Le partage le nerf de ma guerre. Nouveau paradigmes, soyons la révolution.
 
AccueilPortailRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Tentative bateau et avorté de discrédité Etienne Chouard (les Inrocks)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Akasha

avatar

Messages : 1534
Points : 2728
Réputation : 50
Date d'inscription : 17/03/2015
Age : 40
Localisation : par là tout droit

MessageSujet: Tentative bateau et avorté de discrédité Etienne Chouard (les Inrocks)   Mer 25 Mar - 21:01

Commentaire et propos Akasha/ Bonjour les amis  cat
Comme vous le savez ces derniers temps la tendance des gros merdias est de s'en prendre lamentablement à certains dissidents. Que ce soit la presse, le journal télévisé des émissions dites culturels jusqu'aux télé-crochets...Genre le grand (ou petit) journal de anal + ou là on touche le fond de la débilité humaine  Rolling Eyes ou même un autiste sous LSD fini par se rendre compte de la supercherie...Il n'empêche je me demande toujours comment une certaines frange de la populace fait pour supporté au hasard une Fourest par_exemple ?  Personnellement c'est au dessus de tout ce que je peux supporté entendre une lesbienne hystérique mentir injurier et manipuler (mal en plus) c'est terrible...même le CSA en a marre de ces conneries et lui a prié de la mettre en veilleuse et l'on sanctionné pour manquement professionnel, c'est tout dire Wink En claire que ce soit elle ou un autre, ils utilisent tous les sempiternels ficelles du genre, tout y passe, point Godwin en tête... What a Face  En gros dès que vous remettez en cause le pouvoir en place tu es un nazillon...Pitoyable comme postulat et très malhonnête, car de cette façon, ils rompent tout dialogues. Ils font des amalgames des plus douteuses mentent sur les liens de tout à chacun mélangeants tout les protagoniste ensemble..Ils profitent allègrement de l'ignorance du téléspectateur moyens.

Bien venant au cas du jour...cette fois-si, c'est monsieur Chouard qui déguste, et ces plus proche collaborateurs les "GV" (cf gentil virus) Et ces le magasine "Les Inrock" via leur site et leur journalope  Mathieu Dejean qui s'y colle...Résultat un gros floppe un lamentable échec, et je rigole bien, le type (le Dejean) s'en prend pleins la tronche ainsi que se torchon de magasine...Pour une fois que l'on peu jubiler de leur fions de gros raté et de collabo d'empire vacillant... pirat  Je cous conseille la lecture des commentaires du dit "article" ICICe qui est intéressant, c'est que dans la grande généralité, c'est puissamment argumenté, l'article est mis en pièce...Et ça vaut le jus  bounce

Des sites de informations s'y sont bien entendu collé, et nous ne sommes pas en reste, la malhonnêteté du journalope est mis en lumière, je vous en propose un ou deux :


Les Inrocks, torchon de la banque Lazard, se paie Chouard

Un article récemment publié par Mathieu Dejean sur le site internet des Inrocks.com a capté notre attention. Non pas pour son contenu pertinent, sinon celui-ci serait paru dans notre fil d’actualité, mais pour mettre en lumière la performance propagandiste de notre « confrère » (employé de monsieur Mathieu Pigasse, directeur de la banque Lazard) contre Etienne Chouard, et ceux qu’il a inspiré, les Gentils Virus.

Le principal concerné, Etienne Chouard, a vivement réagit sur son Facebook, notamment concernant l’appartenance supposée à un groupe public sur le réseau social :


Encore une calomnie dans un « grand journal »…
(Décidément, c’est toutes les semaines en ce moment.)
Là, ce sont les Inrocks qui viennent de m’accuser — mais c’est une calomnie — d’avoir liké un groupe d’affreux… Je n’ai rien liké du tout, on m’a inscrit à ce truc sans me le demander, comme ça m’arrive tout le temps. Il faut savoir que je suis, depuis des années, inscrit d’office (sans l’avoir demandé) à des tas de groupes Facebook (des dizaines et des dizaines)… J’ai renoncé à me désinscrire de tous car c’est littéralement sans arrêt, et puis il y a des militants que j’aime bien qui trouvent des forces à me voir affiché avec eux, alors bon, je ne m’occupe plus trop de ces « groupes » qui n’en sont pas vraiment puisqu’on ne peut pas empêcher l’inscription d’autorité.
Alors là, j’ai découvert que j’appartenais à ce groupe craignos en lisant l’article des Inrocks => je suis donc allé voir « mes groupes » : je suis encore dans 89 groupes (!) (pourtant, j’ai fui des dizaines et des dizaines de fois depuis mon inscription sur FB) et effectivement je suis dans ce groupe (très laid, et avec qui, évidemment, je n’ai rien de commun)… Alors je me suis désinscrit aussitôt, évidemment, une fois de plus. Mais tirer de ces inscriptions arbitraires (sans mon accord et fréquentes comme du spam) la marque — voire la preuve (!) — d’une dérive idéologique malsaine (…), c’est soit débile, soit malveillant.
Un journaliste qui chercherait le vrai devrait s’imaginer qu’un homme seul comme moi à (peut-être un peu) du mal à suivre comme il le faudrait cette activité de fou que je vis depuis des années, et quand quelque chose cloche, il pourrait comparer ce que je dis (sans varier : ultra-démocratique) à ce qu’il a peur que je pense (ultra-anti-démocratique)…
Me reprocher publiquement et centralement un contre-sens aussi total, sur un fait aussi peu significatif (on peut être inscrit à un groupe sans l’avoir voulu, et quand on reçoit comme moi plus de 800 notifications par jour (!) — plus de 5000 par semaine… — , on peut facilement rater celle qui annonce une inscription indésirable, et puis voilà, ensuite la vie de fou continue), me faire un tel reproche (sans même essayer de me parler pour vérifier, d’ailleurs), c’est vraiment moche.
Et, bien sûr, comme dans l’Express, je ne peux pas répondre moi-même (en commentaire sur le site) aux calomnies du journal. C’est vraiment des mœurs lamentables, quand même…
Mais bon, tout se passe comme prévu : pour discréditer la critique antiparlementaire des libertaires (et des démocrates, c’est quasiment pareil), les parlementaires (et leurs sponsors) entretiendront et développeront une CONFUSION avec la critique parlementaire des autoritaires, même si leurs projets sont antinomiques pour la société. C’est bien ce qui se passe.
Évidemment, la critique antiparlementaire de droite se nourrit des arguments de la critique antiparlementaire de gauche (puisque les faits qui servent aux uns peuvent mécaniquement servir aux autres dans leurs démonstrations), ET INVERSEMENT. Ce n’est pas étonnant de voir les deux groupes (aux projets sociaux pourtant diamétralement opposés) recycler les faits et arguments découverts par les autres : ils ont le même adversaire, ils ont donc des tas d’arguments en commun, vraiment en commun.
Mais réduire les deux critiques au même projet politique, comme si elles étaient également dangereuses, c’est juste malhonnête.
Étienne
[Edit]
PS : je vois qu’il y en a parmi vous qui arrivent à répondre à l’article des Inrocks ; je ne sais pas comment ils font. Je leur demande à tous, s’il le veulent bien, de rester GENTILS et CALMES.
C’est important.
Un excès n’en justifie pas un autre.
Si vous pouviez aussi copier/coller (une seule fois) ma réponse ci-dessus, ça me rendrait service. Je ne sais pas s’ils censureront tout ce qui les gêne, comme sur le site de L’Express, mais on peut essayer.


La longueur de sa réponse est bien représentative des efforts harassants dont il faut faire preuve pour se « laver » d’une calomnie… Malheureusement, l’article fourmille de ce genre de manipulations, et il paraît difficile de répondre à toutes les attaques, tant elles sont multiples et surtout fallacieuses. Il convient néanmoins de souligner le fait que l’auteur a fait appel à l’inquisiteur en chef en matière de lutte contre la théorie du complot, le fameux Rudy Reichstadt. Bien plus souvent cité dans des articles, invité sur des plateaux radios ou télés, qu’occuper à donner des conférences – il ne faudrait pas qu’il se retrouve nez-à-nez avec ceux qu’il salit, une caméra pourrait immortaliser son incapacité à faire face au pays réel, loin des salons feutrés… – ce soi-disant « expert » est utilisé chaque fois qu’il est nécessaire de donner l’illusion d’un quelconque crédit à la bouillie confuse du « journaliste » désireux d’accomplir sa basse besogne. Cette fois-ci, le prête-main fut Mathieu Dejean.

Celui-ci s’est d’ailleurs servi d’une retranscription issue d’un entretien mené par l’Agence Info Libre sans citer sa source (contrairement à la conférence TedX), et en décontextualisant aussi sinon ça ne serait pas drôle…

« Dans une interview vidéo datée du 4 novembre 2014, il précise encore que “l’ADN des Gentils virus, ce serait de nous débrouiller pour devenir un peuple constituant”. »

A ce titre, nous regrettons que notre travail ait pu être utilisé contre Etienne Chouard et les Gentils Virus… L’occasion pour nous de leur rappeler qu’à nos yeux ce genre de publication n’a aucune valeur, et que notre (modeste) média leur restera ouvert !


EDIT ; A lire, l’intégrale des réponses des Gentils Virus aux Inrocks






Ageninfolibre

--------------------------

Au fait le gros soucis que il y a avec monsieur Chouard. C'est que il est sortit de l'ombre d'une façon très remarquée depuis son passage chez Taddei...Il ne c'est point laissé démonté que du contraire il a même remis à sa place le virulent et expérimenté ineffable bourricot de Atali...Un autre problème aussi c'est que Chouard c'est pas Soral..Il ne traîne pas des tas de casseroles derrière lui, et son propos est bien plus mesuré ! Ce qui le rend bien plus difficilement critiquable. D'où les deux fiascos pré_cité. Et de plus il sait de quoi il parle, il maîtrise son sujet, et ne s'égard pas dans des théories fumeuse à la Soral qui le rend vulnérable et bien plus critiquable de part ses avis trop tranché, ce que on ne retrouve pas chez Chouard. Il se contente (si l'on puis dire) de rester dans du palpable, et tiens un discours cohérent et réalisable qui à priori ne disqualifie personnes. Il est aussi question de une vraie démocratie, ce qui est vous en conviendrez, fédérateur.

Akasha.

-----------------------



Mathieu Dejean, des Inrockuptibles, calomnie à son tour Etienne Chouard et les Gentils Virus

Quand je vous disais que les grandes manœuvres avaient commencé… Après Adrien Sénécat de l’Express, c’est donc au tour de Mathieu Dejean de diffamer Etienne Chouard en mode « service commandé », cette fois pour les Inrocks. L’auteur a choisi de mettre l’accent sur les Gentils Virus, ce collectif informel de citoyens très intéressés par les idées d’Etienne Chouard et d’autres : une Constitution écrite par et pour le peuple, donc écrite par des Citoyens Constituants désignés de manière originale (par tirage au sort par exemple).


L'article de Mathieu dejean,
toute honte bue, donne la parole à Clément Sénéchal, ponte du M6R et ancien twitter-man de Jean-Luc Mélenchon. Clément Sénéchal reproche aux Gentils Virus leur viralité sur les réseaux sociaux : « J’ai vu arriver sur mon mur Facebook et mon blog une minorité agissante de gens dissimulés sous pseudo pour contester ma position avec des moyens plus ou moins élégants, raconte-t-il. Ils détournent auteurs et concepts, utilisent des syllogismes spécieux et des tautologies qui ne mènent à rien. Ils font surtout du ‘flooding’, c’est-à-dire qu’ils asphyxient la discussion, en la noyant souvent dans des copier-coller. Etienne Chouard lui-même s’y est mis, en publiant frénétiquement ses propres vidéos dans mes fils de commentaires. A la fin cela virait franchement au harcèlement numérique, procédé grossier pour masquer ses carences argumentaires ».

Ce reproche est un comble, lorsqu’on sait que le même Clément Sénéchal reconnaissait lui-même, dans une interview accordée à Rue89 / Obs : « Par moments je me retrouvais un peu chef de guerre. Au moindre signal, une sorte de petite meute pouvait se mettre en mouvement. Des tas de gens étaient prêts à faire tout ce qu’on demandait. Parmi eux, beaucoup de gens qui surréagissaient, surinterprétaient, manquaient souvent de finesse… Ça fait partie du jeu mais je plains ceux qui se sont tapés la meute du Front de Gauche sur le Web ! Après, c’est pas comme une manif dans la rue : même si j’ai freiné quelques mecs en DM [message privé, ndlr], je ne considérais pas que le comportement des militants du Front de Gauche sur Twitter était de ma responsabilité. »

Oui, oui, c’est bien la même personne qui est l’auteur de ces deux points de vue… Clément Sénéchal est son nom. Et l’entendre parler de « carences argumentaires » est de l’ordre du foutage du gueule : il suffit d’observer les siennes dans sa tribune censée battre en brèche les idées d’Etienne Chouard : pauvreté des arguments, raisonnements frauduleux, verbiage excessif, expression pompeuse…

Continuons sur l’article de Mathieu Dejean, une perle qui condense la plupart des procédés fallacieux régulièrement utilisés pour discréditer des personnes à la pensée réellement alternative. Mathieu Dejean nous sort Rudy Reichstadt, tel un diablotin de sa boîte. Faut dire, on l’aime bien, aux Inrocks, Rudy.

En effet, dans un de ces articles diffamatoires dont les Inrocks ont le secret, « J’irai dormir chez les complotistes » (rien que ça…), c’est ce même pseudo-expert Rudy Reichstadt qui était appelé à la barre pour affirmer sans le moindre argument que le site internet du Cercle des Volontaires serait « directement issu du web conspirationniste, de cette complosphère ». Les Inrocks ont relayé cette accusation telle quelle, sans prendre bien sûr la peine de la vérifier. Car comme le reconnaît lui même le journaliste Geoffrey Le Guilcher, auteur de l’article : « Comment vérifier à la fois le document de 31 pages remis par Raphaël, intitulé ‘La face caché de Robert Schumann, de Pétain à la CIA’, les causes de la fonte de la cloche d’Oradour-sur-Glane, l’existence d’armes à ‘uranium pauvrement enrichi’ qui feraient fondre des tanks en Syrie ? ». Ah bah oui, vérifier, c’est du boulot… Non, mais franchement, des fois, on se dit que non, ce n’est pas possible qu’ils aient réellement écrit cela…

Lire la fin sur le Cercledesvolontaires

----------------------------------

Voir l'échange entre le dit journalope (Mathieu Dejean) et les GV (gentil virus) ça se passe ICI

Pour conclure, voici l’élément qui est probablement le plus grave : des personnes comme Clément Sénéchal esquivent le débat public avec Etienne Chouard, mais lui lancent une salve d’articles pour tenter de le discréditer. C’est une méthode sale et répugnante, antidémocratique ; une méthode fasciste assurément.
Revenir en haut Aller en bas
Akasha

avatar

Messages : 1534
Points : 2728
Réputation : 50
Date d'inscription : 17/03/2015
Age : 40
Localisation : par là tout droit

MessageSujet: Re: Tentative bateau et avorté de discrédité Etienne Chouard (les Inrocks)   Mer 25 Mar - 21:03

MAJ

Quand je vous dis que Chouard est toujours mesuré000Je vous proposes de l'écouté sur le cas Soral. Il arrive à s'en détacher sans pour autant entré dans le jeu des propos calomnieux. Ce qui démontre de nouveau la malhonnêteté que les journalope ont fait preuves en le calomniant justement. On vois aussi du coup la différence de niveau entre ces détracteurs et lui. Smile



Chouard s'explique sur Soral




Etienne Chouard s'explique face au journaliste de Librinfo74 lors de la journée nationale de transition citoyenne à Poisy sur les accusations que lui font ses détracteurs quant à ses propos sur Alain Soral.


Aussi àlire, les exploits de un jeune coq journaleux s'essayant lui aussi à la diffamation :

Article diffamatoire d’Adrien Sénécat de l’Express, à l’encontre d’Etienne Chouard… Lire ICI



Mal lui en prit  lol!
Revenir en haut Aller en bas
Akasha

avatar

Messages : 1534
Points : 2728
Réputation : 50
Date d'inscription : 17/03/2015
Age : 40
Localisation : par là tout droit

MessageSujet: Re: Tentative bateau et avorté de discrédité Etienne Chouard (les Inrocks)   Mer 25 Mar - 21:06

Ce post vous est présenté et commenté par Orné

Bonjour et bonne matinée à tout les lèves tôt ou ceux qui ne se coucheront pas ou peu, enfin à tout le monde ay fait (rires,)
Voici une seconde communications de Etienne Chouard, relayé notamment par le magasine Les Inrocks via leur sites et un de leur pigistes. Chouard se retrouve face à une véritable campagne de déstabilisation ou l'utilisation de tout les coup-bas sont utilisé. les amalgames sont donc de rigueurs, et le coup du Soral tu en est, est bien entendu évoqué (cf faisons d'une pierre deux coup se tisent-ils) On les tapent tous dans un sac et on les jettes au fleuve ! C'est juste malhonnête, bête et calomnieux, mais hélas beaucoup tombent dans le panneau. Souvent par ignorance ou nonchalance intellectuelle.
Voici donc sa seconde communication suivant cette vaste campagne de déstabilisation., bonne lecture !


Pour que les choses soient claires



De grands médias et des politiciens de métier sont en train d’essayer de faire de moi un « Soralien », ce qui leur permettrait de discréditer d’un coup, sans argument de fond, la proposition ultra-démocratique de processus constituant populaire que je défends depuis dix ans.

Quels sont les faits ?


Depuis la bagarre de 2005 contre l’anticonstitution européenne, je travaille jour et nuit pour donner de la force à une idée originale d’émancipation du peuple par lui-même et pas par une élite : je soutiens l’idée que nous n’avons pas de constitution digne de ce nom et que, si nous voulons nous réapproprier une puissance politique populaire et nous débarrasser du capitalisme, nous devrons apprendre à écrire nous-mêmes notre Constitution, notre contrat social, en organisant nous-mêmes un peu partout des ateliers constituants populaires. Selon moi, ce n’est pas aux hommes au pouvoir d’écrire les règles du pouvoir, ce n’est pas aux professionnels de la politique d’écrire ou de modifier la Constitution, qu’ils doivent craindre et pas maîtriser.

Depuis dix ans, donc, je lis beaucoup, dans toutes les directions, tout ce qui touche aux pouvoirs, aux abus de pouvoir et aux institutions : histoire, droit, économie, philosophie politique, sociologie, anthropologie, de la bible à nos jours, tout m’intéresse, pourvu que ça me donne des idées et des forces pour organiser la résistance des êtres humains à tous les systèmes de domination. J’essaie de comprendre comment on en est arrivé au monde injuste et violent qui est le nôtre, et comment on pourrait (réellement) améliorer la vie sur terre. Chaque fois que je déniche un livre, une thèse, une idée, un fait, une preuve, un intellectuel, un texte, une vidéo, ou tout document qui me semble utile pour comprendre les abus de pouvoir et y résister, je le signale sur mon site et on en parle ensemble. Depuis dix ans, ce sont ainsi des dizaines de milliers de liens que j’ai exposés à l’intérêt et à la critique de mes lecteurs.

Sur le plan de la méthode, même si je me sens (de plus en plus) sûr de moi quant à ma thèse radicalement démocratique, je suis pourtant toujours à l’affût des arguments de TOUS ceux qui ne pensent PAS comme moi ; c’est comme une hygiène de pensée, je cherche les pensées contraires aux miennes, autant pour les comprendre vraiment (ce qui facilite ensuite les échanges constructifs avec des adversaires que je considère, malgré notre opposition, comme des êtres humains, donc ipso facto légitimes pour défendre leur point de vue, quel qu’il soit), que pour détecter mes éventuelles propres erreurs. Comme tout le monde, je ne progresse que dans la controverse.

Un jour, il y a trois ans je pense, je suis tombé sur une vidéo de Soral, que je ne connaissais pas, qui m’a intéressé : il y dénonçait le colonialisme raciste du gouvernement israélien et le sionisme comme idéologie de conquête, aux États-Unis mais aussi en France (en s’appuyant sur les livres — bouleversants — d’Israël Shahak, de Shlomo Sand, de Gilad Atzmon et d’autres que nous devrions tous lire, je pense). Pour moi qui travaille sur les abus de pouvoir, il est naturel d’être intéressé par toute étude d’un projet de domination, quel qu’il soit. En regardant un peu son site, j’ai vu qu’il étudiait, condamnait et résistait (comme moi), entre autres, à l’Union européenne, au capitalisme, à l’impérialisme, au colonialisme, au racisme, aux communautarismes, aux multinationales, aux complexes militaro-industriels et aux grandes banques d’affaires, à la prise de contrôle des grands médias par les banques et par les marchands d’armes, au libre-échange et au sabotage monétaire, aux innombrables et scandaleuses trahisons des élites, à toutes les guerres, à toutes les réductions des libertés publiques justifiées par la « lutte contre le terrorisme », etc. Bref, tous ces fronts de résistance étant, à mon avis, des fronts de gauche, et même de gauche radicale et vraie, j’ai ajouté naturellement un lien sur ma page d’accueil vers le site de Soral. Un lien, parmi des milliers — je ne savais pas encore que cela allait faire de moi, en quelques années, un homme à abattre.

Je n’ai pas fait l’exégèse de l’auteur et du site signalés : j’ai juste cité le lien déniché, comptant comme d’habitude sur l’intelligence des gens — que je considère comme des adultes — pour distinguer ce qui y est pertinent de ce qui ne l’est pas, ce qui est bon de ce qui est mauvais. Et puis, je suis passé à autre chose, évidemment ; ma vie est une course permanente d’une idée à l’autre.

À partir de ce moment, j’ai reçu des accusations violentes et des injonctions — souvent anonymes — à retirer ce lien, jugé diabolique. Or, j’ai horreur qu’on m’impose ce que je dois penser ou dire ; je veux bien changer d’avis (j’aime découvrir que je me trompe et progresser en changeant d’opinion), mais il ne suffit pas d’affirmer que je me trompe, même en criant que je suis un fasciste (sic), il faut me le prouver. Et si on veut me forcer à retirer un lien, il y a toutes les chances pour que je m’obstine (bêtement, je sais).

Autre fait qui m’est reproché : depuis 2011, les militants d’E&R relaient souvent mes textes et vidéos sur leur site (documents qui ne parlent que de démocratie, de constitution d’origine populaire, et de gestion commune du bien commun), signe d’intérêt de militants « de droite » pour la vraie démocratie que — en toute logique — je ne prends pas comme une preuve évidente de « fascisme »…  Lorsque je constate qu’un parti ou un journal ou une radio ou un site quel qu’il soit relaie ma prose radicale d’émancipation par l’auto-institution de la société, je ne peux y voir que des raisons d’être satisfait : mon message est universel, il n’est pas réservé à une famille politique ; plus on sèmera des graines de démocratie auto-instituée, un peu partout, sans exclusive aucune, mieux ce sera.

Justement, j’ai observé une évolution qui me semble importante : les jeunes gens qui suivent et soutiennent Soral, et qui étaient assez radicalement antidémocrates quand ils m’ont connu, étaient en fait « anti-fausse-démocratie », mais ils ne le savaient pas encore : ils pensaient (comme tout le monde) que l’alternative politique était 1) capitalisme-libéralisme-« démocratie » (complètement pourri, mafieux, esclavagiste, des millions de morts, à vomir) ou 2) communisme-socialisme-« démocratie populaire » (complètement pourri, un capitalisme d’État, avec police de la pensée, des camps de travail en Sibérie, des millions de morts, à vomir) ou 3) fascisme-« non-démocratie » (violent aussi, mais sans corruption — choix terrifiant, selon moi, évidemment)… Et puis, voilà qu’ils découvrent, en lisant les livres que je signale (Manin, Hansen, Rousseau, Sintomer, Castoriadis, Guillemin…) un régime alternatif, une quatrième voie, une organisation politique dont personne ne nous a jamais parlé sérieusement à l’école ou dans les journaux : la vraie démocratie, sans guillemets, avec une vraie constitution et des vrais contrôles, que nous écririons nous-mêmes, directement parce que entraînés, pour être sûrs de ne pas nous faire tromper à nouveau… Eh bien, je suis sûr (je l’ai ressenti souvent, nettement) que nombre de ces jeunes militants (de droite dure au début par dépit de la corruption généralisée et faute d’alternative autre — processus identique à la naissance du nazisme en Allemagne) sont en train de devenir (ou sont déjà devenus) des démocrates réels. Non pas par magie, mais parce que cette alternative démocratique réelle est à la fois crédible et prometteuse, elle fait vibrer tous les hommes de bonne volonté. Alors, je maintiens qu’il est pertinent et nécessaire de parler avec enthousiasme de vraie démocratie à absolument tout le monde, en étant convaincu qu’un être humain, ça peut changer d’avis 1) si on le respecte en tant qu’être humain, et 2) si ce qu’on lui propose est émancipant, libérateur, puissant, prometteur.

Et puis, quand on me reproche les médias — soi-disant parfois peu fréquentables— par lesquels sont relayées mes graines de démocratie réelle, je réponds que je ne m’identifie pas au média qui me tend son micro, que je reste moi-même quelle que soit la personne à qui je parle, et surtout que je n’ai guère le choix puisqu’AUCUN grand journal ni aucune grande radio de gauche (que j’aime quand même, hein) — ni Là-bas-si-j’y-suis, ni le Diplo, ni Politis, ni Terre-à-terre, dont je parle pourtant souvent, moi, depuis 2005 —, aucun de ces médias n’a jamais relayé / signalé / commenté mon travail, depuis DIX ans (!)… Comme si la démocratie vraie ne les intéressait pas du tout, ou comme si elle leur faisait peur. Il n’y a QUE les militants de base qui m’invitent à venir débattre sur ces questions : l’idée d’un processus constituant qui deviendrait populaire et d’une procédure authentiquement démocratique comme le tirage au sort, ça n’intéresse pas du tout les chefs, même ceux des médias de gauche…

Parmi les faits qui me sont reprochés, il y a aussi une conférence avec Marion Sigaut (que j’ai trouvée bien intéressante, d’ailleurs), sur la réalité du mouvement des « Lumières ». On s’empaille souvent, Marion et moi : on n’est pas d’accord du tout sur Rousseau, sur Robespierre, sur la Vendée, et sur quelques points historiques importants, mais on arrive bien à se parler, tous les deux, malgré nos désaccords, en essayant de comprendre l’autre, d’apprendre l’un de l’autre, en se respectant, ce qui s’appelle une controverse, processus qui est à la base du progrès de la connaissance. Cet échange intellectuel avec Marion, m’a fait découvrir des faits et documents particulièrement importants sur l’Ancien régime — par exemple, le livre passionnant « Le pain, le peuple et le roi » de Steven Kaplan —, et les intrigues fondatrices des « Philosophes » des « Lumières » (riches et marchandes, tiens tiens), pour faire advenir le « libéralisme », c’est-à-dire la tyrannie-des-marchands-libérés-devenus-législateurs qu’on appelle aujourd’hui le capitalisme.

Pour revenir à Soral, j’ai rapidement compris qu’il n’est pas du tout un démocrate, évidemment : il est autoritaire et il défend une idéologie autoritaire, au strict opposé de ce que je défends moi. Je ne veux pas plus de sa « dictature éclairée » que de n’importe quelle dictature, évidemment.

Mais malgré cela, une partie de son analyse du monde actuel (et non pas ses projets de société) me semble utile, objectivement, pour mon projet à moi, de compréhension des abus de pouvoir et de constituante populaire. Donc, pour ma part, je ne monte pas en épingle ce qui me déplaît chez Soral, je prends ce qui m’intéresse (les infos sur les fronts de gauche et sur la résistance au sionisme) et je laisse le reste, comme l’adulte libre de penser et de parler que je suis.

On reproche à Soral un antisémitisme intense et assumé. Pourtant, quand on lui demande « êtes-vous antisémite ? », Soral répond « NON, dans le vrai sens du mot c’est-à-dire raciste ». Et il souligne aussitôt que le mot « antisémite », avec des guillemets, a progressivement changé de sens pour servir aujourd’hui de bouclier anti-critiques (ce que Mélenchon dénonce lui aussi, amèrement, avec raison et courage, je trouve, en appelant cette calomnie systématique « le rayon paralysant du CRIF ») : dans ce nouveau sens, complètement dévoyé, « antisémite » sert à qualifier tous ceux (même ceux qui ne sont ABSOLUMENT PAS racistes) qui critiquent et condamnent la politique — elle, officiellement raciste et criminelle — du gouvernement israélien (critiques d’un racisme qui sont donc un antiracisme). C’est ce nouveau sens seulement que Soral assumait, en martelant, en substance : « j’en ai marre de ce chantage à « l’antisémitisme » et de ces intimidations permanentes de la part d’ultra-racistes qui osent accuser de racisme des résistants à leur racisme ».

Je trouve que ça se défend très bien, si on arrive à tenir le cap de l’humanisme, c’est-à-dire à ne pas devenir soi-même raciste en réaction à un racisme premier : il est essentiel, je pense, de ne pas devenir antisémite en réaction au sionisme : il ne faut surtout pas s’en prendre à tous les juifs au motif que certains sionistes seraient odieux et dangereux.

Or, tout récemment, j’ai découvert dans une publication de Soral des propos terribles et dangereux qui me conduisent à changer d’avis sur la portée du lien que j’ai mis sur mon site.

Dans une vidéo en direct de juin 2014 (1 minute, à partir de 47:54), Soral dit les mots suivants, que je n’avais jamais entendus de lui avant, et qui me choquent tous profondément : Com orné : je l'ai mise en démarrage automatique à partir de 47: 32.

[Bon, j’ai commencé à transcrire, mais j’ai honte de seulement écrire des trucs pareils… Donc, j’arrête. Je vous laisse lire le lien si ça vous chante.]

Je ne peux évidemment pas valider une parole pareille, froidement raciste, sexiste, autoritaire. Je n’avais jamais vu Soral parler comme ça. C’est un peu comme un désaveu, parce que je l’ai entendu maintes fois jurer qu’il n’était pas antisémite.

Alors, je cède, je reconnais que me suis trompé, en publiant un lien sans mise en garde : il y a un risque d’escalade des racismes. Ce mélange de lutte légitime et courageuse contre de redoutables projets de domination (résistance qui m’intéresse toujours et dont je ne me désolidarise pas), avec un sexisme, une homophobie, et maintenant un antisémitisme assumés (qui me hérissent vraiment), ce mélange est toxique. Stop. Et puis, je n’arrive plus à m’occuper de nos ateliers constituants : on nous interpelle sans arrêt sur notre prétendue identification à Soral, et la violence des échanges qui s’en suivent partout me désespère ; j’en ai assez, il faut faire quelque chose pour marquer une différence, une limite : je supprime le lien de mon site vers Soral. Désormais, je ferai le filtre, en évoquant moi-même les auteurs que je trouve utiles, comme Shlomo Sand, Jacob Cohen, Bernard Lazare, Israël Shahak, Gilad Atzmon, Norman Finkelstein, Gideon Levy, Mearsheimer et Walt, Éric Hazan, etc.

En conclusion, j’insisterai sur l’essentiel : à mon avis, tous ces reproches sont montés en épingle de mauvaise foi par les professionnels de la politique pour entretenir une CONFUSION entre les vrais démocrates et « l’extrême droite » ; confusion qui leur permet de se débarrasser des vrais démocrates à bon compte, sans avoir à argumenter.

Post scriptum: si le système de domination parlementaire arrive finalement à me faire passer pour un diable hirsute, infréquentable et banni, ce n’est pas grave, je ne suis qu’une cellule du corps social et je ne cherche absolument aucun pouvoir personnel (je ne perds donc rien d’essentiel si je suis ostracisé par le système, à part le bonheur de bien servir à quelque chose d’utile, que je ressens en ce moment) : prenez alors le relais vous-mêmes ! Notre cerveau collectif survivra très bien à la disparition d’un neurone, changez de nom, et continuez à défendre vous-mêmes, un peu partout et tout le temps, cette idée importante qui va tout changer, mais seulement si on est très nombreux à s’être bien polarisés sur la même idée, simple et forte : ce n’est pas aux hommes au pouvoir d’écrire les règles du pouvoir, DONC, il ne faut SURTOUT PAS ÉLIRE l’Assemblée constituante ; si on veut une constitution, il faudra l’écrire nous-mêmes et il faut donc, dès maintenant et tous les jours (!), nous entraîner réellement en organisant et en animant partout des mini-ateliers constituants ultra-contagieux.

« Fais ce que tu dois, et advienne que pourra. »

Étienne Chouard,

28 novembre 2014.


Source : Le Blog de Chouard
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Tentative bateau et avorté de discrédité Etienne Chouard (les Inrocks)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Tentative bateau et avorté de discrédité Etienne Chouard (les Inrocks)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Tentative bateau et avorté de discrédité Etienne Chouard (les Inrocks)
» Une nouvelle étude discrédite la théorie du genre....
» Zola, La Bête humaine: théorie de l'hérédité
» Fente et hérédité ?
» question bateau

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fils de la loi de UN :: Actualités Mondiales :: Crise Financière / Economique-
Sauter vers: