils entériner ces mesures ?

Gérard Filoche
Tout syndicat devrait immédiatement appeler à descendre dans la rue. On est à l’os, il est vital de se défendre. Quant à la majorité, celle que je connais a appelé à reconstruire et à renforcer le Code du travail. C’est un reniement en profondeur du gouvernement, une attaque contre l’histoire même du PS. Les députés qui ont par le passé voté tout le contraire de ce texte seront soumis à leur propre conscience. Même la droite sarkozyste n’envisageait pas d’aller si loin.

Source : l'Humanité, 18/02/2016
Revenir en haut Aller en bas
Akasha

avatar

Messages : 1534
Points : 2728
Réputation : 50
Date d'inscription : 17/03/2015
Age : 40
Localisation : par là tout droit

MessageSujet: Re: Gouvernement Valls 2 ça va valser ! Macron ne vous offrira pas de macarons...:)   Ven 19 Fév - 20:59

France: en pleine crise financière, ils ne renoncent pas…

Ces coûteux anciens Premier ministre. Quand ils quittent Matignon, c’est toujours la même histoire. Une poignée de main avec le successeur, et puis s’en vont, de préférence en voiture. Mais que devient le véhicule de fonction quand il n’y a plus de fonction ?



C’est une histoire qui date d’un décret de 1997 [1], jamais publié au journal officiel. L’Etat met à la disposition des anciens Premier ministre un agent pour leur secrétariat, un véhicule de fonction et un chauffeur. A quel coût ? Il a fallu un an de démarches administratives à notre consœur Mathilde Mathieu, auteure des révélations sur Mediapart, pour répondre à cette question. En 2014, nos ex Premier ministre ont coûté 862 000 euros en achats de voitures, frais d’entretien, frais de carburant et salaires.


Depuis la parution de ce décret, tous les anciens Premier ministre, sauf Laurent Fabius, ont demandé à l’Etat de bénéficier de cet avantage. Edith Cresson – qui n’a pas passé plus de dix mois à Matignon – a coûté un peu plus de 43 500 euros en 2014. Jean-Marc Ayrault et Edouard Balladur ont eux aussi bénéficié de ce système. Ces avantages se cumulent parfois avec d’autres. François Fillon est député, Jean-Pierre Raffarin est sénateur. Tous bénéficient d’assistants et de frais de représentations.

Ceux qui sont en campagne, comme Alain Juppé, se fixent leur propres limites. En province, le candidat à la primaire des Républicains loue une voiture et se fait conduire par son escorte policière. Quand on a été Premier ministre, c’est pour la vie.


Décret de 1997:


http://www.businessbourse.com/2016/02/16/france-en-pleine-crise-financiere-ils-ne-renoncent-pas/
Revenir en haut Aller en bas
Akasha

avatar

Messages : 1534
Points : 2728
Réputation : 50
Date d'inscription : 17/03/2015
Age : 40
Localisation : par là tout droit

MessageSujet: Re: Gouvernement Valls 2 ça va valser ! Macron ne vous offrira pas de macarons...:)   Sam 20 Fév - 20:33

Bonsoir mes frères & sœurs I love you
SCANDALEUX ! Quand l'image de l'homme blanc est exclu de la fameuse mixité si cher au pouvoir en place et des médias dominants ! Et quand l’éducation nationale tombe dans un parti pris évident et un deux poids deux mesures en fustigeant une certaines information en l'amalgament aux complotismes et ensuite fait la propagande de la FM en mettant en avant un de leur grands dessein de la dilution de l'homme blanc par le métissage su cher à Kalergi : voir mon sujet
Akasha.


Que le ministère de l’Éducation nationale dénonce le théorie du complot quand il patronne une réunion maçonnique.

Revenir en haut Aller en bas
Akasha

avatar

Messages : 1534
Points : 2728
Réputation : 50
Date d'inscription : 17/03/2015
Age : 40
Localisation : par là tout droit

MessageSujet: Re: Gouvernement Valls 2 ça va valser ! Macron ne vous offrira pas de macarons...:)   Dim 21 Fév - 19:51

Bonsoir mes frères & soeurs I love you
Comme vous le savez la politique pseudo socialiste est un véritable désastre. La pire politique que la France ait connu ! Tant au niveau nationale que pour la politique internationale avec des conséquence inextricables. Il faudra des décennies pour en effacer les stigmates et se seront les générations futures qui vont devoir effacer l'ardoise ! Mais en attendant même nos vieux paient déjà le prix fort ! Ainsi que les futures salariés menacer par une nouvelle loi totalement inadapté aux besoins pressent du peuple ! Des lois votées sans notre consentement, aucune démocratie ici, car qui plus est l'article 49.3 est encore invoqué au cas ou... No
Texte Akasha


France: la pauvreté augmente chez les retraités: 39 000 retraités pauvres supplémentaires en 1 an !



Aujourd’hui, dans les médias on vous dit que le taux de pauvreté recule en France. Mais c’est FAUX, avec les mêmes chiffres de l’INSEE, nous nous apercevons que la pauvreté augmente chez les plus âgés. Retenez bien un chiffre : en douze mois 39 000 retraités pauvres supplémentaires ! 7,9% des retraités sont pauvres soit 1 078 000 retraités pauvres ! Le minimum vieillesse n’a pas été augmenté, les retraites sont gelées, les seniors qui arrivent à la retraite n’ont pas toujours des carrières complètes…tous ces facteurs font que les retraités se paupérisent…en silence…

Les experts et les journalistes vont vous bassiner que [ble taux de pauvreté dans notre pays est passé en un an de 14,3% à 14%.][/b] Certes, la priorité des gouvernants a souvent été la jeunesse et dans cette tranche d’âge, la pauvreté diminue. Mais comment entendre et comprendre que de plus en plus de retraités sont pauvres. Voulons nous prendre comme exemple la Grèce, où le sort des plus vieux est dramatique ? Est-ce le modèle à suivre ?



Chez les plus de 50 ans, le taux de pauvreté a augmenté de 2012 à 2013 de 0,3% passant à 9,5% de cette catégorie d’âge soit 101 000 personnes seniors pauvres supplémentaires. Quel gâchis et quel drame !

Le taux de pauvreté chez les retraités avait baissé de 2010 à 2012 car le minimum vieillesse avait augmenté de 25% à l’époque. Mais là, avec le gel des retraites, des retraites complémentaires et de l’allocation de solidarité pour les personnes âgées, la situation des retraités va s’empirer.

Le 1er Octobre, normalement les retraités devraient être revalorisées mais attendons nous au pire. Il faut se préparer à une année supplémentaire de gel des retraites soit 42 mois consécutifs, d’avril 2013 à octobre 2016! C’est scandaleux !

C’est dramatique, un pays qui ne s’occupe pas de ses anciens est un pays qui …se meurt.

Source: Blog-Seniorenforme

C'est donc la fameuse loi El Khomri qui est au centre de toutes les discussions des salariés qui je le rappelle est le nom de la ministre du travaille, une vendue aux lobbys et aux banques à même titre que notre Macron ! Young Leaders en puissance qui prépare le terrain au TAFTA El khomri parle déjà d'invoquer l'article 49.3 en cas de veto..Pour rappelle la drôle c'était faite mouchée en beauté par Bourdin. Mais cela ne l'empêchera pas de suivre la voie toute tracée de son collègue Macron
Texte Akasha


Gérard Filoche : « La plus importante contre-révolution depuis un siècle »


Paris, avril 2015. Gérard Filoche (au centre) lors du meeting contre la loi Macron
Photo : Patrick Nussb


Entretien. Pour l’ex-inspecteur du travail et membre de la direction du PS, Gérard Filoche, l’avant-projet de loi El Khomri est une « attaque thermonucléaire » contre toutes les protections des salariés.

À la lecture de l’avant-projet de loi El Khomri, reste-t-on selon vous dans le champ d’une simple « simplification » dont parlait la mission Badinter ?

Gérard Filoche
Non, c’est un véritable bouleversement. Valls avait annoncé qu’il ne voulait pas d’une réformette mais d’une révolution. Nous sommes face à la plus importante contre-révolution depuis un siècle. C’est une attaque à la bombe thermonucléaire contre l’ancien Code du travail. Depuis un siècle, le droit du travail s’est construit pour permettre de protéger les salariés contre les exigences des entreprises et de l’économie. Et voilà qu’ils font l’inverse, ils nous ramènent au statut de loueurs de bras, de tâcherons, de soumis sans droit. C’est la casse de la grande tradition de reconnaissance du salariat comme moteur de la production des richesses.

Le gouvernement avait promis de ne pas s’attaquer aux 35 heures, quelle est votre appréciation ?

Gérard Filoche
Il a menti, noir sur blanc. Les 35 heures ne sont plus, dans ce projet, qu’une éphémère plaisanterie. En une dizaine de chapitres, tous les contrôles sur la durée du travail sautent. Les gens vont avoir du mal à le croire, mais il est bien écrit que la durée maximale du travail pourra, par forfait ou négociation, excéder les 12 heures par jour, tout comme elle pourra dépasser les 48 heures par semaine, pour atteindre les 60 heures.

C’est au nom de l’inversion de la courbe du chômage que le gouvernement justifie ses réformes ; quels dangers pour l’emploi recouvre cet avant-projet ?

Gérard Filoche
De telles transformations augmenteraient massivement le chômage. Il s’agit de faire travailler plus ceux qui ont un travail au détriment de ceux qui n’en ont pas. L’ampleur du mensonge est fracassante. On atteint des sommets de propagande et de contresens. Comment peut-on prendre des millions de salariés pour des gogos, prétendre qu’il s’agit de leur permettre d’avoir un travail alors que, pour beaucoup, cela le leur enlèvera, et que, pour les autres, cela les exploitera, brisera leur santé ? D’où tout cela vient-il ? Personne ne le demande, à part Pierre Gattaz, et même lui doit sûrement en ce moment s’étonner de la hardiesse ultralibérale de ce projet.

Le gouvernement prétend promouvoir le « dialogue social » via le référendum et les accords d’entreprise. Quels sont les risques ?

Gérard Filoche
Il enterre au contraire le dialogue social. Il ne peut y avoir de référendum dans une entreprise puisque les parties ne sont pas à égalité. Le salarié est subordonné, avec un canon sur la tempe quand il doit se prononcer comme chez Smart. En outre, les dispositions prévues rendent possibles tellement de dérogations à la loi que pratiquement plus rien de l’ordre public social ne restera en place. Il y aura 10 000 Codes du travail dans 10 000 entreprises.

Les syndicats et une majorité de gauche peuvent-ils entériner ces mesures ?

Gérard Filoche
Tout syndicat devrait immédiatement appeler à descendre dans la rue. On est à l’os, il est vital de se défendre. Quant à la majorité, celle que je connais a appelé à reconstruire et à renforcer le Code du travail. C’est un reniement en profondeur du gouvernement, une attaque contre l’histoire même du PS. Les députés qui ont par le passé voté tout le contraire de ce texte seront soumis à leur propre conscience. Même la droite sarkozyste n’envisageait pas d’aller si loin.


http://www.humanite.fr/gerard-filoche-la-plus-importante-contre-revolution-depuis-un-siecle-599513
Revenir en haut Aller en bas
Akasha

avatar

Messages : 1534
Points : 2728
Réputation : 50
Date d'inscription : 17/03/2015
Age : 40
Localisation : par là tout droit

MessageSujet: Re: Gouvernement Valls 2 ça va valser ! Macron ne vous offrira pas de macarons...:)   Jeu 25 Fév - 20:50

LOI TRAVAIL! NON MERCI…

Nous en avons déjà parlé dans ce billet, pour ceux qui ont encore un boulot, lisez ci-dessous, ce que la loi travail va impliquer.. 56.471 personnes ont signé pour dire non et nous? Même si nous doutons de l’impact des pétitions, c’est le seul moyen, encore un peu « démocratique » de nous faire entendre sachant que, la ministre n’excluait pas le passage en force avec l’article 49.3, qui a été refusé par le locataire de l’Elysée. Pour les députés et autres conseillés, dont certains sont mieux payés que leur ministre , selon le député apparenté PS René Dosière, ce n’est pas la crise. En 2015, ils ont même voté le doublement de la durée d’indemnisation des élus locaux, en cas de défaite électorale . Une menace plane sur les plus précaires, avec le risque que le RSA ne soit plus versé, les départements n’en ayant plus les moyens. La crise n’est pas pour tous…Par Voltigeur pour les M-E




La ministre du travail propose une réforme qui transforme en profondeur le code du travail. Parmi les éléments proposés dans le projet actuel :
> En cas de licenciement illégal, l’indemnité prud’homale est plafonnée à 15 mois de salaire.
> Les 11 heures de repos obligatoire par tranche de 24 heures peuvent être fractionnées.
> Une entreprise peut, par accord, baisser les salaires et changer le temps de travail
> Les temps d’astreinte peuvent être décomptés des temps de repos
> Le dispositif « forfaits-jours », qui permet de ne pas décompter les heures de travail, est étendu


> Les apprentis mineurs pourront travailler 10 heures par jour et 40 heures par semaine
> Le plancher de 24 heures hebdomadaires pour un contrat à temps partiel n’est plus la règle dans la loi.
> Il suffit d’un accord d’entreprise pour que les heures supplémentaires soient 5 fois moins rémunérées.
> Une mesure peut-être imposée par référendum contre l’avis de 70% des syndicats.
> Une entreprise peut faire un plan social sans avoir de difficultés économiques.

> Après un accord d’entreprise, un-e salarié-e qui refuse un changement dans son contrat de travail peut être licencié.

> Par simple accord on peut passer de 10h à 12h de travail maximum par jour.
Vous faites partie des 17 millions de personnes salariées en France ? Vous avez tiré le gros lot !
Interpellez la ministre du travail et demandez lui de renoncer à ce projet !

Signez la pétition et RDV sur http://loitravail.lol

Pétition à l’attention de la ministre du travail Myriam El Khomri.

Lien connexe :

#LOITRAVAIL "Oui", il le voterait en l'état... Mais pour Alain Juppé, le projet de loi El Khomri "ne va pas assez loin"



Interrogé ce jeudi soir sur BFMTV, l'ex-Premier ministre et candidat à la primaire de la droite Alain Juppé a indiqué que "oui", il voterait la loi Travail si elle était présentée "comme elle est sur la table" (et s'il était parlementaire).

Il apporte néanmoins un bémol : "Ce texte va être complètement modifié, vraisemblablement dénaturé par ce qu'on peut encore appeler la majorité socialiste au gouvernement." Avant d'ajouter : "De toute façon, il ne va pas assez loin..."

"Madame Aubry nous a plombés, avec les 35 heures il y a quelques années, quand elle parle de 'modernité' aujourd'hui, cela fait sourire", a-t-il attaqué. Lundi, Alain Juppé avait déjà estimé que ce projet était "mal préparé", "pas d'inspiration socialiste" et "plutôt d'inspiration libérale".

"Même s'il y a des choses qui vont dans la bonne direction", ce projet de loi est "improvisé, mal préparé, mal équilibré", déclarait-il. "Je sais que le boulot de Premier ministre est un boulot très difficile mais enfin je ne peux pas dire que je suis très admiratif de ce qui se passe aujourd'hui", a-t-il relevé, interrogé sur Manuel Valls. "On voit bien qu'aujourd'hui tout le monde attend 2017", a-t-il lancé.


Sur le web : Comprendre la loi Travail El Khomri en 60 secondes


http://tempsreel.nouvelobs.com/en-direct/a-chaud/18457-loitravail-juppe-primairelr-voterait-alain-juppe-projet.html
Revenir en haut Aller en bas
orné

avatar

Messages : 792
Points : 1288
Réputation : 38
Date d'inscription : 17/03/2015
Age : 44
Localisation : Où ça ?

MessageSujet: Re: Gouvernement Valls 2 ça va valser ! Macron ne vous offrira pas de macarons...:)   Lun 29 Fév - 1:55

Macron : "On ne peut pas dire qu’on a tout essayé contre le chômage"

Emmanuel Macron s’explique sur la loi El Khomri, la réforme du licenciement et les intentions du gouvernement que dirige Manuel Valls.


Emmanuel Macron s’explique sur la loi El Khomri et les intentions du gouvernement. (Sipa)

Beaucoup se dressent contre le projet de loi : les étudiants de l’Unef, les frondeurs, Martine Aubry, une pétition sur internet, Jacques Attali avec qui vous avez travaillé…

J’entends ces voix. Beaucoup sont celles de mes amis. Mais le projet pour la France ne peut pas être de ne rien changer. On ne peut pas dire qu’on a tout essayé contre le chômage car ce n’est pas vrai. On ne peut pas déclarer l’état d’urgence économique et social, et ne rien faire sur le marché du travail. Mais si l’on n’explique pas les déficiences du système actuel et ce vers quoi on veut aller, alors on ne peut créer ni du consensus, ni du progrès.

Lire aussi : Joxe : "Ce gouvernement veut réécrire à l’envers les conquêtes sociales de la gauche"

Manuel Valls dit vouloir aller "jusqu’au bout". Le texte est-il non négociable, ou allez-vous l’amender?

Jusqu’au bout de l’ambition de réforme, oui, mais le Premier ministre a dit aussi qu’il entendait poursuivre le dialogue. Le gouvernement est à l’écoute, et ne considère pas que tout est intangible. Myriam El Khomri est aussi dans cet esprit de dialogue, je le sais. Nous sommes à un moment du quinquennat où on ne peut pas tout brutaliser, car ce serait prendre le risque de refermer les débats pour longtemps sans avoir réglé les problèmes. C’est ce qu’il s’est passé il y a dix ans avec le CPE. La France a malheureusement l’habitude de projets lancés sur des enjeux réels mais qui, mal emmanchés, finissent dans la crispation et l’omerta politique.

Nicolas Prissette - leJDD.fr

Source : Le JDD.fr

Et les deux glandeux du jour :

Son altesse Hollande 1er : la France propre !



Pas question de gâcher la carte postale présidentielle : prière de raser les cahutes des sans-logis sur le parcours de François Hollande à Papeete...


Encore plus fort que l'interdiction de pendre du linge aux fenêtres sur le parcours présidentiel lorsque le président de la République s'était rendu à Pointe-à-Pitre. « Coup de karcher à Pointe-à-Pitre », titrait alors le quotidien local, France Antilles. Cette fois, pendant la visite de François Hollande, la mairie de Papeete a demandé aux SDF de bien vouloir quitter les lieux « squattés ». Expulser des SDF, il fallait tout de même y penser…
« Pas de SDF à Papeete »

C'est Le Lab d'Europe 1 qui a repéré l'information sur le site de Polynésie 1ère. « Pas de SDF à Papeete pendant la visite de François Hollande », titre l'antenne locale de France Télévision. « Un bain de foule est prévu, ainsi que des visites sur les stands de commerçants. Mais les SDF qui dorment autour du marché ne reflètent pas vraiment la carte postale polynésienne que le pays souhaite montrer au chef de l'État. C'est la raison pour laquelle la mairie de Papeete a demandé aux SDF de quitter les lieux, du moins provisoirement, le temps de la visite présidentielle. »

Jean-Claude Tehihira Tuihaa, dit Coco, qui vit depuis un peu plus de 3 ans sous quelques planches de bois, une image du Christ suspendu entre deux tissus, témoigne tristement : « Pour le président, il faut qu'on dégage de là. On est dans une démocratie, quand même, non ? Ils ne sont même pas venus me voir, c'est par intermédiaire qu'ils m'ont demandé de tout enlever. Est-ce normal ? Je n'ai pas de logement. Pendant la visite du président, tout va être détruit et remonté dans trois jours. Où allons-nous ? Comment je vais faire, moi ? »

École fermée, marché nettoyé

La mairie de Papeete avait déjà décidé de fermer écoles, collèges et lycées lundi afin d'éviter tout risque de bouchons dans le centre-ville. Mais, à force de vouloir peaufiner la carte postale ensoleillée à des fins de communication, le marché Mapuru à Paraita devra être littéralement « nettoyé » de ses SDF. Un nettoyage qui n'empêchera pas les rats de pulluler à deux pas, comme le montre Polynésie 1ère dans son reportage. « On laissera passer le président et on reviendra, explique Gontran Haapa, magnétiseur-masseur, dont la baraque vient d'être détruite. Pas si sûr : les cahutes n'étaient pas construites sur un terrain public mais sur une enclave privée. Et, une fois François Hollande remonté dans son avion, comme tous les autres occupants qui ne payaient pas de loyer, Coco, Gontran et les autres devront en fait bel et bien trouver un autre lieu où bâtir une nouvelle cabane. Merci pour ce moment ?

Judikael Hirel

Source : Lepoint vu sur L'Echelle de Jacob

Jack Lang : « La tribune de Martine Aubry est un coup de poignard »

Après la charge de Martine Aubry, l'ancien ministre somme les socialistes d'arrêter de se déchirer. Faute de quoi, prévient-il, le PS peut mourir.

Propos recueillis par @henriVERNET | 28 Févr. 2016, 00h00 | MAJ : 28 Févr. 2016, 07h38

« Quand on publie un texte aussi brutal, on a le devoir de l’accompagner d’un projet », tacle Jack Lang. (Andia.fr/Bigot.)


Le président de l'Institut du monde arabe juge que la tribune de Martine Aubryla tribune de Martine Aubry est « un coup de poignard contre Hollande, la gauche, le pays ».


La tribune de Martine Aubry montre une crise profonde à gauche. Le PS est-il en danger de mort ?
JACK LANG.
J'aime beaucoup François Hollande, je respecte sa personne et sa fonction, même si je n'approuve pas toutes les orientations de son gouvernement. Quant à Martine Aubry, je l'ai soutenue pour son accession à la tête du PS en 2008. Mes relations avec elle sont amicales. Sur le fond, je partage certaines de ses réserves, mais je ne peux accepter la violence contre les dirigeants de l'Etat. Sa philippique me choque, c'est comme un coup de poignard dans le dos !

Dans le dos du président ? Des socialistes ?
Dans le dos de la gauche en général, qui se trouve mise en miettes par cette violence inhabituelle entre camarades. Même dans les congrès, on n'a pas une telle brutalité ! Le spectacle donné par la classe politique est déplorable. Ce sentiment que chacun défend son ego, cette absence de solidarité collective, de respect. Les mœurs politiques sont dégradées.

Aubry a-t-elle eu tort ?
Oui. Affirmer avec force des convictions, d'accord. Mais s'attaquer avec cette hargne aux personnes, non. Quand on publie un texte aussi brutal, on a le devoir de l'accompagner d'un projet. Les citoyens ne peuvent être que désemparés : d'un côté, une dénonciation sans réserve avec des mots durs et, de l'autre, une absence totale de vision, de projet, de propositions. Qu'une personnalité de talent, qui exerce des responsabilités, se livre à un tel jeu de massacre réduit la politique à une foire d'empoigne.

Comment en sortir ? Le PS peut-il survivre ?
Le parti est en danger, c'est certain. Il y a une sorte de suicide collectif. Je n'ai pas envie que mon pays s'autodétruise, s'immole parce que les dirigeants des partis se tapent dessus et s'entredéchirent. On ne va pas tout suspendre au seul Parti socialiste. Il faut que le président de la République, avant l'élection présidentielle, agisse, avance, bâtisse, transforme. Il lui appartient plus que jamais de donner le cap. De montrer sa détermination à opérer des changements, dans un esprit de dialogue.

Hollande et Valls affaiblissent-ils la France, comme le dit Martine Aubry ?
Ces mots sont un coup de poignard contre François Hollande et contre le pays. Quelles que soient les erreurs qui ont pu être commises par le gouvernement, en particulier dans l'élaboration de ce projet sur le droit du travail, ces propos sont injustes. François Hollande conduit une politique internationale forte. La France est au premier rang contre Daech et contre le terrorisme. On n'a pas le droit de dire qu'il affaiblit la France !

N'y a-t-il pas une forme de brutalité chez Manuel Valls ?
Il y a la manière de gouverner, et il y a le fond. Pour la première, des maladresses ont été commises, on pourrait gérer les choses avec un sens plus aigu des relations avec les organisations syndicales et le Parlement. Et il y a le contenu même, qui parfois est discutable, ou manque d'ambition. Mais tout cela ne justifie pas qu'on se livre avec cette hargne à une dénonciation aussi caricaturale, injuste. J'ai envie de dire : camarades, un peu de dignité ! Retrouvez le sens de la raison. Halte à ces jeux de massacre ! Je n'ai pas envie de dire demain : bonjour tristesse...

François Hollande doit-il se soumettre à une primaire ?
Non. Quand j'accompagnais François Mitterrand, je lui avais conseillé d'être candidat le plus tard possible et de rester président pratiquement jusqu'au bout, jusqu'en mars. Je ne vais pas dire le contraire aujourd'hui. L'intérêt du pays exige que le président le reste jusqu'à son terme. Or, je vois mal comment il pourrait être président le matin et se soumettre à je ne sais quel débat le soir.

Il ferait un bon candidat ?
Je pense qu'il est le meilleur candidat possible pour la gauche. Les personnes qui dénoncent, dénigrent, critiquent et vitupèrent feraient mieux de mettre leur intelligence au service du prochain programme présidentiel ! Pour l'heure, la politique manque cruellement de souffle et d'imagination.

Source Le Parisien

Note Orné un interview à la con pour une vraie langue de pute (sourire).
Revenir en haut Aller en bas
Akasha

avatar

Messages : 1534
Points : 2728
Réputation : 50
Date d'inscription : 17/03/2015
Age : 40
Localisation : par là tout droit

MessageSujet: Re: Gouvernement Valls 2 ça va valser ! Macron ne vous offrira pas de macarons...:)   Jeu 17 Mar - 21:04

Grosse mobilisation des lycéens contre la loi travail



L’embrouille du débat sur la loi travail

Les annonces de lundi du gouvernement sur la loi travail provoquent de drôles de réaction, entre ceux qui soutiennent que pas grand chose ne change (pour s’en féliciter ou le critiquer) et ceux qui affirment qu’il a trop cédé, le tout dans un quasi-unanimisme médiatique de soutien au démantèlement d’un droit du travail présenté comme archaïque et devant être assoupli



Postures politiques et faux débat démocratique


Quand on prendra enfin un peu de recul sur cette loi travail, une partie du brouillard médiatique d’annonces et de commentaires se dissipera. Malheureusement, le gouvernement n’a pas trop mal amené le débat sur cette loi, avec le rapport Combrexelles de la rentrée dernière, et la prise de position de Robert Badinterlr pour défricher le terrain quelques mois avant. Il a bien joué sur la légère (et très largement insuffisant) baisse du chômage dans plusieurs pays européens, oubliant les différences démographiques, ou même le début de la baisse chez nous, relativisant l’impact de nos règles… Pire, on peut même se demander si le projet initial ne comportait pas à dessein des provocations, comme la hausse du temps de travail des apprentis, dont le seul rôle était d’être des soupapes pour réduire la tension.

En outre, la quasi-totalité des médias défendent le démantèlement de notre droit du travail, de France Inter, comme le rappelle Marianne, à Europe 1 en passant par toutes les grandes chaines de Télévision, le Monde ou le Figaro, dans un unanimisme qui révèle un véritable problème démocratique. Nos médias sont-ils plus ouverts, sur certains sujets, que ceux de pays souvent présentés comme des quasi-dictatures ? Le discours de la majorité disqualifiant les opposants, renvoyés à l’image de râleurs archaïques, est entretenu par tous les médias. Et la majorité joue sur du velours puisque ceux qui dénoncent une reculade peuvent convaincre certains qu’elle a fait un vrai compromis quand ceux qui disent que rien ou presque n’a changé, tiennent un discours qui pourrait convaincre les partisans de la réforme.

Bien sûr, rien n’est joué et les courbes de popularité de l’exécutif relativisent les pronostics riants pour cette majorité en 2017, mais on aurait tort de prendre trop à la légère certaines critiques des choix de la majorité, aussi néfastes soient-ils. Il n’est pas sûr qu’en droitisant le débat, les Républicains en sortent vainqueurs, et entre temps, ce sont la France et les Français qui perdent.

Agoravox

Loi Travail : plusieurs dizaines de milliers de lycéens et étudiants dans la rue


Cortège lycéen anti-loi travail près de la Place de la Nation, à Paris, jeudi 17 mars. (Eric FEFERBERG / AFP)

Deuxième journée de mobilisation contre la loi travail. Lycées et facs bloqués, cortèges dans toute la France, échauffourées… Plus de 150.000 personnes ont manifesté selon l’Unef, 69.000 selon les autorités


Le front anti-loi travail persiste et signe. Après s’être fortement mobilisés à travers tout l’Hexagone, le 9 mars, lors d’une première journée de contestation, les lycéens et les étudiants, ainsi qu’une partie des syndicats, ont organisé jeudi 17 mars un nouveau mouvement contre l’avant-projet de loi El Khomri.../... Lire la suite sur histoireetsociete
Revenir en haut Aller en bas
Akasha

avatar

Messages : 1534
Points : 2728
Réputation : 50
Date d'inscription : 17/03/2015
Age : 40
Localisation : par là tout droit

MessageSujet: Re: Gouvernement Valls 2 ça va valser ! Macron ne vous offrira pas de macarons...:)   Sam 19 Mar - 22:12

« Pourquoi j’ai quitté le cabinet El Khomri » par Pierre Jacquemain

Source : L’Humanité, Cyprien Boganda, 29-02-2016



Photo : capture d’écran Dailymotion
Proche conseiller de la ministre du Travail, Pierre Jacquemain a choisi de claquer la porte mi-février, pour marquer son désaccord avec le projet de loi El Khomri. Pour la première fois, ce jeune homme issu de la gauche radicale (il a été collaborateur de Clémentine Autain), raconte les raisons de sa démission.

Quel poste occupiez-vous auprès de la ministre du Travail ?

Pierre Jacquemain : J’étais en charge de sa stratégie publique: je préparais ses discours et ses entretiens avec la presse. J’étais sa « plume », si vous voulez… J’ai été recruté par Myriam El Khomri en mai 2015, à l’époque où elle était secrétaire d’Etat chargée de la politique de la Ville. C’est une militante de gauche que j’ai toujours respectée. Elle a fait un excellent travail en tant que secrétaire d’Etat, elle s’est battue pour obtenir des arbitrages favorables et mener une politique digne de ce nom. C’est pourquoi lorsque, trois mois plus tard, elle m’a proposé de la suivre au ministère du Travail, je n’ai pas hésité. C’est un beau ministère, qui s’est malheureusement détourné de sa mission première : défendre les salariés, dans un contexte économique troublé. Au départ, je pensais que je serai utile.

À quel moment avez vous déchanté ?

Pierre Jacquemain: J’ai peu à peu compris que nous perdions la bataille. En réalité, la politique du ministère du Travail se décide ailleurs, à Matignon. C’est le Premier ministre qui donne le ton. Après le rapport Combrexelle, Myriam El Khomri avait pourtant une grande ambition. Elle a mené une concertation fructueuse avec les partenaires sociaux, qui a débouché sur de réelles avancées. Malheureusement, aucune de ces avancées n’apparait dans le projet de loi final. Le compte personnel d’activité n’est qu’une coquille vide, qui n’est que l’agrégation de droits sociaux déjà acquis. Par ailleurs, à qui veut-on faire croire que la dématérialisation des fiches de paie est une grande avancée sociale ?

Comprenez vous le tollé provoqué à gauche par ce projet de loi ?

Pierre Jacquemain. Oui. Ce projet de loi est une erreur historique. C’est une régression en matière de droits sociaux, dans la mesure où de nombreux acquis des travailleurs pourront être renégociés à l’échelle des entreprises, où le rapport de force est systématiquement défavorable aux salariés. C’est un non sens économique, parce qu’il n’est pas prouvé que cette loi créera de l’emploi. C’est enfin un non sens politique: quand on se dit de gauche, quand on s’estime progressiste, je ne vois pas comment on peut soutenir un tel texte.


Remarque Akasha : Qui veut la source d'inspiration de la El Khomri ?

Lisez ceci :

http://ec.europa.eu/europe2020/pdf/csr2015/csr2015_council_france_fr.pdf
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Gouvernement Valls 2 ça va valser ! Macron ne vous offrira pas de macarons...:)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Gouvernement Valls 2 ça va valser ! Macron ne vous offrira pas de macarons...:)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Orthographe : le gouvernement Valls rappelle que "les deux orthographes sont justes".
» Documents relatifs à l'implication du gouvernement et de l'armée britanniques dans l'étude des crop-circles
» LE GOUVERNEMENT CHINOIS CONTRE LE CHIEN ET LA FOURRURE DE ..
» écrire aux gouvernement contre les MASSACRES SANS ANESTHÉSIE
» Sociétés secretes et gouvernement mondial

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fils de la loi de UN :: Actualités Mondiales :: Nouvel Ordre Mondial -
Sauter vers: