Le partage le nerf de ma guerre. Nouveau paradigmes, soyons la révolution.
 
AccueilPortailRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Affrontements en Ukraine : Ce qui est caché par les médias et les partis politiques pro-européens

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
orné

avatar

Messages : 792
Points : 1288
Réputation : 38
Date d'inscription : 17/03/2015
Age : 44
Localisation : Où ça ?

MessageSujet: Affrontements en Ukraine : Ce qui est caché par les médias et les partis politiques pro-européens   Mar 24 Mar - 4:53

Rappel du premier message :

Affrontements en Ukraine : Ce qui est caché par les médias et les partis politiques pro-européens





La secrétaire d’Etat ajointe américaine Victoria Nuland a jugé «totalement inadmissible » l’intervention policière contre l’opposition en Ukraine, et appelé le pays à « sauver son avenir européen », à l’issue d’un entretien avec le président Viktor Ianoukovitch à Kiev.

« Je lui ai dit clairement que ce qui s’était passé la nuit dernière était absolument inadmissible dans un Etat démocratique », a déclaré Mme Nuland à la presse.


Le Figaro.



Vu sur Fdesouche.
Revenir en haut Aller en bas

AuteurMessage
orné

avatar

Messages : 792
Points : 1288
Réputation : 38
Date d'inscription : 17/03/2015
Age : 44
Localisation : Où ça ?

MessageSujet: Re: Affrontements en Ukraine : Ce qui est caché par les médias et les partis politiques pro-européens   Mer 25 Mar - 12:57

Post édité et commentaire akasha

Amis de la nuit je vous salue drunken
La crise ukrainienne n'en fini pas de hanter la paix dans le monde... pale la faute à ces 1% de décideurs totalement inconscient ! Qui paniquent à l'idée de l’effondrement de leur empire à cause de la déflation qui menace de tomber à tout moment...Le serpent qui se mord la queue...C'est surtout aux Etats-Unis que l'on doit cette situation grotesque, car ils ont fomenté comme à leur habitude un coup d'état qui maintenant en on perdu le contrôle..Et c'est à l'UE leur vassaux qui doivent recoller les morceaux et qui servira de front de combat le cas échéant. Triste perspective, mais c'est une réalité qui ne doit pas être occultée, car au rythme où vont les événements cela nous pend au dessous du nez..C'est Obama (le diabolique) qui fait tout pour y parvenir, et évidemment il a des suiveurs comme Flamby par_exemple se triste personnage... No Et les médias complices qui n'en fini pas de distiller la propagande anti_russe, quelle triste besogne de la part de personne qui au contraire devraient dénoncer ce qu'il se passe réellement ! Il y a un génocide en court, et le peuple ukrainien commence à la trouver mauvaise et monte au créneau, pourtant c'est toujours le silence du côté des médias qui martèlent que c'est les pro_russes appuyé par l'armée russe les coupables...Combien de temps espèrent-ils encore mentir au gens ? Ce qui est terrible de plus dans une perspective de guerre, c'est qu'ils la perdront...Les russes n'en veulent pas de cette guerre, mais si ils y sont contrains et forcé, ils se défendront, et l'occident perdra...Avec toutes les conséquences que cela implique. Les forces armées de l'OTAN ne pourra pas combattre contre la makhra russe, car ils ne savent pas c'est quoi se battre réellement, défendre leur patrie, les soldats russes si... Wink
En attendant, voici comment le peuple ukrainien commence à réagir face aux exactions de leur gouvernement et force armée face au peuple ! Est-ce que nos médias vont continuer encore longtemps à cacher ça aux gens ?

Texte de Akasha

.


Une ukrainienne ferme le clapet d'un officiel ukrainien et refuse la mobilisation générale

Discours mémorable de cette ukrainienne qui ne gobe plus les mensonges de son gouvernement et qui s'élève contre la propagande de guerre. Un avis apparemment largement partagé par le public.



Même son de cloche à Kramatorsk:






Viktoria Shilova, leader du mouvement ukrainien "Antiguerre", députée du conseil régional de la région de Dniepropetrovsk, accuse le gouvernement ukrainien de crimes de guerre avec déjà 7000 morts civils (dont 500 enfants) et environ 30 000 morts dans les lignes de front.





Publié par Guy Fawkies

Source vidéo Thalie Thalie


*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*
Revenir en haut Aller en bas
orné

avatar

Messages : 792
Points : 1288
Réputation : 38
Date d'inscription : 17/03/2015
Age : 44
Localisation : Où ça ?

MessageSujet: Re: Affrontements en Ukraine : Ce qui est caché par les médias et les partis politiques pro-européens   Mer 25 Mar - 12:59

Un post édité et commenté par akasha

Bonjour mes frères é sœurs I love you
Je ne vous le cacherai pas, l'heure est grave... pale Oui car l'empire semble de plus en plus vouloir s'enfoncer dans cette logique de guerre contre la Russie...Pourquoi ? Il y a tant de pourquoi, il n'y a plus d'argent, la crise monétaire est de plus en plus pressente , et la Russie quand à elle devient puissante avec la Chine et le grand projet de l'Eurasie et du Brics, ce qu'ils leur permettraient de se passer d'utiliser le pétrodollars comme devise aux énergies fossiles. Alors que l'empire est sur le point d'accomplir leur grand projet l'union transatlantique (TAFTA). Mais avec ces deux grandes puissances qu'est la Russie et la Chine, cela risque de compromettre leur accomplissement totale vu que pour avoir la main ils ont besoin du contrôle totale des énergies fossiles sinon leur TAFTA ne servirai à rien !! Il y a aussi la course à l'armement et la Russie reste un danger permanent de plus ils s’émissent dans des dossiers essentielles comme la Syrie et surtout l'Ukraine...De plus les Etats_Unis sont ruiné et l'UE ne se porte pas beaucoup mieux, avec une logique de guerre et la production d'armement, ils peuvent se relancer ! Si les Etats_Unis n'auraient pas de planche à billet, ils seraient déjà en guerre, de plus ils doivent composer avec d'autres puissances notamment Israël...

En attendant sur le terrain, la situation est compliquée, les forces ukrainienne qui se sont totalement planté dans leur grande offensive sont pris au piège, et avec eux des tas de mercenaires étranger..Beaucoup d'américain et des français, d'où une nervosité supplémentaire de ces derniers !


Les forces ukrainiennes posent des mines dans les infrastructures civiles de Debaltsevo

Nouvelles du front communiquées par Eduard Basurin, commandant adjoint au ministère de la Défense de la RPD.. (note: ces infos sont pour le 8 février)




Hier, les forces de la République populaire de Donetsk ont poursuivi leurs opérations défensives le long de la ligne de contact.Les combats les plus intenses se sont déroulés à la périphérie de Debaltsevo, où l’ennemi fait des efforts désespérés pour desserrer l’encerclement et reprendre les localités abandonnées auparavant.

Au cours des combats des dernières 24 heures sur l’ensemble du front, la RPD a perdu un tank BMP, un tank SAU, trois mortiers ; 11 soldats ont été tués et 29 blessés.

Selon les informations obtenues aujourd’hui en interrogeant deux prisonniers de guerre ukrainiens de la 25e brigade, capturés à la périphérie de Chernukhino, le commandement ukrainien a ordonné de miner les infrastructures ferroviaires de Debaltsevo. L’objectif est d’empêcher le rétablissement de la connexion ferroviaire entre les Républiques de Donetsk et de Lougansk après la retraite vers Artemovsk des troupes ukrainiennes fuyant le chaudron. Les locomotives, les trains de marchandises, les aiguillages de la gare de Debaltsevo–Sortirovochnaya, les dépôts de locomotives, les centres de contrôle du trafic sont minés, ainsi que la zone administrative du terminal de Debaltsevo.

En outre, selon ces prisonniers de guerre, les stations de pompage et les postes électriques de Debaltsevo ont déjà été minés vendredi.

Par conséquent, Kiev a déjà tout mis en œuvre pour détruire la ville après le départ de ses troupes.

Pendant les combats d’aujourd’hui la RPD avait complètement investi Kalinovka et Redkodub, abandonnées par les forces ukrainiennes.

Les opérations militaires pour repousser les contre-attaques se poursuivent à Chernukhino.

Dans la matinée du 8 février, la RPD avait conquis une hauteur stratégique, à 2 km au Nord-Ouest du village de Lozovoy, ce qui a amélioré l’interception de l’approvisionnement du groupe de soldats ukrainiens coincés dans le chaudron de Debaltsevo.

Deux contre-attaques des Forces armées ukrainiennes (FAU) pour reprendre le contrôle de cette hauteur ont échoué, non sans lourdes pertes en hommes et en matériel.

Sur le front de Donetsk, les forces de sécurité ukrainiennes ont continué d’attaquer avec des batteries Smerch et Grad, soutenues par des pièces d’artillerie de gros calibre. Elles ont opéré:

4 frappes sur les quartiers résidentiels de Donetsk,
21 frappes sur les banlieues Donetsk,
7 frappes sur l’aéroport de Donetsk,
et des frappes sur Peski, Vesëloye et Spartak.

Sur le front de Marioupol :

Les FAU [Forces armées ukrainiennes] ont maintenu les positions de la milice de la RPD sous un tir nourri.

21 véhicules blindés ukrainiens sont arrivés à la périphérie Est de Marioupol.

La concentration de troupes supplémentaires à cet endroit est le signe qu’une attaque sur les lignes défensives est imminente à Novo-Azovsk.

Les pertes des forces de sécurité ukrainiennes pour la journée d’hier sont les suivantes :

11 tanks (8 détruits, 3 capturés), 9 pièces d’artillerie, 6 BMP et BTR (3 détruits, 2 capturés), 11 véhicules, et 45 soldats.

Au total, pendant les opérations militaires des 22 derniers jours, l’ennemi a perdu:

3 avions, 1 hélicoptère, 168 chars, 133 BMP, BTR, MTLB, 124 pièces d’artillerie, 94 véhicules, 2 056 personnes ont été tuées.

Les frappes sur les zones peuplées de la République ont fait des victimes civiles.

Hier, deux personnes ont été tuées: une à Donetsk, une à Makeevka, et neuf ont été blessées : huit à Donetsk et une à Makeevka.

A Donetsk dans le district Petrovsky, deux personnes ont été tuées à Leninski, deux à Kuibyshevsky et une à Kievsky.

La frappe sur Kievsky a touché un magasin du 7e quartier, mais on pense que c’était l’arrêt de bus qui était visé.

Les tirs d’artillerie ont provoqué neuf incendies. Deux services d’urgence ont été ciblés par l’ennemi, alors qu’ils se précipitaient pour éteindre le feu : un à Donetsk, et l’autre à Makeevka.

Source Fortruss

Note de Kristina Rus, traductrice du texte russe:

Il y a des rumeurs sur un mystérieux blackout des informations en provenance du front par la milice. Ce bulletin d’information provient directement d’un officiel du ministère de la Défense de la RPD, mais on pense que les Force armées de Novorussie préparent quelque chose et ne veulent pas laisser filtrer trop d’informations pour le moment…

Traduit du russe à l’anglais par Kristina Rus

Traduit de l’anglais par Dominique, relu par jj pour le Saker Francophone


_________________________________________


Ruslan Kotsaba, reporter de guerre, risque 15 ans de prison pour avoir invité les ukrainiens à refuser la mobilisation

Ruslan Kotsaba est un journaliste ukrainien de la chaîne publique de télévision KANAL 112. Il est originaire de l'Ukraine de l'ouest. Suite à l'annonce par le gouvernement de la n-ème vague de mobilisation, il s'insurge et lance un appel aux ukrainiens le mois dernier afin qu'ils refusent cette guerre fratricide.*



(*)




Le 8 février: Rouslan Kotsaba est accusé de haute trahison, arrêté et mis en détention par les services secrets ukrainiens.Selon son épouse, Ouliana, il a été arrêté samedi après une perquisition menée par le SBU à son domicile.

Dimanche, 8 février, le tribunal a décidé de le maintenir en détention pour un maximum de 60 jours par "mesure de précaution" jusqu'à la fin de l'enquête. Sa demande de "liberté surveillée" a été rejetée. S'il est condamné, il risque 15 ans de prison. Voici donc ou en est rendu la liberté d'expression d'après notre Charlie Porochenko.



Porochenko et Hollande à l'l'Élysée le 11 Janvier dernier


Ruslan Kotsaba a déclaré Kotsaba dans une vidéo visionnée plus de 300.000 fois: "Je préfère encore aller en prison que de participer à cette guerre fratricide".

"Je refuse d'être enrôlé et appelle tout le monde à refuser," a-t-il dit.

Un haut fonctionnaire a admis que près de 40 % des hommes appelés à servir dans la région d'origine de Kotsaba ont quitté l'Ukraine.




Publié par Fawkes News

_________________________________


Donbass.Gorlovka. La vérité telle qu'elle est. Part 1 (sous-titres français)

Dans cette édition spéciale vous verrez et entendrez la vérité telle qu’elle est. Sans phrases coupées du contexte, sans montage, ni suppositions et inventions de certains. Pour contrer tous les mensonges déversés quotidiennement par les médias ukrainiens. Le 18 octobre 2014 la ville de Gorlovka a reçu la visite de l’équipe de tournage de la chaîne 1+1 (chaîne nationale de télévision de l’Ukraine), ainsi que des journalistes de la Fédération de Russie de Kommersant.ru, Lenta.ru , Novaia Gazeta et Bezler-Info (chaîne locale). Ce tournage en commun est une première !.. Plus de 2 heures de témoignages de civils, des autorités locales, de la milice populaire, des ex-prisonniers, de Vassily Boudik, conseiller du ministère de la défense de l’Ukraine, d’autres représentant de la partie ukrainienne et pour finir - la conférence de presse du commandant Igor Bezler.
Part 1: https://www.youtube.com/watch?v=9i2Ky...
Part 2 : https://www.youtube.com/watch?v=ep4C1...
Part 3 : https://www.youtube.com/watch?v=8qpPG...
Part 4: https://www.youtube.com/watch?v=97WX1...
Part 5 : https://www.youtube.com/watch?v=ZkJh-...
Part 6 : https://www.youtube.com/watch?v=ygOw8...
Part 7 : https://www.youtube.com/watch?v=EfhFb...
Part 8 : https://www.youtube.com/watch?v=4H6PV...
Part 9 : https://www.youtube.com/watch?v=TnElV...
Part 10 : https://www.youtube.com/watch?v=9wsTj...
Part 11 : https://www.youtube.com/watch?v=NILe3...
Part 12 : https://www.youtube.com/watch?v=OKjYh...

toutes les infos censurées sur la crise ukrainienne chez Vincent Parlier
https://www.youtube.com/watch?v=2O5ny...



Donbass.Gorlovka. La vérité telle qu'elle est. Part 2 (sous-titres français)

Rappel : Dans cette édition spéciale vous verrez et entendrez la vérité telle qu’elle est. Sans phrases coupées du contexte, sans montage, ni suppositions et inventions de certains. Pour contrer tous les mensonges déversés quotidiennement par les médias ukrainiens. Le 18 octobre 2014 la ville de Gorlovka a reçu la visite de l’équipe de tournage de la chaîne 1+1 (chaîne nationale de télévision de l’Ukraine), ainsi que des journalistes de la Fédération de Russie de Kommersant.ru, Lenta.ru , Novaia Gazeta et Bezler-Info (chaîne locale). Ce tournage en commun est une première !.. Plus de 2 heures de témoignages de civils, des autorités locales, de la milice populaire, des ex-prisonniers, de Vassily Boudik, conseiller du ministère de la défense de l’Ukraine, d’autres représentant de la partie ukrainienne et pour finir - la conférence de presse du commandant Igor Bezler. A suivre...




Source : Thalie Thalie

*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*
Revenir en haut Aller en bas
orné

avatar

Messages : 792
Points : 1288
Réputation : 38
Date d'inscription : 17/03/2015
Age : 44
Localisation : Où ça ?

MessageSujet: Re: Affrontements en Ukraine : Ce qui est caché par les médias et les partis politiques pro-européens   Mer 25 Mar - 13:01

Bonsoir,
Ça bouge sur le dossier Ukraine. Un accord de cesser le feu vient d'être signé à Minsk ; Les accords de Minsk 2.0. C'est donc autours de la table, Porochenko, Poutine, Merkel et Hollande qui auront réussi à reconduire un cessez le feu, mais sous certaines conditions tout de même. Qui dans les grandes lignes est un copier/coller du Minsk 1.0. On est donc en droit de craindre que comme pour le premier, cela ne sera que peu respecté, si j'en crois les déjà tonitruantes déclaration des principaux intéressé : Ainsi je lis ici (je vous le partage) que les ultra-nationaliste (nazis donc) ne reconnaissent pas les accords 2.0 de Minsk. Donc vous voyez, je ne paranoïe pas, c'est mal barré ! Quand aux médias de masse, toujours la même musique avec leur information pour débiles et désespérément floue (à dessin). le meilleurs exemple est que quand ils parlent de bombardements de quartier de civiles, ils ne disent pas de qui ça vient, vous devez le deviner.Enfin disons qu'ils vous souffles à l'oreille que se serait peut-être les pro-russes aidé par l'armée régulière russe. (dont presque journellement ils nous inventent un passage des frontières par leur armée et un envahissement de l'Ukraine)Il n'empêche, certains doivent être bien jaloux de la côte de popularité du président Poutine. Qui eut sont donc derrière leur président, la Russie est un pays solidaire, avec une armée déterminée, non décidément je n'encouragerai pas l'OTAN d'entrer en guerre contre cette Russie là (soupir). Bon un point positif, est que l'Europe par la voix de Hollande ou Merkel désapprouve le projet de livraison d'arme à l'armée ukrainienne par les États-Unis. (Lire ici). On apprend aussi que Junker n'est pas très chaud pour de nouvelle sanction envers la Russie (Lire ici). Bien, il ne reste plus qu'à attendre quelques jours, et de voir comment tout ceci va prendre forme
Orné.



L’accord de paix de Minsk: Farce ou abandon?



– Traduit par Laurent, de ©Paul Craig Roberts
12 février 2015

A en juger par le rapport sur RT


http://rt.com/news/231667-minsk-ceasefire-deal-breakup/, je conclus que l’accord de paix pour l’Ukraine élaboré à Minsk par Poutine, Merkel, Hollande et Porochenko a peu de chances de succès.


omment pourrait-on faire respecter un accord de paix, alors que Washington, qui a pris des décisions politiques pour intensifier le conflit et l’utiliser comme une guerre par procuration contre la Russie, n’est pas un des partenaires de cet accord?

L’accord de Minsk ne fait aucune référence à l’annonce faite par le Lieutenant-Général Ben Hodges, commandant en Europe de l’armée américaine, déclarant que Washington va envoyer un bataillon de troupes américaines pour former les forces ukrainiennes à lutter contre les forces russes et les rebelles. La formation est supposée commencer en Mars, dans environ deux semaines. Le Général Hodges dit que c’est très important de considérer que les forces de Donetsk et Loubansk « ne sont pas séparatistes, ils sont mandatés par le président Poutine. »

Comment peut-on parler d’un accord de paix lorsque Washington a des plans en cours pour envoyer des armes et participer à de la formation au profit du gouvernement fantoche soutenu par les américains à Kiev?

En analysant la transaction elle-même, on ne peut que constater qu’elle est vouée à l’échec ; les seules parties qui ont dû signer l’accord sont les dirigeants des républiques séparatistes de Donetsk et de Lougansk, un représentant de l’OSCE -qui est le groupe européen qui est censé surveiller le retrait des armes lourdes par les deux parties-, l’ancien président ukrainien Viktor Koutchma, et l’ambassadeur russe à Kiev. Ni la chancelière allemande ni les présidents français, ukrainien, ou russe, qui ont négocié l’accord, ne l’ont signé.

En d’autres termes, les gouvernements de l’Allemagne, de la France, de l’Ukraine et de la Russie ne semblent pas être habilités à, ni tenus de, faire respecter l’accord. Selon RT, « la déclaration n’était pas supposée être signée par les dirigeants, selon les déclarations du ministre allemand des Affaires étrangères Frank-Walter Steinmeier. » http://rt.com/news/231571-putin-minsk-ukraine-deal/


Les termes de l’accord dépendent d’actions à mener par le parlement ukrainien et par son Premier ministre, dont aucun n’est sous le contrôle de Porochenko, ce dernier étant lui-même sous le contrôle de Washington. En outre, l’armée ukrainienne ne contrôle pas les milices nazies. Sachant que certains éléments à Washington et dans l’extrême-droite en Ukraine veulent un conflit avec la Russie, la paix ne pourra pas émerger.

L’accord n’est rien de plus qu’une liste de souhaits des uns et des autres, mais qui n’ont aucune chance de se réaliser.

L’une des attentes exprimée est que l’Ukraine et les républiques puissent négocier les conditions d’organisation des futures élections dans les provinces, afin de les ramener légalement sous contrôle de l’Ukraine. Le jour suivant les élections locales, mais avant la réforme constitutionnelle qui donnera l’autonomie aux régions, Kiev prendra le contrôle des frontières avec l’Ukraine et entre les provinces. J’estime pour ma part que c’est un abandon total des républiques de Donetsk et de Loubansk. Apparemment, c’est aussi la façon dont les dirigeants des républiques le voient, si bien que Poutine a dû leur forcer la main afin d’obtenir leurs signatures à l’accord.

Une autre attente est que l’Ukraine adopte une législation sur l’auto-gouvernance qui soit acceptable pour les républiques, et déclare une amnistie générale pour les dirigeants des républiques et des forces militaires.

Des négociations entre Kiev et les régions autonomes doivent avoir lieu afin de rétablir la fiscalité ukrainienne dans ces régions, ainsi que les prestations sociales et les services bancaires.

Après une réforme constitutionnelle globale en Ukraine, garantissant une autonomie acceptable (mais toujours pas définie) pour les républiques, Kiev va prendre le contrôle sur les frontières des provinces et avec la Russie.

À la fin de l’année 2015, Kiev mettra en œuvre la réforme constitutionnelle globale qui décentralise le système politique ukrainien et fournit des privilèges d’autonomie aux régions de Donetsk et de Loubansk.

Tant Poutine que Porochenko ont indiqué que l’essentiel est atteint à travers un cessez-le à partir du 15 Février.

Le cessez-le feu n’est pas principalement en faveur des républiques de Donetsk et de Lougansk puisqu’elles sont en position de force dans le conflit. En outre, l’accord exige que les forces des républiques abandonnent le territoire conquis et se retirent aux frontières de Septembre dernier, et qu’elles rejettent les combattants français et d’autres pays qui leur sont venus en aide. En d’autres termes, l’accord efface toutes les pertes subies par Kiev, pourtant à l’origine du conflit.

Tous les risques de l’accord pèsent sur les républiques sécessionnistes et Poutine. Les provinces sont tenues d’abandonner tous leurs avantages, tandis que Washington entraine et arme les forces ukrainiennes pour les attaquer. Les républiques doivent renoncer à leur sécurité et faire confiance à Kiev longtemps avant que les autorités à Kiev ne votent, en supposant qu’elles le fassent un jour, l’autonomie pour les républiques.

En outre, si les termes iniques de l’accord de Minsk finissent par échouer, Poutine et les républiques en seront tenus pour seuls responsables.

Pourquoi Poutine accepte-t il un tel accord, pourquoi l’impose-t il aux séparatistes? Si l’affaire se termine par un abandon des républiques, cela nuira à l’appui nationaliste dont Poutine bénéficie en Russie et le rendra plus facile à affaiblir pour Washington, au risque même d’un changement de régime. Cela ressemble plus à une soumission qu’à un accord équilibré.

Peut-être que la stratégie de Poutine est d’abandonner tous les avantages dans l’espoir que l’accord échoue tout de même, permettant au gouvernement russe de dire «nous vous avons donné toutes les cartes, et pourtant c’est un échec. »

Le coup d’état à Kiev et l’attaque contre les Ukrainiens russophones à l’est et au sud font partie de la stratégie américaine pour réaffirmer sa position hégémonique. Une politique étrangère indépendante, de la part de la Russie, et des relations économiques et politiques croissantes entre la Russie et l’Europe deviennent des problèmes pour Washington. Washington utilise l’Ukraine pour attaquer et diaboliser la Russie et son chef, et pour nuire à l’équilibre des relations économiques et politiques entre la Russie et l’Europe. C’est à cela que servent les sanctions. Un accord de paix en Ukraine sur des termes autres que ceux fixés par Washington est inacceptable. Le seul accord acceptable est celui qui représente une défaite pour la Russie.

Il est difficile d’éviter la conclusion que le gouvernement russe a fait une erreur stratégique en n’acceptant pas les demandes des provinces séparatistes d’être unis avec la Russie. Les populations de Donetsk et de Loubansk souhaitaient autant l’unification que celle de Crimée. Si les provinces avaient été unies avec la Russie, le conflit aurait pris fin immédiatement. Ni l’Ukraine ni Washington n’aurait attaqué le territoire russe.

En se privant de mettre fin au conflit par l’unification, Poutine s’est lui-même exposé à la propagande occidentale. Avec la conséquence de voir son image et sa réputation dans l’Ouest détruits pendant les nombreux mois au cours desquels le conflit s’est inutilement prolongé. Il est le «nouvel Hitler. » Il « manœuvre pour restaurer l’Empire soviétique. » « La Russie se classe avec le virus Ebola et l’État islamiste parmi les trois plus grandes menaces. » « RT est une organisation terroriste, au même titre que Boco Haram et l’État islamiste », et ainsi de suite. Cette interview CNN d’Obama menée par le « presstitué » de Washington qu’est Fareed Zakaria, montre l’image de Poutine telle qu’elle est présentée en Occident.




Poutine ne pourrait être plus diabolisé, même si l’armée russe avait envahi et conquis l’Ukraine, pour la réincorporer en Russie dont elle a fait partie pendant des siècles jusqu’à l’effondrement soviétique et la séparation de l’Ukraine de la Russie, à l’insistance de Washington.

Le gouvernement russe pourrait vouloir examiner attentivement la situation, dans le but de déterminer si Moscou n’est pas en train d’aider Washington à obtenir une autre victoire, en Ukraine.

Source

------------------------------------------

Revenir en haut Aller en bas
orné

avatar

Messages : 792
Points : 1288
Réputation : 38
Date d'inscription : 17/03/2015
Age : 44
Localisation : Où ça ?

MessageSujet: Re: Affrontements en Ukraine : Ce qui est caché par les médias et les partis politiques pro-européens   Mer 25 Mar - 13:04

Un post créé et édité par akasha, plus commentaire

MAJ
Bonsoir les amis fidèle de la nuit I love you
Eh oui Orné de mon cœur en effet ça bouge c'est le moins que l'on puisse dire... pale
Ce gros porc de Porochenko n'a rien trouver de mieux que de mettre à profit les dernière 48 h avant le cesser le feu effectif des accords de Minsk 3.0... silent Ce qui est tout simplement suicidaire et meurtrier, c'est un vrai criminel qui de plus adoubé par l'UE et les américains qui une fois de plus auront du sang sur les mains !! silent Le pire les amis...le pire..Est que les dirigeants des insurgés étaient pour ouvrir un corridor de sécurité pour que les soldats bloqué puissent quitté le fameux chaudron...Mais seulement voilà..La fripouille de Porc_rochenko n'a jamais voulu admettre que son armée était bloquée et encerclé, "le chaudron de Debaltsevo _a n'existe pas" disait-il à Minsk...Donc si son offensive réussissait, il aurait pu dire 'vous voyez j'vous l'avait dis !" tout simplement abjecte... silent Tout ça par orgueil, parce qu'il n'accepte pas de chaque fois perdre face aux courageux pro_russe ! Et je le répète, tout ça sous l'égide de l'UE et les américains !Ah oui à propos...COMME PAR HASARD QUI ÉTAIT EN VISITE DEUX JOURS AVANT ET QUI EST VENU VOIR LA LIGNE DE FRONT ? BHL !!!! Ce mec n'est rien juste qu'un ersatz de philosophe du bas de mon dos...Je ne comprends pas que ce type qui n'est rien puisse mettre son nez dans toutes ces affaires ? Surtout que ce n'est pas la 1er fois, sans compter qu'il était déjà un acteur des printemps arabes... scratch (lire le billet de "Les Crises" sur le sujet). Honnêtement oui mon cher Orné adoré ça commence à faire beaucoup !!!



Ukraine : les bataillons formés par les USA tentent une offensive décisive avant le cessez-le-feu




soldats des forces armées de Novorossia

Note de Kristina Rus (Traductrice du russe à l’anglais)

Maintenant, on comprend mieux de quoi parlait Porochenko au téléphone, à Minsk aux premières heures du matin. Il préparait une énorme attaque surprise de dernier recours pour débloquer le chaudron de Debaltsevo dont il maintient qu’il n’existe pas. Il avait espéré arracher la victoire avant la fin de la journée pour pouvoir dire, regardez – j’avais raison, il n’y a pas chaudron! Mais toutes ces vies ukrainiennes ont été sacrifiées en vain…

Mes amis, en résumé la situation est la suivante: de l’aube jusqu’à près de 17 heures il y a eu des combats intenses pour prendre Logvinovo. Les Ukrainiens ont jeté toutes leurs réserves en hommes pour tenter une percée – pas moins de trois bataillons tactiques comptant jusqu’à huit cents personnes, soutenus par au moins quarante chars. Selon la milice, des bataillons frais, bien armés et bien formés sont arrivés sur le front.

Bien qu’ils aient été obligés de progresser en terrain découvert, sous les tirs croisés de la milice qui tient les hauteurs, ils ont avancé rapidement avec une détermination exceptionnelle, sans se préoccuper des pertes, en utilisant habilement les replis du terrain tout en maintenant l’ordre de bataille.

Selon les services secrets, il s’agissait de bataillons de choc que le commandement ukrainien gardait en réserve pour une offensive décisive. Ces bataillons ont effectué un cycle complet d’entraînement sous la direction d’instructeurs américains et polonais à la base de Yavorovsky et ont récemment été secrètement transférés dans la zone de l’ATO [Opération anti-terroriste, NdT].

Mais, en dépit de la surprise et de la puissance de l’attaque, les sections d’assaut ukrainiennes n’ont pas réussi à percer la défense de la milice. A cause des énormes pertes subies pendant leur progression et leur déploiement, les attaquants n’ont pas réussi à entrer dans Logvinovo, et le premier assaut a calé à proximité du village. Leurs deux derniers chars ont brûlé à quelques centaines de mètres des positions de la milice.

L’artillerie ennemie a cependant aussi causé de lourdes pertes aux défenseurs du village. Le deuxième assaut a été repoussé par une contre-attaque de la milice, dont les tanks envoyés au village ont immédiatement rejoint la bataille pour stopper la progression de l’ennemi.

Les lourdes pertes subies par l’infanterie ukrainienne en terrain découvert l’ont forcée à finalement battre en retraite, et ensuite la lutte s’est transformée en un duel d’artillerie. En même temps qu’elles attaquaient Logvinovo, les divisions ukrainiennes ont essayé d’attaquer les positions de la milice dans la région de l’aéroport de Donetsk sous Chernukhino, Redkodub et les hauteurs stratégiques.

Il est évident que le haut commandement des forces armées ukrainiennes a reçu l’ordre strict d’inverser à tout prix la tendance et de remporter des victoires tactiques décisives au cours des deux jours qui les séparent du cessez-le-feu, pour sortir victorieux de cette étape du conflit.

Le fait est que la libération des troupes ukrainiennes encerclées à Debaltsevo est devenu une question d’honneur pour le président de l’Ukraine, Petro Porochenko, qui a annoncé au monde entier qu’il n’y avait aucun chaudron. Il est donc clair que pendant les deux jours qui viennent, le commandement ukrainien, pour prouver que Porochenko a raison, jettera, sans tenir compte des pertes, toutes ses forces disponibles dans la bataille. Une bataille qui deviendra, en quelque sorte, le Verdun de cette guerre en termes de gravité et de pertes ponctuelles, ce qui décidera de l’avenir du commandement ukrainien.

En même temps que des informations sur la progression des troupes ukrainiennes vers le chaudron de Debaltsevo, une information a été diffusée sur un certain nombre de forums ukrainiens, avant d’être retirée par les administrateurs, sur une nuit noire, que le commandement ukrainien préparerait à la population rebelle de Donbass en guise d’adieu.

Selon cette information, dans les dernières heures de la guerre, juste avant le cessez-le-feu, l’artillerie ukrainienne aurait l’intention d’opérer les frappes les plus massives de toute la guerre sur les villes et les villages des Républiques de Donetsk et de Lougansk. Comme on a pu le lire sur l’un des forums: Partir, en claquant la porte si fort que le vacarme résonnera pour toujours dans chacune des familles séparatistes, dans chacune de leurs maisons!

Ces frappes cyniques des nazis ukrainiens pourraient faire des centaines de victimes…




Kristina Rus: Il était d’autant moins nécessaire d’envoyer tous ces soldats ukrainiens à la mort que les séparatistes avaient déjà proposé de négocier l’ouverture d’un corridor vert pour laisser sortir en toute sécurité ceux qui étaient coincés dans le chaudron. Cette offre a été réitérée à Minsk, mais sauver la vie des soldats ukrainiens n’est pas considéré comme une victoire par Porochenko …

Traduit par Dominique, relu par jj pour le Saker Francophone


Source : Le Saker Francophone


*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*
Revenir en haut Aller en bas
orné

avatar

Messages : 792
Points : 1288
Réputation : 38
Date d'inscription : 17/03/2015
Age : 44
Localisation : Où ça ?

MessageSujet: Re: Affrontements en Ukraine : Ce qui est caché par les médias et les partis politiques pro-européens   Mer 25 Mar - 13:07

Un post créé et édité par akasha, plus sa note personnelle

MAJ2
Amis de la nuit, je vous salues ! drunken
Bien voici un moment que l'on prévient d'observer la plus grande prudence quand les médias se mettent à parler d'invasion par l'armée russe de l'Ukraine... Suspect Je vais vous proposer un article qui démontre cette réalité de propagande médiatique et de relayer sans vergogne les mensonges de l'UE et des Etats_Unis via le régime nazis d'Ukraine !! Autre_chose...Grave une fois de plus Rolling Eyes Les accord de Minsk 2.0 signé (effectif depuis minuit). ne semble pas intéresser tout les protagonistes, comme ceux du secteur droit par exemple...Accords de Minsk : le leader de Secteur Droit Dmitry Yarosh annonce que les bataillons néonazis ne respecteront pas la trêve en Ukraine. Déjà lors du premier accord de Minsk, le 1.0, ils ne l'avaient pas respecter, et ce même le régime nazis !! Et c'est le porc_rochenko lui_même qui s'en vente : Porochenko et les accords de paix de Minsk 1 (s.-t. fr.) Et honnêtement, je ne vois pas pourquoi il en serait autrement pour le 2.0, quand on lis ce que je vous ai proposé, ou encore ceci : Conférence de presse d’Alexander Zakharchenko: L’Ukraine a trahi ses troupes dans le chaudron de Debaltsevo.C'est plutôt mal embarqué tout_ça...Mais attendez, ce n'est pas fini, voici le point de chute...Alors que comme l'annonçait plus haut Orné les leaders européens incarné par Hollande Merkel ou encore Junker annonçaient ne pas être favorable de un, à de nouvelles sanctions, de deux aux livraisons d'armes à l'armée "régulière" ukrainienne...Mais seulement voilà, par l'entremise de la porte parole du département d'état, Jen Psaki. De prévoir des sanctions au cas de violation des accords passé à Minsk. Mais....mais...Seulement à l'encontre de la Russie ???!! Mais de qui on se fiche à la fin ??!!




Les responsables américains n’ont pas participé au sommet de Minsk. Washington cependant, a suivi de près le processus qui a mené à la conclusion de cet accord de paix salué par le secrétaire d'Etat John Kerry. Ce dernier a souligné que le gouvernement américain pourrait alléger les sanctions imposées à la Russie si les accords de Minsk sont complètement mis en œuvre. Cependant, la Maison Blanche a averti que de nouvelles sanctions seraient appliquées au cas où la trêve ne serait pas observée. Jen Psaki explique quelles pourraient être les conséquences de la violation de cet accord pour les deux parties. Vu sur Fawkes News


Vous votez comment tout est manipulé, et pourquoi on glisse lentement mais surement vers la guerre... What a Face
Bref...Voici dès à présent l'article démontrant les tromperies merdiatiques sur des sois_disant envahissements par l'armée russe... study

Texte : Akasha
.



L'Ukraine fournit des photos provenant du conflit géorgien pour démontrer une invasion russe



Cela n'aura échappé à personne que, depuis des mois, quoique dise Porochenko, cela est repris en cœur comme une vérité établie dans les médias atlantistes. Ce nouvel épisode vient confirmer que cette histoire d'invasion de chars russes en Ukraine pendant les pourparlers de Minsk a très probablement été inventée également de toute pièce par Kiev. En effet, n'ayant aucune preuve tangible à apporter pour étayer une quelconque invasion russe, l'Ukraine a envoyé au sénat américain des photos de 2008 provenant du conflit géorgien.


Le sénateur Jim Inhofe a d'ailleurs envoyé ces photos comme étant des preuves au Washington Free Beacon qui les a publié sans sourciller en indiquant: "Les membres du comité des services armés du Sénat ont consulté les images en Décembre. Le sénateur Jim Inhofe (R., Okla.) a obtenu ensuite ces photos et a vérifié de manière indépendante et à confirmer l'authenticité des photos avant de les fournir exclusivement à Washington Free Beacon.




Pire, ces photos ont permis de proposer un nouveau texte de loi par ce sénateur, texte qui implique l'armement du gouvernement ukrainien avec des armes létales pour faire face à cette "invasion" et qui a été introduit au sénat le 11 Février, soit pendant les négociations de Minsk. Après cela, on est prié de croire, qu'après les nombreuses intoxs précédentes, cette fois, c'est la bonne, Poutine a envoyé ses chars pendant qu'il négociait un cessez-le-feu. Crédibilité 0. On est aussi prié de croire que les sites qui dénoncent de genre de propagande grossière sont des sites d'infaux.




Photo présentée par le sénateur Inhofe



Colonne russe en Ossétie du Sud, 23 Août 2008



Photo présentée par le sénateur Inhofe



Vallée d'Anton, Russie. Des blindés russes se dirigent vers la fronitère géorgienne. 9 Aout 2008


A noter que la propagande ukrainienne fait mouche, on ne sait pas trop si c'est par habitude ou par manque de sérieux, car le sénateur estime s'être fait avoir et le Washington Free Beacon a publié un démenti sur son site, mettant en doute la véracité des photos (alors même qu'ils indiquaient préalablement qu'elles leur authenticité avait été vérifiée...des preuves en béton donc comme on peut le voir.

Autre point à retenir concernant la valeur de la parole de Porochenko. Pour savoir ce qu'elle vaut réellement, regardez plutôt cette vidéo ou il se vante d'avoir signé des accords de cessez-le-feu en Septembre simplement pour renforcer sa propre armée.


Il indique aujourd'hui que si le cessez-le-feu n'est pas effectif ce dimanche, il compte demander une réunion d'urgence du conseil de l'Europei. Dans la mesure ou le leader du secteur droit a d'ores et déjà annoncé qu'il ne se respecterait pas ce cessez-le-feu, cela s'annonce plutôt mal.



Liens connexes:



La télévision ukrainienne évoque une invasion de char russe...de "World of Tanks"

Propagande: Les médias annoncent que des tanks russes auraient franchi la frontière Ukrainienne

Ukraine, l’AFP prise en flagrant délit de propagande

Ukraine : RTBF prise en flagrant délit de médiamensonge


Publié par Fawkes News


*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*
Revenir en haut Aller en bas
orné

avatar

Messages : 792
Points : 1288
Réputation : 38
Date d'inscription : 17/03/2015
Age : 44
Localisation : Où ça ?

MessageSujet: Re: Affrontements en Ukraine : Ce qui est caché par les médias et les partis politiques pro-européens   Mer 25 Mar - 13:09

b]Bonjour,
Malheureusement et c'était prévisible le cesser le feu négocié à Minsk (les accords de Minsk 2.0), n'auront tenu qu'une heure. En effet, on avait eu droit à des déclarations tonitruante des deux camps, notamment du secteur droit pour l'armée ukrainienne. C'était voué à l'échec depuis le début, car quand on nie le fait dès le départ que c'est la novorussie qui tient la main vu leur position de force, comment voulez-vous traité de la meilleurs façon ? Pire les responsable de l'armée de novorussie était d'accord pour ouvrir un corridor pour que les soldats enclavé puissent quitté les lieux. Mais le Poroshenko ne voulait puisqu'il nie la situation, de plus c'eût été pour lui un aveux de défaite. C'est bien entendu une position des plus criminel et irresponsable, quand aux autres trublions qu'est Merkel et Hollande, ils eurent mieux fait de refuser négocier dans de telles conditions. Sans compter les américains qui rajoutaient de l'huile où il aurait fallu de l'eau. Du coup on se retrouvent dans une situation plus délicate que avant le cesser le feu, un comble. Et les médias ? Parlons-en des médias, eut aussi on du sang sur les mains, car si ils auraient fais correctement leur boulots, Poroshenko n'aurait pu tenir son mensonge, et il aurait eu autre-chose sur la table des négociations. Non ils continuent tels des autistes à raconter n'importe quoi, à taper sur les forces de novorussie, à nier les évidences, quel jeu dangereux, quelle inconscience. Le régime de Kiev a abandonné ces 5000 soldats, parce que sois disans ils ne sont pas encerclé, c'est kafkaïen comme situation, et tu as les médias qui vont accuser les méchant séparatistes de ne pas respecter les accords, c'est affligeant de bêtise.
Regardons ensemble les deux grosses informations qui sont le coeur de mon billet :

Orné.


Le chef de la République Populaire de Donetsk confirme que le siège de Débaltsévo va se poursuivre



Selon, Alexandre Zakhartchenko, l'Ukraine a trahi les 5000 soldats encerclés dans le chaudron du Débaltsévo. Les accords de Minsk étant très vagues et ne faisant pas du tout mention à ce siège, il indique que le cessez-le-feu sera bien respecté mais que le siège sera poursuivi et que toute tentative de percer le chaudron ou de le débloquer sera perçu comme une violation des accords de Minsk et sera traité en conséquence. En gros, ils sont très mal barrés. Source : Fawkes News

--------------------------------------------

MSNBC maniupule ses vidéos des bombardements en Ukraine pour accuser les insurgés



RT France

--------------------------------------------

Zakharchenko convoque une réunion d’urgence pour discuter de la violation du cessez-le-feu par Kiev…

La version de l’armée de Novorussia[/b]


Le dirigeant de la République populaire de Donetsk (RPD), Alexander Zakharchenko, a convoqué une réunion d’urgence dimanche pour discuter de la violation de régime du cessez-le-feu par les forces de Kiev dans le Donbass, selon le chef adjoint de la milice de la RPD.
«Le chef de la République populaire de Donetsk, Alexander Zakharchenko, a convoqué une réunion d’urgence pour discuter des développements en cours», a déclaré Eduard Basurin [adjoint du ministre de la Défense de la RPD, porte-parole de la RPD].

Selon Eduard Basurin, à 02h00 (14 Février, 23h00 GMT) des groupes armés de militants de Kiev ont ouvert le feu dans la ville de Debaltsevo sur les positions de la RPL et la RPD.

«Afin d’éviter des pertes civiles, les unités de la RPD ciblent l’armement ennemi», a déclaré Basurin.

«Les unités des forces armées de la RPD sont contraintes d’ouvrir un feu sélectif pour contrecarrer les attaques des nationalistes et des saboteurs de Kiev», a expliqué le chef adjoint de la milice de la RPD Eduard Basurin, en ajoutant que les troupes de Kiev continuent de violer le-cessez-le-feu dans la zone de Debaltsevo à l’est de l’Ukraine.

Traduit par Dominique, relu par jj pour le Le Saker Francophone

La version de Kiev

Les troupes ukrainiennes visées à 60 reprises depuis l’entrée en vigueur du cessez-le-feu


Les positions ukrainiennes ont été visées à 60 reprises depuis l’entrée en vigueur du cessez-le-feu dans l’Est rebelle de l’Ukraine, a annoncé dimanche un porte-parole militaire ukrainien.
«Les soldats ukrainiens n’utilisent pas leur artillerie»

«Des groupes armés ont visé nos troupes à 60 reprises avec tous types d’arme, y compris des (lance-roquettes multiples) Grad», a déclaré Anatoli Stelmakh, qui a précisé que la ville stratégique de Debaltseve était «le point le plus chaud» depuis le début de la trêve à 22 heures.

Il a ajouté que les combattants séparatistes avaient tenté à trois reprises de s’emparer du village de Tchornoukhine, situé à cinq kilomètres à l’est de Debaltseve, mais en avaient été à chaque fois repoussés. «Les soldats ukrainiens n’utilisent pas leur artillerie et se contentent de répondre aux attaques ennemies», a complété Anatoli Stelmakh.

Malgré ces attaques, dirigeants séparatistes et autorités ukrainiennes maintiennent que le cessez-le-feu est globalement respecté dans l’est de l’Ukraine, aucune nouvelle victime civile ou militaire n’ayant par ailleurs été à déplorer depuis la mort dans des bombardements de deux civils dans la région de Lougansk, juste après l’entrée en vigueur de la trêve.

Source 20Minutes

Pour conclure, un article proposé par "Les Crises" sur les dégâts causé par l'armée régulière du régime de Kiev à Donetsk et surtout sur les civiles : http://www.les-crises.fr/actuukraine-1502/

[/center]_______________________________________________[/center]
Revenir en haut Aller en bas
orné

avatar

Messages : 792
Points : 1288
Réputation : 38
Date d'inscription : 17/03/2015
Age : 44
Localisation : Où ça ?

MessageSujet: Re: Affrontements en Ukraine : Ce qui est caché par les médias et les partis politiques pro-européens   Mer 25 Mar - 13:12

Un post édité et commenté par akasha

Amis de la nuit, je vous salues drunken
La propagande anti-russe se poursuit, mais commence à battre de l'aile...Evidemment à force de mentir et de taper sur le même clou, les gens commencent à se poser des questions ! N'empêche c'est lassant et usant d'entendre sans cesse la même messe, et de voir nos médias s'enfoncer ainsi dans la médiocrité... No reprendre pour des criminels, couvrir des faits aussi grave de ne pas tenir compte de la souffrance du peuple, celui qui comme d'habitude paie le plus lourd tribut...Et tout ça pour couvrir les exactions de pourris ! Je vous proposes sous forme de revue de presse les dernières nouvelles. study


Ukraine : "Les néo-nazis font partie de nos forces armées et sont contrôlés par Kiev"


L’ambassadeur ukrainien en Allemagne, Andriy Melnyk, a déclaré lors de l’émission de télévision de Günther Jauch (Fernsehsendung)​, l’un des talk politique le plus populaire en Allemagne, que les troupes d’Azov et du Secteur Droit néo-nazis font partie des forces armées ukrainiennes, qu’ils sont contrôlés et coordonnés par le régime pro-occidental de Kiev. Sans eux dit-il, l’avancée de l’armée russe aurait été bien plus importante.




Source : Youtube/ Fernsehsendung /le Journal Du Siècle

----------------------------

L'Ukraine exige le retour de ses jeunes expatriés en Espagne pour en faire de la chair à canon : Les jeunes Ukrainiens, qui sont accueillis par des différentes familles en Aragon (nord de l'Espagne), sont réclamés par le gouvernement de l'Ukraine pour retourner dans leur pays. LIRE LA SUITE

-----------------------------


Kiev se prépare à "une guerre d'envergure" contre Moscou

Selon le vice-ministre ukrainien des Affaires étrangères Vadim Pristaïko, l'Ukraine demande des armes au Canada pour mener une guerre contre la Russie.

Lire la suite: http://fr.sputniknews.com/international/20150221/1014841812.html#ixzz3SQrlRDke

------------------------------

Ukraine: le Canada continuera de livrer des armes non létales

Le ministre canadien de la Défense Robert Nicholson a signé il y a quelques mois un accord de coopération militaire avec l'Ukraine.
Le Canada fournit des armes non létales à l'Ukraine et a l'intention de poursuivre cette politique, a annoncé jeudi à Bruxelles le ministre canadien de la Défense Robert Nicholson.

Lire la suite: http://fr.sputniknews.com/international/20150205/1014358318.html#ixzz3SQt8H2jM

------------------------------

Propagande anti-russe: du grand n’importe quoi mais il faut bien des prétextes pour attaquer…


out est bon dans le cochon, et la propagande anti-russe, c’est pareil, tout est bon à prendre, et surtout à balancer en pâture au public, dès fois que celui-ci soit assez crédule pour le gober…


Dans les dernières infos sur le sujet, on peut apprendre que les jeunes Ukrainiens, qui sont accueillis par des différentes familles en Aragon (nord de l’Espagne), sont réclamés par le gouvernement de l’Ukraine pour retourner dans leur pays, dès fois qu’ils soient nostalgiques, et qu’ils acceptent de troquer le soleil contre une de guerre et du sang sur les mains. En effet, il faut de la « chair à canon » pour pouvoir obéir aux américains et provoquer tant et tant Poutine qu’un conflit éclate enfin! N’oubliez pas que les USA VEULENT la guerre contre la Russie et que depuis plusieurs mois, le président russe est resté de marbre face aux attaques et provocations. Stratégie de joueur d’échec contre stratégie de footballeurs américains… Les Etats-Unis envisagent d’imposer maintenant de nouvelles sanctions graves très prochainement contre la Russie, qu’ils estiment responsables de la rupture du cessez-le-feu en Ukraine, a déclaré samedi le secrétaire d’Etat américain John Kerry en visite à Londres. Un mensonge de plus puisqu’il n’y a aucune preuve de cela, ce que même Hollande à dû reconnaître. Quand je parle de patience pour Poutine…


Vous ne trouvez pas qu’ils nous refont le même coup qu’avec les armes de destruction massive qui n’ont jamais existé?



La Russie pourrait tenter de conquérir des territoires appartenant à des Etats de l’Otan, représentant ainsi une « menace existentielle », a déclaré vendredi le commandant adjoint de l’Alliance atlantique en Europe.

Le général Adrian Bradshaw s’exprimait alors que la France et l’Allemagne cherchaient vendredi à assurer l’application d’un cessez-le-feu vacillant dans l’est de l’Ukraine, où les séparatistes prorussses affrontent les forces de l’armée régulière ukrainienne.


Des soldats de l’armée russe sont déployés dans l’est de l’Ukraine, a affirmé le général Bradshaw dans un discours au groupe de réflexion londonien Royal United Services Institute, soulignant la menace que représente la situation actuelle pour l’Otan.
« La Russie pourrait croire que les forces conventionnelles de grande envergure qu’elle a pu mobiliser en si peu de temps… pourraient à l’avenir être utilisés non seulement pour intimider et contraindre (un Etat), mais aussi conquérir des territoires de l’Otan », a lancé M. Bradshaw.

Plus tôt ce mois-ci, l’ex-secrétaire général de l’Otan Anders Fogh Rasmussen avait déclaré au quotidien anglais Daily Telegraph que la Russie pourrait très bien intervenir dans les Etats baltes pour tester la capacité de réaction défensive de l’Otan.


Source et article complet sur 7sur7

---------------------------------------

Les médias russes sont-ils en train de gagner la bataille de l’opinion contre le système de propagande occidental ?

19 février 2015 … Il faut dire que le personnage est fascinant par tout ce qu’il exprime de notre temps, de notre folie, de notre aventure catastrophique, – bref, tout ce qu’il exprime du Système. Je veux parler de ce monsieur Edward Lucas parlant devant la Wehrkunde de Munich, où tous les amis, copains et coquins de l’habitude, se réunissent chaque année pour s’auto-congratuler et menacer the Rest Of the World de la conquête civilisatrice de la “nation exceptionnelle”, de la doctrine TINA, de l’hyperlibéralisme, des “valeurs”-Système du bloc BAO et ainsi de suite. Monsieur Lucas est senior editor de The Economist et il faut bien dire qu’à part le Financial Times (le FT avec ses pages saumon), on ne fait pas mieux comme emblème du Système, dans la lettre et dans l’esprit, que The Economist. Il y a dans The Economist, dans son ton doctoral et son arrogance extraordinaire de s’affirmer “objectif”, une parfaite illustration de ce qu’est notre temps, installé sur le champ de ruines de notre contre-civilisation comme s’il s’agissait du Parthénon du temps de Périclès. Par conséquent, on attendait, dans le chef du senior editor de la chose, quelqu’un de discrètement flamboyant, certes pas un play-boy mais tout de même une image avec quelque chose d’irrésistible … Eh bien, pas du tout. Lire la suite

----------------------------------

]Il y a un ans, Massacre de korsun en Crimée[/sizeTtandis que l'euro-maidanites ukrainiens célèbrent l'anniversaire du coup d'Etat sanglant, les partisans des Antimaidan commencent à marquer leurs propres dates tragiques. Il y a exactement un an, le 20 Février, un gang bestiale de nazis du «Secteur droit" ont attaqué un convoi d'autobus en Crimée près de Korsun, Ils ont perpétrer un véritable abattage et le massacre des adversaires du coup d'Etat nationaliste.

Huit bus en Crimée, qui ont participé à des rassemblements à Kiev Antimaidan, sont retournés à la maison [après que leurs adversaires aient gagné]. Près de Korsun dans l'oblast de Tcherkassy, ​​le convoi a été pris en embuscade par les bandits armés du Secteur droit. Comme il a été reconnu plus tard, les nazis étaient au courant du mouvement de la colonne et les attendaient en Crimée.

Les bus capturés ont été brûlés, leurs passagers ont été brutalement torturés, battus et humiliés. . Plusieurs personnes ont été battus à mort et assassinés

Un témoignage de l'une des victimes de la torture par l'es partisans Secteur droit parait bientôt en ligne:


"Nous rentrions à la maison à Kiev avec des personnes sur un bus. Il y avait un barrage routier Ils ont commencé à tirer.. à nous, lançer des cocktails Molotov, "- victime Oksana, à partagé son expérience . "Quand je suis sorti, je ai été frappé, puis ils ont commencé à tirer sur les hommes". Les militants de Crimée "Stop Maidan" ont été attaqués près de Korsun-Chevtchenkovsky, à leur retour de Kiev. Dans le bus il y avait aussi un homme blessé, pour lesquels une ambulance a été appelée plus tôt. "Et ils ont commencé à nous battre les hommes et les femmes -. Ils ne se soucient pas - se souvient Oksana." Puis ils ont pris les hommes, qui étaient déjà à moitié nu. Ils les ont forcés à s'agenouiller sur du verre brisé et de chanter l'hymne ukrainienne, en criant "Gloire aux héros". Ils ont pris les téléphones, les passeports, en les battant et les ont emmenés. Nous avons été laissés sur le bus pendant neuf heures, puis relâché ". Les assaillants parlaient l'ukrainien, et forcé les partisans de Crimée à parler la langue de l'Etat. Leurs actions ont été marquées par la brutalité effrénée et la haine pour la Crimée (---)

TRADUCTION : Akasha. Voici encore un massacre perpétré par le secteur droit (donc le régime de Kiev), tus par les médias et nié par les autorités... No Source et texte original : ICI

Aussi pour ne pas oublier, la massacre de Odessa, avec une vidéo exclusive qui ne laisse aucun doute sur ce qu'il c'est réellement passé et tus et nié par les médias et autorités...Pourtant au vue que la présente vidéo nous montres, il y avait de quoi faire !! Pourquoi ne l'ont-ils pas montrée d'après_vous ?

[b]



le billet explicatif par Les Crises


-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*
Revenir en haut Aller en bas
orné

avatar

Messages : 792
Points : 1288
Réputation : 38
Date d'inscription : 17/03/2015
Age : 44
Localisation : Où ça ?

MessageSujet: Re: Affrontements en Ukraine : Ce qui est caché par les médias et les partis politiques pro-européens   Mer 25 Mar - 13:13

MAJ

Bonjour,
Merci ma louloute pour ta revue de presse complète et bien agencée. pour être parfaitement concis, voici les suites du plus gros plantage de Poroshenko depuis son investiture. Son incapacité à gérer la crise du chaudron de Debaltsevo. Bien entendu le parti qui lui fera le plus de reproche ce ne sera pas les larbins de l'UE ni leur maître américains, mais c'est bien en interne que cela risque de chauffer pour ces fesses graisseuses. En effet le "Pravy Sektor" (néo-nazis). Avait prévenu qu'ils ne tolèreraient pas un échec dans la mission d'évacuer les 6000 soldats enclavés. Or au vue de sa façon de gérer le dossier en niant purement et simplement leur présences, on voit mal comment il pouvait s'en sortir. D'ailleurs la famille de Poroshenko a déjà mis les bouts, quand au roi chocolat (Porc-oshenko) Le Pravi Sektor lui réserverai le même sort qu'à Kadhafi. La prise du palais présidentiel par ces derniers serait imminent. pendant se temps les britanniques et américains continuent d'accuser les russes de ceci et de cela, la nouvel serait que les russes prépare une attaque éclair contre un des intérêts de l'OTAN. Et ce, dans le but de tester sa capacité de réaction (sic). On nage en pleins film d'action de série b. Une chose est acquise, les jours de Poroshenko sont compter. Mais il ne faut pas espérer un changement pour autant, son successeur sera un nouveau pantin des États-Unis. Peut-être qu'à la limite le Pravi-Sektor et leurs amis pourraient se poser en inviter surprise et remuer un peu tout ça, mais j'en doute, eux aussi sont leurs allier et son pro UE.

Orné.


Le dilemme de «l’Ouest» après Debaltsevo : que faire de Porochenko?

Le « roi du chocolat » Porochenko, continue de nier, qu’il y ait eu un chaudron à Debaltsevo. Un des militaires ukrainiens ayant échappé à l’enfer de Debaltsevo (est de l’Ukraine) a déclaré au quotidien britannique The Independent que Piotr Porochenko les avait envoyés au « carnage ». Voir l'article. Maintenant, le gros problème de ce « roi » en passe d’être déchu (?), va être d’expliquer au restant de ses troupes, abandonnées par leur hiérarchie, comment cela a pu se produire. Il n’y a pas eu de retrait dans l’ordre, et il y a des témoins. Il commence à être bien gênant le « roi » pour l’Occident? L’Altesse devra t-elle surveiller ses arrières?? l’avenir nous le dira. Les deux versions sont à lire pour tenter de comprendre.


Le 18 février 2015 – Source Moon of Alabama

Bien que chacun d’entre nous ait donné le meilleur de lui-même – les courageux combats des forces militaires et navales, la diligence et l’assiduité de Nos serviteurs de l’État, et le dévouement de Nos cent millions de sujets – la guerre n’a pas tourné nécessairement à l’avantage du Japon, et la situation générale du monde a évolué contre nos intérêts dans tous les domaines.

L’empereur Hirohito admettant la défaite du Japon

Le président fantoche ukrainien Porochenko aurait dû prononcer un discours similaire. En effet, la guerre en Ukraine n’a pas non plus tourné nécessairement à l’avantage de son gouvernement. Mais le discours de Porochenko (voir ci-dessous) a été encore plus déconnecté de la réalité que les euphémismes de Hirohito.

Il y a environ six jours, plusieurs milliers de soldats du gouvernement ukrainien se sont trouvés encerclés dans la poche de Debaltsevo. La seule route vers les lignes amies était minée et sous le feu direct et indirect de l’opposition. Plusieurs tentatives pour sortir et entrer dans le chaudron ont été repoussées, non sans occasionner de grosses pertes en vies humaine et en matériel.

Depuis hier, après avoir sérieusement préparé leur artillerie, les troupes fédéralistes prennent d’assaut la ville. Elles affirment qu’environ 3000 soldats gouvernementaux y sont morts et qu’environ 1000 se sont rendus (vidéo) et ont été emmenés en captivité. Quelques centaines ont réussi à s’échapper à la faveur de la nuit, la plupart du temps à pied, et sont arrivés aujourd’hui à Artemivsk, une ville contrôlée par le gouvernement située à quelques 30 kilomètres au nord de Debaltsevo. D’autres ont fui vers le sud, loin de leurs propres lignes, en s’enfonçant plus profondément dans la poche. Ils seront ramassés en temps voulu. D’énormes quantités d’armes et de munitions ont été abandonnées aux fédéralistes. Des reporters qui se trouvaient à Artemivsk ont vu arriver 40 ou 50 morts et quelques 200 blessés. Selon ces journalistes, ils avaient été tués ou blessés en s‘enfuyant sous les tirs de la milice et non dans les combats antérieurs de Debaltseve. Ceux qui ont réussi à s’en sortir vivants sont très en colère contre leurs supérieurs.

La réunion de Minsk 2.0 a été organisée en urgence par la chancelière allemande Angela Merkel quand la situation autour de Debaltsevo s’est détériorée. Mais au cours des négociations à Minsk, Porochenko a affirmé qu’il n’y avait pas de poche et que ses troupes avaient le plus parfait contrôle de la situation. Le président français François Hollande a tenté de lui expliquer la situation réelle, mais en vain.

Le cessez-le-feu a été organisé, mais le chaudron de Debaltsevo n’a pas été mentionné dans les protocoles [puisqu’il n’existait pas!, Note du Saker]. Les fédéralistes en ont donc raisonnablement conclu que la poche était à l’intérieur de leurs lignes telles qu’elles avaient été reconnues et qu’elle pouvait être éliminée sans violer le cessez-le-feu. Au cours des derniers jours, nous avons entendu très peu de protestations occidentales contre cette action des autonomistes. Y avait-il un accord tacite pour faire manger sa cravate à Porochenko à l’instar de son nouveau conseiller Saakachvili [vidéo ici, Note du Saker]?

Ce que je viens de décrire est la réalité. Et voici la version délirante que Porochenko en a livrée dans son discours d'aujourd'hui:

Je peux vous dire maintenant que ce matin les Forces armées ukrainienne, conjointement avec la Garde nationale, ont achevé l’opération planifiée et organisée du retrait d’une partie des unités de Debaltsevo. Nous pouvons dire que 80% des troupes ont déjà été retirées. Nous attendons deux autres colonnes. Les soldats de la 128e brigade, certaines unités de la 30e brigade, le reste des 25e et 40e bataillons, les Forces spéciales, la Garde nationale et la police ont déjà quitté la région.

Nous l’avons affirmé et prouvé: Debaltsevo était sous notre contrôle, il n’y avait pas d’encerclement, et nos troupes ont quitté la région d’une manière planifiée et organisée avec toutes les armes lourdes: tanks, APC, les pièces d’artillerie automotrices et les véhicules.

Tout cela prouve la préparation au combat des forces armées et l’efficacité du commandement militaire. Je peux dire que, malgré la violence des tirs d’artillerie et des MLRS (lance-roquette multiples), aux dernières nouvelles, nous n’avons que 30 blessés sur plus de 2 000 hommes.



Beaucoup de journalistes occidentaux arrivent maintenant à Debaltsevo et il y aura bientôt des reportages sur la catastrophe réelle et les pertes réelles subies par les troupes gouvernementales ukrainiennes à cet endroit. Elles seront difficiles à cacher.

Il va devenir difficile pour l’Ouest de continuer à travailler avec Porochenko. Tout le monde a vu qu’il était complètement à la masse. On ne peut plus le faire passer pour celui qui détient la vérité, le valeureux chevalier blanc qui lutte contre les forces obscures de la Russie.

Que vont faire l’Ouest, Obama et son Département d’État néocon connifié? Vont-ils préparer un coup d’État contre Porochenko ou ont-ils d’autres moyens de se débarrasser de leur marionnette devenue inutile ? Ont-ils une autre idée pour sauver la situation?

Traduit par Dominique, relu par jj et Diane pour le Saker Francophone.

Voir aussi:

Des soldats ukrainiens battant en retraite de Debaltsevo se soûlent et tirent en l’air dans les rues d’Artemovsk.


Inondant la ville d’Artemovsk suite à la débandade de Debaltsevo (est de l’Ukraine), des soldats ukrainiens démoralisés se plaignent d’un commandement incompétent, d’une situation désastreuse et de pertes colossales, rapporte le New York Times…/… lire la suite sur Sputnik

-------------------------------------------------------

La version Occidentale


Ukraine: dans les gravats de Debaltseve des femmes affamées et des rebelles hilares

Au milieu du carrefour, à la sortie de Debaltseve, des rebelles cosaques et russes se congratulent avant de quitter le champs de bataille. Autour d’eux, une voiture retournée, des blindés calcinés, des maisons éventrées et sur le côté, par terre, un soldat mort recouvert du drapeau ukrainien.

Les combats ont cessé vendredi à Debaltseve, laissant entrevoir la violence des affrontements qui ont traumatisé cette ville, nœud ferroviaire stratégique de l’est de l’Ukraine que les rebelles prorusses ont arraché à l’armée ukrainienne à l’issue de plusieurs semaines de combats acharnés.

Dans le centre de cette ville qui comptait 25.000 habitants avant le conflit, les traces des bombardement sont partout. Le dernier étage d’un immeuble d’habitations a été perforé par l’artillerie. Dans un autre, des pièces entières ont été soufflées. Les toits en tôle des commerces sont déchiquetés, un pont presque entièrement détruit.

La plupart des immeubles sont encore debout mais partout, le sol est maculé de gravats, de vitres explosées, de morceaux de mortiers. Au milieu d’une rue, une roquette Grad est à moitié enfoncée dans le bitume: elle n’a pas explosé.

«Quand on est arrivés dans la ville il y a une semaine, les combats ont été très durs», raconte Sacha, un cosaque moustachu en treillis. «Les Ukrainiens étaient dans des tranchées et nous, nous sommes arrivés par les petites rues étroites. On s’est battus à la kalachnikov et au lance-grenades. Il y a même eu des combats dans des bâtiments. C’était des combats de rue».

– ‘On tremblait de peur’ –

Lire la suite sur 20Minutes

__________________________________________
Revenir en haut Aller en bas
orné

avatar

Messages : 792
Points : 1288
Réputation : 38
Date d'inscription : 17/03/2015
Age : 44
Localisation : Où ça ?

MessageSujet: Re: Affrontements en Ukraine : Ce qui est caché par les médias et les partis politiques pro-européens   Mer 25 Mar - 13:15

uN post écrit et édité par salsa

Bon vous êtes au courant, sur le document trouvé qui implique la Russie ......
j'espère qu'il pourra se démonter,
en attendant je vous passe un lien avec des articles d'un colonel à la retraite, stratège Régis Chamagne qui commente ces manipulations,

http://cequelesmediasnenousdisentpas.over-blog.com/tag/ukraine/

les évidences de l'intervention de l'otan dans le conflit, des USA voir d’Israël est totalement, gommé dans nos médias;
maintenant quand je mange, je suis obligée d'éteindre la radio : les info assènent des vérités invérifiables, il y a aucun accent de doute , et évidement, tout le monde DOIT croire, autrement, le fait d'utiliser son sens critique invite à être étiqueté de CONSPIRATIONNISTE, nouveaux mots pour des nouveaux maux et nouvelles définitions qui arrangent à la dictature qui est déjà là.

Je rajoute un autre article à lire sur l'ingerence de BHL en UKRAINE.

Ukraine : La nouvelle ingérence de Bernard Henry Levy !


Après la Lybie, la Syrie, la Palestine, l’Egypte, etc., Bernard-Henri Lévy, à la manière des Etats-Unis, s’ingère une fois de plus dans les affaires politiques d’un pays souverain.

L'Ukraine connaît, depuis le 21 novembre 2013, une vague de protestations populaires déclenchées par la décision du pouvoir de suspendre le processus d'association avec l'Union européenne. Ce mouvement se radicalise à la mi-janvier et le 28 janvier 2014, face à la pression populaire, le président Viktor Ianoukovitch accepte la démission du Premier ministre Nikolaï Azarov.



C’est dans cette atmosphère que le philosophe et militant sioniste se rend en Ukraine, où il ose poser devant une barricade, à l’endroit où se sont déroulés de violents affrontements entre le gouvernement pro-russe et des milliers de manifestants soutenus par des services de renseignements étrangers —européens, notamment—.



Comme à son habitude, prenant une posture politique qui ne lui sied pas, ce « faussaire de l’information » —comme le nomme Pascal Boniface, directeur de l’Institut des Relations Internationales et Stratégiques (IRIS) — annonce sur le plateau d'Europe 1, le 06 février 2014 : « Le message que je veux faire passer, c'est que la capitale de l'Europe aujourd’hui est à Kiev, que les valeurs de l'Europe, c'est à Kiev qu'elles s'incarnent. Ce qui m'a frappé, depuis quelques jours que je suis ici, c'est à quel point le véritable esprit européen, c'est ici qu'il souffle. C'est totalement bouleversant à une époque où l'Europe doute d'elle-même, où elle ne sait plus où sont ses valeurs »… Que cherche à faire BHL en Ukraine ? On a peine à croire que ce « faussaire » recherche le bien pour le peuple d’Ukraine !

lire plus http://www.partiantisioniste.com/actualites/ukraine-la-nouvelle-ingerence-de-bhl-1834.html


et pourtant, il faut éviter de laisser notre vibration baisser, je participe à des méditations le soir pour invertir la situation, complétement sécurisées (mais pas avec paypal ;-)
Revenir en haut Aller en bas
orné

avatar

Messages : 792
Points : 1288
Réputation : 38
Date d'inscription : 17/03/2015
Age : 44
Localisation : Où ça ?

MessageSujet: Re: Affrontements en Ukraine : Ce qui est caché par les médias et les partis politiques pro-européens   Mer 25 Mar - 13:17

Bonsoir,
Pour le moment les plus grands bandits de la planète sont les Etats-Unis incarné par l'OTAN, qui cherche à tout pris la guerre. Une guerre avec la Russie. On a déjà montré plus d'une fois comment les médias mentent éhontément au publique, Qu'ils soutiennent un régime nazis qui cherche eux aussi cette guerre qu'ils ne gagneront pas. Chaque jour on nous sort que les char russes aurait franchi la frontière. Ce qui est vrai en revanche c'est l'encerclement de l'OTAN. Et récemment le déploiement de l'armée américaine en Estonie, ce qui est vrai c'est que la Grande Bretagne vient d'envoyer ces 1er hommes en Ukraine, ce qui est vrai c'est que les américains ont armé plusieurs fois l'armée "régulière" ukrainienne. Ce qui est vrai, c'est que la Russie a prévenu, si les Etats-Unis arme l'ouest de l'Ukraine, ils répondront de façon appropriée.
Orné.




L’armée américaine se déploie aux frontières russes, ça sent le soufre !

C’est dans la nuit du 23 février que des habitants d’Estonie, à 93 % russophones, ont pu voir des chars américains rouler dans Narva avec le drapeau américain. Narva est le passage obligé pour se rendre en Russie sans passer par la mer.



Ce déploiement se fait pendant que les britanniques, eux, se déploient en Ukraine. C’est David Cameron lui-même qui l’a annoncé, rapporte The Guardian.

Selon Cameron, l’envoi de troupes britanniques (des conseillers militaires, dit-il) en Ukraine cette semaine est un signal envoyé à la Russie pour dire « que nous refusons d’autres annexions de villes en Ukraine ».

Le clan anglo-saxon (Grande-Bretagne, États-Unis et Canada) semble vraiment se préparer à la guerre.




L’engrenage : la Grande-Bretagne envoie ses premiers soldats en Ukraine



Brève — la Grande-Bretagne vient d’envoyer ses premiers soldats en Ukraine.

Oh bien sûr, ils n’y vont pas officiellement pour se battre, mais pour « conseiller et éduquer » l’armée ukrainienne. Oh bien sûr, la voie diplomatique (et les sanctions contre la Russie) doivent prévaloir (dixit le Premier ministre britannique, David Cameron).


Qu’importe si, en même temps, les accords de Minsk sont rejetés par l’armée ukrainienne qui refuse le retrait prévu des armes lourdes. Qu’importe si les néonazis de Secteur Droit (en ukrainien : Пра́вий се́ктор, Pravyï sektor), alliés de circonstance du gouvernement de Kiev, jugent unilatéralement ces accords inconstitutionnels.

Qu’importe si cette dangereuse escalade confirme la déroute des armées du président Porochenko devant les forces rebelles.

Aujourd’hui, n’en déplaise à quelques esprits illuminés, nous n’avons encore aucune confirmation sérieuse de l’implication des forces russes sur le terrain des combats. Mais nous sommes officiellement informés de l’engagement désormais direct de l’OTAN.

Source : Politis

Les Etats-Unis poussent à l’escalade en armant Kiev par l’intermédiaire d’Abu Dhabi

En dépit des profondes inquiétudes exprimées par leurs alliés européens, les États-Unis trahissent leur propres déclarations de ne pas livrer d’armes à l’Ukraine et augmentent ainsi les chances de l’élargissement d’une guerre catastrophique en Europe.

Le président issu du coup d’État ukrainien Porochenko est allé au salon international des armes à Dubaï. Là, il a rencontré le chef des ventes d’armement militaire états-unien. Lire la suite sur le lien

Poutine avait prévenu après les atentats de 2004, et il le fera encore le cas échéant.



Revenir en haut Aller en bas
orné

avatar

Messages : 792
Points : 1288
Réputation : 38
Date d'inscription : 17/03/2015
Age : 44
Localisation : Où ça ?

MessageSujet: Re: Affrontements en Ukraine : Ce qui est caché par les médias et les partis politiques pro-européens   Mer 25 Mar - 13:18

Bonsoir,
Voici un reportage qui retrace les événements tragiques et la victoire des novorusse sur la junte de Kiev dans le fameux chaudron de Debaltsevo dans le Donbass. Ici point de propagande et de mensonges de nos "médiamensonges". Juste la vérité crue sans fioriture.
Orné.



Reportage choc sur la prise de Debaltsevo dans le Donbass en Ukraine

Debaltsevo après la bataille : le quotidien des civils soumis au régime arbitraire de Kiev pendant des mois, les tortures, les sévices, le pillage, les assassinats, puis la débâcle ukrainienne, les résidus d’une armée de supplétifs atlantistes en déroute… Ce reportage en dit très long sur le martyre du Donbass et sur le courage des défenseurs.

NB : Attention, des images peuvent choquer.



-Auteur : Alexandre ROGATKINE.
-Titre original : Le Noeud de Débaltsévo.
-Filmé le 19-20-21 février 2015.

-L'original est sorti le 25.02.2015
-Sous-titré en français.


--------------------------------------

Témoignage de deux volontaires français qui se battent au Donbass

RT a rencontré deux volontaires français qui ont rejoint les forces antigouvernementales de Donetsk et de Lougansk pour combattre pour la liberté des Républiques autoproclamées de l’est de l’Ukraine. Ce sont leurs histoires.





_______________________________________[/b]


Dernière édition par Akasha le Sam 11 Avr - 21:55, édité 1 fois (Raison : remplacement de la vidéo dead ;))
Revenir en haut Aller en bas
orné

avatar

Messages : 792
Points : 1288
Réputation : 38
Date d'inscription : 17/03/2015
Age : 44
Localisation : Où ça ?

MessageSujet: Re: Affrontements en Ukraine : Ce qui est caché par les médias et les partis politiques pro-européens   Mer 25 Mar - 13:20

Un post édité et commentaire de akasha

Bonsoir mes amis I love you
Je penses dorénavant que les choses sont claires. Les américains et les anglais cherchent la guerre. Il n'y a pas pire aveugle que celui qui ne veut rien voir ! aussi bien l'un que l'autres ont envoyés des armes et des instructeurs pour tenter de reconstituer un semblant d'armée en Ukraine (Les Etats-Unis déploient 3000 hommes et 750 véhicules et équipements dans les pays baltes), une armée qui fut en grande partie décimée lors que leurs asseaux répété contre les territoire de Novo_Russie...Surtout lors du dernier, le fameux chaudron de Debaltsevo où la débâcle fut totale (lire nos précédents billets). Une défaite cuisante nié par Porochenko, ainsi que par nos médias, et pourtant prouvé et démontrée, ce qui nous montre encore la partialité de celle_si. Il faut rappeler aussi que c'set le peuple qui a choisi la Russie il n'y a pas eut d’annexion forcée de la Crimée Poutine : Nous ne pouvions pas abandonner la Crimée et ses habitants à leur triste sort. D'ailleurs beaucoup d'ukrainien même issue de région contrôlé par le régime de Kiev, sont favorable à Poutine et ne donne aucune confiance à Porochenko....En conséquence, la Russie elle aussi prend des mesures. Comme de suspendre les accords du Traité FCE, sur les armées conventionnelles, un traité que les russes avait pourtant ratifié. mais qui en vue des circonstances me semble somme tout-à-fait logique et justifié !pour la suite voici un article des plus alarmant ! mais gardons la tête froide et faisons preuve de discernement



Ukraine : Les Etats-Unis veulent la guerre… sur le sol européen

On ne devrait plus se bercer d’illusions sur les intentions des dirigeants américains : ils veulent la guerre. Une guerre qui doit se dérouler sur le Vieux Continent et qui doit entraîner le plus d’Européens possible dans une confrontation militaire avec la Russie. Les Ukrainiens, sauf un grand sursaut des masses populaires, devraient se résigner à voir leur pays servir durablement de champ de bataille à ce conflit des grandes puissances dont les enjeux leur échappent, depuis qu’ils ont perdu le contrôle des manifestations « Place Maïdan », un soir de février 2014.




De l’Euro Maïdan à l’escalade militaire



En tout cas, les derniers développements aux Etats-Unis ne sont guère rassurants. Un an après les manifestations del’EuroMaïdan, odieusement dévoyées par « des atlantistes », les États-Unis ont officialisé la décision d’envoyer en Ukraine quelques 600 parachutistes appartenant à la 173èmebrigade aéroportée. L’annonce a été faite lundi dernier par le colonel Michael Foster, commandant de la brigade, et confirmée par Ben Hodges, haut commandant des forces américaines en Europe. Les premières unités combattantes de la brigade devraient se poser en Ukraine d’ici le 8 mars. Officiellement, pas pour combattre, mais pour former les troupes ukrainiennes (en débâcle dans le Donbass) au maniement des armes américaines en voie d’expédition[1].

Au sujet, justement, de l’expédition des armes américaines à Kiev, on sait qu’elle entraînerait réciproquement l’accroissement des moyens militaires des républiques autonomes de l’Est(Donetsk et Lougansk) par Moscou. Parce que, pour la Russie, il est hors de question que les forces des pays de l’OTAN se déploient jusque sur les frontières russo-ukrainiennes, et ils n’ont pas tort. Les Russes n’ont jamais digéré d’avoir été bernés par les Occidentaux en marge de la réunification allemande[2]. C’est pour essayer de contrer ce risque d’escalade militaire que la France et l’Allemagne ont décidé, début février dernier, d’entrer directement en contact avec Vladimir Poutine, sans consulter Washington. Il s’agissait de rassurer le chef du Kremlin sur le fait que Français et Allemands s’opposeront à l’envoi en Ukraine des armes américaines[3]. Le président russe s’est montré ouvert aux propositions franco-allemandes, et accepté les Accords de Minsk II[4] du 11 février 2015. Le hic avec Minsk II est qu’il y avait deux grands absents : les Britanniques et les Américains. N’étant pas liés par ces accords, ils vont continuer d’attiser le conflit.


Il faut vous entre-tuer pour l’Amérique



Dix jours seulement après la signature des Accords de Minsk, David Cameron annonçait l’envoi de soldats britanniques. Une semaine plus tard, John Sawers, l’ancien patron du MI16, (sorte de CIA britannique) affirmait que « la guerre contre la Russie ne fait que commencer »[5]. Avec l’envoi des unités de combat en Ukraine par les USA, les Britanniques sont ainsi rejoints par leurs cousins américains qui tiennent à ce que la situation continue de se dégrader et qu’elle finisse par dégénérer. Bien évidemment, les armées américaines et britanniques ne vont pas s’engager en première ligne contre l’armée russe. Ce déploiement atlantiste vise plutôt à entretenir durablement un climat de haine entre populations, un environnement de violence permanente et de désolation.


Lire la suite de l'article

Provocations aux portes de la Russie : l’OTAN envoie 120 blindés en Lettonie



La Lettonie a confirmé [url=avoir re%C3%A7u de l'OTAN]avoir reçu de l'OTAN[/url] plus de 120 unités blindées, y compris des chars de fabrication américainerica. Le ministère letton de la Défense a mentionné des chars Abrams M1A2 et des véhicules de combat Bradley M2A3.




Source : Arretsurinfo


=================================
Revenir en haut Aller en bas
orné

avatar

Messages : 792
Points : 1288
Réputation : 38
Date d'inscription : 17/03/2015
Age : 44
Localisation : Où ça ?

MessageSujet: Re: Affrontements en Ukraine : Ce qui est caché par les médias et les partis politiques pro-européens   Mer 25 Mar - 13:22

Un post édité et commenté par akasha

Bonsoir mes frères et sœurs I love you
Je vous proposes un bel ouvrage en PDF sur l'histoire de la Crimée depuis son annexion par la Russie. Un ouvrage sous forme de synthèse des faits jusqu'à maintenant. Et ce, aussi bien vu du côté russe que du régime (nazis) ukrainien...Bonne lecture study



La campagne de Crimée, une opération informationnelle exemplaire



Par Alice Lacoye Mateus




Via theatrum-belli.org

===================================
Revenir en haut Aller en bas
orné

avatar

Messages : 792
Points : 1288
Réputation : 38
Date d'inscription : 17/03/2015
Age : 44
Localisation : Où ça ?

MessageSujet: Re: Affrontements en Ukraine : Ce qui est caché par les médias et les partis politiques pro-européens   Dim 29 Mar - 4:47

Bonjour,
Il ne faut surtout pas se fier au calme relatif qui plane pour l'instant dans les médias concernant le dossier Ukraine et les démêler entre les russes et américains. Qui pour l'instant est éclipsé par le crash d'avion dans les Alpes. Car malheureusement les tensions son loin de s’apaiser. Et les différents protagonistes préparent la riposte, ou pire se prépare pour un conflit de grande ampleur. Se calme tout relatif vient surement du fait que pour l'instant chacun règle des petits soucis interne, inintéressant pour le grand publique. Porochenko, par exemple est occuper avec des oligarques qui refond parler d'eux, et qui étaient les principale artisan de la place Maiden. Les russes sont occuper à passer en revue leur puissance de feu, et à voir d'éventuels alliés. Quand aux américains ils sont occuper à rendre visites aux anciennes provinces russes et a y déployer leur troupes, ce qui n'est guère rassurant vous en conviendrez. Ce qui est incroyable (sans être surprenant), c'est de retrouver le géant agro-chimique et semencier, Monsanto dans le dossier. En effet la multinationale projette d'ouvrir une usine d'OGM en 2016 en Ukraine pour le marché européen, quand on sais que la plupart des pays comme la France ne le permet pas, c'est dire pour eux l'importance de mener se projet à bien. Écologiquement parlant ce serait catastrophique. Car l'Ukraine est le grenier du blé en Europe. Et c'est bien ça que les Etats-Unis convoitent depuis le début, mettre la mainmise sur cette énorme terre cultivable. Quand on regarde bien, Moscou est le dernier rempart à l'encontre des Etats-Unis pour qu'ils asseyent définitivement leur dominance mondiale. Sans eux par_exemple, les pays d'Amérique du sud, tel que le Venezuela ou la Bolivie ne pourraient plus tenir la pression qu'ils exercent sur eux. Et que dire des pays du moyens orient. Quand à L'UE ils sont consentant (sourire). pour être complet, voici les derniers articles factuel et sans langue de bois, bonne lecture.
Orné.


Bruits de guerre: Les USA organiseraient-ils l’internationalisation du conflit ukrainien en Europe ?

Les USA sont-ils en train de préparer l’extension du conflit ukrainien ?



Tout porte à le croire. La Russie ne s’y trompe pas qui multiplie les démonstrations de force, tant sur terre qu’en mer ou dans les airs, sans omettre de renforcer ses alliances.

Alors que le maître de Kiev, Pietro Porochenko s’active pour tenter de neutraliser l’oligarque de l’oblast de Dniepropetrovsk, l’un des principaux artisan du coup d’Etat de la place Maïdan (Voir les détails plus bas), les intrigues géostratégiques des Etats-Unis dans le pays battent leur plein. Au-delà de l’Ukraine ils visent la « République Moldave de Dniestr » (improprement appelée Transnistrie).


Alors que le régime de Kiev vient d’être battu à plate couture en Novorossiya, comme si de rien n’était Porochenko aux ordres des USA, prétend « dégeler ce conflit et aider la Moldavie souveraine et indépendante à rétablir son intégrité territoriale et à réintégrer la Transnistrie »; Porochenko a déclaré cela lors d’une conférence de presse mercredi dernier, qu’il a donnée en compagnie de son homologue de Roumanie. L’espoir secret étant, semble-t-il, pour la Roumanie de s’approprier la Moldavie frontalière, tandis que la « Transnistrie » pourrait se rattacher à l’Ukraine. La république moldave de Dniestr est située à la frontière de l’Ukraine et de la Moldavie. C’est une petite république qui a conquis son autonomie contre Chisnau (capitale de Moldavie) en 1991 au moment de l’effondrement de l’URSS. Petite république non reconnue par l’ONU elle est occupée par des troupes russes qui ont mandat international pour assurer la paix sur le territoire.

Igor Strelkov signalait il y a quelques jours que « selon des habitants de la région d’Odessa, une colonne militaire ukrainienne progressait vers sa frontière avec la République de Dniestr. » Une rumeur, donc, davantage qu’une information, mais qui est crédible en fonction des déclarations de Porochenko. Si cette rumeur s’avérait, elle pourrait forcer les Russes à intervenir. Ce qui transformerait le conflit ukrainien, qui reste pour le moment une guerre civile, en guerre internationale, avec l’implication de plusieurs pays, dont la Roumanie qui a été intégrée à l’OTAN en 2004. La Roumanie serait donc le biais par lequel l’OTAN pourrait rentrer officiellement dans cette éventuelle confrontation. A l’appui de cette thèse, non seulement les récentes préoccupations de Kiev et de Bucarest à propos de la Transnistrie, mais également l’arrivée de renforts américains ces derniers temps en Roumanie et en Ukraine. Dans le même temps l’OTAN déploie ses forces dans les Etats baltes et en Pologne, avec l’arrivée de troupes blindées et aéromobiles américaines dans les pays membres récents de l’OTAN autrefois membres du Traité de Varsovie (alliés de l’URSS)., il est désormais évident que nous assistons à des préparatifs militaires US destinés à faire dégénérer la situation en un conflit régional. Ou tout au moins à en menacer l’Europe géographique qui comprend la Russie.



Déploiement des troupes et de l’industrie polluante américaine en Europe

Concrètement en ce qui concerne l’Ukraine, l’armée américaine a fait débarquer ces derniers jours 300 G’Is dans le pays, destinés à former les paramilitaires de la garde nationale, ainsi qu’un important matériel militaire ainsi que le montre la vidéo ci-dessus. Venus de Vicenza en Italie, ces soldats US ont déjà manoeuvré en septembre dernier en Estonie, à la frontière russe. Ils sont venus s’installer au centre de formation de Yavoriv, à la frontière de ukraino-polonaise. Leur mission de formation est prévue pour durer d’avril jusqu’en octobre. Mais pour quel champ de bataille vont-ils former les Ukrainiens alors que les accords de Minsk organisent la paix dans le Donbass ? Là encore il y aurait matière à analyse, mais ceci n’est qu’un article qui ne peut pas tout développer.

Ce qui est certain c’est que Washington ne déploie pas ses troupes pour rien et que sa main-mise sur l’Ukraine organisée lors de la révolution de la place Maïdan, n’est pas un caprice passager. Des contrats faramineux sont en préparation qui permettent à la grosse industrie américaine et à ses poisons de s’installer en Europe sans même attendre le traité de libre-échange transatlantique prévu pour 2015 entre l’UE et les USA. Si ce grand marché aboutissait il instituerait une dictature sans précédent des industries américaines sur l’Europe. Notamment en ce qui concerne l’agriculture.


Une guerre internationale régionale permettrait de nouveaux plans commercio-financiers, style plan Marshall, qui au lendemain de la seconde guerre mondiale ont permis aux USA d’imposer leur modèle agricole en inondant les champs d’Europe de leurs engrais obligatoires et de leur coûteux matériel, déstructurant durablement l’agriculture traditionnelle française. Ce qui a fait de la seconde guerre mondiale une excellente affaire pour les USA, les a sortis de leur crise financière et leur a permis d’imposer leur leadership au monde. Nous n’en sommes pas encore sortis et nous y sommes même encore enfoncés jusqu’au cou. Mais cela ne leur suffit pas!

En quoi cela concerne-t-il l’Ukraine ? C’est que la société américaine Monsanto, spécialisée dans les OGM alimentaires, projette de construire une usine de semences en Ukraine en 2016; produits destinés aux pays de l’Union européenne. Alors qu’on sait qu’en France notamment, les OGM sont interdits. C’est peut-être dans ce contexte qu’on peut situer le bras de fer entre Porochenko et Kolomoïsky. En effet, le marché peut se concevoir ainsi: Porochenko donne l’agriculture ukrainienne à Monsanto, (l’Ukraine étant l’un des principaux greniers à blé du monde) et les USA lui donne toute liberté d’éliminer son grand rival Kolomoïsky!

Bras de fer entre les deux plus puissants oligarques d’Ukraine

Ceci se déroule sous fond de règlements de comptes au sommet en Ukraine. Porochenko a entamé un bras de fer avec l’autre oligarque le plus puissant de la révolution du Maïdan: Igor Kolomoïsky, contre lequel il vient de signer l’ordre de démission de son poste de gouverneur de la province de Dniepropetrovsk. Or Kolomoïsky deuxième fortune d’Ukraine, a formé des unités répressives semi-privées : les « bataillons » d’extrémistes néobandéristes et néonazis tels Azov, Aydar, Donbass, DnieprI et DneprII, « OUN » et les trois bataillons de volontaires islamistes tchétchènes, dont nous avons déjà parlé. Ces unités comptent environ 15.000 hommes, et il y a quelques jours Kolomoïsky a donné l’ordre d’en tripler les effectifs. En juillet 2014, Moscou avait demandé à Interpol de lancer un avis de recherche international à l’encontre de l’oligarque ukrainien pour meurtres, une requête qu’Interpol a rejetée… L’homme, prudent, réside en Suisse, mais il soutient financièrement les paramilitaires issus de Praviy Sektor qui forment en quelque sorte ses troupes privées. Parmi eux également le bataillon DUK , qui compterait plus de 500 hommes. Son commandant a reçu l’ordre du commandement central de quitter la ligne de front pour le 1er avril, avec mise-en-garde sévère. Yarosh, l’âme damnée du Maïdan a protesté mais Porochenko s’est empressé de lui proposer une place « importante » au ministère de la Défense, afin de calmer ses bataillons répressifs.

Même chose pour le bataillon Azov de sanglante renommée qui a reçu l’ordre de quitter la ligne de front du Donbass. Ces divers bataillons sont invités à rejoindre la garde nationale, lorsqu’ils n’y sont pas déjà, et à se placer sous le commandement opérationnel ukrainien. Il est vrai que les membres de ces milices privées ne sont pas aussi dociles vis-à-vis du pouvoir central et de Washington que ceux-ci le souhaitent. Le SBU (police politique ukrainienne sous autorité américaine) a déjà lancé une «opération à grande échelle» contre le bataillon DnieprI après l’assassinat d’un de ses officiers. De même une procédure judiciaire a été lancée contre certains membres du bataillon Aydar, lesquels auraient planifié des attentats contre des bâtiments administratifs de Kiev. Le bataillon Aydar a même été dissous.

Qu’en est-il des militants de Praviy Sektor (Secteur Droit) incorporés au SBU dont certains à des postes clefs ? Après avoir neutraliser les fonctionnaires proches de Kolomoïsky c’est l’oligarque lui-même qui est isolé, même s’il ne s’en laisse pas compter et s’il organise sa résistance, menaçant même de séparer sa province de l’Ukraine. Il a pour cela de puissants arguments économiques. «Les luttes politiques en Ukraine se doublent maintenant, comme c’était prévisible, de luttes économiques. Maïdan qui devait apporter au peuple ukrainien la démocratie et la ‘prospérité européenne’ n’aura finalement été qu’un immense jeu de chaises musicales », analyse Virgile Thomas. Mais rien n’est fini, au contraire, tout est à craindre, tout peut dégénérer et un éventuel conflit entre la Transmistrie, l’Ukraine, la Moldavie et la Roumanie, pourrait rester régional avec la Russie et les USA en arrière-plan ou bien rejoindre celui du Proche-Orient. Ou encore dégénérer en un conflit mondial qui opposerait la Russie aux USA directement.

Tout est en germe actuellement.

Source : MPI

------------------------------------

Seul Moscou peut les arrêter [Counterpunch]



« Afin de survivre et de conserver son rôle de chef de file sur la scène internationale, les Etats-Unis ont désespérément besoin de plonger l’Eurasie dans le chaos et de couper les liens économiques entre l’Europe et la région Asie-Pacifique… la Russie est le seul pays à l’intérieur de cette zone d’instabilité à avoir le potentiel d’offrir une résistance. Il s’agit du seul Etat qui est prêt à affronter les Américains. Miner la volonté politique de la Russie à organiser une résistance … est d’une importance vitale pour les Etats-Unis. »
– Nikolaï Starikov [1]


« Notre premier objectif est de prévenir la ré émergence d’un nouveau rival, que ce soit sur le territoire de l’ancienne Union Soviétique ou ailleurs, ce qui ferait peser une menace identique sur l’ordre [mondial] à celle que posait auparavant l’Union Soviétique. C’est le facteur dominant sous-jacent dans la nouvelle stratégie de défense et cela exige que nous nous efforcions d’empêcher toute puissance hostile de dominer une région, dont les ressources, sous son contrôle effectif, seraient suffisantes pour générer une puissance mondiale. »
– La Doctrine Wolfowitz, version originale du Guide de Planification de la Défense, rédigé par le Sous-Secrétaire à la Défense Paul Wolfowitz, et transmis au New York Times le 7 mars 1992

Les Etats-Unis ne veulent pas une guerre avec la Russie; ils pensent simplement qu’ils n’ont pas le choix. Si le Département d’Etat n’avait pas lancé un coup d’état en Ukraine pour renverser le président élu, Viktor Ianoukovitch, il aurait été impossible pour les États-Unis de s’insérer entre la Russie et l’UE, et ainsi, de perturber les routes commerciales vitales qui étaient en train de renforcer les nations sur les deux continents. L’intégration économique de l’Asie et de l’Europe – y compris les plans d’un train à grande vitesse depuis la Chine [La Nouvelle Route de la Soie] jusqu’en UE – pose un danger clair et immédiat pour les Etats-Unis dont la part dans le PIB mondial continue à se réduire et dont l’importance dans l’économie mondiale continue de diminuer. Ignorer ce nouveau rival (UE-Russie) reviendrait pour les Etats-Unis à jeter l’éponge et à accepter un avenir dans lequel ils devraient faire face à une graduelle mais constante érosion de leur pouvoir et de leur influence dans les affaires du monde. Personne à Washington n’est prêt à laisser cela se produire, et c’est pourquoi les Etats-Unis ont lancé leur guerre par procuration en Ukraine.

Les Etats-Unis veulent séparer les continents, « empêcher l’émergence d’un nouveau rival« , installer un péage entre l’Europe et l’Asie, et se positionner comme le garant de la sécurité régionale. À cette fin, les Etats-Unis sont en train de reconstruire un Rideau de Fer le long des centaines de kilomètres qui vont de la Mer Baltique à la Mer Noire. Des chars, des véhicules blindés et de l’artillerie sont envoyés dans la région pour renforcer une zone tampon autour de l’Europe, afin d’isoler la Russie et pour créer un terrain propice à une prochaine agression étasunienne. Des rapports sur l’équipement lourd et le déploiement d’armes apparaissent dans les médias presque quotidiennement, même si ces nouvelles sont généralement omises dans la presse US. Un résumé rapide de quelques-uns des récents titres de presse aidera les lecteurs à saisir l’ampleur du conflit qui se développe dans l’ombre:

« Les USA, la Bulgarie organiseront des exercices militaires dans les Balkans« , « L’OTAN entame des exercices en Mer Noire« , « L’armée a envoyé encore plus de troupes et de chars en Europe », « La Pologne demande une plus grande présence militaire étasunienne« , « Un convoi militaire de l’Armée étasunienne envoyé sur 1.600 kilomètres à travers l’Europe« , « Plus de 120 chars étasuniens et véhicules blindés arrivent en Lettonie », « Les USA et la Pologne organiseront des exercices sur les missiles en mars – Pentagone »

Comprenez-vous? Il y a une guerre, une guerre entre les Etats-Unis et la Russie.


A noter également comment la plupart des titres de presse soulignent l’implication étasunienne et non pas de l’OTAN. En d’autres termes, les provocations contre la Russie proviennent de Washington, et non pas de l’Europe. C’est un point important. L’UE a soutenu les Etats-Unis sur des sanctions économiques, mais elle n’est pas du tout prête à s’engager dans des préparatifs militaires le long de son périmètre. C’est l’idée de Washington, et le coût est assumé par les seuls Etats-Unis. Naturellement, déplacer des chars, des véhicules blindés et de l’artillerie au travers du monde est un projet coûteux, mais les Etats-Unis sont tout à fait disposés à en payer le prix, si cela les aide à atteindre leurs objectifs.

Et quels sont les objectifs de Washington?


Il est intéressant de noter que même les analystes politiques situés à l’extrême droite semblent d’accord sur ce point. Voyez par exemple cette citation du PDG de STRATFOR, George Friedman telle qu’il l’a résumée dans une récente présentation au Conseil des Affaires Étrangère de Chicago :

« L’intérêt primordial des Etats-Unis, pour lequel pendant des siècles nous avons fait la guerre – la Première, la Deuxième, et la Guerre froide – a été la relation entre l’Allemagne et la Russie, parce que unies, ce sont les seules forces qui peuvent nous menacer. De façon à s’assurer que cela ne se produise pas … » [2]

Bingo. L’Ukraine n’a rien à voir avec la souveraineté, la démocratie ou la (prétendue) l’agression russe. Tout cela n’est que de la propagande. C’est une question de pouvoir. Il s’agit de l’expansion impériale. Il s’agit de sphères d’influence. Il s’agit de conjurer l’irréversible déclin économique. Tout cela fait partie du monde géopolitique de la terre brûlée où on ne fait pas-de-prisonniers dans lequel nous vivons, basé sur les rapports de force, et non pas du faux Disneyworld créé par les médias occidentaux. Le Département d’Etat US et la CIA ont renversé le gouvernement élu d’Ukraine et ont ordonné à la nouvelle junte de lancer une guerre désespérée d’extermination à l’encontre de son propre peuple, à l’Est, parce qu’ils estimaient qu’ils n’avaient pas d’autre option. Si le plan ambitieux de Poutine visant à créer une zone de libre-échange entre Lisbonne à Vladivostok était allé de l’avant, où en seraient les Etats-Unis ? Dehors dans le froid, c’est là qu’ils seraient. Les Etats-Unis allaient devenir une île isolée d’importance déclinante dont les énormes déficits de la balance commerciale et le niveau stratosphérique de la dette nationale auraient pavé la voie à une brutale restructuration, à un déclin du niveau de vie, à une inflation galopante et à un essor de l’agitation sociale. Peut-on vraiment croire que Washington aurait laissé cela arriver, alors qu’il dispose d’une « rutilante » machine de guerre d’un billion de dollars?

Diable, non. En outre, Washington estime qu’il a un droit historique à régner sur le monde ; c’est bien ce à quoi il faut s’attendre quand le sentiment de puissance et d’orgueil atteignent leur phase terminale. Voyez par exemple cet extrait d’un article de l’économiste Jack Rasmus publié par CounterPunch :

« Derrière les sanctions, l’objectif des Etats-Unis est que la Russie quitte l’orbite économique européenne. L’Europe était en train de devenir trop intégrée et dépendante de la Russie. Il s’agissait non seulement du gaz et des matières premières, mais aussi des relations commerciales et des flux de capitaux qui allaient s’approfondissant sur de nombreux fronts entre la Russie et l’Europe, avant que la crise ukrainienne ne fournisse le prétexte à l’introduction de sanctions.

L’intégration économique croissante de la Russie avec l’Europe menace à long terme les intérêts économiques des capitalistes étasuniens. Stratégiquement, le coup d’Etat précipité des Etats-Unis en Ukraine peut être vu, par conséquent, comme un moyen de provoquer une intervention militaire russe, ce qui est l’événement nécessaire afin d’approfondir et d’élargir les sanctions économiques qui permettraient finalement d’en finir avec la croissance des relations économiques entre l’Europe et la Russie sur le long terme. Ce qui permettrait non seulement de garantir aux USA que leurs intérêts économiques en Europe demeurent dominants, mais également d’ouvrir de nouvelles perspectives de profit pour les intérêts étasuniens en Europe et aussi en Ukraine…

Quand les règles du jeu de la concurrence entre les capitalistes se brisent totalement, le résultat, c’est la guerre – qui est la forme ultime de la concurrence capitaliste. »
[3]

Voyez-vous? Les analystes de droite et de gauche sont d’accord. L’Ukraine n’a rien à voir avec la souveraineté, la démocratie ou l’agression russe. C’est le vieux plan du coupe-gorge géopolitique, où le dernier homme qui reste debout, l’emporte.

Les États-Unis ne peuvent pas permettre à la Russie de récolter les bénéfices de ses vastes ressources. Oh, non. Elle doit être châtiée, elle doit être brutalisée, elle doit être sanctionnée, isolée, menacée et intimidée. C’est comme ça que le système fonctionne. Le truc du marché libre, c’est juste des bobards pour le petit peuple.

La Russie va devoir faire face à des guerres chaotiques et fratricides sur ses frontières et à des « révolutions colorées » turbulentes dans sa capitale. Elle devra résister à des représailles de la part de ses partenaires commerciaux, à des attaques sur sa monnaie et à des complots pour la déposséder de ses recettes (pétrolières). Les Etats-Unis vont faire tout ce qui est en leur pouvoir pour envenimer les choses, diaboliser Poutine, pour retourner Bruxelles contre Moscou, pour saboter l’économie russe.

Diviser et régner, telle est la devise. Qu’ils se prennent tous à la gorge : les Sunnites contre les Chiites, une ethnie ukrainienne contre une autre, les Russes contre les Européens. C’est le plan de Washington, et c’est un plan qui n’échoue jamais.

Les éminences grises étasuniennes sont convaincues que la récession économique aux USA ne peut être arrêtée qu’en revendiquant l’Asie Centrale, en démembrant la Russie, en encerclant la Chine, et en détruisant tous les plans d’intégration économique entre l’UE et l’Asie. Washington est déterminé à l’emporter dans ce conflit existentiel, à affirmer son contrôle hégémonique sur les deux continents, pour conserver sa position en tant que seule superpuissance dans ce monde.

Seule la Russie peut en empêcher les États-Unis et nous pensons qu’elle le fera.

Source : Counterpunch
Traduction/ Arrêt sur Info

_________________________________
Revenir en haut Aller en bas
orné

avatar

Messages : 792
Points : 1288
Réputation : 38
Date d'inscription : 17/03/2015
Age : 44
Localisation : Où ça ?

MessageSujet: Re: Affrontements en Ukraine : Ce qui est caché par les médias et les partis politiques pro-européens   Sam 4 Avr - 1:18

UKRAINE : Guerre civile, déstabilisation... Jusqu'où ira Washington ?

Entretien de François ASSELINEAU enregistré le 5 juin 2014.
Depuis qu’ils ont orchestré un coup d’État en Ukraine contre le régime légal de Viktor Ianoukovytch, en violation du droit international, les États-Unis et leurs vassaux européens n’ont cessé de provoquer volontairement des tensions avec la Russie.




___________________________________________


Dernière édition par Akasha le Sam 11 Avr - 21:58, édité 1 fois (Raison : remplacement de la vidéo dead ;))
Revenir en haut Aller en bas
Akasha

avatar

Messages : 1534
Points : 2728
Réputation : 50
Date d'inscription : 17/03/2015
Age : 40
Localisation : par là tout droit

MessageSujet: Re: Affrontements en Ukraine : Ce qui est caché par les médias et les partis politiques pro-européens   Sam 11 Avr - 21:52

Facebook livre des données aux services secrets ukrainiens. Plus de 2000 personnes déjà disparues !



Le site nachgerichtet.is informe que plus de 2000 personnes ont été mises en prison pour avoir une opinion différente de celle du gouvernement ukrainien. Ces personnes subissent des tortures. Facebook intervient pour aider les autorités ukrainiennes !

Disparitions d’habitants. Plusieurs milliers de personnes ont simplement disparu. Personne ne les a revues. Ces personnes étaient sous surveillance.


Lors d’un déplacement, comme par exemple, dans une autre ville, elles ont simplement disparu et elles ne sont jamais retournées à leur domicile. Le SBU, les services secrets ukrainiens, peut arrêté qui il veut. Il suffit d’un reproche du genre, « arrestation pour avoir « liké » une page internet soutenant la Nouvelle Russie ou le Donbass sur Facebook ou simplement pour avoir en sa possession un journal de la Nouvelle Russie. « Une personne qui critique le gouvernement est un terroriste. Un voleur armé et meurtrier n’est qu’un pécheur. Les bataillons qui massacrent et violent sont des héros de la patrie », dit Vladimir Rogo à Rossijskaya Gazeta. Des similitudes entre l’Ukraine d’aujourd’hui et l’Allemagne nazie, entre le SBU et la Gestapo sont de plus en plus claires.

Un seul Like peut vous tuer ! Le tribunal de Charkiw a condamné un retraité à 3 ans de prison pour avoir eu en sa possession un tract intitulé « la Russie de l’Est ». Le retraité a été dénoncé en ligne sur le site du SBU par un voisin. La délation est activement soutenue et récompensée en Ukraine. Il existe même des articles ou des émissions avec les titres évocateurs comme « comment je peux reconnaître un séparatiste ? » ; « quand dois-je contacter la hotline ? ». Simplement pour un seul « Like » sur Facebook on peut se retrouver en prison et disparaître ! Facebook a officiellement déclaré sa volonté d’aider l’administration ukrainienne pour dénoncer les gens !

Sources: Olivier Renault pour Novorussia Vision / Rossiyskaya Gazeta

================================
Revenir en haut Aller en bas
Akasha

avatar

Messages : 1534
Points : 2728
Réputation : 50
Date d'inscription : 17/03/2015
Age : 40
Localisation : par là tout droit

MessageSujet: Re: Affrontements en Ukraine : Ce qui est caché par les médias et les partis politiques pro-européens   Dim 19 Avr - 6:36

Bonjour les amis  I love you
Avec toute cette propagande et mensonge, on doit constamment remettre la vérité en place ! Avec le BHL plus qu'avec n'importe qui d'autres, tellement se mec ment et manipule...Comment un type qui se proclame juif, peut reprendre et protéger des nazis ? C'est un non sens, qu'est-ce que cela cache ?
Akasha.


UKRAINE : lettre ouverte à Bernard-Henri Lévy



Après un déplacement à Kiev, Bernard-Henri Lévy multiplie les interventions médiatiques sur la violente crise qui secoue l’Ukraine.




on ami de trente ans, te voilà reparti en croisade, cheveux en bataille et verbe haut, pour défendre les gentils manifestants ukrainiens qui se battent contre le méchant président Ianoukovitch, soutenu par l’affreux Poutine.  Bureaux du parti pro-nazi Svoboda en Ukraine Tu dénonces les crimes de la « soldatesque » de Kiev, raille le manque de détermination des Européens, réclame des sanctions, le boycott temporaire des JO de Sotchi, bref, tu sors ton plus beau costume d’amoureux de la Révolution qui sert partout où tu passes quelques jours, dans quelque contexte politique et géopolitique qu’elle se déroule. Je ne veux pas croire, cher Bernard-Henri, qu’à force de te shooter à l’adrénaline révolutionnaire, tu aies perdu toute distance critique. Je ne suis pas non plus de ceux qui te soupçonnent de faire de ces événements tragiques ton fonds de commerce. Et du coup, je t’avoue que je ne comprends pas du tout cette emphase aveugle qui t’a déjà valu, dans le passé, de terribles déconvenues. Tu as joué un rôle prépondérant, chacun le sait, dans l’engagement de l’armée française en Libye et la chute de Kadhafi.  Aujourd’hui, règnent le désordre et la violence dans ce pays pourtant bien doté par la nature, la charia y est devenue la référence, et toi-même, qui t’es tant investi au côté de l’opposition au vilain colonel, tu n’es plus désiré à Tripoli.

Mais revenons à la crise ukrainienne, aux assauts contre le Maïdan dont on a compris qu’il est entré dans ton panthéon sémantique personnel. Parmi les hommes qui sont tombés sur cette vaste Place de l’Indépendance, il y a des manifestants mais aussi des policiers. Au moment où j’écris ces lignes, tu dois savoir que certains ont été capturés par des manifestants. Des membres des unités anti-émeutes qui ne sont pas des anges, loin s’en faut, lancent des grenades assourdissantes et tirent sur les émeutiers à coups de flash-balls mais les manifestants chargent avec les mêmes boucliers qu’eux, essayent de leur fracasser le crâne avec d’énormes pavés, dressent des murs de flammes pour tenir leurs positions. Certaines sources font états de snipers qui tirent sur les flics à balles réelles.


Lorsque l’Ukraine a choisi de ne pas signer d’accord avec l’Europe pour ne pas froisser Moscou, les premiers rassemblements sur le Maïdan semblaient plutôt pacifiques. Les gens demandaient plus de liberté et moins de corruption. Mais actuellement, de la même manière que les printemps arabes ont été instrumentalisés par les islamistes, ce mouvement a été infiltré par les activistes du parti pro-nazi Svoboda, qui brandissent fièrement leurs drapeaux et leur idéologie ultra nationaliste.



Tu ne peux pas dénoncer avec autant de flamme l’inquiétante poussée de l’extrême droite en Europe et faire comme si Svoboda n’existait pas. Idem pour les JO.


Tu appelles Jean-Claude Killy et toute la délégation française à quitter Sotchi. Mais défendre un boycott anti-russe quand, dans le même temps, tu critiques avec raison les activités du Bureau du boycott des produits israéliens, le farouchement anti sioniste BDS, ne procède d’aucune logique politique.

Cher Bernard-Henri, le régime ukrainien mérite d’être stigmatisé, incité à lâcher du lest, sortir de l’autoritarisme d’inspiration soviétique. La corruption de tous les gouvernements qui se sont succédé à Kiev depuis la Révolution orange doit cesser. Mais une élection présidentielle est prévue en janvier 2015. Elle pourrait être avancée. Le rôle des Européens, des Etats-Unis, d’intellectuels comme toi est de tout faire pour qu’elle se déroule dans les meilleures conditions possibles. Si le peuple ukrainien décide alors de chasser Ianoukovitch du pouvoir, il le fera de manière démocratique. Et si la majorité de la population, russophone et pour partie russophile, décide finalement de le garder, il faudra faire avec.

© Yves Derai – Atlantico

Lire aussi : Ukraine : les liens antisémites et antisionistes de Yulia Timochenko


=======================================


Dernière édition par Akasha le Lun 20 Avr - 21:24, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Akasha

avatar

Messages : 1534
Points : 2728
Réputation : 50
Date d'inscription : 17/03/2015
Age : 40
Localisation : par là tout droit

MessageSujet: Re: Affrontements en Ukraine : Ce qui est caché par les médias et les partis politiques pro-européens   Lun 20 Avr - 21:12

Ces journalistes et opposants assassinés qu'on ignore ou salit

Bien peu motivée pour dénoncer les crimes politiques massifs et les suicides suspects qui ne se comptent plus lorsqu'il s'agit de l'Ukraine, notre presse est enfin sortie de son silence... mais pour salir les victimes, ou dans le meilleur des cas banaliser leurs assassinats.

Histoire d'une purge impitoyable révélatrice d'un régime si bien vu des atlantistes et des bobos béhachélistes...
Avec les moyens d'aujourd'hui (vous y découvrirez le rôle du site internet officiel https://psb4ukr.org/ en Ukraine).

Vous découvrirez aussi pour quoi militait Oles Bousina, victime décrite avec tant de mépris sur RFI et d'autres.
L'extrait de la conférence d'Oles Bousina à Paris a été prélevé de la vidéo suivante publiée par "Les Journées du Livre Russe" lors de la rencontre:
"La langue russe en Ukraine et en Biélorussie": http://www.youtube.com/watch?v=MlefCY... .

En complément de cette vidéo, visionnez la réaction du journaliste ukrainien en exil Anatoli Shariy: https://www.youtube.com/watch?v=xruzv... (sous titrée par Thalie Thalie).



-------------------------------------------------------------

Ukraine. A. Shariy sur l'assassinat de Oless Bouzina, journaliste et écrivain de Kiev

Ukraine. Anatoly Shariy sur l'assassinat de Oless Bouzina, journaliste et écrivain de Kiev. Vidéo originale: https://www.youtube.com/watch?v=ZOTiN...
Le 14 avril 2015 le profil de Oless Bouzina, historien, écrivain et journaliste de Kiev a été rajouté sur https://psb4ukr.org/ le site sur lequel le gouvernement ukrainien encourage la population à dénoncer les personnes suspectées de séparatisme. Hier, le 16 avril 2015 Oless Bouzina a été abattu par 4 balles près de son domicile à Kiev.
Oless Bouzina, 45 ans, avait été rédacteur en chef du plus gros journal ukrainien, "Segodnya" ["aujourd'hui"], avant de démissionner, peu avant sa mort, pour cause de désaccord avec la censure imposée par la direction du holding média Media Gruppa Ukraïna.
Le meurtre du journaliste ukrainien d'opposition Oless Bouzina s'inscrit dans la campagne de "purges politiques" en Ukraine
Il s'agit du deuxième meurtre par balles d'une personnalité d'opposition perpétré dans la capitale ukrainienne en 24 heures. Plus tôt dans la journée, le ministère ukrainien de l'Intérieur a déclaré que l'ex-président de la Rada suprême (parlement) Oleg Kalachnikov, considéré comme proche de l'ex-président Ianoukovitch, avait été tué par balles à son domicile. Plusieurs autres personnes ont été sauvagement assassinées ou "suicidées" auparavant.
Le 29 janvier 2015, Alexeï Kolesnik, ancien président du gouvernement local de la région de Kharkov pour le Parti des régions, se suicide par pendaison.
Le 24 février 2015, c'est Stanislav Melnik, membre du Parti des régions, qui choisit de se suicider par arme à feu.
Le lendemain, soit le 25 février 2015, le maire de Melitopol, Sergueï Valter, se pend quelques heures avant son procès, et le lendemain c'est le directeur adjoint de la police de cette petite ville de l'oblast de Zaporojie, Alexandre Bordiouga, qui est retrouvé mort dans son garage.
Le 26 février 2015 c'est l'ancien maire de Zaporojié Alexandre Peklouchenko, qui est retrouvé tué par balles.
Le 28 février 2015, Mikhaïl Tchetchetov, ancien député et membre du Parti des régions, se suicide en sautant par la fenêtre de son appartement situé au 17e étage à Kiev
le 14 mars 2015 Sergueï Mellick, procureur proche du Parti des régions, met lui aussi fin à ses jours en sautant par la fenêtre de son appartement situé au 9e étage à
15 avril 2015 Oleg Kalachnikov,l'ex-président de la Rada suprême (parlement), considéré comme proche de l'ex-président Ianoukovitch, est tué par balles à son domicile.
Ces journalistes et opposants assassinés qu'on ignore ou salit: https://www.youtube.com/watch?v=u897r...
Nos journalistes français ne souhaitent-ils pas enquêter sur ces biens étranges décès?



==============================================
Revenir en haut Aller en bas
orné

avatar

Messages : 792
Points : 1288
Réputation : 38
Date d'inscription : 17/03/2015
Age : 44
Localisation : Où ça ?

MessageSujet: Re: Affrontements en Ukraine : Ce qui est caché par les médias et les partis politiques pro-européens   Mer 22 Avr - 14:25

L’Ukraine est devenu un état terroriste et criminel [Sputnik]



L’Ukraine, ou plutôt sa version putschiste, avance vraisemblablement « à grands pas » dans la famille « européenne ». Un Etat, ou ce qu’il en reste, qui tourne désormais ouvertement vers la criminalité à tous les niveaux, ainsi que vers le terrorisme pur et simple.

L’Occident politique et médiatique, lui, ne fait que couvrir ces meurtres et atteintes à la liberté en ayant même le culot d’affirmer que l’Ukraine avance sérieusement sur « la voie européenne ».Il est quand même incroyable de voir une fois encore l’hypocrisie des élites occidentales. Une hypocrisie que l’on avait abordée tellement de fois. Mais à un moment, cela dépasse toutes les limites possibles. Après la tragédie de l’avion de la Malaysia Airlines, des accusations hystériques et sans fondements s’en ont suivi de la part des médias et gouvernements occidentaux, visant tantôt les résistants de Novorossia, tantôt directement la Russie et Poutine. Aujourd’hui ces mêmes « bien-pensants » sont devenus bien « calmes ». On est même arrivé à la situation où l’on voit à l’heure actuelle qu’il n’y a que la Russie et ses alliés qui soient véritablement intéressés à faire lumière sur cette tragédie.

Puis on a eu le meurtre à Moscou de l’activiste libéral, figure assez emblématique des années chaotiques russes 1990, Boris Nemtsov. Là-encore, l’hystérie occidentale n’a pas manqué, que ce soit au niveau des médias du mainstream ou des gouvernements. Un assassinat qui avait tout d’une provocation. Néanmoins le gouvernement russe avait promis de faire toute la lumière sur ce meurtre. Parallèlement, ces mêmes élites occidentales jouaient aux aveugles sur les disparitions, parfois quotidiennes, qui se déroulaient en Ukraine. D’autant plus que les victimes étaient presque toujours d’anciens cadres du président Ianoukovitch, bien trop souvent retrouvés « suicidés », selon la thèse officielle kiévienne.



Ukraine: un opposant proche de l’ex-président abattu à son domicile

Aujourd’hui, on y atteint véritablement le summum. Deux grands meurtres politiques en moins d’une journée. Le premier a ôté la vie à Oleg Kalachnikov, ancien président de la Rada (parlement ukrainien) et farouche opposant au putsch du Maïdan. Il a été retrouvé abattu à l’intérieur de l’immeuble où se trouvait son domicile, à Kiev. D’après les sources proches de la victime, Oleg Kalachnikov aurait dernièrement reçu plusieurs menaces émanant de groupes néonazis et ultra-nationalistes. Voici d’ailleurs ce qu’il a écrit à ses amis dans une lettre avant son assassinat: « Le génocide éhonté des dissidents, les menaces d’élimination physique et les insultes incessantes pour avoir appelé à fêter les 70 ans de la Victoire lors de la Grande guerre patriotique (que les nouvelles « autorités » kiéviennes tentent de faire oublier) sont devenues la norme dans l’Ukraine actuelle occupée par les nazis ».Mais ce ne fut pas assez. On vient d’apprendre également l’assassinat d’Oles Bouzina, célèbre écrivain et journaliste ukrainien. Abattu dans la cour de son immeuble, toujours dans la capitale ukrainienne Kiev. Il était lui aussi bien connu pour être un opposant au putsch armé du Maïdan. Il restait néanmoins assez optimiste quant à l’avenir de l’Ukraine. Un avenir qu’il voyait avec la Russie. Des positions qu’il exprimait souvent lors de débats télévisés russes. Ces mêmes positions qui lui ont valu de perdre son poste de rédacteur en chef du journal « Segodnya » pour lequel il travaillait à Kiev. Ce ne fut pas assez pour les extrémistes néo-fascistes pro-occidentaux. Il leur a fallu l’atteindre lui aussi.



Le journaliste ukrainien Oles Bouzina assassiné à Kiev

L’Ukraine tourne véritablement dans le terrorisme. Un terrorisme d’Etat dont on a déjà vu les résultats dans le Donbass et les massacres de la population civile. Comme dans d’autres territoires de Novorossia, notamment durant la tragédie d'Odessa avec des dizaines de personnes brûlées vives par des néonazis déclarés. On l’a vu avec le vol MH-17 de la Malaysia Airlines avec comme résultat près de 300 morts innocents, de différentes nationalités. Maintenant les putschistes kiéviens poursuivent leur « action » en assassinant tous ceux qui n’adhèrent pas à leur logique, le tout avec le soutien officiel et déclaré de Washington et de Bruxelles. On est également en droit de se demander où sont maintenant les cris des principaux médias occidentaux? Des « médias » surnommés désormais à juste titre comme des « médias-mensonges ». Mais il faut savoir que la vérité finit toujours par triompher. Et lorsque cela arrivera, les élites occidentales et leurs marionnettes fascisantes vont devoir répondre de leurs crimes. L’impunité n’est pas éternelle.Quant aux victimes et aux martyrs, que leurs âmes reposent en paix et que la terre leur soit légère. Condoléances aux familles et à tous les proches.

Source : Sputniknews

____________________________________________________
Revenir en haut Aller en bas
orné

avatar

Messages : 792
Points : 1288
Réputation : 38
Date d'inscription : 17/03/2015
Age : 44
Localisation : Où ça ?

MessageSujet: Re: Affrontements en Ukraine : Ce qui est caché par les médias et les partis politiques pro-européens   Lun 18 Mai - 1:51

La véritable raison du conflit ukrainien: les États-Unis veulent empêcher un pôle continental de s'établir, empêcher l'établissement d'une Europe puissante, maintenir le conflit et entretenir l'ennemi pour asseoir leur domination



____________________________________________________


Russie - Navalny Khodorkovsky des activistes "anticorruption" persécutés ?

Présentés chez nous comme des militants intègres, dévoués à la bonne cause et persécutés par un tyran, ces mi-oligarques mi-justiciers autoproclamés pro-UE sont-ils réellement ce qu'ils prétendent être?




Après un bref rappel de leur passé judiciaire, nous vous montrerons ces chevaliers blancs s'exprimant eux-mêmes comme ils n'auraient jamais le droit de le faire en France, en tant que leaders de partis lors de meetings et dans les médias. Le mépris d'une majorité ne partageant pas leurs idées, la culture de la révolution sanglante, l'insulte ad-hominem, la menace physique des concurrents, et pour finir l'ultranationalisme primaire clairement affiché montreront que les seuls points communs qu'on peut trouver avec les discours européistes (non sincères, bien entendu) sont le néolibéralisme et la lutte contre le rôle du gouvernement national dans les véritables décisions, ainsi que contre sa nature même.


Aucun rapprochement idéologique d'ordre sociétal, humaniste ou moral n'est donc la cause de cette sympathie que semble éprouver notre régime (puisque c'est ainsi qu'on nomme les gouvernements tiers) envers ces "opposants" plus systématiques que proposant un réel programme. Ils sont en opposition totale avec tout ce que les européistes font valoir comme "valeurs européennes", quoi qu'on en pense. Cette hypocrisie montre qu'il s'agit donc bien de nuire à la Russie elle-même par tous les moyens. Economiquement et physiquement. Il s'agit bel et bien d'une guerre hypocrite non déclarée par l'UE depuis plusieurs années, et qui s'est intensifiée depuis "l'opération pro-UE" en Ukraine de janvier 2014.

Dans la série des manifestations et de l'opposition en Russie et de ce qu'on ne vous en dit pas, il est aussi possible de visionner:
http://www.youtube.com/watch?v=VJzW-6... .
http://www.youtube.com/watch?v=uYsBWe... .
http://www.les-crises.fr/les-journali...
http://www.les-crises.fr/un-exemple-o...
Revenir en haut Aller en bas
orné

avatar

Messages : 792
Points : 1288
Réputation : 38
Date d'inscription : 17/03/2015
Age : 44
Localisation : Où ça ?

MessageSujet: Re: Affrontements en Ukraine : Ce qui est caché par les médias et les partis politiques pro-européens   Sam 6 Juin - 1:40

Bonjour,
Il semblerait que ça y est le gouvernement illégitime ukrainien ont décidé de reprendre les hostilités. Et ce, au mépris totale des accords internationaux qui ont été décidé et ratifié sous l'égide des accords de Minsk (Minsk 2.0). De plus pouvons nous parler d'une réelle contre-offensive ? J'en doute très fort, en ont-ils seulement encore les moyens, quand ont voit l'état de délabrement de ce qu'il lui reste d'armée, on est en droit d'en douter. ça dernière campagne militaire avait été un fiasco sans précédent. C'est parce que nos médias de masse, avait pas tellement insisté sur ce point, mais quand on se donne la peine de se pencher plus en profondeur sur se dossier, on sait à quel point ils ont morflé. Je pense qu'ici, le seule but est la provocation, et tuer lâchement des civiles, ils ne savent faire que ça, et d'accuser la Russie de leur porter une aide. Il est vraiment temps de les mettre hors d'état de nuire.
Orné.


OSCE : la ville de Donetsk secouée par 249 explosions en 9 heures

Bien évidement, officiellement, pour les américains, c’est Poutine qui est totalement responsable, officiellement…

Les observateurs de l’OSCE ont enregistré une forte hausse du nombre de violations du cessez-le-feu à Donetsk en Ukraine et rendu compte des combats les plus féroces depuis sa conclusion. Le Conseil de Sécurité de l’ONU débattra la crise le 5 juin.



Le rapport publié par l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) indique que les observateurs de la mission en Ukraine ont documenté 249 explosions en 9 heures à Donetsk et dans ses environs. Selon le texte, les deux parties au conflit ont utilisé «de l’artillerie, des systèmes de mortier et des lance-roquettes multiples» dans la région de l’aéroport de Donetsk. Le rapport indique également des tirs intensifs d’artillerie sur la ville de Donetsk elle-même. «Depuis l’hôtel Park Inn Hotel, la Mission spéciale d’observation a entendu au moins 17 salves de lance-roquettes multiples et environ 100 tirs d’artillerie sur la ville», lit-on dans le rapport.



Les représentants de l’OSCE ont déclaré qu’ils avaient essayé de pénétrer dans six zones d’entreposage des armes lourdes de l’armée ukrainienne, comme les y autorisent les accords de Minsk II, mais se sont vus refuser l’accès à trois de ces zones. Dans deux zones sur les trois inspectées, les observateurs ont enregistré l’absence de systèmes de lance-roquettes multiples Grad.


En attendant, Ivica Dacic, président en exercice de l'OSCE et ministre des Affaires étrangères de Serbie, a appelé les parties au conflit à s’abstenir du recours à la force, respecter les accords de Minsk et se rasseoir à la table des négociations.

L’Ukraine a initié la séance du Conseil de sécurité de l’ONU le 5 juin. Kiev espère que le Conseil de sécurité discutera de la situation dans la cité de Marinka où des combats intenses ont eu lieu, comme a twitté l’ambassadeur ukrainien auprès de l’ONU Youri Sergeev.

La situation à Donetsk ne s’est pas calmée pendant la nuit de vendredi. Selon le service de presse de l’administration de la ville, des tirs d’artillerie ont été entendus régulièrement dans différents quartiers de la ville, la canonnade n’a pas cessé. La caserne de pompiers de Donetsk, dont le personnel s’est habitué à travailler dans des conditions de guerre, a été prise pour cible, d’après le correspondant de RT qui est en ce moment à Donetsk. Les pompiers continuent à travailler sous les tirs d’artillerie.



Des parties de Donetsk sont en ruines après des jours de combats intenses les 3-4 juin qui ont éclaté à travers la région. Le rapport publié par l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) indique que les observateurs de la mission en Ukraine ont documenté 249 explosions en 9 heures à Donetsk et dans ses environs.

En savoir plus : Les combats reprennent de plus belle à Donetsk, on rapporte 19 victimes et de vastes dégâts

Mais pour les Etats-Unis, ce sont les insurgés de la République autoproclamée de Donetsk qui violent le cessez-le-feu en Ukraine. C’est ce qu’affirme la porte-parole du Département d’Etat Marie Harf en conférence de presse. Le Département d’Etat ne cache pas que ces déclarations ne se basent pas seulement sur les rapports de l’OSCE, mais aussi sur sa propre analyse. Marie Harf a montré une carte qui indique en rouge les lieux où les observateurs de l’OSCE seraient interdits d’accès par les insurgés du Donbass. Au demeurant, la représentante du Département d’Etat admet que les autorités américaines ont reçu cette carte du gouvernement britannique.



http://francais.rt.com/international/2945-osce--donetsk-secouee-explosions
Revenir en haut Aller en bas
Akasha

avatar

Messages : 1534
Points : 2728
Réputation : 50
Date d'inscription : 17/03/2015
Age : 40
Localisation : par là tout droit

MessageSujet: Re: Affrontements en Ukraine : Ce qui est caché par les médias et les partis politiques pro-européens   Dim 7 Juin - 19:07

Une guerre de plus pour Porochenko (Ukraine, Moldavie contre Transnistrie)

Dans le cadre de sa récente visite en Italie, Vladimir Poutine à réalisé une interview pour le journal Il Corriere della Sera (en anglais ici, je crois que personne ne l’a encore traduite en Français). Dans cette interview le président Russe dit notamment ceci   «Je crois que seul un fou, et seulement dans un rêve, peut imaginer que la Russie attaque soudainement l’OTAN. Il me semble que certains pays tirent simplement profit des craintes des gens par rapport à la Russie. Ils veulent juste jouer le rôle de pays aux avant-postes qui devraient recevoir certains équipements militaires supplémentaires, des aides économiques, financières autres».

Ces quelques mots de bon sens pour introduire la dernière vidéo de Vincent Parlier (encore merci à lui pour son travail), qui nous montre et nous explique qu’hélas il y a encore quelques « fous » en circulation, qui sont prêt à ouvrir une nouvelle ligne de confrontation avec la Russie en Transnitrie, et ce avec la participation active de l’OTAN.

une provocation de cet ordre pourrait mettre le feu aux poudres…




Ukraine : Drôle de guerre à Marioupol

Depuis le début de la guerre dans l’est de l’Ukraine, Marioupol a déjà repoussé trois offensives des séparatistes pro-russes. Avec les accords de Minsk conclus en février dernier et l’entrée en vigueur du cessez-le-feu, la ligne de front s’est figée à une dizaine de kilomètres de la ville. Pour autant, ce n’est pas non plus la paix à Marioupol. Chaque nuit, des combats ont lieu à la périphérie de la ville. Un entre-deux. Une drôle de guerre.

[/b]


Marioupol est un verrou ukrainien entre la Russie, les républiques séparatistes et la Crimée, annexée par la Russie. Une cité portuaire et industrielle stratégique, au bord de la mer d’Azov. Le combinat Mettinvest emploie 35.000 ouvriers et les hauts-fourneaux n’ont jamais cessé leur activité, malgré la proximité de la ligne de front, à une dizaine de kilomètres.


À Marioupol, un réseau de volontaires s’est formé pour soutenir les troupes sur le front et les civils dans la ville. Sur la jetée du port de Marioupol, les hommes pèchent au son du canon, imperturbables.



Les combats se déroulent en bord de mer, dans l’ancienne station balnéaire de Shirokine. À tout moment, Marioupol s’attend à un nouvel assaut. Une dizaine de ligne de défense successives ont été dressées, des dizaines de kilomètres de tranchés creusées.
Revenir en haut Aller en bas
Akasha

avatar

Messages : 1534
Points : 2728
Réputation : 50
Date d'inscription : 17/03/2015
Age : 40
Localisation : par là tout droit

MessageSujet: Re: Affrontements en Ukraine : Ce qui est caché par les médias et les partis politiques pro-européens   Lun 8 Juin - 20:41

Bonsoir les amis
Le vent commence à tourner pour Porochenko et les américains colonisateurs...Le peuple commence à comprendre, je me demande comment nos cher médias complicex vont expliquer ça, vu que eux aussi sont vendu aux américains...Sans doute se sera la faute des russes ? qui aurait par exemple envoyé des agents provocateurs, pourquoi pas vu que cet eux (les américains, coutumier ce cette technique)
Akasha.


L’Ukraine aux ukrainiens (vidéo)

Cela n’est plus à prouver, l’Ukraine n’est plus entre les mains des ukrainiens, mais des États-Unis avec quelques complices-traitres du pays pour maintenir un semblant d’illusion, mais les preuves sont-là, le pays est aux mains de la finance américaine. Seulement, la population en a marre, et elle le fait savoir, défilant avec des pancartes ne laissant que peu de doute sur leur opinion du gouvernement en place…





https://histoireetsociete.wordpress.com/2015/06/08/kiev-des-milliers-de-manifestants-non-encagoules-protestent/
Revenir en haut Aller en bas
orné

avatar

Messages : 792
Points : 1288
Réputation : 38
Date d'inscription : 17/03/2015
Age : 44
Localisation : Où ça ?

MessageSujet: Re: Affrontements en Ukraine : Ce qui est caché par les médias et les partis politiques pro-européens   Dim 9 Aoû - 4:44

Critique argumentée de certaines relectures politiques de l’histoire, tant russes qu’ukrainiennes, par Marie Pascal

Marie PASCAL – Juillet 2015

Selon l’historiographie russe classique, dès le X s. le premier État russe , ou Rus’ de Kiev (en russe “Kievskaja Rus’”, qu’autrefois on traduisait “Russie Kiévienne”) était unifié et organisé autour de sa capitale Kiev et d’un unique Prince : Oleg, suivi d’Igor puis de Vladimir qui y introduisit le christianisme en 988. A partir du XI s. commença une période dite du “morcellement féodal” (“period feodalnoj rasdroblennosti”) de la Rus’ en différentes principautés, les “princes russes” s’unissant ou s’opposant les uns aux autres suivant leurs choix politiques. La date officielle de la fin de la Rus’ unifiée est celle de la mort du prince Mstislav le Grand en 1132.

En 1154, le prince André Bogolioubski, succédant à son père sur le trône de Kiev, décida de déplacer la capitale de la Rus’ à Vladimir-sur-Kliazma, ville située au cœur du “Zaliessyé” (du mot forêt : “l’es” qui se prononce à peu près comme le mot français “liesse”), zone de forêts traversée de rivières navigables: la Kliazma et la Moskva, affluents de l’Oka, qui elle se jette dans la Volga.

Au XIV s. ses descendants reprirent le flambeau en repoussant les Mongols et en unifiant les principautés russes autour d’une nouvelle capitale, Moscou, qui avait pris la prééminence sur Vladimir dans cette région du Zaliessyé.


Dans cette version, l’histoire de la Russie, de la Biélorussie et de l’Ukraine ne font qu’une durant tout le moyen-âge. Cette région du sud-ouest de la Rus’ n’a ni nom à elle, ni contours définis avant l’apparition du nom “Ukraine” au XVII s. De plus l’accent porte sur le déplacement de la capitale et du centre de gravité de l’État russe depuis Kiev jusqu’à Vladimir et Moscou, ne laissant à Kiev que le rôle de ville déclassée, et à la future Ukraine celui de région excentrée.



On comprend que cette histoire-là ne plaise guère aux Ukrainiens. En particulier depuis que les dirigeants de l’Ukraine ont décidé de rompre les liens entre leur pays et la Fédération de Russie, les Ukrainiens aimeraient trouver dans l’histoire la trace d’un État qui serait l’ancêtre de l’Ukraine mais pas celui de la Russie. C’est ainsi qu’on entend actuellement en Ukraine une version de l’histoire de la Rus’ où la principauté de Kiev, au Moyen-âge, était indépendante des autres principautés de la Russie ancienne, de sorte qu’on peut dire que l’Ukraine, État héritier de la Rus’ de Kiev, et la Russie issue des autres principautés, ont des histoires parallèles mais qui ne se confondent pas. On retrouve la source de cette idée dans de nombreuses historiographies, à l’instar de l’encyclopédie Larousse (en ligne) qui affirme que « au milieu de XII s, cet État (de la Russie Kiévienne) s’(est) désintégré en principautés indépendantes ».

Dans cette version évidemment développée en Ukraine, le nom ” Rus’ ” sert à nommer la principauté de Kiev, au moins à partir du XII s., les territoires de l’ouest et nord-ouest de la Russie actuelle n’en faisant donc pas partie. Par exemple, dans l’article de Wikipédia en ukrainien “Українці” (“Ukrainiens” ), nous pouvons lire : ” (Le nom Rus’) est utilisé comme nom du peuple Ukrainien du XIII s. au début du XX s. ; du XVIII au XX s. on emploie parallèlement le terme ” Ukrainiens”. Nous avons aussi pu entendre l’écrivain ukrainien Andreï Kourkov, lors d’une visite en France en 2014, dire que au Moyen-Âge il existait “plusieurs Rus’ : la Rus’ de Kiev, la Rus’ de Vladimir, la Rus’ de Novgorod”, présentant ainsi ces principautés comme des États différents existant en parallèle.

Quelques soient les mots et les procédés employés, ou les dates choisies, on constate une volonté de prouver l’existence de l’Ukraine comme Nation différente de la Russie dès le Moyen-Âge.

On voit bien les lectures politiques qui sous-tendent ces 2 visions opposées. D’un côté, l’accent est mis sur l’origine commune des slaves orientaux (actuels Russes, Biélorusses et Ukrainiens), peuples frères, appelés à vivre ensemble et coopérer. Il est clair que les Russes insistent lourdement sur cette « unité » des peuples slaves en général, et slaves orientaux en particulier.

De l’autre on insiste sur les différences entre deux peuples (Russes et Ukrainiens), deux nations proches mais distinctes dès les origines. Et de part et d’autre on s’appuie sur cette lecture historique pour légitimer les relations politiques actuelles. Il y a donc des deux côtés une instrumentalisation de l’histoire, qui en elle-même est dangereuse.

***

Mais face à des visions aussi différentes, voire contradictoires, nous devons aussi nous poser la question d’éventuelles“réécritures” de l’histoire. Est-ce que les sources historiques fiables infirment ou confirment les affirmations des uns et des autres? Comment savoir qui réécrit quoi, et à partir de quoi?

C’est ce que nous allons essayer ici de présenter et résumer, à partir de faits que les historiens spécialistes de cette période, français entre autres, ont pu dégager en étudiant de près les sources, sans parti pris. Nous nous sommes centrés sur la question de la Principauté de Kiev comme entité politique autonome. Dans la Rus’ de Kiev, les sources affirment-elles l’existence d’une seule entité politique, ou de plusieurs entités distinctes politiquement?

Pour cela, nous nous sommes posé plusieurs questions:


-A quoi correspond exactement l’ethnonyme Rus’ ?
-Quelles fonctions recouvre à l’époque le titre de “prince” (Knjaz’), et le Prince de Kiev a-t-il un rôle particulier par rapport aux autres princes?
-La Rus’ a-t-elle été véritablement un État unifié autour de Kiev de 882 à 1132 (soit pendant 150 ans) ?
-Durant cette période, existait-t-il une seule principauté ou plusieurs ?
-Quel phénomène est à l’origine de la multiplication des principautés, et quand commence-t-il ?
-Après 1132, les principautés peuvent-elles être considérés comme des micro-Etats indépendants de la Principauté de Kiev?
-En 1157 y a-t-il eu véritablement “transfert” de la capitale, depuis Kiev jusqu’à une ville du Zaliessyé, ou bien y a-t-il création d’un nouvel État à partir de la principauté de Vladimir-Souzdal?


1. A quoi correspond l’ethnonyme Rus’ ? Quels sens recouvre ce mot en russe ?

Il s’agit d’abord du nom d’un peuple ou groupe de scandinaves, appelés aussi “Varègues” (“Varjag” en russe), qui est le nom des Vikings sur les territoires des slaves orientaux. Si l’occident connut surtout les Vikings comme pillards, ici ils furent d’abord marchands et mercenaires.

Mercenaires car ces guerriers de valeur sont souvent engagés pour renforcer les troupes locales, tant grecques que slaves. Marchands, ils naviguent sur les nombreux fleuves de l’est de l’Europe pour aller de la Scandinavie à Byzance, et de là commercer avec l’Orient. La “route des Varègues aux Grecs” traverse ce qu’ils appellent “Gardariki”, le pays des villes, c’est à dire des habitations regroupées et protégées par une enceinte faite de troncs d’arbres. Au IX siècle ce pays est peuplé de tribus slaves et finno-ougriennes.

Les Varègues cherchent à contrôler les points de passages de leurs bateaux, afin de ne pas avoir à payer trop de “péages”. Peu à peu, ils s’installent comme dirigeants de ville, chefs ou membres de l’armée protégeant les populations locales : le Knjaz’ et sa droujina (milice) Varègue sont nés.

Le nom de Rus’ apparaît alors pour désigner non plus des Scandinaves, mais le territoire qu’ils contrôlent et peu à peu l’ensemble des habitants de ces territoires. Ce terme est connu non seulement dans des sources slaves sous ce vocable de Rus’ (Русь) mais aussi dans des sources grecques (sous le nom de Rhôs pour les personnes et Rhosia pour le territoire) et latines (Rusia).

Dans certains cas l’auteur grec semble désigner seulement ce qu’on appelle aussi la principauté de Kiev, mais parallèlement le nom sert aussi à l’ensemble du territoire contrôlé par les Rus’-Varègues. Les Varègues arrivent en effet en ” Rus’ ” par le nord. Le premier prince de la Rus’, Riourik, personnage semi-légendaire (ce qui ne veut pas dire qu’il n’a pas existé), s’installe à Novgorod sur les bords du lac Ilmène. Les premiers princes de Kiev gardent le contrôle total de cette ville et de ses territoires jusqu’à la fondation de la “république de Novgorod” en 1137, et par la suite Novgorod et Kiev gardent des liens (économiques, politiques et religieux) sans interruption.

La Rus’ est donc, dans les sources anciennes, le territoire dont le centre est Kiev, mais selon le point de vue de celui qui écrit, ce territoire peut comprendre ou non toutes les terres du Nord rattachées à Novgorod, les territoires intermédiaires et le Zaliessyé, ce dernier sens étant le plus fréquent. Il n’est donc pas légitime de dire que le nom Rus’ , dans l’utilisation qui en est faite dans les chroniques en vieux-russe, en latin et en grec, ne concerne que les territoires situés autour de Kiev.

Il est vrai qu’aujourd’hui on peut trouver les expressions Novgorodskaja Rus’, Kievskaja Rus’, Vladimirskaja Rus’ et même Moskovskaja Rus’ , la “Rus’ moscovite”. Car le mot Rus’, avec ou sans l’adjectif “drevnjaja” (ancienne, antique) est employé en russe moderne dans le sens de “Russie ancienne”, du IX au XVI s. , donc plus pour signifier une époque qu’un territoire.

Ainsi la Rus’ de Vladimir signifie l’époque où Vladimir était capitale de la Rus’. Quant à “Novgorodskaja Rus’ ” ou Rus’ de Novgorod, cela peut signifier la principauté de Novgorod à l’époque où elle était indépendante et florissante (du IX au XV s.) , ou bien dans un sens étroit la période où Novgorod était “capitale” de la Rus’ (862-880). Dans tous ces emplois, on remarque qu’il s’agit d’un sens chronologique et non géographique. Ainsi quant un Russe parle de la Rus’ de Novgorod, de Kiev, de Vladimir ou de Moscou, il parle d’époques différentes (et successives) et non d’États différents (et concomitants).


Nous pouvons cependant remarquer que l’accent mis par les Russes depuis le XIX s. sur la “naissance de l’État russe” à Veliki Novgorod, ville qui s’enorgueillit aujourd’hui d’être la “Patrie de la Russie” (“Rodina Rossii”), avait déjà une résonance politique : la toute première capitale de la Russie est ainsi sur un territoire qui est toujours resté russe, contrairement à Kiev qui passa au XIV s. sous la couronne Lituanienne.



2. Sur le sens du mot “prince ” en général et en particulier le rôle du Prince de Kiev

L’historien français d’origine russe Vladimir Vodoff et aujourd’hui son ancien élève Pierre Gonneau ont particulièrement étudié ce terme et cette fonction par une lecture très fouillées des textes des anciennes chroniques russes, recoupées avec des sources grecques, arabes ou latines. En Russie, un travail de même nature (étude philologique des textes) est fait par Fiodor Ouspensky, sur les noms des princes, les moments clés de leur vie etc. (cf. cours en russe http://arzamas.academy/courses/20 )

“Knjaz’” , mot traduit habituellement par prince, signifie simplement “chef”. Dans les textes grecs c’est le mot “archonte” qui est employé. Le rôle du “prince” , chef d’une petite armée d’hommes qui lui sont attachés, est de défendre un territoire en échange d’une sorte d’impôt en nature. Il exerce ses fonctions sur un territoire rattaché à une ville fortifiée. Ce territoire que nous appelons principauté tire donc son nom de la ville-siège, parfois de deux villes (Principauté de Vladimir-Souzdal en Zaliessyé, par exemple, ou bien celle de Galicie-Volhynie, qui tire son nom des villes de Volhyn et Galitch).

Le prince de Kiev n’a d’abord pas de titre particulier, le terme de “Grand Prince” pour le prince de Kiev, puis celui de Vladimir-sur-Kliazma, n’apparait pas avant le XII s. Il a cependant un rôle particulier parmi tous les princes de la Rus’.

Après une étude poussée des sources concernant les années 1146-1148, centrées sur la figure du prince à Novgorod et à Kiev, P. Gonneau, de l’École Pratique des Hautes Études, peut écrire : ” Le prince de Kiev ne se contente pas de régner sur la capitale et d’être le chef moral de l’ensemble des terres russes. C’est lui qui établit le prince de Novgorod (…). Il distribue les principautés voisines de Kiev et y ajoute ou retranche des cités (…). Il envoie ses parents et vassaux exécuter des missions (…). Il organise quand le besoin s’en fait sentir un congrès (…) de princes (…). Il arbitre les querelles entre princes, à leur demande, et pour garantir la paix et la prospérité du pays. (…) Il conclut la paix avec les voisins nomades de la Rus’, les Polovtses (…). Le prince de Kiev intervient aussi dans les affaires de l’Église (…). La vassalité envers le prince de Kiev doit se manifester par les honneurs qu’on lui rend (čest’ priložiti). Agir de son propre chef, en particulier pour disposer de fiefs à la suite d’un changement de souverain est un manquement grave à l’étiquette, sanctionnable par la confiscation (…). (Le texte complet du résumé du cours de P. Gonneau à l’EPHE, avec références des sources, est accessible ici : http://ashp.revues.org/306 )

3. La Rus’ est-elle un État unifié autour de Kiev de 882 à 1132 (soit pendant 150 ans), et éclaté ensuite en principautés indépendantes?

Dans le paragraphe ci-dessus, on a pu remarquer que la description du rôle du Prince de Kiev est faite sur la base de documents décrivant les années 1146-1148, soit en pleine période dite du “morcellement féodal”. On peut donc constater que malgré la multiplication réelle de petites principautés, la prééminence de Kiev a bien perduré au delà de la fameuse date de 1132, sur tout le territoire de la Rus’ , que celui-ci soit actuellement russe ou Ukrainien. Mais qu’en est-il de la période antérieure à 1132 ?

A l’époque de Riourik régnant à Novgorod (862-879), deux autres Varègues, Askold et Dir auraient pris par la force la direction de la ville de Kiev et des territoires . Le successeur de Riourik, Oleg, s’installe à Kiev en 882 en assassinant Askold et Dir, et transfère la capitale des Rus’ à Kiev. La chronique rapporte qu’il la nomme alors “Mère des villes russes”, ce qui est un calque du grec “métropolis”.

Sous les règnes d’Oleg et de ses successeurs Igor, Olga et Sviatoslav (jusqu’en 972), il apparaît dans toutes les études que la Rus’ s’organise comme un État unique, avec un unique souverain reconnu sur tout le territoire. Cependant cet État garde toujours un caractère “bipolaire”. La ville de Novgorod continue en effet à jouer un grand rôle pour le nord du pays, mais cette ville et sa principauté sont sous la dépendance du prince de Kiev.

Si on trouve dans les chroniques la mention d’autres princes, il s’agit soit de personnes régnant sur des territoires indépendants de Kiev (par exemple Polotsk, qui sera conquis par Vladimir, fils de Sviatoslav) soit de princes clairement subordonnés au prince de Kiev.

Les années 980-1054, celles de la monarchie de Vladimir et de son fils Yaroslav, peuvent être décrites aussi comme celle d’un monopole du pouvoir. Cependant la lutte de Vladimir contre ses frères (977- 980) pour l’accession au trône de Kiev suit déjà le schéma qui se répétera de génération en génération et fait apparaître la faille qui emportera le système deux siècles plus tard.

Quel est donc ce schéma de succession des princes russes et comment aboutit-il au “morcellement féodal”?

4. L’apparition des principautés et le morcellement du territoire

La succession sur le trône de Kiev obéit au principe du séniorat (appelé en russe “lestvičnoje pravo”, que l’on peut traduire par “droit des degrés”). Selon la formulation de Wikipédia , “le séniorat est, en droit des successions, une loi coutumière appliquée par la plupart des dynasties slaves du haut Moyen Âge, selon laquelle la couronne va au membre le plus âgé et/ou le plus compétent de la famille régnante. Le successeur est habituellement désigné du vivant du roi en exercice”.

Le prince régnant répartit lui-même pouvoir et territoires entre ses descendants mâles , qui doivent reconnaître la prééminence d’un “ aîné ” qui siège à Kiev. Mais cet “aîné” n’est pas forcément le fils aîné du fils aîné : un oncle, un cousin ou un frère peut aussi prétendre au trône.

Fiodor Ouspensky (http://arzamas.academy/materials/691) décrit ainsi ce système: “La répartition des sièges parmi les Riourikides avait lieu selon le principe des degrés (“lestvičnyj princip”). Les sièges avaient chacun son rang, par exemple Kiev était le siège principal, le deuxième en importance était Novgorod, le troisième Tchernigov et ainsi de suite.” Ouspensky précise que la hiérarchie des villes inférieures à Kiev changea suivant les époques. “Quand un des princes mourait, son siège passait au suivant selon la hiérarchie, et théoriquement tous les princes de rang inférieur devaient alors changer de ville-siège. Étaient “exclus” du système les enfants d’un prince qui n’avait pu obtenir le siège principal durant sa vie. Par exemple tout fils de prince dont le père mourait avant son propre père devenait un “izgoj”, un “exclu”.”

Ainsi tous les princes de Kiev du IX au XIII s. ont été auparavant prince d’au moins une autre ville. Par exemple,Vladimir Sviatoslavitch (Saint Vladimir) est d’abord prince de Novgorod, qu’il fuit en 977 quand il comprend que son frère veut s’en emparer par la force. Réfugié à la cour de Norvège, il reprend Novgorod et de là, prend Polotsk (alors indépendant de la Rus’ des descendants de Riourik) et enfin Kiev en 980.

Dès 1097, le système montre ses limites et pour éviter des guerres fratricides les princes se réunissent à Lioubetch. Selon les termes de l’article “Congrès de Lioubetch” sur Wikipédia en français, “ils décident la formation de principautés autonomes en Russie, réunies sous l’autorité du prince de Kiev. La passation des pouvoirs de père en fils est systématiquement adoptée sauf pour le titre de grand-prince de Kiev qui sera toujours attribué selon l’ancienne règle.”
Ainsi au XII s. le célèbre Vladimir Monomaque est prince de Smolensk, puis de Tchernigov, puis de Pereïaslavl (près de Kiev), et enfin de Kiev même de 1113 à 1125. Son fils Mstislav est prince de Novgorod, prince de Rostov Veliki (dans le Zaliessyé) pendant un an, de nouveau à Novgorod puis à Belgorod avant de lui succéder à Kiev de 1125 à 1132.
Et ce système perdure après 1132, même après le transfert de la capitale à Vladimir-sur-Kliazma (1157) comme après l’attaque des Mongols (1230). Par exemple au XIII s. Alexandre Nevsky, célèbre prince de Novgorod, cherchera à être reconnu prince de Pereslavl-Zalesski (ville appelée aussi Pereïaslavl, mais située dans le Zaliessyé) puis Grand-prince de Kiev, et enfin comme couronnement de son parcours politique, Grand-prince de Vladimir, trois fonctions qu’il cumulera jusqu’à sa mort en 1263.

Ce système entraîne de nombreuses conséquences :


- Multiplication des rivalités et des guerres entre frères, entre oncles et neveux ou contre les “princes-exclus” qui cherchaient à s’emparer du trône de Kiev par la force.
- Chaque prince, quand il reçoit un siège plus intéressant, cherche à laisser celui qu’il quitte à ses propres descendants, et non à ses jeunes frères. Comme le dit le Congrès de Lioubetch (1097) : « Que chacun reste sur les possessions de son père ».

- Quand il y a de nombreux fils, le territoire gouverné par leur père est alors morcelé entre eux, mais des morceaux peuvent être réunis suite à un décès. Aussi le nombre des principautés, leurs sièges et leurs frontières sont éminemment variables dans le temps. On peut ici (http://arzamas.academy/materials/709) visualiser le résultat entre 1015 et 1132 , soit avant même la date officielle du «morcellement». Une recherche d’images sur Internet avec comme termes « principautés russes » renvoie des cartes aussi très éloquentes (mêmes si elles ne sont pas toutes tracées de façon aussi scientifique).

- Dans certaines principautés (Polotsk, Tver, la Galicie-Volhynie…) se fondent très vite des branches dynastiques locales, ce qui donne plus d’indépendance à leur principauté, mais leurs princes ont quand même régulièrement des prétentions au trône de Kiev.

Ce système est donc par essence centré sur le siège de Kiev. Or il perd progressivement de sa vigueur, de part son fonctionnement même, avec la fondation de lignées féodales locales (décidée dès 1097 à Lioubetch). Et il s’éteint de lui-même parallèlement à l’affaiblissement de la ville de Kiev. Son destin semble lié à celui de Kiev. Aussi le morcellement du territoire de la Rus’ en multiples principautés est une réalité qui ne s’oppose pas au fait que Kiev reste le centre de cet État morcelé. On ne peut donc parler d’une séparation de la Principauté de Kiev en État indépendant du reste de la Rus’ .

Quand au XIV s. Kiev se retrouve sous la couronne Lituanienne, la principauté de Kiev (Kievskoje knjažestvo) n’existe déjà plus en tant que telle, car il n’y a plus de prince dans la ville : les héritiers du siège sont alors les princes de Galicie-Volhynie.

5. Y a-t-il eu transfert de la capitale de la Rus’ à une autre ville que Kiev?

A partir du XII s on constate le transfert des forces vives du pays, depuis Kiev vers le Nord-Est, le Zaliessyé, appelé aussi à cette époque pays de Souzdal, mais aussi vers l’Ouest et la région de Galicie-Volhynie. L’invasion mongole (à partir du début du XIII s.) amplifie ce processus. En effet Kiev et sa région sont très vulnérables aux attaques des Mongols, qui installent une place forte au sud de la Volga, près de son embouchure.

Cependant, le phénomène ne démarre pas lors de l’invasion mongole : il a commencé aux XI et XII s. sans doute sous la poussée des attaques de nomades Pétchénègues et Polovtses dans la même région du sud de la Rus’. De plus, le désintérêt pour la région de Kiev est amplifié à partir du XII s. par le déclin progressif du commerce avec l’Orient à travers Byzance. En effet c’est l’époque

Le déplacement de la capitale de la Rus’ à Vladimir-sur-Kliazma est décidé par le prince André Bogolioubski en 1157 non seulement pour suivre le changement de point de gravité du pays, mais aussi pour des raisons politiques : il désire s’affranchir de pouvoirs concurrent au sien, le “viétché” (assemblée des citadins, présente à Novgorod et Kiev, mais pas dans la “ville nouvelle” de Vladimir) et les boïars proches de son père, qui habitent Kiev.

Il s’agit bien du transfert du siège du Prince qui exerce une autorité sur toutes les principautés de la Rus’ , donc un transfert de capitale, mais le déclin de l’ancienne capitale en est plus la conséquence que la raison. La prise de Kiev qu’André Bogolioubski organise en 1169 signe le début du déclin de cette ville. Son pillage par le prince de Smolensk Riourik Rostislavitch en 1203 puis par les mongols en 1240 ne font qu’accélérer son déclin.

Le transfert de capitale est scellé en 1299 par le déplacement de la chaire du Métropolite (chef de l’Église Orthodoxe de la Rus’) de Kiev à Vladimir. Andreï Bogolioubski avait souhaité le faire dès 1157, mais n’en avait pas reçu l’autorisation du Patriarche de Constantinople. Ce siège sera de nouveau déplacé dès 1325 de Vladimir vers Moscou, sous la règne d’Ivan Kalita. Ce fait traduit que dès cette époque les princes avaient réellement la volonté de déplacer la capitale, et non de fonder un nouvel État, car dans ce cas ils auraient demandé la création d’un nouveau siège métropolitain.

La ruine consécutive aux invasions mongoles (à partir de 1230) affaiblit définitivement la principauté de Kiev et entraînera sa division, par le passage au XIV s. d’un grande partie de ses territoires, et d’autres territoires de l’ouest de la Rus’, sous le pouvoir du royaume de Lituanie. A partir de là commence les histoires séparées de l’Ukraine et de la Russie, qui se recroisent seulement au XVII s.

***

Que pouvons – nous conclure de ces faits?


[- La date de 1132 est la date officielle du passage d’un État uni à un État morcelé, mais en réalité il n’y a pas de changement brutal à cette date précise : le morcellement commence avant, et une certaine unité demeure après. /color]



En effet, dès la fin du X s. l’État de la Rus’ laisse apparaître les fêlures qui entraîneront le morcellement du territoire en de multiples principautés. Le décrire comme une État unifié est donc trompeur : il s’agit d’un État de type féodal, basé sur des liens personnels de type suzerain-vassal, et non un État centralisé de type moderne.

Mais le morcellement qui commence vers le XI s. ne signifie pas la naissance d’États indépendants. A partir de 980 et jusqu’au XIII s. inclus, être prince de Kiev est une charge importante et prestigieuse. Son pouvoir sur les autres principautés ne peut être nié. Et si à l’époque des Mongols, le pouvoir du “Grand Prince” est limité, la qualité de niveau suprême du pouvoir attribuées par les tous princes de la Rus’ aux sièges de Kiev et Vladimir est claire.

- Durant toute cette période, devenir Prince de Kiev est l’aboutissement d’un parcours politique qui commence dans des principautés plus ou moins éloignées, situées actuellement sur les territoires de la Russie d’Europe, de la Biélorussie ou de l’Ukraine. A partir du XII s. le titre de Grand-Prince vient traduire la prééminence du siège de Kiev sur tous les autres, prééminence qui était réelle dès 880.

- Les différents Princes et Grands-Princes sont tous plus ou moins descendants de Riourik, c’est en fait une même dynastie qui se répartit le pouvoir sur tout le territoire de la Rus’ , de Novgorod au nord à Kiev au sud, et de Rostov-Veliki, Vladimir et Souzdal à l’est jusqu’à Polotsk, Tver et Galitch à l’ouest.

- De plus, à partir de 988, la présence d’un unique métropolite pour l’ensemble du territoire de la Rus’, y compris les principautés les plus indépendantes comme celle de Novgorod, est le signe que tous ces territoires étaient considérés à l’époque comme une seule entité à la fois politique, religieuse et culturelle.

***

En résumé, durant toute l’existence de la Rus’ de Kiev , la principauté de Kiev :


- fait partie d’un ensemble de territoires qui ont des liens politiques entre eux
- joue un rôle directeur sur ces territoires
- perd sa prééminence au XII s. mais reste une “valeur politique” jusqu’au XIV s. où ses territoires et la ville de Kiev passent au royaume de Lituanie.



La Rus’ est donc bien un État organisé autour de sa capitale Kiev, mais un État féodal, dans lequel on ne peut trouver un État centralisé de type moderne.



Quant aux territoires concernés par cet État, ils s’étendent principalement sur les territoires actuels de la Russie européenne, de l’Ukraine et de la Biélorussie. La Rus’ dite “de Kiev” du fait de sa capitale est bien l’ancêtre de ces trois pays actuels, dont les différences linguistiques et culturelles sont issues de leur histoire à partir du XIV s., et non avant.


Si la version russe de l’histoire de la Rus’ manque souvent de nuances et n’est pas exempte de calcul politique et géopolitique, les versions qui veulent faire de l’Ukraine un État existant dès le Moyen-âge s’éloignent dangereusement de la réalité des faits.



Le problème est, à nos yeux, que l’Ukraine ait besoin pour justifier ses choix actuels de se savoir exister en tant que Nation séparée des Russes depuis les origines. Son histoire à partir du XIV s. , l’indéniable influence polonaise et occidentale qui l’a alors marquée dans sa religion, sa culture et sa langue, sont bien suffisantes pour expliquer sa spécificité et son besoin de trouver sa propre voie de développement, non inféodée à la Russie.

L’Ukraine, en tant qu’État, va pouvoir bientôt fêter ses 100 ans, puisque que le premier État Ukrainien date du mois de novembre 1917. Dire qu’avant cette date l’Ukraine était une région et non un État n’enlève aucune dignité à ce pays, qui après un riche passé préhistorique et protohistorique, possède aussi une très riche histoire lisible depuis le IX s. et jusqu’à nos jours.

Quant au fait de justifier un choix politique par l’histoire ancienne, c’est hélas un défaut récurrent chez tous les dirigeants. En parodiant Alexandre Dumas, nous dirons que contrairement aux romanciers, les politiques, en violant l’histoire, ne lui font certes pas de beaux enfants, mais engendrent trop souvent des monstres.

Marie PASCAL

***

Note sur la transcription des noms russes :

Cet article étant destiné à un public de non-spécialistes, nous avons sciemment choisi de ne pas utiliser de transcription scientifique pour les noms propres, mais d’utiliser la transcription française habituelle. Seuls les mots noms communs employés (et expliqués dans le corps de l’article) sont translittéré selon les recommandations scientifiques : par exemple knjaz’, knjažestvo , ainsi que le nom de la Rus’.

Sources consultées

- “Aide-mémoire d’histoire russe” (en russe), G. Nagaeva, Ed. Feniks, Rostov-sur-le-Don, 2014

-“Histoire nationale en schémas et tableaux” (en russe), V.V Kirillov, Ed. Eksmo, Moscou, 2015

- Cours de Fiodor Ouspensky sur le site Arzamas : Cours N°20 “Naissance, amour et mort des princes russes” http://arzamas.academy/courses/20 (En particulier la carte interactive “Les principautés de la Rus’ entre 1015 et 1132″ http://arzamas.academy/materials/709 et l’ “Anti-sèche : Tout ce qu’il faut savoir sur les Riourikides” : http://arzamas.academy/materials/691 )

- http://www.larousse.fr/encyclopedie/autre-region/%C3%89tat_de_Kiev/127474

- Vladimir Vodoff , Naissance de la Chrétienté russe , Fayard , 1988

- Pierre Gonneau, “ Histoire et conscience historique des pays russes ”, Annuaire de l’École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques [En ligne], 139 | 2008, mis en ligne le 05 janvier 2009, consulté le 01 juillet 2015. URL : http://ashp.revues.org/306

- Pierre Gonneau,[ “ Histoire et conscience historique des pays russes /i]”, Annuaire de l’École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques [En ligne], 141 | 2011, mis en ligne le 24 février 2011, consulté le 01 juillet 2015. URL : http://ashp.revues.org/1013

- Marie-Karine Schaub, “ Pierre Gonneau, Aleksandr Lavrov, Des Rhôs à la Russie ” (recension de livre), Cahiers du monde russe [En ligne], 53/4 | 2012, mis en ligne le 02 décembre 2013, Consulté le 01 juillet 2015. URL : http://monderusse.revues.org/7846

- Articles Wikipédia cités :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Congr%C3%A8s_de_Lioubetch (article en français sur le Congrès de Lioubetch)

https://uk.wikipedia.org/wiki/%D0%A3%D0%BA%D1%80%D0%B0%D1%97%D0%BD%D1%86%D1%96 (article «les Ukrainiens» en ukrainien)

L’auteur

Marie PASCAL est professeur certifié de russe. Lors de ses études à Paris dans les années 1980, elle a commencé une spécialisation en histoire de la Russie ancienne avant de se tourner vers l’enseignement secondaire.

” Je n’aurai jamais pensé que ces histoires de successions princières complexes pourraient intéresser qui que ce soit en France en dehors de quelques initiés. La crise ukrainienne, les questions que me posent certains élèves d’origine russe ou ukrainienne, et finalement la conférence a-scientifique de Bernard Henri – Lévy en avril 2015 m’ont convaincue de me replonger sérieusement dans l’histoire de la Rus’, qui est toujours restée ma passion et en quelque sorte mon violon d’Ingres. ”



Source : Les Crises
Revenir en haut Aller en bas
Akasha

avatar

Messages : 1534
Points : 2728
Réputation : 50
Date d'inscription : 17/03/2015
Age : 40
Localisation : par là tout droit

MessageSujet: Re: Affrontements en Ukraine : Ce qui est caché par les médias et les partis politiques pro-européens   Ven 18 Déc - 20:55

Ça se passe comme ça un conseil des ministres en Ukraine…

Sans commentaire – “étrangement” pas trop vu dans nos médias… (pas de place à cause de Star Wars j’imagine…)

Le ministre de l’intérieur est Arsen AvakovMikheil Saakachvili,, oligarque et corrompu notoire.

Le gouverneur de la région d’Odessa, invité, est Mikheil Saakachvili,i, ancien Président de la Géorgie, qui a sympathiquement ouvert le feu en 2008 sur des troupes russes…

Le sujet : eh bien, évidemment, privatiser des entreprises publiques – y’a bon millions ! (si on devenait milliardaire par le travail honnête dans ce coin, ça se saurait…)

Ca tourne ! :






C’est à ces gens que l’UE et le FMI ont prété des (nos) milliards…




Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Affrontements en Ukraine : Ce qui est caché par les médias et les partis politiques pro-européens   

Revenir en haut Aller en bas
 
Affrontements en Ukraine : Ce qui est caché par les médias et les partis politiques pro-européens
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» Affrontements en Ukraine : Ce qui est caché par les médias et les partis politiques pro-européens
» Loi martiale en Ukraine - nouveau virus - peste pneumonique?
» « Ce que tu as caché aux sages et aux savants, tu l'as révélé aux tout-petits »
» Allende, la face cachée : antisémitisme et eugénisme
» Prophétie en Ukraine

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fils de la loi de UN :: Actualités Mondiales :: Guerres & Conflits-
Sauter vers: