Le partage le nerf de ma guerre. Nouveau paradigmes, soyons la révolution.
 
AccueilPortailRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le Sénat rejette l’interdiction des pesticides néonicotinoïdes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Akasha

avatar

Messages : 1534
Points : 2728
Réputation : 50
Date d'inscription : 17/03/2015
Age : 40
Localisation : par là tout droit

MessageSujet: Le Sénat rejette l’interdiction des pesticides néonicotinoïdes   Lun 23 Mar - 5:45

Le Sénat rejette l’interdiction des pesticides néonicotinoïdes

Ils ont osé! Ils ont osé rejeter une telle interdiction alors qu’il est avéré que ceux-ci sont des neurotoxiques pour les humains
! Quand au plan Ecophyto 2 pour réduire le nombre de pesticides de 50 % d’ici 2018, c’est rappé, le plan est reporté à 2025 !

La proposition de résolution portée par le sénateur écologiste Joël Labbé demandait au Gouvernement d’ « agir auprès de l’Union européenne pour une interdiction de toutes les utilisations des pesticides néonicotinoïdes en Europe tant que les risques graves pour la santé humaine, animale et l’environnement ne seront pas écartés». Elle vient d’être rejetée par le Sénat.



Lors de son examen au Sénat, la proposition de résolution visant à faire interdire les néonicotinoïdes au niveau européen a été rejetée. Sur 347 votants, 312 suffrages ont été exprimés. 248 sénateurs se sont exprimés contre cette proposition, seulement 64 sénateurs se sont prononcés pour. Le vote étant à scrutin publique, vous pouvez voir quels sénateurs ont voté pour, contre ou se sont abstenus ici.

Lors de la séance au Sénat, le ministre Stéphane Le Foll a défendu son opposition au vote de cette résolution. Il a notamment rappelé qu’une restriction d’utilisation existait déjà au niveau européen pour 3 substances néonicotinoïdes pour toutes les cultures attractives pour les abeilles. « Elles ne peuvent plus être utilisées en période de floraison. Pour les cultures restantes et pour les céréales à paille, les semis ne peuvent pas se faire à la période de forte activité des abeilles», a rappelé Stéphane Le Foll. L’interdiction de semer des semences enrobées a lieu de Janvier à Juin.

Dans ce cadre, interdire les néonicotinoïdes n’est pas pour lui la solution. « C’est un pensée globale qu’il faut avoir », assure-t-il. Le débat doit prendre en compte l’ensemble des parties prenantes et notamment la réalité du monde agricole. C’est « parce qu’on ne doit pas caricaturer le débat » et « réussir l’objectif de réduction des phytosanitaires et de l’utilisation des néonicotinoïdes qu’il faut qu’on soit en capacité, collectivement, de mener ces débats en assurant les transitions nécessaires », défend-il. C’est le rôle du plan Ecophyto 2 qui vient d’être annoncé.

Pourquoi vouloir interdire les pesticides néonicotinoïdes ?

Sous la dénomination de « néonicotinoïdes », on trouve plusieurs substances actives, à savoir le thiaméthoxam, l’imidaclopride, le thiaclopride, le dinotéfuran, l’acétamipride et le clothianidine. Ces néonicotinoïdes sont des pesticides systémiques. En tant que tels, ils sont présents dans et sur la plante tout au long de sa vie. Ils sont repris par la plante et transportés dans tous les tissus de façon préventive, même en absence de ravageurs. On les retrouve donc sur les feuilles, fleurs, racines, tiges, mais aussi dans le pollen et le nectar. Persistantes dans l’environnement, ils contaminent le sol, l’eau et l’air.

En séance au Sénat, Joël Labbé a rappelé les principales motivations qui l’ont conduit à proposer ce texte : le caractère systémique de ces insecticides agissant sur le système nerveux central des insectes, les impacts sur les pollinisateurs et les effets supposés sur la santé humaine, notamment sur le développement du système nerveux humain. De plus, il a rappelé que plusieurs rapports et publications font valoir que l’utilisation de ces molécules n’a pas permis une augmentation significative des rendements pour les agriculteurs.

Auteur :Hugo Lebout, journaliste du webzine Natura-sciences.com

Source: Natura Science

Je suis navré, mais là encore, on peut y voir la patte du TAFTA puisqu’une telle interdiction ferait perdre beaucoup d’argent aux financiers américains, et la santé comme les abeilles, ce n’est vraiment pas une de leurs priorités… On en revient toujours à l’heure actuelle au TAFTA…


*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*--*
Revenir en haut Aller en bas
Akasha

avatar

Messages : 1534
Points : 2728
Réputation : 50
Date d'inscription : 17/03/2015
Age : 40
Localisation : par là tout droit

MessageSujet: Pesticides : l'empoisonnement de masse continue + le pouvoir est entre nos mains par Akasha   Lun 27 Avr - 5:59

Bonsoir mes frères & sœurs
Il est incroyable de voir à quel point il est difficile d’interdire les pesticides, alors que l'on sais qu'on peut facilement s'en passé..Sans compter sa dangerosité sur l'éco-système et la santé du peuple, à tel point que sa survie s'en voit menacée !! On a vu ensemble que justement les pesticides dit néonicotinoïdes est responsable de la mort massive des colonies d'abeilles ! Et est neurotoxique pour nous aussi...les agriculture qui sont en 1er ligne, en font les frait, j'ai deux sujets pour vous pour étayer mes affirmations : La mort est dans le pré et "Si les abeilles disparaissent, les jours de l'homme sont comptés" Merci Monsanto et nos commissaires de l'UE!!!..Il est plus que temps de se conscientisé, et de commencer à consommer malin, je l'ai déjà clamer plus d'une fois, REPRENONS NOTRE POUVOIR ! On a tout à y gagner ! Il est fort possible de faire sans les pesticides, même dans une citation de surpopulation, il faut savoir que c'est un prétexte des plus commode la surpopulation, voyez ici ---> Bienvenue dans l’agriculture de demain, libérée des pesticides et du pétrole, et créatrice de dizaines de milliers d’emplois et « On peut nourrir 10 milliards d’humains en bio sans défricher un hectare »..Donc un moment donner on vas arrêter avec les prétextes stériles..J'aimerai vraiment qu'on prenne conscience qu'une autre société est possible, et que pour y arriver le pouvoir est entre nos mains, de plus il n'y a pas besoin de tout chambouler, ou d'utiliser la violence pour y parvenir !
Akasha


Pesticides : l'empoisonnement de masse continue



Ces dernières années, toute une série d'études et d'analyses ont été publiées et démontré à quel point le glyphosate, l'herbicide le plus utilisé dans le monde, est dangereux. Partout dans le monde, des organisations de protection de l'environnement et de protection des consommateurs, ont lancé des campagnes d'information sur les dangers de l'herbicide et fait circuler des pétitions. La sécurité du glyphosate devait être réexaminée dans l'Union européenne en 2012, mais cet examen a été repoussé à 2015. Récemment, l'OMS a classé le poison comme «probablement cancérigène ». En Allemagne, le Bundesinstitut für Risikobewertung (BfR) (L'Institut fédéral pour l'évaluation des risques), a de son côté annoncé que ses investigations étaient terminées et qu'il laissait le soin à l'EFSA, l'Autorité européenne de sécurité des aliments, de continuer à procéder à l'examen des risques potentiels de cancer. Un vrai scandale.



On trouve du glyphosate partout. Depuis que Monsanto l'a fait breveté en 1974 et l'a vendu dans son Round Up, l'herbicide à large spectre, des centaines de millions de tonnes ont été répandues partout dans le monde – avec des conséquences d'une grande portée pour l'homme, les animaux et les sols. Le glyphosate est non seulement le composant le plus important présent dans le Round Up de Monsanto, l'herbicide le plus vendu dans le monde, mais aussi dans bien d'autres herbicides. Il a été prouvé qu'il s'accumulait entre autres dans les eaux souterraines, les rivières et les lacs et que du sang humain et du lait de vache en contenaient des traces. (cf. article précédent). En Mars, une étude réalisée par le Centre international de Recherche sur le Cancer (CIRC), a été publiée dans la revue médicale « The Lancet » ; les conclusions ont été que le glyphosate était « probablement cancérigène ». Le Roundup pourrait être à l'origine du cancer des ganglions lymphatiques et du  poumon chez l'homme. L'OMS a récemment considéré que le glyphosate présentait un risque potentiel de cancer ('probable or possible carcinogens').

L'Institut fédéral pour l'évaluation des risques (BfR) chargé de ré-évaluer la composition du glyphosate initialement prévue en 2012, puis repoussée en 2015, a arrêté ses conclusions début avril, sans tenir compte de la nouvelle position de l'OMS qui a classé la substance comme étant «probablement cancérigène ». Harald Ebner, du parti des Verts au Bundestag et expert en matière d'OGM et de glyphosate, considère que c'est scandaleux et irresponsable. Le BfR et le gouvernement fédéral avaient annoncé qu'ils examineraient avec soin le classement établi par le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) de l'OMS. Le fait est, que « l'on a voulu discrètement échapper à toute responsabilité », a-t-il déclaré. Et en ajoutant: « le glyphosate devrait être retiré de la circulation tant que toute suspicion de risque de cancer n'aura pas été écartée scientifiquement ». lI faudrait arrêter de toute urgence en particulier, la vente du produit dans les surfaces de bricolage et les jardineries. « En Allemagne, on trouve plus de 70 produits contenant du glyphosate dont plus de 40 sont vendus à des jardiniers amateurs ».
(Photo : L'affiche du BUND contre le Round Up contenant du glyphosate que beaucoup de jardiniers amateurs utilisent)


L'évaluation en incombe à L'EFSA qui a la réputation d'être aux mains des lobbies pro-OGM




L'Autorité allemande d'évaluation des risques (BfR), chargée de ré-examiner l'extension d'usage du glyphosate pour l'ensemble de l'UE, n'a pas respecté le principe de précaution, a vivement critiqué Harald Ebner. L'EFSA, l'Autorité européenne de sécurité des aliments à qui le BfR a remis son rapport, est considérée par de nombreux organismes de protection de l'environnement, comme noyautée par l'industrie biotechnologique. Expert en génie génétique, Christoph Then n'a pas manqué de lancer un avertissement à l'automne 2014: « L'évaluation des risques faite par l'EFSA ne voit que trop par les intérêts de l'industrie biotechnologique ; on peut affirmer qu'il y a sécurité alors même que les données vraiment fiables font défaut » (cf. article précédent). Dans ce contexte, il est particulièrement irresponsable de laisser à l'EFSA le soin d'examiner la question. C'est franchement inacceptable», a déclaré Harald Ebner.


Aux Etats-Unis, la situation est encore plus catastrophique



La situation est encore pire aux Etats-Unis. On est sur le point d'y utiliser l'herbicide „Enlist Duo“ fabriqué par Dow Agrosciences (sans doute parce qu'entre temps Monsanto s'est taillé une mauvaise réputation à cause des nombreux rapports critiques et des campagnes d'information anti Round Up). Depuis l'automne dernier, le pesticide qui contient en plus du glyphosate aussi du 2,4 D (désherbant sélectif contre les mauvaises herbes), a été autorisé dans neuf autres Etats. « Ce désherbant est connu en tant que composant de l'agent orange, un défoliant très toxique utilisé pendant la guerre du Vietnam » est-il dit dans un rapport de Testbiotech, un service d'information en ligne dédié à la biotechnologie.
(Photo : La rançon d'une agriculture intensive aux Etats-Unis. Les super mauvaises herbes ont proliféré de par l'utilisation du Round Up)


L'Agence américaine de Protection de l'Environnement (Environmental Protection Agency (EPA), l'équivalent de l'EFSA, a donné l'autorisation d'utiliser l'herbicide. Au même titre que Monsanto, Dow vend le maïs et le soja OGM avec le poison. De cette façon, le grand groupe agro-alimentaire entend garder la main mise sur la situation à laquelle de nombreux agriculteurs américains se trouvent aujourd'hui confrontés: les mauvaises herbes deviennent résistantes aux graines transgéniques Monsanto combinées au Roundup, principalement utilisées jusque là; des « super mauvaises herbes » contre lesquelles ils ne peuvent pas faire grand chose, ont proliféré. Dow promet aux agriculteurs d'y remédier.

L'organisation de protection de l'environnement, Environmental Working Group (EWG), considère l'extension d'usage du Enlist Duo, comme catastrophique. Le glyphosate et le 2,4D pourraient être facteurs de risque et développer chez l'être humain des maladies du système lymphatique, comme le lymphome malin non hodgkinien. C'est la conclusion de recherches scientifiques. Les autorités font courir aux agriculteurs, à ceux qui travaillent avec eux et aux habitants des zones rurales, un risque accru de cancer, a déclaré Scott Faber de l'Organisation de protection de l'environnement EWG. L'empoisonnement global de notre planète continue – Incompréhensible, un vrai scandale!

(Photo : Champ de maïs dans l'Etat du Panama au Brésil)
23.04.2015


Auteur: Karin Heinze

http://www.bio-marche.info[/color]



Reprenons notre pouvoir !


Revenir en haut Aller en bas
 
Le Sénat rejette l’interdiction des pesticides néonicotinoïdes
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Interdiction de Sortir le Soir
» Attention aux pesticides et autres produits chimiques
» Interdiction de filets de pêche au thon
» interdiction de certains procédés dans la recherches d'une source de photocopie..
» Interdiction de l'accès de la mosquée à celui qui a mangé de l'ail, de l'oignon

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fils de la loi de UN :: Environnement :: Écologie-
Sauter vers: