Le partage le nerf de ma guerre. Nouveau paradigmes, soyons la révolution.
 
AccueilPortailRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le féminin sacré : par Akasha

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Akasha

avatar

Messages : 1534
Points : 2728
Réputation : 50
Date d'inscription : 17/03/2015
Age : 40
Localisation : par là tout droit

MessageSujet: Le féminin sacré : par Akasha   Lun 30 Mar - 20:38

Le féminin sacré : par Akasha




Texte Akasha/ Bonjour mes frères et sœurs

je reviens sur un de mes sujets de prédilection Après vous avoir parlé longuement de l'épanouissent sexuel qui est incontournable pour notre équilibre Et d'autant plus quand on cherche à aller encore plus loin dans notre développement spirituel qui par le truchement de la pratique sexuelle, sera une méthode efficace et agréable de surcroît  Embarassed  Je voudrai aujourd'hui parler plus précisément de nous les femmes...En tant que femme on ne peux trouver l'épanouissement dans l’abstinence c'est impossible, pourquoi ?  Avez_vous déjà entendu parler du sacré féminin ?  Eh bien sachez que nous ne pouvons développer notre sacré féminin sans passer par le sexe...Mais attention, il s'agit aussi de se respecter en tant que femme, il faut toujours un équilibre, et notre sacré n'y échappe pas bien évidement Wink Le sexe sans amour ne peut nous apporter la sérénité. La pratique du sexe, même si vous allez loin dans le concept doit impérativement rester dans la grâce, la beauté, et la splendeur. La femme est divine, car elle donne la vie en son être, et était respecté en tant que telle durant l'antiquité. L'homme sans la femme est insignifiant, tandis que la femme sans l'homme reste malgré tout femme car divine de par sa nature intrinsèque  Wink Une femme est mû par son essence divine L'homme aussi contient la graine de l'esprit divin, mais ne peut être complet sans l'essence féminine qui la nourrit... bounce

L'essence féminine, c'est l'amour dans toute sa splendeur celle qui donne la vie et libère l'esprit créateur ! Une femme ne peut être pleinement libre si elle ne libère pas cette énergie vitale à toute la vie qui donne tout son sens et son équilibre.


Les religions ont essayés de enfermer la femme dans un carcan bien trop étroit pour elle, histoire de mieux dominer les hommes.  



Car l'essence féminin est libérateur pour tous, pas seulement pour la femme, mais pour tout ceux qui en comprendront toute la subtilité.


Le sacré féminin est des plus malmenés depuis des millénaires, d'abord réduit en peau de chagrin par les trois grandes religions...Ensuite galvaudé et détourné dans notre monde moderne par le mensonge la propagande et le conditionnement...Il y règne une grande confusion, Ou l'on tente à montrer une femme libre qui désormais à une place prépondérante dans cette société dominée par l'homme...Mais c'est une image tronquée de la femme que l'on nous montres...Une femme libérée sertes mais sans amour, sans compassion et sans cette grâce qui nous caractérises...A la place c'est une femme froide, égoïste qui ne pense qu'à son petit plaisir...Une femme qui ne remplit même plus son rôle de mère qui souvent s'en décharge...Qui ne pense qu'à son image et sa carrière... No  Non ce n'est pas ça une vraie femme ! Oui une femme une vraie doit être forte, mais pas que...Encore une fois c'est de un équilibre que il s'agit, si il n'y a que une facette c'est tout qui s'effondre.  




L'image de la femme hyper-sexualisé est très réductrice pour nous...Nous montré tortiller du croupion à la télé en insinuant que c'est ça la femme moderne, cause autant de mal que les religions on pu faire durant ces millénaires. Une femme libre se maîtrise, elle est sertes sans complexe, mais se montre pas aux premiers venu, elle se réserve pour son amour ou le privé. elle peut de se fait concentrer ces énergies féminines, si elle fait n'importe quoi et ne se respecte pas, elle sera dans les basses énergies et ne pourra se réaliser !!

Il en est de même si elle délègue son rôle de mère pour sa carrière car elle se trouve dans le matérialisme et ne pourra donc pas se réaliser dans son sacré féminin.

Toutes cette confusions porte préjudice jusqu'à dans les couples. Car un homme qui au début vous a aimé parce que vous étiez femme. Un moment ne l'acceptera plus de par la jalousie. Et paradoxalement recherchera de nouveau cette essence féminine chez une autre. Voyez_vous jusqu'où le dessein démoniaque du pouvoir en place peut aller pour détruire notre image divine, et ici autant chez l'homme que la femme. C'est la plus grande tromperie qui soit. Car si tous pourrions_nous se rendre compte de ça, pourraient se libérer de nos chaînes qui nous sont imposée afin de nous dominer et garder comme un troupeau docile et consentant à se pouvoir injuste !!




Un autre grand problème nés de cette fausse image de la femme, est que elle veut vivre de par le regard des autres. Elle ne regarde plus en elle, et dépend de cette image qui lui est rendue des autres, de son mari ou compagnon et amies...Ce qui est une illusion vu que on est pas se que les autres voient en nous, mais on est un être à part Wink Tant que l'on ne se développe pas spirituellement on vivra dans le regard des autres et ne pourrons nous épanouir pleinement notre féminin sacré...

Vous savez, les hommes aussi on leur part de féminin sacré, tout comme la femme a une part de masculin sacré, une petite part qui nous aide à exacerber notre essence divine !

Pour terminer, une femme qui a tout comprit à son féminin sacré c'est :

-Une femme qui a comprit que elle a une valeur qui dépasse sa sexualité, même si cela est important, mais dans le privé,
-Une femme qui a comprit que la compétition et la rivalité avec les autres femmes est inutile, mais doit plutôt choisir l'harmonie,
-Une femme qui ne rejette pas ces qualités en tant que femme. Bien au contraire les cultives et est consciente de son pouvoir sacré,
- Une femme qui a comprit son impact sur le monde et sait que sans elle rien ne peut subsister ou se créer,
-Une femme qui a comprit que elle ne vit pas au travers du regard des autres, et cultive sa propre beauté intérieur et extérieur. Consciente de son grand pouvoir féminin,
-Une femme qui a tout saisis du pouvoir de l'amour et de l'alliance au sacré masculin,
-Une femme qui cultive sa spiritualité et se élève au dehors de toutes appréciations matérialistes.

Voilà mes sœurs, prenez vraiment conscience de ça, l'humanité ne pourra que mieux s'en ressentir...Sans nous le monde n'est plus, et on ne peux pleinement se développer si nous restons prisonnières de nos propres illusion intérieurs qui se répercute tout naturellement sur le monde extérieur.

Texte Akasha.
Revenir en haut Aller en bas
Akasha

avatar

Messages : 1534
Points : 2728
Réputation : 50
Date d'inscription : 17/03/2015
Age : 40
Localisation : par là tout droit

MessageSujet: Re: Le féminin sacré : par Akasha   Dim 29 Nov - 21:01

Les valeurs féminines, une clé pour notre humanité

Comment, dans un contexte fort de bouleversements et de paradoxes, les valeurs féminines et leur puissance, telles que l’amour, la douceur, la tendresse, la vulnérabilité… peuvent nous donner des clés pour améliorer nos relations et nous permettre d’évoluer en tant qu’êtres humains dignes, conscients et responsables.



Et si la féminité était la quête de notre époque ? La moitié de l’humanité est concernée par cette démarche. Et l’autre ? N’avons-nous pas tous les deux polarités – féminine et masculine – en chacun de nous ? Alors si chacun(e) pouvait se questionner sur ses valeurs profondes, ses ressentis, sur ce qui le/la meut de l’intérieur, du fond de ses tripes, dans son cœur, son corps et dans l’ombre de son esprit, ici et maintenant, nous pourrions nous ouvrir de plus en plus à cette part féminine que nous portons tous.

Et j’ose imaginer que les femmes et les hommes partant à la découverte de leur propre profondeur pourraient modifier la donne dans les relations hommes-femmes et par là même dans l’équilibre du monde…

Imaginons, cette joue, douce et veloutée d’un jeune enfant qui se tend pour accueillir un tendre bisou, enlace notre cou et nous serre fort de ses bras, et notre cœur s’emplit d’émoi et fond.

Imaginons cette main délicate et fine posée sur une épaule masculine tendue qui se relâche, et notre souffle s’apaise et se pose tranquillement au creux de notre plexus.

Imaginons ce ventre rond et plein d’une nouvelle joie à venir et cette main carrée, puissante qui apprivoise les mouvements internes, et nos yeux s’embuent un instant, dans la magie de la vie.

Imaginons cette voix qui fredonne au chevet du souffrant, la main fraîche sur son front, notre douleur se dissipe, et notre respiration s’allège.

Imaginons ces femmes qui se réunissent pour partager leurs secrets, leurs intuitions ou leurs peines dans la sororité et la simplicité, et notre tête se redresse, nos épaules se dégagent, et la joie monte en nous.

Imaginons ces danses de cérémonies, dans la joie et les rires et notre pas devient plus léger, notre hanche ondule.

Imaginons cette amie blessée qui ose dire à l’autre à quel point son cœur a été meurtri et qui dans sa sagesse et sa générosité, lui pardonne, notre cœur bouleversé fait couler nos larmes.

Imaginons ces hommes réunis, se tenant par les épaules qui s’entraident et se soutiennent dans leur puissance et leur vulnérabilité et notre ventre s’agite.

Imaginons cette main forte et douce qui nous relève le menton afin que cette bouche se pose délicatement sur nos lèvres et notre sexe palpite.

Imaginons, ces courbes et ces creux, cette forêt sombre et mystérieuse, cette peau soyeuse et des baisers la parcourir lentement et délicatement, et notre être entier se met à vibrer.

Imaginons, Imaginons, Imaginons. Et si tous ces gestes, ces attentions, cette présence, cette conscience, cette lenteur, cette sensibilité, cette ouverture, cette rondeur, cet amour étaient bien réels ? Oui, il nous appartient, chaque jour de cultiver ces dimensions, ces valeurs, ces forces, de les répandre et les partager.

Nous, femmes, percevons, ressentons, vivons, au cœur et au creux de notre être ces énergies. Chaque mois, notre corps et notre être se préparent au miracle de la création d’un nouvel être, de la vie et nous sommes ainsi faites que nous avons cette capacité à partager cela avec l’autre, homme, femme, enfant, animal, nature. Nous sommes dépositaires de la sagesse et responsables de sa transmission, par l’éducation, la communication et la relation.

Parce que nous, êtres humains, sommes des êtres de relation, de lien, d’attachement, de partage, d’échange. Nous avons besoin d’être aimés, regardés, touchés, accueillis, entendus, reconnus, nourris, câlinés, protégés, rassurés tout au long de notre vie et avons souvent été carencés dans ces besoins fondamentaux à tel point que ce qui semble si simple, l’est rarement. Nous devenons maladroits, inquiets, angoissés, impuissants, durs ou démunis par rapport à l’autre lorsque l’on se confronte à la différence, à l’inconnu, à l’incompréhension et à nos peurs.
Pouvons-nous apprendre ? Apprendre à être plus réceptif, plus doux, plus tendre, plus présent ?

Oui, nous femmes pouvons apprendre parce que nous le savons déjà et les hommes aussi, le savent également. Nous tous le savons car c’est inscrit dans notre cœur. Alors, osons une main posée, un regard tendre, un léger sourire, un mot doux. Ainsi notre cœur chavire, s’ouvre et renaît à la beauté et à la vie. La danse fluide et légère peut reprendre, comme une valse à trois temps, donner-recevoir-aimer, pour célébrer la vie.

À l’aube d’une nouvelle ère, d’une humanité plus consciente, parce que son avenir en dépend, nous avons à nous tourner vers l’autre, dans la confiance et l’amour. Les manifestations du 11 janvier en témoignent, c’est dans l’amour et le partage que nous nous retrouvons, que nous nous reconnaissons comme êtres humains dignes et vivants, debout et fiers, loin de la guerre, de la violence, de la barbarie. Le lien véritable d’être à être, de cœur à cœur, est nourri par des forces puissantes que sont l’amour, l’amitié, la tendresse, la douceur, la compassion, la chaleur, l’abandon de soi, la conscience et l’intimité.

Alors, traversons nos peurs, passons au-delà de nos blessures, de notre orgueil et nos différences, pardonnons et osons cette intimité qui nous rend plus authentiques et vulnérables. Nous pourrons ainsi nous dévoiler peu à peu, en confiance, et montrer à l’autre qui nous sommes vraiment, dans l’ouverture du cœur et la simplicité, si l’on reconnaît que l’autre fait de même du mieux qu’il peut. Ainsi, nous pourrons grandir ensemble, nous ajustant dans le respect mutuel et l’altérité et construire un monde meilleur.

Carlotta Munier
Gestalt-thérapeute et Sexothérapeute, animatrice de stages de développement personnel, de
groupes de femmes et de stages de Tantra.
Auteure de « Sexualité Féminine : vers une intimité épanouie » – Éditions Le Souffle d’Or, avril 2015.
sexotherapie13@orange.fr

www.sexotherapie13.com

http://etredivinaufeminin.blogspot.co.il/

Revenir en haut Aller en bas
 
Le féminin sacré : par Akasha
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le féminin sacré : par Akasha
» Le Féminin sacré (extrait d'une étude réalisée par Jean Bernard Cabanes)
» Chapelet pour préparer la fête du Sacré Coeur de Jésus
» Acte de consécration au Sacré-Cœur de Jésus, par Sainte Marguerite-Marie Alacoque
» Fête du Sacré Cœur

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fils de la loi de UN :: Spiritualité/Philosophie/ Théorie :: Interrogations / Réflexions personnelles-
Sauter vers: