Le partage le nerf de ma guerre. Nouveau paradigmes, soyons la révolution.
 
AccueilPortailRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le pouvoir occulte du Vatican, ses participations secrètes avec les régimes totalitaires

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
orné

avatar

Messages : 792
Points : 1288
Réputation : 38
Date d'inscription : 17/03/2015
Age : 44
Localisation : Où ça ?

MessageSujet: Le pouvoir occulte du Vatican, ses participations secrètes avec les régimes totalitaires   Ven 20 Mar - 15:31

Un sujet écrit et ouvert à l'initiative de Akasha

Le pouvoir occulte du Vatican, ses participations secrètes avec les régimes totalitaires



Bonjour tout le monde, je voudrais par l'intermédiaire de se fil, vous présentez quelques articles, sur le pouvoir du Vatican.
Bien entendu il ne s'agit pas ici de s'en prendre aux fidèles, et leurs spiritualité qui est pratiqué en toute bonne foi.Mais de dénoncé un pouvoir qui a toujours préféré être du côté du manche que de la mèche du fouet.




Le pouvoir jésuite, un mythe ?


Comploteurs, ces Jésuites ? Zoom sur un long procès d’intention…

A chaque changement de pontificat surgissent des biographies ou des livres de souvenirs permettant de mieux connaître le nouveau Pape. Pour ce qui est du pape François, élu le 13 mars dernier, on ose supposer que sa biographie autorisée « El Jesuita – Conversaciones con el cardenal Jorge Bergoglio » de Sergio Rubin et Francesca Ambrogetti parue en 2010 atterrira sous peu, revue et augmentée, en version française. Il est une autre question qui turlupine pas mal de monde depuis la fin du conclave : comment se fait-il qu’il ait fallu attendre le 266e successeur de l’apôtre Pierre pour désigner un Jésuite au palais apostolique romain ? Le hasard – ou la Providence – fait bien les choses car au moment même de la fumée blanche, l’historien, essayiste et co-directeur de la revue anthropologique « Nunc » Franck Damour sortait une intéressante étude sur le mythe qui voudrait que, depuis sa création au XVIe siècle, la Compagnie de Jésus aurait tenté d’exercer un pouvoir d’influence occulte. Plusieurs légendes, croyances et images ont nourri le mythe qui a pris une tournure politique et engendré aussi bien des phobies que des haines avec, notamment, une suppression de la Compagnie en 1773. Au XIXe siècle, le mythe se mua en théorie du complot avec, dans la croyance populaire (mais aussi intellectuelle), l’idée qu’il y avait derrière tout un puissant supérieur général qu’on qualifia de « pape noir » par rapport à celui de la place St-Pierre. Ce n’est, évidemment, pas par hasard selon certains que le siège central des Jésuites se trouve au Borgo San Spirito, à un jet de pierre du Vatican

Maintenant que le pape (blanc) est issu des rangs de l’ordre de St Ignace de Loyola, la boucle est bouclée, mais le mythe finira bien par resurgir. Cet ouvrage n’est pas une brique mais une étude fouillée qui vient à son heure.

Le Pape noir Franck Damour ed. Lessius, « Petite bibliothèque Jésuite » 152 pp., env. 12 €

La Libre.

pour terminer, vous pouvez voir cette superbe et parlante série de clichés : les aliés du Vatican
Revenir en haut Aller en bas
orné

avatar

Messages : 792
Points : 1288
Réputation : 38
Date d'inscription : 17/03/2015
Age : 44
Localisation : Où ça ?

MessageSujet: Re: Le pouvoir occulte du Vatican, ses participations secrètes avec les régimes totalitaires   Ven 20 Mar - 15:33

Un post édité et proposé par akasha

La CIA et l’Eglise Catholique Romaine

© Jordan Maxwell (Traduction par le webmaster. Maxwell ne cite pas la source de ce document, mais ce qui va suivre a probablement été écrit par un communiste donc faites la part des choses.)

Bien que la CIA a démarré en tant qu’organisation à majorité Protestante, les Catholiques Romains vinrent à dominer la nouvelle aile d’action clandestine en 1948. Tous étaient fermement conservateurs, farouchement anticommunistes et faisaient partis de l’élite sociale. Juste quelques-uns des nombreux agents catholiques comprenaient des futurs directeurs de la CIA, William Colby, William Casey, et John McCone. Une autre personnalité très connue de cette période était William F. Buckley, Jr. l’éditeur de National Review et l’hôte piquant de Firing Line à la TV. Il s’avère que Buckley, servit en tant qu’agent de la CIA à Mexico City, et ses expériences là-bas lui servirent pour fourrer ses romans d’espionnage Blackford Oakes.

Il y avait plusieurs raisons pour cet afflux d’élites Catholiques. Premièrement, Wisner (lui-même en tant qu’Avocat à Wall Street) avait un cercle vaste et glamour d’amis avec lequel il pouvait recruter. Deuxièmement, l’Italie était en crise constante dans les années 1940, pendant la Seconde Guerre mondiale et après. Tout au long de cette période troublée, le plus grand allié de la communauté du renseignement américain a été l’Église catholique romaine.

L’Eglise Catholique Romaine, bien sur, est l’une des organisations la plus anticommuniste du monde. La doctrine Marxiste de l’athéisme menace la théologie Catholique, et son égalité menace la tradition stricte de l’Église de hiérarchie et d’autoritarisme. Quand Hitler a envahit la Russie Communiste, le Vatican approuva ouvertement. Le Jésuite Michael Serafian écrit: « Il ne peut être renié que le conseiller le plus proche [du Pape] Pie XII percevait à certains moments les divisions armées d’Hitler comme la main droite de Dieu. » (11)

Mais Hitler persécuta les Catholiques aussi, ce qui amena ultimement l’Église aux Américains. En 1943, le Vatican a conclu un accord secret avec l’OSS en chef Donovan – lui même un Catholique dévoué – de laisser le Saint-Siège devenir le centre d’opérations d’espionnage des Alliés en Italie. Donovan considérait l’Eglise comme étant l’un de ses moyens de renseignement de luxe, compte tenu de sa puissance mondiale, ses membres et contacts. Il cultiva cette alliance en envoyant les catholiques Américains les plus prestigieux au Vatican pour établir des rapports et former une alliance.

Après la guerre, la moitié de l’Europe est sous contrôle Communiste, et le parti Communiste Italien menaça de gagner les élections de 1948. La perspective d’une gouvernance communiste au cœur du catholicisme terrifia le Vatican. Une fois encore, les renseignements américains rassemblèrent leurs catholiques les plus prestigieux pour renforcer les liens avec le Vatican.

Parce que c’était la première mission de la nouvelle division d’action clandestine, les agents catholiques américains ont acquis des positions de pouvoir très tôt, et allaient dominer les opérations secrètes pour le reste de la guerre froide.

A un niveau public, le gouvernement U.S. coula 350 millions de dollars dans l’aide sociale et militaire en Italie pour influencer le vote. A un niveau secret, Wisner dépensa 10 millions de dollars dans des caisses-noirs de budget pour voler les élections. Cela comprenait la diffusion de propagande, battre les politiciens de gauche, intimider les électeurs et les partis de gauche perturbants. Les sales coups fonctionnèrent – les communistes ont perdu, et le succès des Américains Catholiques assura leur pouvoir au sein de la CIA.

Les Chevaliers de Malte (12)

L’Eglise catholique romaine n’a pas oublié les agents américains qui les ont à la fois sauvé du nazisme et du communisme. Elle les a récompensés en les faisant Chevaliers de Malte, ou des membres de l’Ordre Souverain Militaire de Malte (OSMM).

L’OSMM est l’un des ordres religieux le plus vieux et élitiste de l’église Catholique. Jusqu’à récemment, son adhésion était limitée aux Italiens et aux chefs d’états étrangers. En 1927, cependant, une exception a été faites pour les États-Unis, compte tenu de son statut émergent en tant que puissance mondiale. OSMM a ouvert une branche américaine, attribuant le titre de chevalier ou de dame à plusieurs américains catholiques magnats d’affaires. Ce groupe était si conservateur que quelqu’un, John Raskob, le Président de General Motors, en réalité s’était impliqué dans un complot militaire avorté pour retirer Franklin Delano Roosevelt de la Maison Blanche. OSMM a également été gêné par l’adoubement ou pour avoir donné des récompenses aux innombrables personnes qui plus tard s’avérèrent être des criminels de guerres Nazis. C’est le genre de culture qui perdure au sein de la gouvernance de l’OSMM.

Officiellement, les Chevaliers de Malte est une organisation caritative mondiale. Mais à partir des années 1940, la chevalerie a été accordée à d’innombrables agents de la CIA, et l’organisation est devenu un front pour les opérations d’espionnage. L’OSMM est idéal pour ce genre d’activité, car Malte est reconnue pour être sans souveraineté, et ses membres apprécient l’immunité diplomatique. Ceci permet aux agents et et aux biens de passer la douane, sans ingérence du pays hôte. Ces privilèges permis aux Chevaliers de Malte de devenir un fournisseur majeur de « l’aide humanitaire » aux Contras au cours de leur guerre dans les années 1980.

Une liste partielle des Chevaliers et Dames de Malte se lit comme un Qui est Qui du Catholicisme Américain:

- William Casey – Directeur de la CIA
- John McCone – Directeur de la CIA
- William Colby – Directeur de la CIA
- William Donovan – Directeur de l’OSS. Donovan fut donné une forme prestigieuse de chevalerie qui a uniquement été donnée à une centaine d’hommes dans l’histoire.
- Frank Shakespeare – Directeur d’organisations de propagande comme l’U.S. Information Agency, Radio Free Europe et Radio Liberty. Aussi exécutif et vice-président de CBS-TV et vice-président de RKO General Inc.. Il est actuellement président du conseil d’administration de l’Heritage Foundation, un groupe de réflexion à droite.
- William Simon – Le secrétaire au Trésor sous le président Nixon. Dans le secteur privé secteur, il est devenu l’un des 400 hommes Américains les plus riche en travaillant dans la finance internationale. Aujourd’hui, il est le président de la John M. Olin Foundation, un important bailleur de fonds des groupes de réflexion de droite.
- William F. Buckley, Jr. – Agent de la CIA, conservateur et personnalité des médias de masse.
- James Buckley – Frère de William, chef de Radio Free Europe et Radio Liberty.
- Clare Boothe Luce – La grande dame de la Guerre Froide était aussi une Dame de Malte. Elle était une dramaturge populaire et la femme du grand magnat de l’édition Henry Luce, qui a cofondé le magazine Time.
- Francis X Stankard – PDG de la division internationale de la Chase Manhattan Bank, une Institution Rockefeller. (Nelson Rockefeller était aussi un atout majeur de la CIA.)
- John Farrell – Président de U.S. Steel
- Lee Iacocca – Directeur de General Motors
- William S. Schreyer – Directeur de Merrill Lynch.
- Richard R. Shinn – Directeur de Metropolitan Life Insurance Company.
- Joseph Kennedy – Fondateur de l’empire Kennedy.
- Le Baron Hilton – Propriétaire de la chaine d’Hotel Hilton.
- Patrick J. Frawley Jr. – Héritier, de la fortune des rasoirs Schick. Frawley est un célèbre bailleur de fonds des causes catholiques de droite, telles que la croisade Anti-Communiste Chrétienne.
- Ralph Abplanalp – Magnat des aérosols.
- Martin F. Shea – Vice Président Exécutif de Morgan Guaranty Trust.
- Joseph Brennan – Président du comité exécutif de l’Emigrant Savings Bank de New York.
- J. Peter Grace – Président de W.R. Grace Company. Il a été un personnage clé dans l’Opération Paperclip, qui a amena des scientifiques et espions nazis aux États-Unis. La plupart ont été de nombreux criminels de guerre dont les atrocités sont excusés par leur service avec la CIA.
- Thomas Bolan – De Saxe, Bacon et Bolan, le cabinet du collaborateur Roy Cohn décédé du sénateur McCarthy.
- Bowie Kuhn – Commissaire de Baseball
- Le Cardinal John O’Connor – Le chef de l’extrême droite parmi les Chrétiens Catholiques, et un fervent opposant à l’avortement.
- Le Cardinal Francis Spellman – Le « Pape Américain » a été à un moment le Catholique le plus puissant de l’Amérique, un arch-conservateur et un anticommuniste enragé.
- Le Cardinal Bernard Law – L’un des conservateurs de plus haut rang dans l’Église américaine.
- Alexander Haig – Secrétaire d’État sous le Président Reagan.
- L’Amiral James D. Watkins – Chef des opérations navales cruciales sous le Président Reagan.
- Jeremy Denton – Sénateur (Alabama).
- Pete Domenici – Sénateur (Nouveau Mexique).
- Walter J. Hickel – Gouverneur de l’Alaska et secrétaire de l’intérieur. Quand ce groupe se réunit, évidemment, les sujets sont l’espionnage, l’économie et la politique.


La CIA a aussi utilisé d’autres organisations religieuses ou caritatives comme fronts. Par exemple, John. F. Kennedy — un autre Catholique Romain anticommuniste qui a grandement élargi les opérations secrètes — créa l’U.S. Peace Corps pour servir en tant que couverture des actions de la CIA. La CIA a également fait un large usage des missionnaires, avec la bénédiction de nombreux Chrétiens anticommunistes de droites..

Source : http://www.nouvelordremondial.cc/2011/12/16/la-cia-et-leglise-catholique-romaine/
Revenir en haut Aller en bas
orné

avatar

Messages : 792
Points : 1288
Réputation : 38
Date d'inscription : 17/03/2015
Age : 44
Localisation : Où ça ?

MessageSujet: Re: Le pouvoir occulte du Vatican, ses participations secrètes avec les régimes totalitaires   Ven 20 Mar - 15:37

Un post édité et proposé par akasha

CROM : La Piste Jésuite

Pour la plus grande gloire d’Ignace-le-Martien


© CROM.be Mise en Ligne: 01.02.10 | Extrait de Révolte contre l'Ordre Mondial


Voici une information qui n’a pas encore été révélée de manière explicite. Quelques chercheurs sur le thème des Illuminati ont mentionné ce groupe – dont chacun connaît le nom depuis toujours – mais ils ont contourné l’obstacle. Désinformation ?
À croire que tout le monde parle des Illuminati sans rien en savoir.

En clair, ce groupe qui manipule la politique mondiale depuis quatre siècles a pour nom COMPAGNIE DE JÉSUS. C’est, en réalité, une société secrète dissimulée sous l’apparence d’une congrégation de prêtres.

La Compagnie de Jésus est la société secrète la plus structurée et sans doute la plus active sur la terre. C’est, en tout cas, le seul groupe qui ait réellement des pouvoirs occultes concentrés et efficaces. Cela est ignoré par la plupart des gens qui croient que les Jésuites sont un ordre ecclésiastique dédié à l’éducation de la jeunesse issue de la bourgeoisie. Et il est vrai que nos élites occidentales sont passées par ce moule, mais être un élève des Jésuites ne fait pas de vous un Jésuite. Cela vous marque tout au plus, comme une trace psychique.

Les Jésuites initiés, c’est tout autre chose. Nous ne parlons pas du père jésuite de base, assez sympathique au demeurant, que vous avez pu croiser dans un collège, une organisation sociale ou un centre éducatif. Non, nous parlons des initiés, les Profès du grade du 4ème Vœu. C’est parmi eux que sont recrutés le gratin de la cour luciférienne, les véritables Illuminati.

Les chefs des Illuminati sont des Jésuites d’un grade supérieur ?

Les Illuminati sont de vrais Jésuites et vice-versa. Il ne peut pas en être autrement. Les Jésuites ont fondé le célèbre ordre des Illuminés de Bavière qui est devenu un leurre pour amateur de curiosités initiatiques. Si cet ordre était vraiment une société secrète, vous ne le connaîtriez pas. Car ce qui est vraiment secret demeure secret. Par contre, l’ordre intérieur des Jésuites est une véritable société secrète. Et vous n’en connaissez rien, ni vous, ni aucun soi-disant ésotériste. Lisez les livres d’occultisme et tout ce qui touche aux sociétés secrètes, et vous n’en trouverez tout au plus qu’une timide allusion.

Les gens ont-ils peur d’en parler, ou est-ce parce que cela est si secret que rien n’en transparaît ?

Lorsqu’on explique à des gens qui se gargarisent avec le complot des Illuminati que tout repose sur la société des Jésuites, il y a comme un flottement. Les gens ont été conditionnés à ne voir dans les Jésuites qu’un groupe de prêtres en noir qui rasent les murs. C’est l’image que les Jésuites ont voulu donner, afin qu’en les prenant pour des religieux, au demeurant parfaitement repérables, on ne puisse imaginer à quel point leur duplicité dépasse les normes. Chez eux, tout est paradoxal et extrême. Nous parlons des Jésuites des hauts grades car, encore une fois, les Jésuites de la base ne sont pas initiés aux secrets de l’ordre, quoiqu’ils forment un bataillon de soldats obéissants prêts à remplir n’importe quelle mission. On ne recrute qu’un seul initié sur quarante candidats qui, écoutez bien, ont été préparés pendant quinze ou vingt ans !

Avec eux, le paradoxe est la règle. Les Jésuites se font passer pour des faux-jetons pour comploter à l’aise. Ils sont experts dans de nombreux domaines de pointe. Ils sont pauvres avec les pauvres et riches avec les riches. Mais ils peuvent faire exactement le contraire que ce qu’on les croit occupés à faire. Depuis quatre siècles, ils ont pris à la fois l’Église catholique et la Franc-Maçonnerie en otage pour faire avancer leur grand projet : le Grand Œuvre. Le nouvel ordre mondial est leur invention. Dans cette période de l’âge noir, la destinée des peuples est sous leur contrôle. Aucune révolution ni guerre ne sont déclenchées sans eux. En quatre siècles, ils ont été bannis 73 fois d’à peu près tous les pays, tant ils causaient de zizanies et de problèmes politiques. Mais pour mieux le comprendre, revenons un moment sur leur histoire.

Ignace de Loyola a fondé l’ordre des Jésuites – la Compagnie de Jésus – au XVIe siècle pour en faire une armée théoriquement au service de Rome – je dis bien de Rome et non de l’Église qui devint leur outil de conquête. C’est une super inquisition pour les temps modernes ; une milice pour convertir les peuples ou tout au moins pour ramener les grandes religions mondiales dans le sein de Rome à travers l’œcuménisme, lorsque la conversion s’avère impossible. C’est pourquoi cette société s’appelle Compagnie et que son chef porte le titre de Général. Les fondateurs de la SS s’inspirèrent de l’ordre jésuite, et les services secrets internationaux y ont leurs racines. Mais nous verrons que les nazis ne furent que les marionnettes de leurs parrains bien plus malins.

Au début, il fallait contrer la Réforme de toute urgence, et sauver le Vatican d’une débâcle annoncée. Avec génie, Ignace de Loyola tira profit de cette situation critique pour l’Église afin de se placer en tant que défenseur de la Foi contre les « parpaillots et les hérétiques » contre lesquels les Dominicains semblaient incapables de lutter.

Dès sa fondation, l’ordre se répand sur la terre, d’abord en Inde, puis au Japon et en Chine. De Chine, les Jésuites sont passés au Tibet, sans doute les premiers – et l’on verra l’importance de cette pénétration clandestine. À chaque étape, ils se fondent dans la foule « comme des poissons dans l’eau ». Cette formule de Mao Tsé Toung, fut empruntée aux Jésuites, ses véritables maîtres. Et l’avancée continue durant le XVIIe siècle. Ils apparaissent en Amérique du Sud, en Afrique, et dans tous les pays du monde. En un siècle, ils sont partout, derrière les tentures de tous les palais. À chaque étape, ils s’incrustent profondément dans la culture locale allant jusqu’à se déguiser en sannyasin, en Inde, et en mandarin confucianiste, en Chine. Ils ne s’en cachent d’ailleurs pas car la dissimulation et l’infiltration font partie de leurs devoirs. Sur des gravures chinoises représentant des mandarins aux ongles longs et aux moustaches tombantes, on aurait du mal à identifier des pères jésuites, à moins d’un détail comme ce crucifix volontairement disposé dans un coin du décor. Au Tibet, ils disparaissent dans les lamaseries, mais réapparaissent au XIXe siècle en tant que… maîtres de la Grande Loge Blanche ! Vous avez compris l’astuce ?

Cela n’étonnera que les naïfs qui croient aux contes de fée de la Théosophie façon new age. Comment imaginer que la Grande Loge Orientale soit entre les mains de ceux qui tiennent également le Grand Orient sous leur coupe ? Mais, c’est ainsi. Les Jésuites ont investi le Tibet, et n’en sont jamais repartis.
Vous voyez le topo ? C’est pourquoi aujourd’hui encore, ils financent le bouddhisme tibétain – ils paient directement le salaire des lamas – après avoir lancé la Chine communiste contre le Tibet. Toujours « diviser pour régner ». Car, la Chine est l’une de leurs places fortes, et le communisme est leur cheval de Troie. Tout cela est dit en raccourci, mais le chercheur motivé en découvrira les preuves s’il y consacre un peu d’efforts. Car rien n’est caché lorsqu’on sait lire les livres de propagande sur le lamaïsme, par exemple.

Qui sont ces êtres pour détenir une telle puissance ?

Contrairement à l’immense majorité des êtres humains, ils ont un projet de grande envergure, des moyens financiers et intellectuels considérables, et une discipline de fer. C’est une Gestapo avec des pouvoirs occultes en plus. Imaginez une milice de SS déguisés en prêtres, et qui sévissent depuis quatre siècles, cela doit finir par donner des résultats, n’est-ce pas ? Ils ont un système de développement occulte qui les rend totalement déterminés et obéissants.

Ce système de conditionnement psychique est caché dans le sens ésotérique des Exercices Spirituels d’Ignace de Loyola qui fut un initié investi par l’esprit de Mars. C’est la conquête du monde derrière le masque de la religion.

Les Jésuites mènent une guerre terrible depuis plusieurs siècles, et tous les conflits ont été directement ou indirectement déclenchés par leur volonté avec le soutien financier de leur généreuse banque, rien moins que l’honorable maison Rothschild. Ce sont les Rothschild qui ont financé les Illuminés de Bavière, et encore les Rothschild qui offrent des cadeaux somptueux aux Jésuites, tel le château de Chantilly. L’origine de la fortune des Jésuites est inconnue, mais si on cherche un peu du côté de la mafia italienne, alors tout s’éclaire, et l’on réalise que les fils d’Ignace de Loyola sont les plus grands trafiquants de drogue et de chair humaine de ce coin du système solaire. Je m’excuse si tout cela sonne un peu comme du David Icke qui voit des reptiliens partout, mais le temps est venu de dire les choses. À chacun d’en faire ce qu’il veut, soit pour rejeter, soit pour comprendre.

Lorsqu’on parle de la puissance des Illuminati, on pense souvent à des financiers internationaux comme les Rothschild, mais on n’évoque jamais l’importance des Jésuites.

Au XIXe siècle, les Jésuites lancèrent la « mode » de l’antisémitisme afin qu’on rejette la responsabilité de leurs turpitudes sur les juifs. Les premiers pamphlets et les écrits de l’idéologie antisémite ont été rédigés par des jésuites qui deviendront ultérieurement des militants de l’antiracisme. N’oublions pas qu’ils sont toujours des deux côtés à la fois. Diviser pour régner. C’est pourquoi, on pense que les Protocoles des Sages de Sion ont été mis en circulation par les Jésuites pour détourner l’attention vers les juifs qui sont devenus un bouc émissaire idéal en raison des juifs célèbres qu’on retrouve aux commandes du système jésuito-illuminati.

Pourtant, les juifs de base ne sont pas responsables si des milliardaires et des élites sionistes trempent dans la combine. Nombre de juifs doivent se demander ce qui leur vaut autant de succès dans les médias, la finance ou le monde du spectacle. Ils devraient quand même se méfier de leurs parrains et de ces familles puissantes comme les Rothschild qui n’hésitèrent pas à sacrifier leurs congénères durant la dernière guerre mondiale. Car, quoiqu’en disent les révisionnistes, les juifs ont souffert sous le joug jésuito-nazi même si cela ne leur permet pas de s’attribuer le monopole de la souffrance. Rappelons que les Rothschild n’ont perdu aucun des leurs ni souffert du moindre harcèlement depuis l’apparition de l’antisémitisme moderne. On prétend même qu’ils ont financé le régime nazi, lequel entretenait, au demeurant, d’excellents rapports avec le mouvement sioniste. Quoi qu’il en soit, nous ne développerons pas maintenant cette question fort épineuse qui exige du recul et des connaissances que l’on ne trouve pas dans les livres d’histoire.

La cause politique des atrocités révolutionnaires et des régimes totalitaires s’explique par la politique des Jésuites-Illuminati qui ont été de tous les côtés, trahissant et faisant massacrer leurs opposants sans relâche, assassinant des rois et des chefs d’état, depuis Henri IV jusqu’à Kennedy.

Et les services secrets ? Qu’il suffise de savoir que le responsable au Vatican des contacts avec la CIA est un jésuite, le cardinal Dulles, le petit-fils du fondateur de la CIA ! Les secrets des reptiliens restent en famille.

Comment peut-on s’appeler « Compagnie de Jésus » et poursuivre un dessein si contraire à la foi chrétienne ?

Cette question démontre notre naïveté. Nous n’avons toujours pas compris que si l’on veut atteindre un but sur le long terme, il faut agir au nom de Dieu et du Bien, en laissant croire aux meilleures intentions du monde. Le loup sait qu’on lui ouvrira la porte s’il se met de la farine sur le museau, et s’il se présente en bêlant des paroles de paix et de fraternité. Il connaît la réaction des hommes dès lors qu’on leur parle gentiment et qu’on vient pour les aider. C’est par le « bien » qu’on trompe vraiment l’humanité, et non par les explosions éphémères de force brutale. Le meilleur camouflage, c’est le masque de la religion car l’être humain est un enfant qui ne peut percer une telle malice. Cette candeur humaine est d’ailleurs la preuve de notre bonté originelle, mais cette bonté s’accompagne d’une stupidité indécrottable. Les bons sentiments, l’humanitarisme, le progrès scientifique et social, voilà les meilleures armes des Jésuites. Pourtant, lorsqu’on suit leur action à la trace, il n’y a que des larmes et du sang, depuis le massacre des Indiens d’Amérique jusqu’à la boucherie de Pol Pot, en passant par les purges de Staline et les massacres de la révolution culturelle de Mao. C’est signé.

Chaque fois, les Illuminati-Jésuites sont à l’arrière-plan, et si l’on ne comprend pas la raison d’un génocide, eux la connaissent. C’est toujours « Pour la plus grande gloire de Dieu », selon leur folle devise dont l’application pratique exige que « la fin justifie les moyens ». Quelle drôle d‘idée de vouloir ajouter de la gloire à Dieu ? Quel est ce dieu qui aurait besoin qu’on lui ajoute des conquêtes terrestres ? On a compris qui il est.

Comment la Franc-Maçonnerie est-elle tombée sous leur contrôle ?

Rien de plus simple. Ils entrent dans une organisation comme le ferait n’importe quelle personne intéressée, et une fois dans la place, ils deviennent les meilleurs et les plus dévoués, jusqu’à prendre naturellement les commandes de l’organisation qu’on leur livre les yeux fermés tellement ils sont devenus indispensables pour l’administration, les finances, etc. Cela devrait éveiller l’intérêt des membres de groupes qui ont pressenti que leur mouvement avait mystérieusement dévié depuis son origine. C’est souvent « signé Ignace ». Censure et manipulation des écrits originaux, ligne stalinienne du parti avec instauration de la langue de bois, manœuvres politiciennes, luttes de pouvoir, immobilisme ou au contraire activisme, transformation insidieuse de la doctrine initiale… les Jésuites instillent leurs manières dans l’organisation et le tour est joué.
Leur action est devenue aujourd’hui plus occulte que dans le passé. Leur puissant égrégore « magique » peut se greffer sur une sphère psychique collective – et y injecter son venin par des canaux subtils. Généralement, ils font pénétrer le poison par des individus télépathiquement sensibles ou dont les points de faiblesse peuvent être stimulés à volonté : ambition, sexe, argent… ce sont les failles naturelles par lesquelles on peut facilement détruire une organisation. Les Jésuites-Illuminati font du piratage occulte. Ils ont mis au point les rituels des hauts grades maçonniques pour servir leur propre égrégore. Ils ont inversé les colonnes du « rite français » des loges du Grand-Orient afin de remplacer les mythiques initiales I et B des colonnes du Temple de Salomon – Iakin et Booz – par les initiales de Beatus Ignatius (Saint Ignace).

C’est ainsi que les candides francs-maçons rendent un culte à Saint Ignace tout en accomplissant leur rituel maçonnique. Ce n’est là qu’un exemple parmi de nombreuses manipulations effectuées par les initiés Jésuites grâce à leur connaissance scientifique des effets occultes de la magie cérémonielle. Dans l’Église catholique, on parle des « rituels jésuites » pour décrire le détournement des rites de Confucius dans un sens jésuite. À ce sujet, savez-vous qui a traduit la plupart des écrits sacrés de l’Asie ? Lao Tseu aurait bien du mal à se retrouver dans le pseudo-Tao des Jésuites, et que dire des grands sages de l’Inde. Personne ne peut rivaliser. Aucun autre groupe n’est au niveau, et d’ailleurs, la plupart ont été mis sous contrôle – ou sont partiellement neutralisés par les Illuminati-Jésuites qui disposent d’agents – souvent inconscients – dans tous les milieux. Cela n’empêche personne de faire son chemin sur la voie qu’il a choisi, mais l’on se demande parfois pourquoi autant de difficultés irrationnelles apparaissent ? Nombre de groupes qui piétinent alors qu’ils devraient naturellement se développer, feraient mieux de se demander s’ils n’avancent pas avec les freins bloqués ? À l’opposé, d’autres mouvements ont une progression internationale miraculeuse qui est aussi peu naturelle que la stagnation des précédents… Cela dit, il serait absurde de mettre ses propres erreurs sur le compte d’une influence occulte.

L’incompétence, la stupidité et l’ambition demeurent les vices qui rongent la plupart des organisations, mais ces vices sont d’abord dans leurs membres.
Pour simplifier, nous dirons que l’Ordre secret des Jésuites est une inquisition occulte planétaire et, qu’à ce titre, il a inévitablement le contrôle des polices secrètes de tous les états. Ces services ne sont que des départements d’une centrale occulte. Une division apparente permet de motiver les innombrables dupes qui sont au service du système global – par idéologie ou par simple besoin de survie. Deux armées ennemies peuvent être sous le contrôle des Jésuites, lesquels feront livrer des armes aux deux camps, pour la plus grande satisfaction de leur banquier.

Mettez-vous à la place des Rothschild ! Quelle aubaine pour ces changeurs de Francfort lorsqu’ils virent de mystérieux inconnus leur proposer de créer les grandes banques européennes au XVIIIe siècle. Une partie du judaïsme tomba sous la coupe des Jésuites-Illuminati, et c’est pourquoi les juifs de base qui n’y sont vraiment pour rien, ont été littéralement pris en otage, et sont devenus la cible de l’antisémitisme. Les juifs ne semblent pas décidés à s’émanciper de cette tutelle qui offre des avantages matériels, mais peut les conduire au désastre lorsque le vent tourne.

Comment les Jésuites dirigeaient-ils les rois sous l’ancien régime ?

Les Jésuites s’étaient octroyé le monopole de la confession des princes et des rois catholiques de l’Europe. C’est ainsi qu’ils savaient tout sur tout le monde, dressant à volonté un roi contre son cousin, jusqu’à ce qu’excédés par ces manœuvres, les princes les expulsent de leur pays – ce qui est arrivé plus de 70 fois. Mais, ils revenaient rapidement et reprenaient leurs petites affaires. Il créèrent le personnage du Roi-Soleil avec la marionnette Louis XIV. Eux seuls connaissaient le cérémonial de l’empereur de Chine qu’ils appliquèrent au personnage du roi de France dont les ancêtres se seraient moqués d’un tel cinéma. La mise en scène de Napoléon, l’Empereur-aux-abeilles est visiblement signée Saint-Ignace. L’art jésuito-baroque et sa grandiloquence ! Le faste royal rapporté d’Orient qui permet de subjuguer les masses. Napoléon ou Louis XIV sont des exemples du passé, mais de nos jours, c’est moins spectaculaire avec les actuels chefs d’État et toute la clique des valets des Illuminati et leurs cohortes de technocrates serviles.

Sur quoi est basé leur pouvoir et leur science ésotérique ?

À l’issue d’un accident de guerre, en 1521, au siège de Pampelune, Ignace de Loyola, grièvement blessé à la jambe par un boulet de canon, a sublimé son énergie sexuelle de manière contrôlée. Ce n’est pas nouveau, car c’est la base même de l’occultisme. Mais il a codifié un système de développement occulte très efficace en liaison avec la force de la planète Mars ou, tout au moins, avec l’un des esprits de cette sphère.

On amuse les gens avec le yoga de la Kundalini, mais les hauts initiés jésuites détiennent de puissants secrets. De plus, leurs chefs sont dirigés par des entités occultes supérieures tel celui qui inspira Ignace de Loyola, ainsi que son incarnation suivante, le clairvoyant Swedenborg. Le « Jésus » des Jésuites est un prête-nom, une couverture fallacieuse car jamais Jésus ne commanda la ruse et le meurtre pour faire avancer le royaume de Dieu. Loyola était un militaire espagnol du XVIe siècle qui rêvait de conquérir le monde, mais qui réalisa que la religion était le meilleur moyen pour entrer chez l’ennemi avec des paroles de paix à la bouche. Blessé, il resta longtemps allongé ce qui lui permit d’analyser ses mécanismes psychiques les plus subtils. Il sublima l’énergie sexuelle et mit au point un système de développement psychique qui fabrique des anormaux. Il se fit prêtre pour infiltrer l’Église, débarqua à Rome, promit au pape de sauver son trône du danger de la Réforme, établit une milice totalitaire camouflée en ordre religieux et partit à la conquête de l’univers « Pour la plus grande gloire de Dieu ». C’est ainsi qu’il devint l’agent du destin dans l’âge noir. Il se mit au « service du Pape », ce qui signifie exactement le contraire si l‘on connaît le langage Jésuite. C’est dire que la religion catholique est totalement entre les mains du général de l’ordre, le pape noir, qui n’est lui-même que la pointe de la pyramide visible.

Tous les Jésuites du monde sont dans une obéissance absolue, et selon leur formule « s’abandonner comme un cadavre », ils sont comme des robots entre les mains de leurs chefs. Ils forment donc un corps militaire d’élite – à la fois prêtres et guerriers – présent dans tous les pays. C’est une armée démoniaque qui a investi la Terre, et la liaison des Jésuites avec les Gris extraterrestres est plus que probable.
Ils contrôlent les polices secrètes, les armées et les organismes internationaux.

À travers ces relais, ils expérimentent ce qu’ils veulent sur les populations. Par exemple, la guerre du Viêt-Nam leur a permis d’éliminer leurs adversaires dans ce pays, et le génocide du Cambodge a nettoyé un million de bouddhistes récalcitrants à la conversion chrétienne. Les bouddhistes de la tradition du Petit Véhicule ont particulièrement souffert, alors qu’au contraire les Lamas tibétains sont financés par les Jésuites. Sans cette aide, le lamaïsme ne serait pas connu du public et le Dalaï-Lama ne bénéficierait pas d’une telle publicité. Il faut un sérieux coup de pouce pour monter aussi haut lorsqu’on est un pauvre réfugié sans patrie ni argent.

Si on vous vaccine de force, dites merci aux Jésuites, sans oublier de remercier leur ami le baron de Rothschild qui fut le premier administrateur de l’Institut Pasteur.

Cela donne le vertige. Y-a t-il des preuves à l’appui de ces allégations ?

Il y en a abondamment, mais encore faut-il faire l’effort de les rechercher. À ma connaissance aucun chercheur « conspirationiste » ne semble véritablement intéressé par la piste des Jésuites. C’est encore un sujet tabou. Les gens évoquent parfois cette question, puis ils passent à un autre sujet car, à vrai dire, ils ne savent à peu près rien. Pour pénétrer cette sphère, il faut une sorte de sens prophétique car tout est dissimulé. Tout est truqué. Il faut s’armer de patience, réfléchir et progresser sans se focaliser outre mesure pour ne pas projeter de l’émotionnel. Il ne faut pas devenir un obsédé du « complot satanique jésuite » comme d’autres le sont des Reptiliens, du complot judéo-maçonnique ou du complot fasciste. Il faut garder sa bonne humeur, et ne jamais se laisser aller au ressentiment qui nous égare sur de fausses pistes. Comme le pêcheur qui surveille le bouchon, il faut savoir attendre longtemps avant de vérifier une simple petite information. Il faut se souvenir du moindre détail, selon la parole « Tu ne négligeras pas la poussière ». L’information vient toujours quand on ne s’y attend pas. Et c’est parfois le déclic.

Certains chercheurs américains ont révélé des informations essentielles sur les Jésuites, mais leur discours est souvent conditionné par un fanatisme religieux évangélique en lutte contre le catholicisme romain. Ils passent complètement à côté des aspects occultes de la question à cause de leurs préjugés religieux dogmatiques. Ils ne voient dans cette affaire qu’un combat entre le protestantisme et le catholicisme. Selon eux, le protestantisme du Nouveau-Monde serait le garant de la liberté de conscience, alors que Rome – par le biais des Jésuites – perpétuerait l’Inquisition et voudrait instaurer une théocratie mondiale avec un « pape-messie » à sa tête. Ces évangélistes américains qui s’appellent « patriotes », croient que l’Amérique est tombée entièrement sous le joug des Jésuites. Cela n’est pas faux, mais empreint de préjugés religieux, et d’une méconnaissance totale du monde de l’occulte.

Il est vrai que pour étudier cette question, il faut se sentir motivé. Il y a certes des inexactitudes dans tout ce que je déroule ici, mais je dispose de références pour 80 % de mes allégations.

Des sympathisants du bouddhisme tibétain pourraient se scandaliser lorsque j’affirme que des lamas reçoivent de l’argent des Jésuites. Mais je n’y peux rien, c’est un fait dont on trouve la trace dans un livre grand public écrit par un moine dont le père est philosophe.
Je ne vous demande pas de me croire mais de mener votre propre enquête, à condition que vous soyez bien inspiré et tenace.

Ainsi les Jésuites initiés contrôleraient la sphère du Nouvel Âge ? Cela va choquer les adeptes de ce courant qui y voient une ouverture de conscience et de nouvelles perspectives de civilisation.

Seul celui qui ne veut pas regarder la réalité en face sera choqué. Nous n’avons jamais prétendu que les courants spiritualistes n’étaient pas des voies d’ouverture. Mais ils le seraient encore plus si on identifiait lucidement ce qui dans ces courants est libérateur et ce qui emprisonne l’être. Il n’y a pas besoin de former une nouvelle inquisition pour cela. Chacun doit ouvrir les yeux. Toutefois, en ce qui concerne le new age et les fadaises sur les « maîtres de la Grande Loge Blanche », oui, cela est typiquement une opération jésuito-illuminati. Qui peut le plus, peut le moins. Des intelligences qui ont mis le grappin sur la politique du Vatican et la Maçonnerie, n’ont pas beaucoup d’effort à fournir pour tromper les amateurs d’occultisme. Souffler à l’oreille du médium Alice Bailey que l’âge d’or est venu et que le Christ va réapparaître, ce ne doit pas être trop difficile pour des initiés du niveau du « plan du Soleil ». (Voir l’Apocalypse de Jean)

Le soleil est un symbole de la Compagnie de Jésus. Un soleil sur fond d’azur. Leur but secret va au-delà du plan terrestre. C’est le système solaire qui les intéresse, et c’est pourquoi, ils ont développé la recherche spatiale et les sciences de pointe. Cela va très loin. On pourrait presque les admirer s’ils n’étaient à l’origine de tant d’horreurs. Helena Blavatsky disait : « Toutes les armées de Satan n’ont pas fait autant de mal sur la terre que les Jésuites ». Cette phrase est remarquable, car Blavastky en connaissait un rayon. C’est pourquoi elle fut mise sous camisole occulte durant un temps.

Comment se débarrasser des prédateurs ?

Se débarrasser d’un agent cosmique ? On peut toujours rêver. Dans l’âge noir, ils poussent à la roue et précipitent les événements. Peut-être préparent-ils la voie du démon de la matière qui doit s’incarner sur terre dans le futur ? L’implication des Jésuites dans la science expérimentale est l’indice de leur mission en tant qu’agents préparant le terrain pour quelque chose de prodigieux. Il est difficile de parler de cela en évitant l’imagerie religieuse, car il s’agit de politique. Il n’y a que de la politique dans l’Univers. Le Salut de l’âme est un enjeu politique cosmique. Il faut apprendre à voir les choses sous un angle réaliste, ce qui n’enlève rien au sacré. En politique, les Jésuites ont pris une très grande avance, car ils n’ont aucun préjugé. Lorsqu’ils favorisent le culte de la Vierge, par exemple, c’est pour eux du réalisme politique. Ils y ont un intérêt, voilà tout.

En attendant leur « démon solaire », ils mettent en place le Nouvel Ordre Mondial qui verra la fin de ce qu’on appelait la civilisation humaniste. N’oublions pas que les Jésuites furent les inventeurs des camps de concentration avec leurs « Reducciones » du Paraguay où les Indiens étaient dressés à devenir de bons citoyens robotiques dans le cadre d’une société communiste théocratique.

En termes de tyrannie, ils ont déjà tout expérimenté grâce au communisme, et cela n’annonce rien de bon pour le meilleur des mondes qu’ils nous ont préparé.
On en a assez dit. Si le lecteur ne peut comprendre ou admettre ces choses, qu’il considère ces informations comme des spéculations, et qu’il oublie les Jésuites contre lesquels nulle puissance terrestre ne peut grand chose de toute façon.
Revenir en haut Aller en bas
orné

avatar

Messages : 792
Points : 1288
Réputation : 38
Date d'inscription : 17/03/2015
Age : 44
Localisation : Où ça ?

MessageSujet: Re: Le pouvoir occulte du Vatican, ses participations secrètes avec les régimes totalitaires   Ven 20 Mar - 15:41

Post édité et proposé par akasha

Les Sociétés Secrètes du Vatican


































Voir Google Nazarenos

Un ordre particulier bien connu opérant à l’intérieur du Vatican est la loge Maçonnique Italienne Propaganda Due (P-2)





P2 était le sujet du film Le Parrain 3




P2 était une fraternité bancaire maçonnique opérant avec et au sein du Vatican. C’était mortel!

Notes:

P2 loge Maçonique

P2 Pape Assassiné

Source : Les sociétés secrètes du Vatican
Revenir en haut Aller en bas
orné

avatar

Messages : 792
Points : 1288
Réputation : 38
Date d'inscription : 17/03/2015
Age : 44
Localisation : Où ça ?

MessageSujet: Re: Le pouvoir occulte du Vatican, ses participations secrètes avec les régimes totalitaires   Ven 20 Mar - 15:43

Un post proposé et arrangé par akasha

langelin a écrit:
si la société est secrète comment tu l'as connait ? ils sont pas bien doué pour garder un secret ...
Encore une remarque qui ne sert à rien. No Cela signifie pas qu'on ne sais qui elle est, mais plutôt se qu'on y fait. Et ce, au plus haut grade. En général il y a souvent des fuites venant des grades les plus faibles, ou d’adhérents déçus ou repentis Wink Et bien entendu, des élucubrations conspirationnistes aussi, il ne faut pas se leurrer. Se qui rend la tâche du chercheur des plus ardue.Rolling Eyes

Bien...Autre chose, les informations sur l'appartenance du pape à la FM se précise de jours en jours. Sans compter qu'il est acquit qu'il est jésuite. Et pour tous qui sait se que cela implique...Suspect


Le Pape François Dénonce Les Lobbies, qu’ils soient Francs-Maçons ou Pas (Vidéo)


Le Pape dénonce dans une vidéo les lobbies qui font pression contre l’Eglise Catholique Romaine. Il ne blâme pas toute la franc-maçonnerie, car il dit que « nous sommes tous frères. » dans la vidéo.



Ne ratez pas cet article dans le registre conspirationniste mais qui me semble vraiment fondamental : Le Pape François serait-il un Franc-Maçon ?*


Dans la vidéo ci-dessus il ne blâme absolument pas la Franc Maçonnerie comme le titre Dailymotion l’indique, mais les lobbies. Y a une nuance ! Aussi ce n’est pas parce qu’il a refusé de voir le prêtre avec sa double appartenance franc-maçonne et catholique, qu’il faut dire ‘Ouf, tant mieux’. C’est délicat comme situation, car s’il est vraiment Franc-Maçon, humaniste, tout ce qu’on veut, il a intérêt à se faire discret.

Faites votre propre opinion !

Le Pape François serait-il un Franc-Maçon ?*


Observez bien cette photo, puis lisez cet article : La Main Cachée qui Façonna L’histoirepuis faites votre propre Opinion.

Ceci expliquerait ses propos sur l’avortement, et aussi qu’il ne croit pas en un Dieu Catholique Rappelez-vous de cette affaire étrange en rapport à la démission de Benoit XVI. L’ancien pape a dit : « Dieu m’a demandé de démissionner. » Alors la question que l’on se pose désormais après toutes ces informations, de quel Dieu parlait-il ? Et aussi : A quel jeu joue-t-il s’il est véritablement un fils de la veuve (en plus d’être jésuite) ?

Source de la photo; The Telegraph. Source des articles; Lenouvelrdremondial.
Revenir en haut Aller en bas
orné

avatar

Messages : 792
Points : 1288
Réputation : 38
Date d'inscription : 17/03/2015
Age : 44
Localisation : Où ça ?

MessageSujet: Re: Le pouvoir occulte du Vatican, ses participations secrètes avec les régimes totalitaires   Ven 20 Mar - 15:45

Revenons un instant sur la loge P2. Un membre avait essayer de noyer le poissons, reparlons en dans se cas.


La loge P2


La loge P2 ou "Propaganda Due" était une loge maçonnique dépendant du Grand Orient d'Italie de 1945 à 1976, puis est devenue une loge maçonnique secrète (également qualifiée de loge « noire » ou loge « clandestine ») dont l’existence était illégale.



Dirigée par Licio Gelli, la loge P2 a été impliquée dans plusieurs affaires criminelles italiennes, dont la faillite de la banque Ambrosiano étroitement liée au Vatican, les assassinats du journaliste Mino Pecorelli et du banquier Roberto Calvi, et des affaires de corruption. Son implication dans la mort du pape Jean-Paul I a également été questionnée.

« Etat dans l’Etat », ou « gouvernement de l’ombre », la loge P2 a été découverte par les procureurs enquêtant sur Michele Sindona, un banquier lié à la Mafia et au Vatican1. Une liste de membres de la loge a été découverte dans la villa de Licio Gelli lors d’une perquisition en mars 1981, et contenait 962 noms, parmi lesquels d’importants représentants de l’Etat, plusieurs grands officiers militaires dont les chefs des trois branches des services secrets italiens. Silvio Berlusconi, qui n’était pas encore entré en politique, était sur cette liste. Victor Emmanuel, le prince héritier, fils du dernier roi d’Italie, y figurait également.

En juillet 1982, de nouveaux documents ont été découverts caché dans le double-fond d’une mallette appartenant à la fille de Licio Gelli, à l’aéroport de Rome-Fiumicino. Les deux documents étaient intitulés « Memorandum sulla situazione italiana » (Memorandum sur la situation italienne) et « Piano di rinascita democratica » (Plan de renaissance démocratique), et ont été considéré comme le programme politique de la P2. Selon ces documents, l’objectif de Licio Gelli était de former une nouvelle élite politique et économique pour diriger l’Italie, dans une forme de régime autoritaire de droite. La loge P2 défendait un programme de vaste corruption politique : « Les partis politiques, les journaux et les syndicats peuvent être les objets d’éventuelles sollicitations qui pourraient prendre la forme de manœuvres économiques et financières. La mise à disposition de sommes n’excédant pas 30 à 40 milliards de lires devrait être suffisante pour permettre à des hommes soigneusement choisis, agissant de bonne foi, de conquérir des positions clés pour un contrôle global. »

La commission d’enquête parlementaire présidée par Tina Anselmi a conclu que la loge P2 était une organisation criminelle secrète. Des allégations de relations internationales clandestines ont été en partie confirmées. Il s’agissait principalement de relations avec l’Argentine (Guerre sale et opération Condor) et certaines personnes liées à la CIA.

Notes
1 Michele Sindona:
Membre de la loge P2, banquier et criminel italien que le pape Paul VI avait nommé conseiller financier du Vatican et membre du conseil d'administration de l'Institut pour les œuvres de religion. Il est mort empoisonné au cyanure dans sa cellule après avoir promis des révélations.

Poursuivons :

Un procès qui pourrait gêner
beaucoup de personnes"

NOUVELOBS.COM | 07.10.05 | 16:40


par Hervé Rayner,
docteur en Science politique,
auteur de la thèse "Les scandales politiques :
l'opération mains propres en Italie"
(Editions Michel Houdiard, novembre 2005)

Pourquoi ce procès se déroule-t-il plus de 20 ans après les faits ?

- Cette affaire a déjà donné lieu à toute une série d'enquêtes, de procès, d'appels et de verdicts en cassation. La veuve et le fils de Roberto Calvi ont voulu poursuivre leur plainte. Ce sont eux qui se sont constitués partie civile dans ce dernier procès. Il y a toujours eu un doute sur les exécuteurs de Roberto Calvi -car c'est bien d'un meurtre dont il s'agit. Il est certain que l'homme d'affaires Flavio Carboni, l'un des cinq accusés, est impliqué dans sa mort. C'est lui qui a organisé la fuite de Calvi hors d'Italie après la faillite de sa banque, le Banco Ambrosiano, en 1981.
La durée des procès en Italie atteint souvent des sommets et celui de Roberto Calvi n'échappe pas à la règle, surtout lorsqu'il s'agit d'affaires impliquant des réseaux de politiques, de banquiers et de mafieux. La découverte de documents judiciaires et bancaires s'est étalée dans le temps, relançant à chaque fois l'enquête. Enfin, il y a eu les aveux de membres de "Cosa Nostra", la mafia sicilienne. Les luttes entre ses différents clans ont fortement ralenti la tenue du procès.



Le ministère public estime que Roberto Calvi blanchissait de l'argent sale pour la Mafia et qu'il a été victime d'une vendetta. Sur quels éléments s'appuie cette thèse ?

- Il faut savoir que le Banco Ambrosiano est connu pour être la banque de la Loge P2 [ndlr : une loge secrète fondée par Licio Gelli à l'intérieur de la Maçonnerie italienne]. La liste de la Loge P2 a été mise au jour en 1981 par deux magistrats: on y trouvait des juges, des ministres, des hommes politiques, des représentants de la garde financière, des agents secrets… En tant que tel, le Banco Ambrosiano servait à mener des raids financiers. C'est ainsi que la Loge P2 a pu par exemple racheter Le Corriere della Sera, le premier quotidien italien, via le Banco Ambrosiano. Cette banque aurait recyclé de l'argent de la Cosa Nostra. Le scandale de la Loge P2 en 1981 a alors précipité la chute de Roberto Calvi et du Banco Ambrosiano, donnant lieu à une faillite colossale, chiffrée à 1,2 milliard de dollars!
On a coutume de dire que Calvi aurait mal géré l'argent de la Mafia et que cela lui aurait coûté la vie… C'est l'explication que l'on trouve dans beaucoup d'ouvrages, sans qu'aucune preuve juridique ne soit toutefois venue confirmer cette thèse.
Mais pour comprendre réellement les causes de la mort de Roberto Calvi, il faut étudier les relations que ce banquier entretenait avec d'autres financiers, des hommes politiques et des mafieux. L'été précédant sa mort, Roberto Calvi a été reçu par Flavio Carboni, en même temps que Giuseppe "Pippo" Calo, un autre des cinq accusés du procès Calvi. A cette époque, Carboni était en relation très étroite avec Silvio Berlusconi sur un projet de cité balnéaire en Sardaigne. L'actuel ministre de l'Intérieur, Giuseppe Pisanu, faisait également partie de ce "réseau". Le procès Calvi, s'il donne lieu à des révélations, pourrait donc gêner beaucoup de personnes.

Cette affaire peut-elle avoir des répercussions également sur le Vatican, dont Roberto Calvi était réputé proche ?

- Roberto Calvi n'était pas lié à l'ensemble du Vatican, mais il était proche de la banque centrale vaticane, le IOR (Istituto per le opere pubbliche).
Les banques vaticanes ont souvent servi à recycler de l'argent sale en prélevant d'énormes pots-de-vin. Ce fut le cas lors du scandale ENImont au début des années 1990. A cette époque, le Vatican, en tant qu'Etat indépendant, a opposé le secret d'Etat. Lors de l'opération "Mani pulite" (mains propres) en 1993, les autorités vaticanes, en situation de faiblesse, ont garanti un minimum de coopération.
Mais aujourd'hui, ce procès ne devrait pas avoir d'énormes répercussions sur le Vatican. Il pourra tout au plus révéler quelques secrets de polichinelle: à savoir que les banques vaticanes ont financé le syndicat polonais Solidarnosc et des banques sud-américaines qui soutenaient des mouvements paramilitaires.
Ce sont plutôt les réseaux d'hommes politiques italiens, de financiers et de mafieux qui risquent d'être dérangés par ce procès. Au premier rang desquels Silvio Berlusconi, en tant qu'ancien associé de Flavio Carboni, ainsi que son ministre de l'Intérieur Giuseppe Pisanu. C'est un univers conflictuel, marqué par des clans et des jeux de pouvoirs entre les groupes qui évoluent perpétuellement.
Le contexte d'ouverture de ce procès est par ailleurs intéressant : il débute alors que l'Italie est à nouveau secouée par des scandales financiers, comme celui de la Banque centrale notamment, dans lequel Antonio Fazio s'accroche désespérément à son poste de gouverneur.
Mais pour que ce procès ait des répercussions, il faut qu'il y ait des mobilisations de la part de journalistes et d'hommes politiques. L'affaire est à suivre, en tenant compte des délais interminables de ce type de procès.

http://permanent.nouvelobs.com/europe/20051007.OBS1464.html

Voila, et si il le faut, j'ai d'autres extrais de procès en liaisons avec la loge P2 et le Vatican, sans compté ceux qui ont été occultés....
Revenir en haut Aller en bas
orné

avatar

Messages : 792
Points : 1288
Réputation : 38
Date d'inscription : 17/03/2015
Age : 44
Localisation : Où ça ?

MessageSujet: Re: Le pouvoir occulte du Vatican, ses participations secrètes avec les régimes totalitaires   Ven 20 Mar - 15:45

Le cœur de l’Empire: Le Vatican, la City de Londres et le District of Columbia

L’empire de la City



La ville état du Vatican, le District of Columbia et la City de Londres forment un empire inter-connecté.


Ces trois cités-états entreprises contrôlent le monde économiquement au travers de l’entreprise financière de la City de Londres, militairement au travers de Washington District of Columbia (D.C) et spirituellement au travers du Vatican.

- Elles ne paient aucun impôt
- Elles ne sont sous aucune autorité nationale
- Elles ont leur propre drapeau indépendant
- Elles ont leur propres lois séparées
- Elles ont leur propre force de police
- Elles ont des identités totalement différentes du reste du monde.

Les trois étoiles qui sont sur le drapeau du District of Columbia (voir la photo sur l’article original) réfèrent aux trois cités-états, une pour chaque ville de l’empire.

Washington DC


Le président des Etats-Unis Obama, et les autres avant lui, opère en tant que “roi vassal” prenant ses ordres de la “City of London” au travers du Royal Institute of International Affairs (NdT: RIIA la maison mère du CFR en grande-Bretagne…).

La constitution du district of Columbia fonctionne sous la loi romaine tyrannique connue sous le nom de “Lex Fori” qui ne ressemble en rien à la constitution des Etats-Unis. Lorsque le congrès a voté la loi de 1871, il créa une entreprise distincte connue sous le nom d’Etats-Unis/US (NdT: et non pas “d’Etats-Unis d’Amérique”/USA) et un gouvernement corporatiste, entrepreneurial pour le District of Columbia. Cet acte de trahison a permis au District of Columbia de fonctionner comme une entreprise en dehors de la constitution originale des Etats-Unis d’Amérique et en dehors des meilleurs intérêts des citoyens américains.

City of London Inc.

Devenue un état souverain en 1694 lorsque le roi William III d’Orange privatisa et retourna la Banque d’Angleterre à des banquiers privés. En 1812, Nathan Rothschild torpilla le marché boursier anglais et prît alors un contrôle frauduleux de la Banque d’Angleterre.

Aujourd’hui, la ville état de Londres (City) est le centre financier mondial et le kilomètre et demi carré le plus riche de la planète.

Elle abrite:

- La Banque d’Angleterre contrôlée par Rothschild
- Lloyds of London
- Le London Stock Exchange
- Toutes les banques britanniques
- Les succursales de 384 banques étrangères
- 70 banques américaines
- Journaux de Fleet Streets et Publishing Monopolies
- Le QG mondial de la franc-maçonnerie
- Le QG pour le cartel mondial monétaire connu sous le nom de “la couronne” ou “the Crown”

Elle ne fait pas partie de la ville de Londres ou de l’Angleterre ou du Commonwealth britannique

Le Vatican Inc.


La fortune collossale du Vatican inclut d’énormes investissements avec les Rothschild en Grande-Bretagne, en France et aux Etats-Unis et avec de très grosses entreprises pétrolières et de l’armement comme la Shell, BP et General Electric.

Le stock de lingots et de pièces d’or du Vatican vaut des milliards, il est emmagasiné à la Banque D’Angleterre contrôlée par les Rothschild et à la Réserve Fédérale américaine.

L’église catholique est la plus grosse puissance financière au monde, la plus grosse accumulation de richesses et de propriétés en existence, possédant plus de biens et de richesses que toute banque, entreprise, fond de trust géant et gouvernement n’importe où sur la planète.

Le pape, qui est le dirigeant visible de cette fortune mondiale colossale, est un des hommes les plus riches de la planète.

Alors que les deux tiers de l’humanité vit avec moins de 2$ per jour et un cinquième (1/5) du monde est sous-alimenté ou meurt de faim, le Vatican est à la tête de la richesse mondiale, profite inlassablement de ses investissements sur le marché boursier et dans le même temps prêche le “don”.

Durant la seconde guerre mondiale, le Vatican fut critiqué pour son soutien à Hitler et son régime nazi. A ce jour, le Vatican est toujours sous le coup d’une enquête pour le pillage de l’or nazi des banques suisses et des comptes des victimes juives de l’holocauste nazi.

Ces cinq dernières décennies, plus de 1500 prêtres et évêques ont été identifiés pour avoir harcelé sexuellement des dizaines de milliers de jeunes garçons et filles au sein de leur congrégations religieuses et leurs orphelinats.

1- Pourquoi cette institution honteusement riche prêche t-elle des valeurs spirituelles, la pauvreté et la chasteté, alors que des cardinaux, des prêtres et des évêques couvrent leurs crimes d’abus sexuels et de viols ?

2. Pourquoi l’église a t(elle lutté contre et résisté aux accusations et aux demandes de compensation de ses victimes sexuellement, émotionnellement et spirituellement traumatisées ?


Source : International People’s Conference Organization,traduction par Resistance 71
Revenir en haut Aller en bas
orné

avatar

Messages : 792
Points : 1288
Réputation : 38
Date d'inscription : 17/03/2015
Age : 44
Localisation : Où ça ?

MessageSujet: Re: Le pouvoir occulte du Vatican, ses participations secrètes avec les régimes totalitaires   Ven 20 Mar - 15:47

akasha a écrit:
Cela vaut se que cela vaut. Le conditionnel est de mise, et malgré le titre quelque peu tapageur, certaines réponses de l'interview y suscitent quelques intérêts, et mérite de pousser moultes réflexions. De plus il ne s'agit pas que de Nibiru, mais aussi de la présence d'extraterrestres sur notre planète et de leur influence.


Confessions d un agent secret du vatican

mardi 23 septembre 2008 à 14:43 :: Général :: #5865

La planète Nibiru arrive confessions d’un agent secret du vatican



L’homme est jésuite, il se présente à Barbato comme étant un familier du Vatican travaillant pour le Saint Siège. D’abord sceptique et méfiant à l’égard de ce contact soit disant « initié », Barbato analyse et vérifie ses références (en se gardant, comme le veut son éthique de journaliste, d’indiquer sa source) : il s’agit bien d’un prêtre jésuite, oeuvrant à la Cité du Vatican.Après quelques échanges par mails, le journaliste italien demande que leur dialogue se poursuive de vive voix. Malgré le danger, vraisemblablement conscient que cette rencontre est préférable vu l’énormité des révélations qu’il s’apprête à faire, l’homme du Vatican accepte. Deux rencontres ont donc lieu à Rome, en 2001 .

Barbato apprend que des dissensions règnent au sein du SIV, un groupe minoritaire désapprouvant la politique conduite à propos de la planète X. À partir de là, il est clair pour Barbato que la démarche du jésuite ne procède pas d’une simple trahison; mais d’une révélation dont l’enjeu est de taille : la survie de notre civilisation.

La « vidéo jésuite »

Avant même leur rencontre à Rome, le contact du Vatican avait fait parvenir à Barbato, en guise de preuve, une bande vidéo - que je nomme la « vidéo jésuite » - destinée à alerter le public. D’une durée d’environ deux minutes, elle évoque l’observation d’un planétoïde couvert d’une atmosphère épaisse (la présumée planète X) se dirigeant vers le système solaire, bien qu’encore en dehors de l’orbite de Neptune.

La bande, que j’ai eu plusieurs fois l’occasion de visionner, est assortie de diverses classifications, dont la « Secretum Oméga », le plus haut niveau de secret du SIV, comparable au « Top Secret Cosmique » (CTS) de l’Otan. Il paraîtrait que l’image a été prise par une caméra embarquée dans une sonde spatiale secrète appelée Siloe.

Le contact de Barbato lui explique que la sonde, commandée secrètement chez Lockheed Martin, est équipée d’une caméra infrarouge sophistiquée ainsi que d’un système de propulsion à impulsion électromagnétique. L’engin a été assemblé à l’aire 51, dans le Nevada, et placé en orbite par un appareil secret hypersonique de type Aurora, dans les années 90. Selon le jésuite, la sonde Siloe a envoyé des images du planétoïde en octobre 1995 vers un radiotélescope secret, entièrement géré par des jésuites appartenant au SIV, et dissimulé dans une raffinerie de pétrole désaffectée en Alaska. Il précise que le radiotélescope a été construit en 1990 dans le but d’observer les corps célestes inhabituels s’approchant du système solaire. Quant au planétoïde visible sur la vidéo, le jésuite indique qu’il s’agit de la planète X (la Nibiru des Sumériens ; voir NEXUS n” 50, p. 10). Planet X

Une très grosse planète

Cette planète massive encore ignorée de l’astronomie moderne produit des perturbations analogues à celles que décelèrent Lowell, dans les mouvements d’Uranus, et Pickering, dans ceux de Neptune. En 1978, James Christie, astronome à l’observatoire de la Marine américaine, découvre Charon, le satellite de Pluton et calcule la masse du couple Pluton- Charon. Au passage, les calculs indiquent la présence probable d’une très grosse planète encore invisible*…

De son côté, Barbato attendra le 30 avril 2005 pour se décider à révéler cette incroyable nouvelle et à montrer la vidéo au public. La projection a lieu au Palazzo délia Provincia, à Pescara, sur la côte adriatique italienne, au cours d’une conférence organisée par la Ufobserver Cultural Association et intitulée : « Ovnis ? La vérité est top secrète : de l’Aire 51 à la Planète X ».

Toutes ces années, Barbato s’est efforcé de rassembler des indices confirmant l’existence de la planète X/Nibiru et du SIV. Concernant ce dernier, il a trouvé des indications historiques explicites importantes dans le livre de Mark Aarons et John Loftus Ratlines (chapitre i). J’ai moi-même trouvé une référence indirecte dans un livre du lieutenant-colonel italien Umberto Rapetto et du journaliste Roberto di Nunzio {L’atlante délie spie, BUR, Milan, 2002). Dans le chapitre V {Lo spionaggio in porpora : il Vaticano), p.89, §2.3 (Le nunziature) il est question d’un certain Robert A. Graham, un jésuite qui fit jadis allusion à l’existence d’un Service Secret du Vatican. S’agit-il de désinformation ou bien de la divulgation progressive d’une information secrète ?

Étranges anomalies dans le système solaire

Parmi tout ce que le jésuite du SIV a raconté à Barbato, deux choses sont, de mon point de vue, inquiétantes : la planète X aurait commencé à faire sentir ses effets sur le système solaire au plus tard au début de 2004 (voir mon interview de Barbato dans UFO Notiziario n°62, avril-mai 2006, p. 40), ce qu’un certain nombre d’indices tend à prouver. D’autre part, le soleil et certaines planètes et satellites du système solaire ont également manifesté des signes anormaux.

Prenons d’abord le Soleil. Avec de la patience, vous pourrez consulter les données enregistrées par le radiohéliographe de Nobeyama (NoRH), un radiotélescope japonais qui fonctionne en tant qu’interféromètre spécialisé pour l’observation solaire (voir la newsletter cosmologique mensuelle Shooting Star du 21 mars 2003, detailshere.com activity.htm).

Dans l’article intitulé « The truth about global warming : it’s the Sun that’s to blâme » [La vérité sur le réchauffement global : c’est le Soleil qui en est la cause], de Michael Leidig et Roya Nikkhah, publié dans le Telegraph de Londres le 18 juillet 2004 (telegraph.co.uk), on peut lire ceci : « Le réchauffement global est enfin expliqué : selon des recherches récentes, la Terre se réchauffe parce que le Soleil brille plus fort qu’il ne l’a jamais fait depuis le dernier millénaire. Une étude menée par des scientifiques suisses et allemands indique que le rayonnement croissant du Soleil est la cause des changements climatiques récents… Le Dr Solanki a déclaré que ce sont à la fois l’accroissement du rayonnement solaire et le niveau des gaz à effets de serre, tels que le dioxyde de carbone, qui contribuent à la modification de la température terrestre, mais qu’il est impossible de dire lequel des deux est prédominant ».

Parmi les planètes et satellites du système solaire présentant des activités atypiques, citons :

Pluton : Selon les astronomes, « bien que son orbite très excentrique l’éloigné en ce moment du Soleil, Pluton connaît un réchauffement de sa mince atmosphère » (voir « SUV sur Jupiter ?- réchauffement du système solaire : les hommes seraient-ils responsables de changements climatiques aux confins du système solaire, ou serait-ce le Soleil ? », sur redicecreations.com

Triton : James Elliot, astronome au MIT déclare : «… depuis 1989, Triton (un des satellites de Neptune) subit un réchauffement global ». (scienceagogo.com

Mars : En 2001, le JPL (Jet Propulsion Laboratory) de la NASA fit savoir que la caméra de la sonde Mars Orbiter avait observé, au pôle sud de Mars, des changements qui témoignaient d’un changement de climat sur cette planète, (mars.jpl.nasa.gov rel/index.html).

Jupiter : Le 4 mai 2006, un article qui titrait « De nouvelles tempêtes sur Jupiter laissent supposer un changement de climat » rapportait que « … le télescope Hubble photographie le développement d’une nouvelle tache rouge… » Baptisée Red Spot Jr [Tache Rouge Junior], elle s’est formée après l’apparition de trois tempêtes blanches de forme ovale, dont deux doivent avoir au moins quatre-vingt-dix ans, et qui se sont fondues l’une dans l’autre entre 1998 et 2000. (space.com

Saturne : Des images de la sonde Cassini du 11 octobre 2006 montrent un ouragan, dont le diamètre égale les 2/3 de celui de la Terre, qui fait rage au pôle sud de la planète, (news.bbc.co.uk

Alerter l’humanité

Ces événements du système solaire, ainsi que les découvertes troublantes de Cristoforo Barbato, réclament toute notre attention. Ils devraient alerter le public sur l’arrivée de la planète X et sur les problèmes d’exopolitique, à savoir l’implication des gouvernements dans la question des ovnis et la manière dont, jusqu’à présent, les affaires extraterrestres ont été confisquées par les États-Unis, ou un certain gouvernement de l’ombre (sans contrôle de la part du président, du Congrès ou du Conseil national de sécurité).

Je pense que la seule façon de savoir ce qui se passe réellement sur la Terre et dans le système solaire, c’est de soutenir des chercheurs tels que le Dr Steven M. Gréer, le professeur Michael Salla (exopolitics.org), l’historien Richard Dolan, le journaliste Cristoforo Barbato (secretumomega.com) et bien d’autres qui, tous, comprennent l’importance d’élargir les horizons de l’humanité dans toutes les dimensions, tant matérielles que spirituelles. Ce n’est que comme cela que nous aurons une chance d’éviter les luttes fratricides et les horreurs du conflit nucléaire qui nous menace.

En 2001, Cristoforo Barbato rencontre donc le père jésuite qui lui révèle alors la genèse des services secrets du Vatican, les contacts de Pie XII et Jean XXIII avec une certaine race d’aliénigènes, et la scission au sein du SIV entre les partisans du secret et ceux qui, comme lui, estiment urgent de divulguer l’information à l’humanité tout entière.

Barbato : Comment êtes-vous devenu membre du SIV ?

Jésuite : Le SIV se compose de divers éléments, tous reliés à l’Église et constitués, au moins pour le Directorat, principalement de prêtres, dont la majorité sont des jésuites, de moines bénédictins et de nonnes ; au total un peu plus d’une centaine de membres. On pourrait réduire cette estimation, mais il faut prendre en compte toutes les parties du monde où il y a un prêtre ou une religieuse susceptibles d’apporter des informations précises. Certains éléments du SIV viennent du monde laïque et de soixante-six institutions reliées à l’Église ; par exemple des associations humanitaires, des groupes politiques proches du Saint Siège, des mouvements de « jeunes catholiques » et d’autres. Je viens moi-même d’un de ces milieux. En résumé, les membres sont secrètement évalués, dirigés et formés selon des critères précis en vue de certaines fonctions.

B : Pourriez-vous donner plus de détails sur le SIV ; pourquoi a-t-il été créé et depuis quand est-il opérationnel ?

J : La structure est top secrète, mais je peux vous dire qu’elle est organisée de manière analogue à la CIA, au MI6, au KGB, etc. Il n’y a pas de siège officiel, mais on change régulièrement de lieu de réunion, toujours sous le regard de la Cité du Vatican.

Du point de vue chronologique, l’événement qui a déclenché la création du SIV s’est produit aux États-Unis en février 1954. Ce fut la rencontre à Muroc Airfield (future Edwards Air Force Base), en Californie, d’une délégation d’aliénigènes avec le président Dwight D. Eisenhower, en présence de l’évêque de Los Angeles, James Francis Mclntyre. La rencontre fut filmée par des militaires utilisant trois caméras 16 mm placées en des endroits différents et chargées de pellicules couleur. Les opérateurs devaient changer de bobine toutes les trois minutes et les caméras avaient des moteurs à ressorts parce que, en présence des aliénigènes, les moteurs électriques ne fonctionnaient pas. Au total, ils ont tourné vingt minutes de film en sept bobines de trente mètres chacune. À la fin de la réunion, chaque membre de la délégation terrienne prêta serment de ne jamais révéler à quiconque ce qu’il avait vu et entendu. Ne me demandez pas où sont les films, je crois que vous connaissez la réponse…

Quelques jours plus tard, regrettant probablement de s’être engagé dans le secret, Mclntyre partit d’urgence avec l’intention de rencontrer le Pape Pie XII et de l’informer de cet événement incroyable. Mais pour atteindre l’Italie, il fallait qu’il vole d’abord jusqu’à New York, puis de là à Rome, toujours en avion privé. Environ une demi-heure après le décollage de Los Angeles, l’appareil connut quelques difficultés techniques et fut contraint d’atterrir à Sky Haven Airport, à Las Vegas, Nevada, pendant la nuit.

Pendant la réparation, un colonel de la US Air Force monta à bord pour s’entretenir avec l’évêque. La conversation dura une vingtaine de minutes au cours desquelles il tenta de dissuader l’évêque de révéler tous les détails de la rencontre à laquelle il avait assisté, car les questions extraterrestres relevaient exclusivement par la USAF. Le militaire précisa que tout ce que désirait le président Eisenhower, c’était un avis sur l’aspect spirituel de la question et un soutien, mais le Saint Père ne devait pas être mis dans le secret. On craignait à l’époque l’infiltration éventuelle du Vatican par des espions soviétiques. L’évêque répondit qu’il avait précisément l’intention d’informer le Pape de cet événement incroyable.

Nous pensons aujourd’hui que la panne de moteur avait probablement été prévue et organisée par les militaires pour provoquer cette rencontre, et cela à l’insu du président Eisenhower. Avant de prendre congé, le colonel rappela à l’évêque les risques d’une divulgation à Rome.

Deux jours plus tard, Mgr Mclntyre fut reçu par Pie XII. Après une profonde méditation sur les implications possibles d’une relation exclusivement militaire avec les aliénigènes, le Pape décida de créer un service secret d’information organisé de façon analogue aux renseignements fascistes, que l’on nommerait SIV, et qui aurait pour mission de glaner toutes les informations possibles concernant les aliénigènes et les données déjà recueillies par les Américains. Il était très important d’assurer une communication ouverte avec le président Eisenhower.

Le SIV fut donc conçu pour acquérir et gérer, en coordination avec les services de renseignements d’autres pays, toute information secrète concernant les aliénigènes et traiter particulièrement des aspects moraux, philosophiques et religieux de la question.

B : Qu’est-ce qui permettait au Pape de croire que les militaires américains seraient prêts à partager des informations aussi sensibles avec le Vatican ? Que penser de l’officier que fit son apparition à l’aéroport de Las Vegas ?

J : Le fait qu’un président ait cherché une aide et un soutien spirituel dans une telle situation, unique dans l’histoire de l’humanité, constitue un témoignage de confiance et d’estime. D’ailleurs Mclntyre et l’archevêque de Détroit, Edward Mooney, devinrent plus tard les principaux coordinateurs de la transmission d’informations vers le Vatican.

Les affaires prirent cependant une tournure inattendue lorsque Mclntyre et d’autres membres du SIV furent directement contactés, à l’insu des militaires, par des aliénigènes de type « nordique »4, manifestement amicaux, prétendant venir des Pléiades. Ces gens mirent les contactés en garde contre les autres créatures que les Américains avaient côtoyées dans le désert de Californie. Ces rencontres avec les membres du SIV se produisirent souvent aux Etats-Unis, et par deux fois dans les jardins du Vatican, au voisinage de l’Académie pontificale des Sciences, en présence du Pape PieXII…

B :Le Padre Pio de Pietrelcina a parlé de l’existence d’autres êtres dans d’autres mondes, qui avaient atteint un niveau élevé d’évolution parce qu’ils étaient sans péché… est-ce exact ?

J: Sans aucun doute ! Mais ces êtres vivent sur un plan dimensionnel différent et ce ne sont pas, stricto sensu, des anges ; et d’autre part, les aliénigènes « nordiques », dont je parlais, sont en chair et en os, même s’ils sont beaucoup plus évolués que nous tant spirituellement qu’au plan technologique. Ces créatures ont déclaré avoir trouvé dans l’Église catholique, ou plus exactement dans le message christique, la pure présence divine et ils ont proposé leur co-opération pour le bien de l’humanité. C’est ce qui a convaincu le Pape Pie XII de collaborer avec eux et de les considérer comme de véritables convertis à la foi chrétienne. Le pontife considérait probablement que l’Église universelle devait transmettre son message même à des êtres issus d’autres mondes. Ces aliénigènes entendaient assister, au fil des ans, l’Église de Rome dans toutes ses missions, particulièrement en matière sociale et en politique internationale*.

Par la suite, le Pape Jean XXIII bénéficia du même soutien de ces êtres qui avaient épousé la cause chrétienne, mais il préféra garder le secret, ne faisant allusion qu’à des « interventions angéliques ». Jean XXIII avait en somme hérité des accords de collaboration établis par son prédécesseur entre le Saint Siège et ces aliénigènes amicaux de type nordique. Cet accord secret fut maintenu tout au long du pontificat d’Angelo Giuseppe Roncalli qui, cependant, exprima souvent aux cadres du SIV ses réserves quant à la confiance qu’il fallait accorder à ces êtres. C’est pourquoi nous pensons aujourd’hui qu’une des principales motivations de la convocation du Concile œcuménique du Vatican fut le besoin de prendre les premières dispositions concrètes pour le renouvellement de l’Eglise en vue d’un éventuel et imminent contact.

B : Y a-t-il un rapport entre cette intervention, ou « médiation céleste », et la rencontre présumée de 1963 entre le contacté américain George Adamski et le Pape ?

J : J’allais en parler. Adamski a rencontré le Pape. Il est allé à Saint-Pierre une fois, précisément après que le pape eut décidé qu’il ne fallait plus poursuivre les contacts avec les aliénigènes, même si ceux-ci étaient amicaux. En outre, Jean XXIII refusait que cette relation soit révélée à la population chrétienne. Adamski se présentait comme chargé de mission par les aliénigènes pour tenter d’obtenir du Pape, qui était mourant, un accord définitif. Il apportait en outre un don pour le saint père : une substance liquide qui devait le délivrer de la gastro-entérite dont il souffrait et qui, évoluait en péritonite aiguë. Le pape ne prit pas cette potion et avant de mourir, tenant le crucifix, déclara : « Les bras ouverts de Christ furent l’objet de mon pontificat. Ainsi que vous le voyez, un pontificat simple et humble dont j’assume toute la responsabilité. Je suis satisfait de ce que j’ai fait et de la manière dont je l’ai fait. »

En outre, ce geste de la part des aliénigènes convainquit le Pape mourant, dans le peu d’énergie et de lucidité qui lui restait, que même si les « frères de l’espace » se comportaient avec bienfaisance envers l’humanité, il convenait qu’ils agissent de façon autonome, séparément de l’Église et des activités humaines en général, par la prière et des actes conformes à la loi de Dieu et particulièrement sous la direction du Saint Esprit. La tentative d’Adamski mit fin au contact direct entre ces êtres et le pape ainsi que ses successeurs qui, faisant confiance en la clairvoyance de Jean XXIII, comprirent qu’il ne fallait pas que l’Église etretienne ces contacts.

Dans un manuscrit secret du Pape Jean XXIII à ses successeurs, qui comprend un dossier spécial sur le SIV, est cité un passage de l’évangile de Marc qui expose clairement la position que doit adopter l’Église vis-à-vis des êtres bienfaisants venus d’autres mondes. Marc 9 : 38-412 : « Jean lui dit : “Maître, nous avons vu quelqu’un qui chassait les démons en votre nom et nous l’en avons empêché, parce qu’il ne nous suit pas.” Mais Jésus lui répartit : “Ne l’en empêchez pas. Car il n’est personne qui puisse en même temps faire un miracle en mon nom, et parler mal de moi. Celui qui n’est pas contre nous est pour nous. Et quiconque vous donnera à boire un verre d’eau parce que vous appartenez au Christ, en vérité je vous l’assure, il ne perdra pas sa récompense” ». Cela signifie que les activités supposées positives des aliénigènes qui acceptent le message christique doivent être « bénies » et non contrées, mais maintenues distinctes et parallèles à l’Eglise. Ces êtres doivent être comparés à l’étranger qui porte secours au nom du Christ et ne doit pas en être empêché.

B : Parlons de votre mission dans le SIV…

J : Mes tâches sont purement techniques, la plus importante étant, par exemple, de transmettre des informations très secrètes provenant du radiotélescope du Vatican situé en Alaska et de les acheminer à qui de droit.

B : Un instant, de quel radiotélescope parlez-vous ? Je ne savais pas que le Vatican possédait pareil matériel dans cette région.

J : Le Vatican possède et utilise un radiotélescope qui est à l’avant-garde de la technologie et manipulé seulement par des jésuites. Il est installé dans un parc industriel de stockage de pétrole apparemment à l’abandon, situé en Alaska. Ce complexe constitue un camouflage, parce que les activités qui y sont conduites sont top secrètes et ne sont pas celles, plus officielles, du VATT [Télescope de Technologie Avancée du Vatican] situé, lui, en Arizona.

B : Quand cet appareillage a-t-il été construit, et surtout dans quel but le Vatican utilise-t-il autant d’installations astronomiques dans le monde ?

J : Je peux vous dire qu’il a été construit dans les années 90 dans le but d’observer tous les objets célestes inhabituels s’approchant de la Terre. C’est ce que fait la CIA avec l’un des ses « yeux secrets », le jumeau de Hubble, appelé SkyHole-12 [aussi nommé KeyHole-12 ou KH-12 ; pour plus de détails, voir .]en.wikipedia.org]. Il se trouve qu’au moment des rencontres entre les aliénigènes et Pie XII, le SIV fut informé de l’approche d’un corps céleste habité par des êtres très avancés et très belliqueux. Bref, je savais que ce que je j’allais recevoir à Rome et analyser par l’informatique était très intéressant et extrêmement secret. C’est en analysant certaines données issues du radiotélescope de l’Alaska que nous avons découvert qu’une sonde spatiale du programme d’exploration Siloe, lancé dans les années 90, avait pris un cliché d’une énorme planète s’approchant du système solaire.

Cette information fut captée en Alaska en octobre 1995, et c’est alors que mes problèmes commencèrent. Je me rendis compte que je n’avais pas été désigné pour décoder cette transmission particulière et que la situation devenait dangereuse. À ce moment, mon contact me révéla qu’il y avait, au sein du Vatican, deux factions luttant pour la possession et le contrôle de cette information classifiée bien au-dessus de « top secrète ».

B : Pouvez-vous me donner d’autres détails sur le programme spatial Siloe ? Qui en sont les commanditaires et les opérateurs ?

J : La sonde Siloe a hérité du nom d’un programme d’exploration spatiale initié au début des années 90. Ce programme faisait partie d’un autre, beaucoup plus ambitieux, nommé Kerigma**. Pour le moment, je me contenterai de vous dire que cette sonde fut fabriquée à l’Aire 51 [Nevada, USA], qu’elle a un moteur à impulsion électromagnétique et qu’elle a été placée sur orbite par un avion spatial de type Aurora3. La sonde n’était pas chargée de données de calcul, ni de trajectoire, ni d’indications précises quant à la position de Nibiru, car elle devait s’approcher de la planète, corriger sa trajectoire pour éviter l’impact et revenir dans le système solaire à une position suffisamment proche que pour pouvoir transmettre les données et les images au radiotélescope secret situé en Alaska. Son lancement eut lieu en même temps que la mise en service du radiotélescope et elle fut en mesure d’émettre des images dès 1995.

B : Ce que vous me racontez me fait penser aux théories du chercheur Zecharia Sitchin concernant le retour prévu d’une mystérieuse douzième planète. Connaissez-vous ses œuvres ?

J : Oui, j’en connais les principaux éléments. Le SIV, en collaboration avec Lockheed Martin, a envoyé cette sonde dont j’ai par la suite analysé les images. Ce sont des vues d’un énorme objet céleste dont la présence se fera « sentir » dans notre système solaire tout au plus dans les trois ans après 2001.

B : Comment avez-vous obtenu ces informations ?

J : Je dispose d’une autorisation de supervision de ce qu’on appelle le Secretum Oméga. C’est le plus haut niveau de secret du Vatican, l’équivalent au Top Secret Cosmique de l’Otan. Celui-ci est divisé en trois niveaux d’informations : depuis le Secretum Oméga degré III, le moins détaillé, jusqu’au Secretum Oméga degré I, le plus complet. Ma mission était d’initier les nouveaux membres du SIV et de les entraîner à l’usage des systèmes de communication de l’organisation.

B : Comment les données recueillies par le radiotélescope sont-elles envoyées en Italie ?

J : La compagnie américaine de télécommunication Sprint International possède des radios et des antennes paraboliques situées au nord et au sud de l’Italie et deux satellites géostationnaires avec lesquels elles sont en liaison. Cette compagnie a un contrat particulier avec le SIV et une fréquence d’émission/réception de données chiffrées utilisant, depuis 1994, des algorithmes et une cryptographie personnalisés. Avant cette date, le SIV utilisait un système cryptographique inventé par une société suisse ; il a été abandonné parce qu’un membre de cette société l’a secrètement vendu à des Israéliens. Je ne puis vous donner davantage d’information technique pour l’instant.

B : J’aimerais que vous me parliez d’un légat de l’Église bien connu, Monsignor Balducci, qui a publiquement abordé le thème des extraterrestres. Ce prélat connaît-il le SIV et agit-il de concert avec eux ?

J : Le Père Balducci a fait des études et mené sa recherche de façon tout à fait autonome sans suivre un programme pré-existant. Il n’a jamais été empêché ; au contraire, on l’a plutôt encouragé.

B :Vous permettez… À vous entendre, il semblerait qu’il y ait un programme de divulgation. Et ne serait-ce pas pour cela que vous avez décidé de me rencontrer et de me communiquer ces informations ?

J : Du point de vue du système, nous sommes en pleine dissidence, mais nous savons que des événements vont se produire qui affecteront tous les êtres vivants de cette planète, personne n’y échappera. L’humanité vit une période particulière de son histoire, des circonstances intimement liées à des événements clés annoncés dans l’Apocalypse. Il importe que l’humanité se rallie entièrement au message de salut et de rédemption du Christ, que Saint Paul a appelé kerigma, un message que Jean-Paul II essaye de répandre dans toutes les nations. Pensez-vous que le pape ne connaisse pas l’imminence de ces événements ? [cette interview a eu lieu avant la mort du pape Jean-Paul II].

B :Mais que sait le pape de tout cela, particulièrement si l’on se souvient de sa déclaration passionnée de 2000***?

J : Deux groupes s’opposent au sein du Vatican : l’un d’eux préconise la divulgation et est soutenu sans réserve par Wojtila [Jean-Paul II] ; l’autre tente de bloquer par ’importe quels moyens toute information. Certains membres de cette faction font partie de groupes de pouvoir occultes qui, par exemple, contrôlent le marché du pétrole et influencent de nombreux secteurs de l’économie internationale dans le seul but d’étouffer l’information sur le développement des sources alternatives d’énergie, dites « énergie libre ». Ceci a été confirmé par l’affaire « Gardian » [Canada, 1989-91], spectaculaire mais peu concluante, du groupe ufologique CUFORN [Canadian UFO Research Network], qui fit ensation mais dont les photos de présumés aliénigènes n’ont pas été montrées.

De toute façon ces documents exposent une réalité : les opérations complexes de manipulation-désinformation dépassent souvent la fantaisie la plus folle. Le sommet de toutes ces organisations occultes appartient au Gouvernement de l’Ombre, et n’est connu que sous l’acronyme SVS.

Cet article a été publié sur mars 29, 2008 à 12:09 et est classé dans L'univers, Les civilisations, Les reptiliens, aliens. Taggé: extraterrestres et vatican, Nibiru, Secretum Oméga, SILOE.
Revenir en haut Aller en bas
orné

avatar

Messages : 792
Points : 1288
Réputation : 38
Date d'inscription : 17/03/2015
Age : 44
Localisation : Où ça ?

MessageSujet: Re: Le pouvoir occulte du Vatican, ses participations secrètes avec les régimes totalitaires   Ven 20 Mar - 15:49

Merci à tout les participants du sujet à avoir tant bien que mal s’efforcer de faire évoluer le sujet Malgré les interventions tragico-comique de Laurel et Hardy (rires)l'un se perdant en conjonctures inutiles et stérile, et l'autre qui sait plus qui il est, trop drôle. Poursuivons donc le sujet, J'aimerais dés à présent, aborder avec vous les cultes païens cacher au sein même du Vatican.

La Statue de « Saint Pierre » au Vatican représente le dieu « païen » Jupiter

La statue de Saint Pierre au Vatican est actuellement le dieu païen Jupiter. Les Catholiques de part le monde voyagent pour embrasser ses pieds. [/b]



Les statues des « dieux » du Panthéon se trouvent désormais au Musée du Vatican à l’exception de la grande statue de Jupiter. Qui a été modifiée, renommée, et posée sur un trône dans la Basilique de Saint Pierre à Rome en tant que Saint Pierre. Des milliers de pélerins embrassent les pieds de Jupiter tout en pensant qu’elle représente Saint Pierre





Là nous voyons les orteils du dieu païen Jupiter entièrement presque disparus de la statue, à cause de tous les Catholiques qui embrassent ses pieds.



Source française : La totalité Par Christian Godin



L’étoile de David est le symbole du dieu païen Saturne

Le symbole que nous appelons « Etoile de David » est en fait un ancien symbole pour le dieu païen du ciel Saturne.

L’adoration de Saturne est encore active de nos jours, mais nous ne la reconnaissons pas.

Ancien Testament – Amos 5:26



Amos 5:24-27 Version Louis Segond

26 Emportez donc la tente de votre roi, Le piédestal de vos idoles, L’étoile de votre Dieu Que vous vous êtes fabriqué!

Amos 5:24-27 Version Bible du Semeur

26 Mais vous avez porté Sikkouth qui était votre roi, Kiyoun, votre statue, l’étoile de vos dieux que vous vous êtes fabriqués.

[Sur la source anglaise on peut lire les notes sur le côté, dont l'une dit:]

Chiun/Kiyoun : L’équivalent Grec ou Egyptien pour Remphan


Chiun/Kiyoun : L’équivalent Grec ou Egyptien pour Remphan

Nouveau Testament – Actes 7:43



Actes 7:43 Version Louis Segond

43 Vous avez porté la tente de Moloch Et l’étoile du dieu Remphan, Ces images que vous avez faites pour les adorer! Aussi vous transporterai-je au delà de Babylone.

Actes 7:43 Version La Bible du Semeur

Non, vous avez porté la tente de Molok et l’astre de votre dieu Rompha, idoles que vous avez fabriquées pour vous prosterner devant elles. C’est pourquoi je vous déporterai plus loin que Babylone.

D’autres références sur Kiyoun/Remphan = Saturne (d’après the New Strong’s Exhaustive Concordance of the Bible)



REMPHAN (rem’fan) Une idole vénérée par Israël.
Moloch, and the star of your god Remphan Moloch, et l’étoile de votre dieu Remphan Actes 7:43




CHIUN (ki’-un) voir REMPHAN. Un autre nom pour le dieu Saturne.

Maintenant quelques références en Français pour Kiyoun / Kyun / Kijun:


Sirius, aperçus nouveaux sur l’origine de l’idolatrie. Introduction Par Le Quen d’Entremeuse



La Bible: traduction nouvelle avec introductions et commentaires, Volume 2




Astronomie et Bulletin de la Société astronomique de France, Volume 44



Et vous avez des tonnes et des tonnes de référence qui vous diront que c’est en rapport à Saturne…
C’est la même chose pour Remphan, d’après le Dictionnaire universel de philologie sacrée Par Charles Huré,Edward. – Leigh,Ludovicus Wolzogen.



Donc l’étoile de Dieu est l’étoile de Saturne

Voir Google Remphan

chiun Star God


Petit Bonus ! Le pape et son chapeau Saturnien.




Source/.
Revenir en haut Aller en bas
orné

avatar

Messages : 792
Points : 1288
Réputation : 38
Date d'inscription : 17/03/2015
Age : 44
Localisation : Où ça ?

MessageSujet: Re: Le pouvoir occulte du Vatican, ses participations secrètes avec les régimes totalitaires   Ven 20 Mar - 15:51

Je déclare le sujet Vatican, officiellement rouvert. Very Happy Et je réaffirme par la même occasion ne pas vouloir causer du tord aux croyants. Mais ne m'en prendre qu'aux institutions qui propagent mensonges et manipulations en outrance. De n'avoir que de l’intérêt pour une poignée d'initier, et de jouer double jeux. Plus mes recherches personnelles avancent plus je ressent le bien fondé de ma démarche, n'en déplaise à certains gardant un esprit critique obstrué. Dans ma liste d'articles, j'ai du lourd, du très lourd...Commençons par une petite liste de gros mensonges avérés.


Mensonges et arnaques du christianisme de 1900 à nos jours

Déjà diffusé dans « les mensonges des religions », je me permet de diffuser uniquement l’époque 1900 à nos jours qui est spécifiquement consacrée au christianisme. Attention, Accrochez vous !



1901
La police secrète russe diffuse un document, un faux, vraisemblablement écrit par Mathieu Golovinski, « Le Protocole des sages de Sion » censé être rédigé par les juifs lors du congrès sioniste mondial à Bâle en 1897. C’est un plan diabolique élaboré par les juifs pour détruire les civilisations existantes et prendre le pouvoir du monde. Ce document conçu pour renforcer l’antisémitisme fait le tour du monde.
Source : Encyclopædia Universalis

1904
Le Père Lagrange écrit « Introduction à l’étude du Nouveau Testament » où il estime que les Évangiles sont « insuffisants comme documents historiques pour écrire une histoire de Jésus Christ. »
Source: Encyclopædia Universalis

1905
En France : Loi Combes de séparation de l’Église et de l’État. Fondation du journal d’extrême droite nationaliste et antisémite « Action Française »: « La démocratie, c’est la mort » avec le soutien de l’archevêque de Rennes puis par le pape Pie XII.
Source : Encyclopædia Universalis

30 juin 1909
Le pape Pie X affirme le caractère historique des faits relatés par la Genèse!

1914
Publication du livre du psychanalyste Sigmund Freud « Totem et tabou » « L’avenir d’une illusion » et de « Moïse et le monothéisme » : Toutes nos religions ne sont rien d’autres que le lointain aboutissement des rites, cérémonies et sacrifices cultuels par quoi des générations de fils ont tenté de se racheter en adorant l’ancêtre outragé. La religion est une névrose collective de l’humanité.
Sources : S. Freud « Totem et Tabou », « L’avenir d’une illusion », « Moïse et le monothéisme »

24 juin 1914
L’Église n’accorde plus qu’une « authenticité indirecte » dans « l’Épître aux Hébreux » de la Bible. Traduction: l’Église a été obligée de reconnaître un des faux manifestes de la sainte bible pourtant « directement inspirée par dieu ».
Source : « Jésus anatomie d’un mythe » P. Boistier

1914
La fin du monde d’après « les témoins de Jéhovah » qui affirment : »Le royaume établi sur la terre, il n’y aura plus de guerres après 1914″. La fin du monde en 1874, 1914, 1925, 1941, 1969, 1975 pour les témoins de Jéhovah (qui, vu les échecs successifs, ont mis un bémol depuis…)




1917
Apparition de la vierge de Fatima à trois bergers illettrés au Portugal… qui engendrera, avec la complicité du dictateur Salazar, un « Lourdes bis » (Une fois de plus, dictature et religion font bon ménage). Pourtant le seul miracle est celui que Jean-Paul II a revendiqué dans un discours: La Vierge a arrêté la balle qui a failli lui coûter la vie lors de l’attentat de 1981! Le fameux troisième et grand secret a été révélé par un porte-parole du Vatican en 1995: « Une troisième et terrible guerre mondiale devrait éclater avant la fin du XXe siècle et en une heure des millions de gens mourront ». Aujourd’hui, toujours rien. Caramba! Encore raté!

1918
Début de la guerre civile catholiques / protestants en Irlande. Aujourd’hui le problème n’est toujours pas réglé…

1925
Pie XI: » Aux États, la célébration annuelle de cette fête [du Christ-Roi] rappellera que les magistrats et les gouvernants sont tenus, tout comme les citoyens, de rendre au Christ un culte public et de lui obéir (…) Car sa royauté exige que l’État tout entier se règle sur les commandements de Dieu et les principes chrétiens aussi bien dans la législation que dans la façon de rendre la justice et que dans la formation de la jeunesse à une doctrine saine et à une bonne discipline des moeurs. «
Source : Pie XI, pape, Encyclique « Quas Primas », in fine. Cité dans « Itinéraires » n°233, p.39

1925
Le professeur Louis Rougier écrit: » Les Évangiles sont rédigés pour l’endoctrinement des néophytes, la réfutation des hérétiques, la confusion des juifs endurcis, les besoins de la liturgie « .

1918
Le parti pris pour les dictatures : L’Église soutient activement la montée des totalitarismes en Europe, puis défend leurs crimes dans plusieurs cas, et refuse de les dénoncer dans d’autres.
En Autriche, le soutien de l’Église catholique pour l’Austrofascisme est total.
En Italie, le Vatican signe avec le régime fasciste un concordat, qui fait du catholicisme la religion d’état.

1929
Mussolini ayant signé le concordat dit « Patti Lateranensi »,il est qualifié par le pape d’homme de la providence (« Uomo della provvidenza »). Le traité reconnaît le Saint-Siège comme un état souverain, est exempté de l’impôt, des droits de douane, bénéficie de l’immunité diplomatique et l’Italie verse l’équivalent de 1 milliard de $ environ! Pour gérer tout cette argent, le Vatican va employé un laïc: Nogara, qui , en quelques années va décupler la fortune du Vatican. Ce sera aussi le début de l’intérêt du Vatican pour les « affaires », souvent douteuses dont l’achat d’usine d’armement, de fabrication de contraceptifs, de trafic d’armes…
Source : « Au nom de Dieu » David Yallop

1930
Turmel (alias Herzog) est excommunié quand il montre une des nombreuses falsifications de la Bible de Jérusalem pour augmenter le nombre de prophéties réalisées: dans Isaie 7,14, « la jeune femme » a été remplacée par « la vierge ». Ce qui montre au passage que l’évangile de Matthieu a été rédigé très tardivement, par un non-juif qui n’avait pas accès aux textes hébreux.
Source : la Bible Segond 1910, La Bible d’André Chouraqui

1934
Le linceul de Cadouin (près de Périgueux) rapporté d’Antioche par les croisés en 1115 est mis à l’abri dans une église près de Cadouin. Après moultes péripéties, au XVe siècle, les autorités religieuses viennent rendre hommage à ce linceul qui avait enveloppé la tête du Christ. St Bernard, St Louis et 14 papes en ont parlé, 2000 miracles et 60 morts ressuscités! les pèlerins affluent par dizaines de milliers. Un des plus hauts lieux de pèlerinage français. Un jour de 1934, un expert, le directeur du musée copte du Caire, s’aperçut que les ornementations dans la trame du linceul était en réalité une écriture qui s’avérera être de l’arabe coufique et situait donc le linceul au début du 11e siècle. Les inscriptions invoquaient Allah et disaient que le tissu avait été tissé pour le vizir el Afdal, calife du Caire de 1090 à 1101 qui combattit les croisés à Antioche! La farce est finie! Catastrophe et fin de l’histoire du linceul de Cadouin!.
Sources : « Le pèlerinage du Saint-suaire de Cadouin » Professeur Marc Agostino Patrice Bourgeix, « L’Humanité » 20 avril 1998, « Jésus? » Michel Gozard






1933
« Le 12 avril 1933, quelques semaines seulement après l’arrivée de Hitler à la chancellerie, une philosophe catholique allemande d’origine juive, Edith Stein, ose écrire à Rome pour demander au pape Pie XI et à son secrétaire d’état, le cardinal Pacelli, ancien nonce en Allemagne et futur Pie XII, de ne plus se taire et de dénoncer les premières persécutions contre les juifs. Comment expliquer que Église catholique resta si longtemps sourde à une lettre aussi prophétique et mit soixante-dix ans avant de la sortir de ses archives ? Edith Stein sera gazée et déportée à Auschwitz en 1942. »
Sources : « Le Monde » 28 février 2003, « libération » 27 novembre 2003

Janvier 1933
En Allemagne, le Zentrum, parti catholique, dont le leader est un prélat catholique (Prälat Kaas), vote les pleins pouvoirs à Hitler : Ce dernier peut ainsi atteindre la majorité des 2/3 au Reichstag pour suspendre les droits garantis par la constitution. « Le Mercure de France du 15 janvier 1934 a montré – et personne ne l’a contredit – que c’était Pie XI qui « avait fait » Hitler.
Hitler, pragmatique, se proclame catholique dans « Mein Kampf »
, l’ouvrage où il annonce son programme politique. Il y affirme aussi qu’il est convaincu qu’il est un « instrument de Dieu ». Hitler fait inscrire sur le ceinturon de chaque soldat allemand « Gott mit uns » Dieu avec nous. Les élèves des écoles allemandes doivent commencer la journée par une prière pour Jésus. L’Église catholique ne mettra jamais « Mein Kampf » à l’Index. L’Eglise catholique approuve le réarmement de l’Allemagne, elle est muette à propos du boycott des commerçants juifs, de la proclamation des lois raciales de Nuremberg en 1935 et la nuit de cristal en 1938. L’Eglise catholique fournit aux nazis son fichier d’archives généalogiques ce qui leurs permet en défalquant les chrétiens, d’identifier les juifs.
Sources : « Traité d’athéologie » Michel Onfray, « Mein Kampf » Adolf Hitler

1938
les SS et SA organisent la « Nuit de Cristal » : Déguisés en civils, les miliciens nazis attaquent synagogues et magasins appartenant à des juifs. La population allemande est à la fois horrifiée et terrifiée. L’évêque de Freiburg, Monseigneur Gröber, déclare alors, en réponse à des questions sur les lois raciales et les pogroms de la « Nuit de cristal » : « On ne peut refuser à quiconque le droit de sauvegarder la pureté de sa race et d’élaborer les mesures nécessaires à cette fin.»
En Espagne, la république est établie en avril 1931. Tout de suite, l’Église catholique déclare la guerre à la démocratie : Le 7 mai 1931, l’archevêque de Toledo, le Cardinal Pedro Segura publie une pastorale invitant les fidèles à prendre les armes contre la république. En 1935, un quarteron de généraux conservateurs tente un coup d’état militaire, qui échoue et dégénère en guerre civile. L’Église soutient la rébellion, prêtres et évêques bénissent les canons des insurgés dirigés par Franco. La guerre fait plus d’un million de morts, et Franco fait fusiller au moins 200 000 prisonniers pendant la guerre, et 200 000 après. L’Église soutient la guerre et les exécutions. A quelques mois du début du conflit, l’aviation allemande et nationaliste détruit Guernica. Face à ce massacre, certains catholiques commencent à douter de la sainteté de la cause nationaliste. L’Église vient au secours de Franco : Elle justifie encore une fois la guerre, la hiérarchie catholique prend position officiellement pour les exécutions de prisonniers : Une lettre, signée par deux cardinaux, six archevêques, 35 évêques et 5 vicaires généraux (la quasi-totalité de l’épiscopat espagnol), est adressée « à tous les évêques du monde ». Elle définit la guerre civile comme étant une croisade et un plébiscite armé. Les signataires se réjouissent des exécutions de prisonniers car au moment de l’exécution, l’exécuté se réconcilie avec Dieu. Mgr Diaz Gomara évêque de Carthagène: » Bénis soient les canons si, dans les brèches qu’ils ouvrent, fleurit l’Évangile «
Dans le monde entier, l’Église catholique se mobilise pour soutenir Franco contre la république.
En France, l’Église déclare dès 1940 que « Pétain, c’est la France ».
Au cours de la 2e guerre mondiale, le Vatican est au courant des exterminations de juifs par les nazis. On saura, après la guerre, que le pape pie XII a hésité à lancer un appel public, à plusieurs reprises, mais s’est finalement abstenu de le faire. En décembre 2002, la prestigieuse revue bimensuelle des jésuites italiens contrôlée par le Vatican Civiltà cattolica écrit ainsi « Pie XII n’a pas eu, probablement, une trempe de prophète » et reconnaît ainsi, tardivement, le silence du Vatican.
Le Pape prend ouvertement parti pour l’occupant, contre les résistants : Le 12 mars 1944, pendant la fête de son ascension sur le trône, il lance un appel contre l’insurrection populaire contre l’occupant.
Les Églises protestantes européennes ne se comportent guère mieux que l’Église catholique face à la persécution des juifs par les nazis.
Sources : M. Aarons, J. Loftus « Des nazis au Vatican » Olivier Orban 1992, A. Lacroix-Riz « Le Vatican, l’Europe et le Reich » A. Colin 1996, France5 (Arte), http://perso.wanadoo.fr/jocelyn.bezecourt/PieXII.html, http://www.monde-diplomatique.fr/1997/01/PERRAULT/7551.html, « Civiltà cattolica » 20 décembre 2002, « Le Nouvel Observateur » 22 décembre 2002, « Traité d’athéologie » Michel Onfray

1939
Le journal « La Croix » publie un article de l’abbé Thellier: « des milliers et des milliers de combattants succombent (…) Si douloureux que soit leur trépas, il leur apporte, par la miséricorde divine, un bien supérieur à la vie. (…) Sans la guerre, beaucoup de nos morts auraient mené une existence moralement insignifiante, religieusement presque nulle, destinée à s’achever dans une fin médiocre, peut-être mauvaise, qui les eût menés à un avenir douteux. »
Source : « La Croix »

1939
Le pape Pie XI, très controversé meurt la veille de prononcer un discours virulent contre les régimes totalitaires (de mort naturelle ? empoisonné ?). Eugenio Pacelli est élu pape et prend le nom de Pie XII. Il félicite Franco pour la «victoire catholique» remportée en Espagne.

1940
Célèbre déclaration de Mgr Gerlier, Primat des Gaules: « Pétain, c’est la France et la France, c’est Pétain »

1941
Les nazis brûlent 1600 juifs dans une grange en Pologne. C’est du moins la version officielle, dans la réalité, les villageois catholiques et antisémites, encouragés par l’Église ont participé au massacre. Petit à petit, la vérité s’est ébruitée et a obligé l’Église à faire acte de repentance le 27 mai 2001 pour espérer éteindre l’affaire.

1941
Krunoslav Draganovitch, prêtre franciscain était aussi oustachi (les SS croates), il a participé à l’extermination d’orthodoxes réfractaires, puis a organisé pour le Vatican une filière d’exfiltration de criminels de guerre et de nazis vers l’Amérique du Sud. Son chef Ante Pavelic, recherché par toutes les polices est protégé par le Vatican. Il est embauché par les américains sous le nom de « Dynamo » qui sont intéressés par son efficacité pour combattre le communisme. On le soupçonne d’être un agent double.
Source : « Nouvel Obs »11 juillet 2002

1944
Deux juifs hongrois évadés du camp d’Auschwitz (R. Vraba et A. Bestic) font parvenir au Vatican, via le Nonce apostolique de Slovaquie, un rapport détaillé sur la situation dans le camp. Le rapport sera enterré…

1945
Le camp d’Auschwitz est libéré et la population occidentale commence à saisir l’ampleur du génocide. Quelle est la réaction de l’Eglise catholique au sujet des charniers, des chambres à gaz et des camps d’extermination? aucune, elle organise avec le cardinal Bertram une messe de Requiem à la mémoire d’Adolf Hitler.
Source: « Traité d’athéologie » Michel Onfray

1945
Le Vatican met en place une filière pour exfiltrer d’Europe les nazis compromis (essentiellement vers l’Amérique du sud). Eichmann, par exemple. L’Eglise délivre des documents tamponnés avec le visa du Vatican, utilise des monastères pour cacher les fugitifs, nomme dans sa hiérarchie des anciens collaborateurs de Hitler.
Source : « Traité d’athéologie » Michel Onfray

6 août 1945
Le père catholique Georges Zabelka bénit l’équipage américain du bombardier Enola Gay qui largue une bombe atomique sur Hiroshima: environ cent mille morts, femmes vieillards, enfants et malades.
Source : « Traité d’athéologie » Michel Onfray

1946
Découverte des treize papyrus codices du IVe siècle à Nag-Hammadi en Égypte. Aucune trace de la naissance de la vie de la mort et de la résurrection de Jésus de Nazareth.
Source : Encyclopædia Universalis

20 octobre 1946
Un document accablant en provenance du Saint Office et adressé au nonce apostolique à Paris par le pape Pie XII indique l’attitude à tenir vis-à-vis des enfants juifs confiés pour les sauver durant la guerre à des institutions catholiques. Il y est écrit que les enfants seront élevés selon l’éducation chrétienne et qu’une fois baptisé ils ne pourront pas être remis à leurs familles même si les parents les réclament. Encore un élément qui éclaire l’attitude scandaleuse du pape Pie XII à propos de l’extermination des juifs par les nazis…
Source : Le Point

1947
Découverte des « manuscrits de la Mer Morte » à Qumran (Sokoka) dans 11 grottes par un bédouin qui cherchait une cachette pour des marchandises de contrebande. Ces manuscrits contemporains de l’époque de Jésus de Nazareth de la Bible (de 250 av JC à 68 après JC, bien après la supposée mort du Christ) ont été écrits par des membres de la communauté des Qumraniens/Esséniens. Ils traitent de religion, de justice, des psaumes, de récits de guerre. La plupart de ces manuscrits sont entreposés par les catholiques au musée biblique à Jérusalem (aujourd’hui musée Rokfeller). Dans les exemplaires transmis aux historiens, on trouve des passages de l’Ancien Testament. Aucune trace des Évangiles, aucune mention des apôtres, de Jésus ou de sa résurrection ! Rien ! L’Église a été très longue à montrer les manuscrits. 54 ans après la découverte des manuscrits, l’intégralité, en 39 volumes a été publiée: certains manuscrits sont gênants: ils montrent que l’histoire de JC a été inspirée, entre autre du messie Ménahem, rejeté par les pharisiens, et mis à mort par les romains en -4 AV JC puis aurait été considéré comme ressuscité par ses disciples. Source www.bible.chez-alice.fr: « L’Autre Messie », Israël Knohl Directeur du département biblique à l’Université hébraïque de Jérusalem: (Albin Michel). « Il met notamment en évidence, pour la première fois, des correspondances extrêmement troublantes entre la biographie de Jésus et celle du leader messianique qui l’a précédé d’une génération : Ménahem l’Essénien » et pour cause…
« Le Maître galiléen (…) apparaît aussi, à bien des égards, comme une étonnante réincarnation du Maître de Justice. Comme celui-ci, il prêcha la pénitence, la pauvreté, l’humilité, l’amour du prochain, la chasteté. Comme lui, il fut l’élu et le Messie de Dieu – le messie rédempteur du monde. Comme lui il fut en butte à l’hostilité des prêtres. Comme lui, il fut condamné et supplicié. Comme lui il fonda une Église dont les fidèles attendaient avec ferveur son glorieux retour. » Dupont-Sommer
4Q525: « Heureux l’homme qui a atteint la sagesse – qui marche dans la loi du très haut – Heureux celui qui dit la vérité avec un coeur pur – et ne calomnie pas avec sa langue… Heureux ceux qui la cherchent [la sagesse] avec des mains pures – et qui ne la recherche pas avec un coeur fourbe… » recopié presque à l’identique dans Matthieu 5, 3-12.
4Q521 contient la mention d’un messie unique et eschatologique très proche du Jésus-Messie-Christ des premiers chrétiens: « Les cieux et la Terre prêteront l’oreille à son Messie,.. Sur les pauvres, Son Esprit planera et il restaurera les fidèles par Sa puissance… Il libérera les captifs, rendra la vue aux aveugles, redressera les opprimés… Le Seigneur accomplira des prodiges… Il guérira les blessés et ressuscitera les morts ; aux pauvres, il annoncera la bonne nouvelle »
1Q28a 1QSa introduit le concept de Dieu comme père du messie « Voici la menace des hommes de renom, quand Dieu aura engendré le Messie »
Les textes les plus primitifs du Nouveau Testament indiquent que Jésus ne devint fils de Dieu qu’après sa résurrection. On fait ensuite remonter cette filiation à son baptême puis finalement à sa conception.
4Q246 renferme l’idée de fils de Dieu, l’un des attributs prépondérants du messie de la théologie chrétienne.
4Q174 montre la filiation avec David du Messie-fils de Dieu.
Le professeur Dupont-Sommer qui le premier, montra les similitudes étonnantes entre l’histoire du Maître de justice esséniens et Jésus-Christ (postérieur) reçut des menaces et dut « caviarder » sa version: il était en train de mettre au grand jour et auprès du public, sans le vouloir, des éléments montrant que l’histoire de Jésus-Christ avait été créée de toute pièce: « Jésus s’est appliqué à soi-même les mystérieux oracles d’Esaïe relatifs au serviteur de Jahvé, ainsi que l’avait fait avant lui le Maître de Justice; cette commune référence au Serviteur de Jahvé est extrêmement significative: entre les deux prophètes, elle établit une parenté tout à fait particulière et de caractère unique »
J.M. Allegro, chercheur anglais a avancé que le leader messianique de la secte de Qumran, le Maître de justice a été crucifié et que le récit du Nouveau Testament n’est qu’une version mythique empruntée de seconde main à l’original des manuscrits de la Mer Morte
On pourrait en conclure que les manuscrits ont servi de source d’inspiration aux Évangiles qui leur sont nettement postérieurs. A moins que tous ces textes n’aient puisé leur inspiration à une source commune et antérieure, pas encore découverte, qui serait à l’origine de cette notion de résurrection des morts. La mention de ce même miracle dans les manuscrits et les évangiles prouvent qu’elles proviennent d’un tronc commun.
« La lecture des manuscrits de Qumran sèmera le trouble chez tous ceux à qui les prêtres ou les apologètes chrétiens ont fait croire que les titres de Christ ou de Messie attribués à Jésus ne trouvent aucun antécédent dans la littérature apocalyptique et messianique du judaïsme » Frank Cross
En 586 av JC, la destruction de Jérusalem et l’incendie du Temple de Salomon met fin à la dynastie des rois David. A partir de là, ‘mashia’ désigne le retour au pouvoir de la lignée de David. Luc et Matthieu font descendre Jésus de David à travers Joseph. Bien que Jésus soit Galiléen, on le fait naître à Jérusalem. Luc et David voulaient donner plus de poids au statut de messie davidique accordé à Jésus.
« Nous devons loyalement reconnaître que nous ne possédons pas encore un fragment de texte de témoins oculaires de Jésus » Emile Puech, directeur de recherche au CNRS
A long terme, les manuscrits de Qumran montrent que l’histoire de Jésus est le résultat d’une évolution continue midrashique et pourraient bien porter un coup sévère à la chrétienté. …
Sources : Herschel Shanks « L’énigme des manuscrits de la Mer Morte ». M. Baigent, R Leigh « La Bible confisquée, Enquête sur le détournement des manuscrits de la Mer Morte », Plon 1992, http://perso.wanadoo.fr/jocelyn.bezecourt/conf.html, « Le monde de la Bible » N°107 novembre décembre 1997, « Le Monde » 25 décembre 2001, « Jésus anatomie d’un mythe » P. Boistier

1er mai 1947
En Italie, l’assassinat par la mafia de douze paysans qui souhaitaient des réformes agraires marque le début de l’alliance entre l’organisation criminelle et la Démocratie Chrétienne.

1948
Civiltà Catholica : « L’Église catholique, consciente d’être, de par une divine prérogative la seule vraie Église, ne peut prendre en considération que pour elle-même le droit à la liberté, car ce droit ne peut être assuré qu’à la vérité et jamais à l’erreur »
Le pape déclare que toute personne qui voterait communiste ou qui aiderait ce parti de quelque manière que ce soit, sera automatiquement excommuniée. La mesure divise des familles, provoque des exclusions socialement intolérables pour beaucoup, contraint à la clandestinité nombre de communistes de zones rurales.
Les curés italiens s’empressent de traduire cette décision dans les faits, et appellent leurs ouailles à voter pour le grand parti anticommuniste (DC – Democrazia Cristiana). Le régime DC s’effondrera ensuite dans la corruption généralisée au milieu des années 1990.
Source : Encyclopædia Universalis

décembre 1950
Pie XII reconnaît, dans un discours radiodiffusé, que les fouilles effectuées sous les cryptes du Vatican depuis 1940 à la recherche du sépulcre de saint Pierre pour prouver que saint Pierre n’est pas un mythe et renforcer ainsi l’autorité pontificale sont un échec complet.
Source : « Jésus anatomie d’un mythe » P. Boistier

1953
Stanley Miller, un étudiant chercheur américain fabrique la « soupe de la vie »: en soumettant un mélange chimique inerte à des étincelles électriques, il obtient des acides aminés, première pierre pour la fabrication de la vie. Il apporte ainsi de l’eau au moulin des tenants de la génération spontanée » de la vie sur Terre.

1955
Déclaration du pape Pie XII à un congrès International d’historiens qui s’est tenu à Rome :
« La question de l’existence de Jésus relève de la foi et non de la science ! » Pour une fois, nous sommes d’accord !

1961
Le financier mafieux Michele Sidona chargé du blanchiment des revenus du trafic d’héroïne entre la Sicile et les États-Unis fait entrer dans le capital de sa banque: la Banca Privata Finanziara de Milan le IOR: Institute per le Opere di Religione: la banque du Vatican grâce au futur pape Paul VI.
Source : « Au nom de Dieu » David Yallop

1961
Dernière édition de l’index (Index Additus Librorum Prohibitorum), qui cite comme auteurs dont l’ensemble de l’oeuvre est interdite de lecture pour les catholiques, entre autres : Jean-Paul Sartre, Alberto Moravia, André Gide. Ce n’est qu’en 1966 que l’index sera officiellement abrogé par l’Église catholique.
Source : Encyclopædia Universalis

3 juin 1963 19h49
Mort du pape Jean XXIII. L’annonce de sa mort parut, par erreur, quelques heures plus tôt dans le quotidien mexicain « El Informador », publié par la grande loge des francs-maçons de l’ouest du Mexique (l’annonce fut publiée le 3 juin 1963, le pape mourut le 3 juin 1963 à 19h49).

1967
La fin du monde d’après la secte Moon. Secte qui se réclame de la Bible et dont la ressemblance avec l’Église catholique est intéressante.
Source : Encyclopædia Universalis

1968
Le pape Paul VI reçoit en audience privée un illustre parrain de la mafia de Chicago: Sam Giancana (instigateur probable de l’assassinat des Kennedy et de Marilyn Monroe) qui utilisait des prêtres catholiques pour des transferts de fond internationaux pour blanchir de l’argent via la « Continental Illinois et la Finibank » et fournir des liquidités au Vatican.
Source: « Notre homme à la maison blanche » Samuel et Chuck Giancana.

1969
L’Académie pontificale archéologique reconnaît que la chaire de Saint-pierre (qui n’a jamais existé) à Rome, est en réalité le trône de l’empereur Charles le Chauve utilisé pour son couronnement en 875.

1970
C’est la première étude sérieuse et exhaustive sur l’existence de Jésus-Christ depuis… Presque 2000 ans ! Le livre de G.A. Wells démarre une polémique qui va s’amplifier aux US, sur Internet avec des gens comme Earl.Doherty. http://pages.ca.inter.net/~oblio/home.htm

juillet 1971
Un lot de plus de 14 millions de $ de faux titres américains fabriqués par la mafia US, commandés par l’évêque Paul Marcinkus et grâce à un banquier homme d’affaires italien, Michele Sindona, sont livrés à la banque du Vatican: Instituto per le Opere di Religione. Ces faux titres étaient un acompte sur un montant total de 950 millions de $, presque 1 milliard de $! Le 25 avril 1973, William Lynch, chef US de la section du crime organisé et du racket et William Aronwald, adjoint au chef des forces d’intervention de New York, sont reçu au Vatican par l’évêque Benelli puis par Marcinkus, avec des hommes du FBI à ce sujet.
Source : « Au nom de Dieu » David Yallop.

1974
Décès du cardinal Daniélou au domicile d’une prostituée noire… L’affaire est étouffée.
Source : « Le cardinal et l’hindouiste » Emmanuelle de Boysson

1974
Une bombe explose pendant une manifestation syndicale à Brescia en Italie: 9 morts. Attentat de l’Italicus Express en Italie qui fait 12 morts. La loge P2 et peut-être le Vatican, étaient impliqués..
Source :
http://www.radiofrance.fr/franceinter/em/rendezvousavecx/

1975
La « dernière » fin du monde des témoins de Jéhovah ne s’est pas trop mal passée: 1874, 1914, 1925, 1941, 1969, 1975 vu les échecs successifs, ils ont mis un bémol depuis…



1976
Publication de la liste des dignitaires de la loge P2 dirigée par Licio Gelli ) et qui comprend une centaine d’évêques et de cardinaux du Vatican (la P2 est liée à la CIA, la Cosa Nostra, à l’extrême droite et à la Mafia via la Banco Ambrosiano) : Scandale et chasse aux sorcières au Vatican.
L’assassinat du magistrat italien Vittorio Occorsio (d’une rafale de mitraillette) stoppe une enquête sur les relations entre un mouvement néofasciste et P2. Assassinat du prince de Broglie (avec la bénédiction du gouvernement français), le prince, qui dirigeait la société luxembourgeoise Sodetex SA (filiale de Matesa, instrument de l’Opus Dei Espagnol) est mouillé dans l’Opus Dei, la Mafia et des politiciens français et espagnols. En 1981, le juge Michel qui enquêtait sur cette affaire est assassiné.
Sources : « L’Opus Dei Enquête sur une église au coeur de l’Eglise » Bénédicte et Patrice des Mazery, « Un crime sous Giscard, l’affaire de Broglie, l’Opus dei et la Matesa » Jesus Ynfante, http://www.radiofrance.fr/franceinter/em/rendezvousavecx/, « Au nom de Dieu » David Yallop

6 août 1978
Le Pape Paul VI meurt. Un pape médiocre et indécis que les mémoires oublieront vite.

26 août 1978
A la faveur de tractations, d’alliances et guerre des clans, un obscur cardinal, Luciani, est élu pape. Pour une fois le nouveau pape Jean-Paul 1er est honnête! Il a 65 ans, en très bonne santé et semble décidé à mettre de l’ordre dans la maison. Il souhaite une Eglise pauvre pour les pauvres. Vaste programme! Sitôt élu, il se met au travail. Le petit cardinal effacé se révèle rapidement un pape efficace qui souhaite au plus vite nettoyer les écuries d’Augias du Vatican. En fouillant, le pape tombe vite sur les magouilles financières de Marcinkus, de Sindona et de Calvi: évasion fiscale, mouvement illégal d’actions, escroqueries diverses. Le pape acquiert rapidement la conviction qu’il faut remplacer Marcinkus, l’évêque véreux, Cody, le cardinal de Chicago, se débarrasser des financiers pourris et couper les ponts avec les nombreuses banques possédées par le Vatican ou dont il est actionnaire. Puis le pape découvre la fameuse liste P2 et se rend compte que l’état italien tout entier mais surtout le Vatican est infiltré par les maçons de la P2. Le pape se résout alors d’écarter tous les membres du Vatican affiliés à la P2. Cela fait beaucoup de monde! Un peu partout, dans différents pays, en découvrant le caractère inflexible du pape et sa détermination, de nombreuses personnes prennent peur. Si le pape applique son programme, les Marcinkus, Cody, Calvi, Sindonna, Gelli et consorts vont passer du statut de richissimes hommes d’affaires à celui de détenus, et pour longtemps.
Source : « Au nom de Dieu » David Yallop

29 septembre 1978
Une ou plusieurs personnes menacées par les fermes résolution du nouveau pape prennent une décision: il n’existe qu’une solution pour résoudre le problème: se débarrasser du pape, en douceur si possible. Avec l’appui de Gelli, le grand-maître de la P2, ils mettent leur plan à exécution: l’accès, pour ces gens-là, au Vatican est aisé et l’argent ne manque pas. Une petite main introduit une importante dose de Digitaline dans le médicament que le pape prend tous les soirs pour augmenter sa tension un peu faible. Après dîner, le pape se couche avec, en mains, les documents sur les nouveaux changements qu’il voulait opérer (Certaines nominations à la Curie romaine et dans l’épiscopat italien) et la fameuse liste P2. Vers 23h, le poison fait effet, le pape ne se sent pas bien, pris de nausée, il se lève et vomit dans les toilettes en maculant ses pantoufles. Il sonne, sans résultat. Il se recouche, reprends les documents, tombe inconscient puis finit par mourir vers 2h du matin. A 4h30, la soeur Vicenza le découvre. Le secrétaire d’état Villot est prévenu. Villot rentre dans la chambre, constate le décès, récupère la fiole de médicament, les documents que le pape avait dans les mains, ses pantoufles et ses lunettes maculées ainsi que le testament. On ne reverra jamais ces objets. Les employés des pompes funèbres sont prévenus pour un embaumement urgent. A 7h, Dans la cour du Vatican, un garde croise Marcinkus qui habite hors du Vatican et a la réputation de se lever tard. A 7h30 Villot annonce officiellement la nouvelle. A partir de là, le Vatican déverse des tombereaux de mensonges pour masquer la vérité: Le pape avait une santé précaire, on ne peut pas faire d’autopsie… Les appartements pontificaux sont méticuleusement nettoyés et tous les objets personnels du pape disparaissent. On se dépêche d’embaumer le défunt avec interdiction de prélever quoi que ce soit: la moindre goutte de sang ou autre chose sur le cadavre. Tous les partisans du pape réalisent que tous les projets qui allaient se concrétiser tombent à l’eau. Pour faire taire les questions et les rumeurs d’assassinat qui comment à courir, le Vatican organise en toute urgence un conclave pour élire un nouveau pape et faire une diversion pour les médias qui répètent en boucle les mensonges du Vatican.
Source : « Au nom de Dieu » David Yallop

16 octobre 1978
Le cardinal Wojtyla (qui dans sa jeunesse avait travaillé dans une usine chimique I.G. Farben Solvay à Borek Falecki, qui fabriquait le Zyclon B utilisé par les nazis pour exterminer les juifs) est élu pape. C’en est fini du pape honnête! Avec Jean-Paul II, les affaires, magouilles et autres combines vont continuer. Gelli, la P2, Calvie, Sindonna, Marcinkus, Cody et toutes les autres brebis galeuses sont soulagées: elles n’iront pas en prison et la fête continue..
Sources : « Behold a Pale Horse » William Cooper, « Au nom de Dieu » David Yallop, Encyclopædia Universalis, « La vie de Jean-Paul II » Bernstein, Carl et Politi, Marco, Documentations Informations Catholiques Internationales, http://www.radiofrance.fr/franceinter/em/rendezvousavecx/


1979
Assassinat du magistrat milanais Emilio Alessandrini, peu de temps après avoir effectué une enquête sur la banque Ambrosiano. Assassinat de Carmine Pecorelli journaliste membre du P2, bavard. Le chef de la mafia de Rome: Giulio Andreotti (appelé par les mafieux « Zi’Giulio » (« Oncle Giulio » ou « u Gobbo » « le Bossu ), également ministre, sénateur et chef du gouvernement! ami personnel de Jean-Paul II, figure de la Démocratie Chrétienne (qui s’est effondrée dans la corruption) après avoir été acquitté, est finalement condamné en 2002 à 24 ans de prison pour avoir commandité ce meurtre. Assassinat de Giorgio Ambrosoli à cause de son témoignage contre Sindona (qui blanchissait l’argent de la mafia à travers la banque du Vatican en Suisse) donné au chef de la police de Palerme Boris Giulano assassiné quinze jours après (son successeur Emanuele Basile sera assassiné l’année suivante). Assassinat du magistrat Cesare Terranova. Assassinat du colonel Giuseppe Russo. Assassinat du lieutenant colonel Antonio Varisco qui enquêtait sur la P2.
Sources Encyclopedia Britannica, tf1 JT 20h 17/11/2002, Le monde 18/11/2002, mensuel « Historia » N°679 juillet 2003, http://www.radiofrance.fr/franceinter/em/rendezvousavecx/




1980
Assassinat de Roberto Rossone, président adjoint de la Banco Ambrosiano.
Source : http://www.radiofrance.fr/franceinter/em/rendezvousavecx/

Années 1980
Après une période d’apparente libéralisation, le pape Jean-Paul II arrive à la tête de la plus grande secte du monde et renoue avec les traditions les plus terribles de l’Église. Sa condamnation du préservatif comme moyen d’endiguer la lutte contre le Sida provoque un nombre de morts difficile à estimer. Il pratique une politique active de sabotage des mesures de contrôle des naissances dans le tiers monde : Les conséquences de cette action se mesurent en terme de famine, misère, manque de soins médicaux au niveau des continents les plus pauvres (Amérique du Sud, Afrique).

2 août 1980
Attentat de la gare de Bologne (76 morts). On a condamné des terroriste d’extrême droite mais les services secrets italiens, américains (CIA), les brigades rouges, la loge P2 et peut-être le Vatican, étaient impliqués. Une enquête interminable (15 ans) et bâclée malgré l’acharnement des familles des victimes.
Source : http://www.radiofrance.fr/franceinter/em/rendezvousavecx/index.php?id=11942

1980
La banque du Vatican: IOR (Instituto per l’Opere del Religion) dérape de plus en plus: après avoir participé au financement du coup d’état du général Pinochet, un énorme trafic d’armes pendant la guerre des Malouines, les bénéfices de ses opérations servent à acheter des hommes politiques et des groupes de presse comme Rizzoli plumé par la mafia et propriétaire du « Corriere della serra ».
Source : BBC, Vatican, http://www.radiofrance.fr/franceinter/em/rendezvousavecx/

13 mai 1981
Suite au scandale Ambrosiano (1 milliard de dollars partis en fumée), le pape Jean-Paul II est victime d’un attentat. L’un des deux auteurs (l’autre n’a pas été arrêté),Ali Agça, membre des loups gris (des extrémistes nationalistes turcs contrôlés par la CIA ) avoue avoir été commandité par le KGB via les services secrets roumains et la Stasi. L’histoire ne tient pas vraiment la route. Il est probable que les commanditaires font partie de la loge P2 et vivent à l’intérieur du Vatican:
Sources : Roumiana Ougartchinska « La Vérité sur l’attentat contre Jean-Paul II » éditeur : Presses de la Renaissance, http://www.radiofrance.fr/franceinter/em/rendezvousavecx/index.php?id=56080

1982
Le banquier Roberto Calvi de la Banco Ambrosiano, la banque du Vatican, a été suicidé (étranglé puis pendu) sous le pont des Black Friards à Londres (meurtre rituel: des briques dans les poches…)


(assassinat par le parrain mafieux Pippo Calo)… (quelques heures auparavant, sa secrétaire Grazziella Corrocher est « suicidée » en tombant du 4e étage des bureaux de la Banco Ambrosiano), assassinat de Roberto Rossone directeur général de la Banco Ambrosiano. Guiseppe Dellacha, executive, se tue en tombant d’une fenêtre de la Banca Ambrosiano Milan. Rescandale… Le général Della Chiesa, le président de la D.C. Aldo Moro sont assassinés (soi-disant par les brigades rouges…). Mgr Marcinkus, banquier du Vatican, est nommé aux USA pour éviter la justice italienne malgré un mandat d’arrêt international.
Sources : F. Hacourt « Le Vatican, l’argent et le pouvoir » Ed EPO 1984, Encyclopedia Britannica, CNN, « La croix » 16 octobre 2003, http://www.radiofrance.fr/franceinter/em/rendezvousavecx/

1982
Le pape Jean-Paul II déclare que la bombe atomique, dirigée contre le caractère dominateur et agressif de l’idéologie marxiste léniniste permet d’aller vers la paix!

1982
L’Opus Dei, secte catholique fondée par Josemaria Escriva de Balaguer obtient du Vatican le statut unique de prélature personnelle: elle n’a de comptes à rendre qu’au pape. Le Vatican montre ainsi sa reconnaissance d’avoir renfloué sa banque après le scandale de la Banco Ambrosiano qui l’a ruiné. La secte Opus Dei reconnue et soutenue par l’Eglise catholique, pratique l’hypocrisie, la mainmise totale sur ses membres, leurs revenus et leur fortune. L’Opus Dei est mouillé dans pas mal de scandales comme l’assassinat du Prince de Broglie en 1976. Ce changement de statut coïncide avec le début de l’infiltration du Vatican par L’Opus Dei (infiltration qui culminera en 2005 avec l’élection de Joseph Ratzinger comme pape).
Source : « L’Opus Dei Enquête sur une église au coeur de l’Eglise » Bénédicte et Patrice des Mazery

juin 1983
A Rome, une jeune fille de 15 ans: Emanuela Orlandi disparaît. Tout a été écrit sur cette histoire qui aurait une connexion avec Agca, le turc qui avait tiré sur le pape, les loups gris (des extrémistes turcs). En juin 2008, un témoin affirme qu’Emanuela a été enlevée par des mafieux à la demande de Marcinkus. Les enquêteurs ont fouillé un appartement indiqué par le témoin et qui aurait servi de prison à Emanuela. De nombreux détails cités par le témoin se sont avérés exacts. La mafia, le Vatican, l’IOR, Andreotti…
Sources : « Soir » de Bruxelles 29 juin 2008, La Repubblica 23/06/2008, Corriere della Serra 24/06/2008

mars 1986
Le banquier véreux Michel Sindona menace de parler du fond de sa cellule aux Etats-Unis. Un café traité au cyanure le fait taire définitivement.
Sources : http://www.radiofrance.fr/franceinter/em/rendezvousavecx/, http://fr.wikipedia.org/wiki/Michele_Sindona

1986
Sur les bords du lac de Tibériade, on découvre une barque de 2000 ans: c’est celle de Jésus! Du coup les ruines de la maison à coté du lac sont les ruines de la maison de Pierre!

1989
Paul Touvier fasciste, antisémite notoire, criminel contre l’humanité, bourreau des nazis dans la région lyonnaise condamné à mort en 1945, (embauché par le SDECE) est arrêté dans un couvent de Nice : Il vivait dans la clandestinité, protégé par l’Église catholique (l’archevêché de Lyon planquera les archives Touvier à Rome) depuis 1947.
Source : « Histoire » janvier-février 2002, L’Express, L’Alsace, Le Monde, »Le Canard Enchaîné » 06/1990

1989
USA: Le « télévangéliste » protestant Jim Baker, accusé de malversations financières et compromis dans des affaires de moeurs, qui, avec sa femme, avait bâti un véritable empire sur la crédulité publique est jugé et condamné à 45 ans de prison.
Source : G. Kepel « La revanche de Dieu »

1990
« Les musulmans, c’est comme les femmes. Si on est faible avec eux, ils sont forts. Si on est fort avec eux, ils sont faibles » Abbé Laguérie,
A Lyon le Cardinal Decourtray organise deux grandes séances de guérisons miraculeuses rassemblant 25 000 personnes. Six mois plus tard, toujours pas le moindre petit miracle, pas la moindre guérison…
Sources « Le Monde », 17/08/90, « Le canard Enchaîné » 19 décembre 1990, 22/08/1990

Années 1990 : Guerres de religion en Yougoslavie
La religion sépare Croates et Serbes : Les « Croates » ont étés christianisés par Rome, et sont catholiques. Les Serbes, qui écrivent le Serbo-croate en caractères cyrilliques, ont étés christianisés par les Byzantins et sont donc orthodoxes. Lorsque Milosevitch, le dictateur serbe, commence à agiter le spectre de la « Grande Serbie », la Croatie déclare son indépendance. Aussitôt, le Vatican et la RFA (dont le chancelier de l’époque se proclame « überzeugter Katholik » catholique convaincu) reconnaissent la Croatie catholique comme état indépendant. Le pape multiplie appels, prières et messes pour l’indépendance de la Croatie. La guerre civile est déclenchée.
Source : http://perso.wanadoo.fr/jocelyn.bezecourt/stepinac.html

1991
Eugen Drewermann, prêtre catholique allemand est suspendu de ses fonctions de prêtre et d’enseignant en théologie. Il a écrit « La naissance du fils de Dieu ne se situe pas au niveau de l’histoire, elle se situe au niveau d’une réalité que seules les images du mythe sont capables de décrire. Mais il convient alors de lire symboliquement l’histoire de la naissance de Jésus à Bethléem ». Drewermann considère la naissance de Jésus et la virginité de Marie comme des mythes symboliques. Si on prend le récit de la genèse au pied de la lettre, on entre dans une série de difficultés insurmontables.
Source: Luc Ferry « L’homme-dieu ou le sens de la vie »

1992
Le Cardinal Maurice Otunga, archevêque de Nairobi brûle des préservatifs sur la place publique. Le juge Giovanni Falcone est assassiné, son successeur le juge Paolo Borsellino est assassiné. Giulo Andreotti, sept fois président du conseil, sénateur à vie, intime des hiérarchies vaticanes, ami personnel de Jean-Paul II, appelé « le cardinal » est mis en cause par les repentis mafieux dans les affaires Sindona, Calvi, Dalla Chiesa, Pecorelli et Aldo Moro, il serait le patron de la mafia à Rome: ouverture d’une enquête. Il sera acquitté en 1999 puis condamné à 20 ans de prison en 2002 mais ne purgera pas sa peine. Silvio Berlusconi travaille main dans la main avec la mafia et le Vatican via par exemple Silvio Carboni, ex homme de confiance de Roberto Calvi (banquier du Vatican, de la loge P2 et de la mafia), ou de Pipo Calo trésorier de la mafia.

Mai 1992
Béatification de Mgr Escriver de Balaguer, (Canonisé en 2002) fondateur de l’Opus Dei : Société religieuse de plus de 70 000 membres impliqués dans la vie économique, politique et dans l’enseignement, mêlée à des affaires et à la Mafia, elle cultive le goût du secret.
Source: Encyclopædia Universalis

1993
Parution de l’encyclique papale « Splendor Veritatis », un intéressant monument d’hypocrisie d’ailleurs très critiqué au sein même de l’Église catholique. (En vente dans toutes les bonnes librairies)

22 décembre 1993
Le pape Jean Paul II reconnaît que le 25 décembre est une fête païenne. Il déclare : « Chez les païens de l’Antiquité, on célébrait l’anniversaire du soleil invincible, ce jour-là afin qu’il coïncide avec le solstice d’hiver. Il a semblé logique et naturel pour les chrétiens de remplacer cette fête par celle du seul Soleil véritable : Jésus-Christ « .
Source : « La Repubblica »

1994
La banque du Vatican: IOR (Instituto per l’Opere del Religion, utilisée aussi par la CIA) dérape de nouveau: elle est compromise dans le scandale Enimont où l’IOR a servi de relais à un pot de vin de 93 milliards de lires payé aux partis politiques italiens pour s’assurer la mainmise sur la chimie italienne. La banque du Vatican est aussi impliquée dans un trafic d’armes au profit d’une famille mafieuse de Catane et dans une tentative de détournement informatique de subventions européennes.

1994 – Sexe, mensonges et répression
L’Église catholique oblige ses prêtres à renoncer à toute vie sexuelle au moment de leur ordination. Et, de tout temps, elle entretient des monastères de femmes, où vivent des nonnes qui se déclarent « épouses du Christ ». Les contacts entre prêtres et religieuses sont inévitables : Confessions… De cette situation explosive naissent inévitablement des problèmes. En 1994 : Une religieuse, qui est aussi médecin, soeur Maura O’Donohue, chargée de la coordination de la campagne contre le SIDA, remet un rapport qui recense des cas d’abus sexuels et de viols répétés de la part de prêtres sur des religieuses dans pas moins de 23 pays.
L’Église garde le rapport dans le plus grand secret, et une partie de son contenu ne sera révélé au public qu’en mars 2001 par un journal catholique américain, le « National Catholic Reporter ».
François de Grossouvres (alias Monsieur Leduc), ancien conseiller de Mitterrand, mouillé dans les affaires africaines, membre des réseaux Gladio français à la solde de la CIA, la loge P2 (Licio Gelli) et la Mafia, sait beaucoup de choses : Il est suicidé d’une balle dans la tête, dans son bureau de l’Élysée, le 7 avril (le lendemain de l’assassinat du président rwandais, assassinat qui a déclenché le génocide). De Grossouvre est retrouvé assis sur son fauteuil, une épaule luxée. Pas d’enquête, permis d’inhumer. (Son gendre sera suicidé d’une balle dans la tête en 1997).
Sources : « Le Point » 05/04/02, « The National Catholic Reporter » 16 mars 2000, « L’Express », 7/06/2001, « Golias » juin 2001

1994 – Assistance aux génocidaires du Rwanda
On estime à 800 000 le nombre de Tutsi et Hutus modérés massacrés par les partisans du parti Hutu Power dès avril 1994. Certains religieux participent aux massacres. En juillet, les troupes du FRP Front Populaire pour le Rwanda (Tutsi) entrent à Kigali et mettent fin au massacre. Les génocidaires fuient en masse vers les pays voisins.
L’Église catholique met en place un vaste réseau pour permettre à ses membres qui ont participé au génocide de retrouver des cieux plus cléments et d’échapper à la justice internationale. L’affaire ne deviendra publique qu’en avril 2001, lorsque l’Europe, stupéfiée, découvre sur ses écrans de télévision deux religieuses Rwandaises accusées de participation à un génocide devant un tribunal belge. Soeur Gertrude (Consolata Mukangango) et soeur Kisito (Julienne Mukabutera) étaient en avril 1994 respectivement Mère supérieure et Intendante lorsque des centaines de réfugiés sont massacrés et en partie brûlés vifs. Les deux soeurs ont livré les réfugiés cachés dans leur couvent de Sovu, et apporté elles-mêmes des bidons d’essence puis enflammé le hangar plein de réfugiés. L’institution catholique a aussi procédé à l’achat et à l’acheminement de machettes, à la localisation des victimes. à travers l’association humanitaire chrétienne « Caritas internationalis ». Dès août 1994, l’Église catholique donne refuge aux deux soeurs dans un couvent au Sud de la Belgique. Le public européen découvre avec stupéfaction que le cas des deux soeurs n’est pas isolé. En Belgique, mais aussi dans d’autres pays européens, l’on trouve maints prêtres et religieux accusés de participation au génocide qui coulent des jours paisibles loin des tribunaux Rwandais et internationaux, grâce à l’aide de l’Église catholique. Par exemple, l’abbé Emmanuel Rukondo, prêtre officiant (2002) dans la paisible paroisse de Granges-Canal à Genève, l’abbé Martin Kabalira qui officie (2002) à Saint-Béa près de Luchon (Haute-Garonne).
Sources : « Le Point » 20 Avril 2001, « Traité d’athéologie » Michel Onfray, « L’Eglise et le génocide au Rwanda » Jean Damascène Bizimana

1995
Les astronomes détectent, pour la première fois, une planète en dehors du système solaire. Se pourrait-il qu’il y ait de la vie ou de l’intelligence ailleurs dans l’Univers ? Les scientifiques pensent que c’est hautement probable. On découvre aussi en Éthiopie un ancêtre commun vieux de quatre millions d’années à l’homme et au singe.
Le cardinal Ricardo Maria Carles Gordo, archevêque de Barcelone, est impliqué dans un trafic d’armes, de pierres précieuses et de cocaïne via la Mafia italienne. (En 1996, la justice italienne lance un mandat d’arrêt international contre le cardinal, le parquet le considère comme le principal chef de la Camorra: la mafia napolitaine!)

1996
Le Pape reconnaît que la théorie de l’évolution est « plus qu’une simple hypothèse » dans un message écrit envoyé à une réunion de l’Académie Pontificale des Sciences: « Aujourd’hui, près d’un demi-siècle après la parution de l’Encyclique, de nouvelles connaissances conduisent à reconnaître dans la théorie de l’évolution plus qu’une hypothèse. Il est en effet remarquable que cette théorie se soit progressivement imposée à l’esprit des chercheurs, à la suite d’une série de découvertes faites dans diverses disciplines du savoir. La convergence, nullement recherchée ou provoquée, des résultats de travaux menés indépendamment les uns des autres, constitue par elle-même un argument significatif en faveur de cette théorie. Jean-Paul II » Source www.bible.chez-alice.fr: http://www.1000questions.net/fr/evolution/academie.html
Le pape fête l’anniversaire du baptême de Clovis en 496 considéré comme le baptême de la France. Encore un mensonge historique: les historiens hésitent entre 498 et 499 pour la date du baptême, en tout cas, ils excluent 496. Église catholique a, une fois de plus, tordu le cou à l’histoire pour l’adapter à l’emploi du temps de JPII. Source www.bible.chez-alice.fr: « L’Évènement du jeudi » 22 août 1996.
Jean-Marie Untaoni Compaoré, archevêque de Ougadougou au Burkina-Faso lance un slogan : « Pour combattre le sida, luttons d’abord contre le préservatif car celui-ci empêche d’avoir une conception globale de la relation sexuelle comme signe d’amour et de vie ».
Sources : http://perso.wanadoo.fr/jocelyn.bezecourt/darwin.html , Documentations Informations Catholiques Internationales.

1997
Lecture d’une « déclaration de repentance » par la Conférence Épiscopale de France à Drancy le 30.09.1997, concernant l’attitude de l’Église catholique française sous Vichy, son « silence » sur les déportations de juifs, et l’antisémitisme qui a trop longtemps imprégné son enseignement (« la perfidie des juifs, le peuple déicide »).
Sources : « Le Monde » 01/10/97, Documentations Informations Catholiques Internationales.

1998
Assassinat du maître des cérémonies du pape au Vatican.

4 mai 1998
Le chef de la garde suisse du Vatican, Alois Estermann , son épouse Gladys et un vice-caporal Cédric Tornay sont retrouvés morts par balles au Vatican à quelques dizaines de mètres de la chambre du pape. Rapidement, avant la fin de l’enquête, le Vatican annonce que Cédric a tué son patron et sa femme par jalousie puis s’est suicidé. Autopsie bâclée, pas d’enquête, des douilles ont disparu, incohérence entre l’arme et la blessure. Le Vatican exhibe une lettre de Cédric expliquant son geste: un faux manifeste. Dans les jours qui suivent, les 2/3 des sous-officiers de la garde suisse démissionnent sans vouloir donner de motif. Alois Estermann avait la confiance du pape et savait beaucoup de choses. Il était aussi membre de l’Opus Dei et agent de la Stasi: les services secrets de la RDA. Il a joué un rôle dans l’attentat contre le pape en 1981. Il craignait pour sa vie. Sa femme était peut-être un agent de la CIA.
Sources : « L’Express » du 27/06/200, http://www.sources-ouvertes.net/article512.html (Intelligence politique), http://voxdei.bethel-fr.com/infos/afficher_info.php3?cle=3857, Documentations Informations Catholiques Internationales, Le Monde 23-01-2006

septembre 1998
Licio Gelli grand maître de la P2, très lié au Vatican, après 40 ans de magouilles, d’assassinats, d’attentats (une bonne centaine de morts), de tentative de coups d’états, collusion avec la mafia, après avoir trempé dans tous les grands scandales de l’Italie: Ambrosiano… était toujours en liberté et passait une paisible retraite dans sa luxueuse villa d’Arezzo en Toscane. Il est arrêté à Cannes. (Visiblement, la police italienne n’était pas très motivée pour l’arrêter…)

1998
L’Église catholique reconnaît qu’elle a toujours soutenu le dictateur Pinochet jusqu’au bout : Le cardinal chilien Jorge Medina (préfet de la Congrégation pour le Culte Divin au Vatican) a reconnu que le Saint-siège a effectué des démarches discrètes pour libérer Pinochet alors détenu à Londres. Mgr Fransisco Javier Erra Ruiz, archevêque de Santiago du Chili : « Les arrestations de Pinochet étaient moins choquantes que son arrestation à Londres ».
Sources : AFP 29.12.1998, « Libération » 20/21/02/1999

1999
Georges Cottier, le théologien du pape au Vatican, déclare sur Radio Vatican qu’on ne peut pas rejeter l’inquisition en bloc et il se demande si on peut réconcilier la torture et le mort, utilisées par l’inquisition, avec les évangiles.
Source: Radio Vatican.

Mai 2000
La fin du monde d’après Nostradamus. Caramba, encore raté!

8 octobre 2000
Le juge Jean Trecani de Lausanne, découvre que la mafia a bricolé le site Web de la Compagnie Bancaire Espirito Santo qui lui a permis de détourner 1.3 milliards d’euros de subventions de l’Union Européenne. Une partie de ces fonds, avant d’arriver en Suisse, a été blanchie par la banque du Vatican.
Source : « Mafia S.A. » W. Reymond Flammarion

Novembre 2000
Le Vatican a récupéré, pendant la seconde guerre mondiale, l’argent volé par les pro-nazis aux croates : Plusieurs millions de dollars qui ont servi à exfiltrer des fascistes vers l’Amérique du Sud à la fin de la guerre. Des plaignants ont engagé des poursuites contre le Vatican depuis la Californie. Le Vatican effectue des pressions sur les USA pour empêcher la tenue d’un procès.

Février 2001
Jésus meurt et ressuscite tous les jours à 11h30 et 16h15… dans ce parc d’attractions à vocation commerciale et religieuse prés d’Orlando en Floride (visite guidée).
Source : http://www.theholylandexperience.com

2001
Le Pape Jean-Paul II, s’excuse à tout va : Galilée, le massacre de Constantinople… Ce qui nous parait remettre en question le dogme de son infaillibilité…
Soeur Gertrude et soeur Kizito religieuses bénédictines rwandaises sont condamnées à 15 et 12 ans de prison par la cour d’assises de Bruxelles pour leur participation au massacre de 1 600 réfugiés rwandais brûlés vif dans leur couvent. Pendant ce temps, le tribunal international d’Arusha, financé par la communauté internationale et gangrené par la corruption, dort paisiblement : 6 ans après les faits, aucun jugement. Les autres acteurs du génocide vont sans doute couler une paisible retraite…

25 septembre 2001
Deux semaines après les attentats qui ont fait des milliers de morts aux USA, le Vatican déclare à travers son porte-parole Joaquin Navarro Valls « Toute personne a le droit à l’autodéfense, même avec le recours à la force lorsque qu’elle fait l’objet de menaces ». Réactions indignées du monde entier.
Source : http://www.cyberpresse.ca/reseau/monde/0109/mon_101090018154.html

31 janvier 2002
Dans un discours violent contre le divorce, le pape Jean-Paul II presse les avocats et les juges civils de refuser d’appliquer la loi concernant le divorce. Tollé général en Italie et dans le monde entier. Rarement le pape aura réussi une aussi grande unanimité contre lui y compris au sein de l’Église Catholique.
Source : « Le Monde » 31 janvier 2002

Mars 2002
L’Église catholique américaine est secouée par d’innombrables affaires de pédophilie qu’elle a tenté d’étouffer pendant des années à coup de centaines de millions de dollars. Des archevêques et évêques sont impliqués. 10% des 25 000 prêtres américain sont impliqués dans des affaires de pédophilie. Ces affaires ont un impact important auprès des donateurs et pourraient constituer une lame de fond contre l’Église catholique américaine, (qui est de très loin, l’Église catholique la plus généreuse dans le monde) et peut-être l’Europe. En Irlande, par exemple, où le pourcentage de prêtres pédophiles atteint des sommets, des milliers de demande d’indemnisation sont en cours… Le pape regrette pour l’image de l’Église et pour les prêtres inculpés mais oublie de se soucier du sort des victimes…
Sources : « Le Monde » 14 mars 2002, « Libération » 21 mars 2002, « Le nouvel Observateur » 28 Mars 2002, Le Monde, 9 avril 2002, , Le Monde, 28 février 2004, Le matin


Avril 2002
L’Église catholique fait partie des organisateurs du putsch raté (avec la CIA) contre le président vénézuélien Hugo Chavez.
Sources : CTV, http://www.cyberpresse.ca/reseau/monde/0204/mon_102040090012.html

16 Juin 2002
Devant 400 000 gogos, le pape canonise Francesco Forgone (1887-1968) plus connu sous le surnom de Padre Pio, que l’Église elle-même considérait comme: (je cite) « un coureur de jupons, fraudeur et malade mental interdit de messe ou de voir ou parler à des femmes seules, un hystérique naïf, au pire comme un escroc ». Après l’avoir totalement dénigré, avoir installé des micros dans son confessionnal et avoir failli le faire interner en psychiatrie; sous la pression des masses populaires, l’Église a oublié ses anciens reproches pour le glorifier puis le canoniser. La ville de Padre Pio, San Giovanni, attire maintenant plus de fidèles que Lourdes et a beaucoup fait pour les saintes finances. Un de plus dans l’usine à saints de Jean-Paul II.
Sources : site du Vatican, « Histoire générale de Dieu » Gérald Messadié {Rober laffont}, « Padre Pio le crucifié » Ennemond Boniface.

30 juillet 2002
Le pape Jean-Paul II canonise Juan Diego, pauvre paysan indien (quoique représenté avec la peau blanche et le type espagnol !) béatifié en 1990 qui vivait au Mexique, était un chrétien modèle idéal et à qui est apparue la Vierge Marie en 1531 (à l’emplacement exact d’un temple aztèque dédié à la déesse mère Tonantzin !).


Juan Diego est une légende en Amérique du Sud, une sorte de Jésus-Christ local plus proche des paysans. Et pourtant, comme Jésus-Christ, Juan Diego n’a jamais existé ! Il a été créé par les moines franciscains mais il constitue un modèle efficace pour convertir les pauvres d’Amérique du Sud. (Le doyen émérite Mgr Guillermo Schulenberg, le père Manuel Olimon Nolasco, professeur de l’université pontificale de Mexico ont vainement adressé au pape une lettre demandant une suspension de la procédure de canonisation de Juan Diego dont ils doutent de l’existence historique).
Sources : « Le Monde 2 août 2002″, http://www.latinreporters.com/mexiquesoc240102.html

octo[/quote]
Revenir en haut Aller en bas
orné

avatar

Messages : 792
Points : 1288
Réputation : 38
Date d'inscription : 17/03/2015
Age : 44
Localisation : Où ça ?

MessageSujet: Re: Le pouvoir occulte du Vatican, ses participations secrètes avec les régimes totalitaires   Ven 20 Mar - 15:53

Bon pour commencer, nous ne sommes pas encore face à des preuves irréfutable. Mais cela commence à prendre forme.
Après la liste des exactions commise par le Vatican sur près d'un siècle, et encore, à partir de 1900 seulement. Voici quelques faits à charge de cet institution clairement attelé au pouvoir mondial, travaillant de près avec Wall-Street, la city et des multinationales en tout genre, et bien sur les gouvernements les plus affluant sur terre. Bref le pouvoir du Vatican reste puissant quoi qu'on en dise et essaye de faire croire.
Se qu'il vient à dire que cela n'a rien à voir avec la Foi, et les pratiquant de bonne Foi.



Une loge maçonnique dirige le Vatican

Le souvenir d’un crime peut parfois raviver des vérités détonantes que le grand public abreuvé de mensonges méconnaît. C’est dès lors toute une représentation de la vérité de ce monde qui s’effondre, à l’image des tours jumelles du World Trade Center à Wall Street.




Nous savons, grâce à David Yallop [1], que l’assassinat du pape Jean-Paul 1er fut l’œuvre de la loge P2, 33 jours après le début de son règne, et que ce meurtre intervint juste après qu’il a évincé deux francs-maçons de l’Église romaine (Marcinkus et Villot).

Nous apprîmes aussi, par la plume du journaliste maçon Pier Capri, que Jean XXIII avait été initié dans l’ordre des Rose-Croix. Divers éléments à charge démontrent que ce dernier et Paul VI étaient vraisemblablement des francs-maçons.

Pier Capri révéla notamment qu’évêques et cardinaux appartenaient à la loge P2 : « On l’appelle la loge ecclésiastique et elle est en contact direct avec le grand maître de la loge unie d’Angleterre, le duc Michael de Kent. Cette loge agit au Vatican depuis 1971. Plus de cent frères cardinaux, évêques et monseigneurs de la curie lui appartiennent. Ils parviennent à maintenir le secret le plus absolu, mais pas au point d’échapper aux enquêtes des hommes de la puissante organisation de l’Opus Dei. » [2]

Capri nous dit que « cette loge agit au Vatican » après avoir affirmé que Jean XXIII était maçon. Il dit aussi que ce ne sont pas des clercs isolés qui lui appartiennent mais plus d’une centaine de cardinaux et d’évêques ! Il ne proclame pas textuellement qu’elle dirige Rome, mais on peut toutefois en déduire qu’au minimum elle influe sur le Vatican – et nous pouvons alors parler de lobby – et au pire qu’elle en a le contrôle.

Dans tous les cas, cette Église n’est plus l’Église catholique. Mais pour d’autres raisons. Sur le sujet, monseigneur Lefebvre fut catégorique : « Le droit à la liberté religieuse est blasphématoire car c’est prêter à Dieu des intentions qui détruisent sa Majesté, sa Gloire, sa Royauté. Ce droit implique la liberté de conscience, la liberté de pensée et toutes les libertés maçonniques. L’Église qui affirme de pareilles erreurs est à la fois schismatique et hérétique. Cette Église conciliaire n’est donc pas catholique. » [3] Relevons au passage que, juste avant le Concile Vatican II, cette liberté religieuse fut demandée par le B’naï B’rith auprès du cardinal Béa. Elle fut alors établie au sein de l’Église romaine et doit être considérée comme une victoire maçonnique.

Revenons à présent sur l’appartenance maçonnique des précédents chefs de l’Église conciliaire. Lors d’un entretien réalisé par Louis-Hubert Rémy, le père Malachi Martin affirma : « Sur l’appartenance de Jean XXIII à la franc-maçonnerie, toutes les preuves sont dans les archives du Vatican, jalousement gardées par le cardinal Sodano. Lui-même aurait vu des photos prises par son chauffeur dévoilant Jean XXIII fréquentant les loges parisiennes. [...] Jean XXIII fut initié par Vincent Auriol. »

Malachi Martin parla d’une « loge spéciale ». Il ajouta : « Cette loge est réservée à Rome aux cardinaux en liaison étroite avec le Grand-Orient. Jean XXIII et Paul VI ont fait partie de la loge spéciale », disait-il. Cette révélation fut confirmée par le franc-maçon mexicain Jaime Ayala Ponce pour qui « Roncalli et Montini ont été initiés aux augustes mystères de la confrérie. »

Concernant les autres chefs de Rome depuis Vatican II, le bilan n’est pas plus reluisant. D’origine juive, Benoît XVI fut officiellement soutenu par le B’naï B’rith. Il reçut d’ailleurs cette secte juive au Vatican tout en faisant l’éloge de la fraternité inter-religieuse, dans la droite ligne œcuménique. De plus, Ratzinger écrivit pour un journal maçonnique en 1979. [4] Ses relations étroites avec les hautes sphères mondialistes furent plus que douteuses. [5] Tout autant que ses poignées de mains à des francs-maçons notoires. [6]

Quant à cet autre marrane que fut Jean-Paul II, rien ne prouve qu’il fut franc-maçon sauf qu’à trois reprises, il reçut chaleureusement au Vatican les représentants du B’naï B’rith. En mars 1984, avril 1985 et décembre 1990. Dans la revue Fideliter en 1986, monseigneur Lefebvre écrivit qu’il est « au service de la franc-maçonnerie ». Selon le grand maître de la franc-maçonnerie italienne Armando Corona, Jean-Paul II appartenait au Rotary Club, à l’instar de l’Argentin Bergoglio qui est actuellement en place. [7] Remarquons aussi que la secte satanique des Skull and Bones lui rendit hommage à sa mort.



Concentrons-nous à présent sur l’argumentation de monseigneur Marcel Lefebvre concernant la collégialité à la tête de l’Église romaine et l’infiltration maçonnique dans ses murs : « Je crois sincèrement que nous avons affaire à une contrefaçon de l’Église et non pas à l’Église catholique. Parce qu’ils n’enseignent plus la foi catholique. Ils ne défendent plus la foi catholique. Ils enseignent autre chose. Ce n’est plus l’Église catholique. Tous ces cardinaux dans les congrégations et toutes ces secrétaires dans les congrégations, ils sont bien assis là où étaient leurs prédécesseurs, mais ils ne continuent pas leurs prédécesseurs. Ils n’ont plus la même foi, ni la même doctrine, ni la même morale que leurs prédécesseurs. Et principalement, leur grande erreur c’est l’œcuménisme. Ils enseignent un œcuménisme qui est contraire à la foi catholique.

Je dirai : que pensez-vous des anathèmes du Concile de Trente ? Que pensez-vous des anathèmes de l’encyclique Auctorem Fidei ? Que pensez-vous du Syllabus ? De l’encyclique Immortale Dei du pape Léon XIII ? Que pensez-vous de la lettre sur le Sillon par le Pape Pie X ? De l’encyclique Quas primas du Pape Pie XI ? Mortalium animos du Pape Pie XI contre le faux œcuménisme ? Que pensez-vous de tout ça ? Qu’ils me répondent sur ces documents qui définissent notre foi. Ce ne sont pas des documents quelconques. Ce sont des documents officiels qui engagent l’autorité du pape. On peut et on doit même croire que l’Église est occupée par cette contre-Église que nous connaissons bien et que les papes ont condamné. Depuis bientôt quatre siècles, l’Église ne cesse de condamner cette contre-Église
qui est née avec le protestantisme et qui est à l’origine de toutes les erreurs modernes, qui a détruit toute la philosophie, qui nous a entraîné dans toutes ces erreurs que nous connaissons : libéralisme, socialisme, communisme, modernisme, sionisme. Nous en mourrons. Les Papes ont tout fait pour condamner cela.



Et voilà que maintenant, ceux qui sont sur les sièges de ceux qui ont condamné ces choses-là sont maintenant d’accord pratiquement avec ce libéralisme et cet œcuménisme. Plus les choses s’éclairent et plus nous nous apercevons que ce programme, qui a été élaboré dans les loges maçonniques, on s’aperçoit tout doucement et avec des précisions de plus en plus grandes, qu’il y a tout simplement une loge maçonnique au Vatican. Maintenant, quand on se trouve devant un secrétaire de congrégation ou un cardinal qui se trouve assis dans le siège où se trouvaient de saints cardinaux qui avaient la foi et défendaient la foi de l’Église, on se trouve devant un franc-maçon. » [8]

Le propos fut sincère. L’aveu éloquent. Mémorable, même. Car il ne vint pas de n’importe qui. Ce ne furent pas des paroles en l’air, mais celles d’un homme d’Église connaissant très bien l’institution romaine. Après avoir été minutieusement pré-établi dans les arrière-loges, notamment celles de la Haute-Vente, le projet de destruction de l’Église officielle par la contre-Église est arrivé à son aboutissement. Les choses ne s’étant point arrangées mais empirées, nous pouvons tirer la même conclusion que cet illustre clerc.

Ainsi, parce qu’il est indéniable que la (fausse) religion enseignée au Vatican est un protestantisme ayant juste l’apparence du catholicisme, et parce qu’il est très vraisemblable que, depuis Jean XXIII, les derniers chefs de Rome furent tous maçons ou étroitement liés à la franc-maçonnerie (hormis Jean Paul 1er, d’où son assassinat), nous sommes en droit d’approuver cette évidence, affirmée par monseigneur Lefebvre dans les années 1970 :

Oui, une loge maçonnique dirige bel et bien l’Église officielle romaine. Telle une chape de plomb au-dessus des fidèles. Et ce, pour le grand égarement des âmes depuis 50 ans. Puisse les Catholiques de cette Église humaine et non divine regarder honnêtement cette réalité en face. D’autant que l’Église conciliaire n’est assurément plus l’Église catholique, puisqu’elle enseigne une autre religion et qu’elle ne contient ni une même foi, ni une même hiérarchie, ni les mêmes sacrements d’origine. Les francs-maçons et modernistes à la tête de cette institution sont les premiers responsables de cette situation désastreuse, car ce sont eux qui, depuis 50 ans, sont à l’origine du scandale.

Johan Livernette, le 10 décembre 2013

[1] Dans Au nom de Dieu, de l’anglais David Yallop.

[2] Dans L’Espresso en décembre 1987.

[3] Le 29 juillet 1976 dans Quelques réflexions à propos de la suspens a divinis.

[4] http://www.catholique-sedevacantiste.com/article-23851474.html

[5] http://www.resistance-catholique.org/documents/2008/RC_2008-02-29_Les-liens-occultes-entre-Ratzinger-et-les-pires-ennemis-de-lEglise.pdf
[6] http://www.blogcatholique.fr/2010/10/preuves-que-benoit-xvi-ratzinger-est.html

[7] http://johanlivernette.files.wordpress.com/2013/04/bergoglio-rotary.jpg

[8] L’intégralité de l’entretien audio de monseigneur Lefebvre :http://www.youtube.com/watch?v=XSuBwJ4xuns



Source : Livernette
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le pouvoir occulte du Vatican, ses participations secrètes avec les régimes totalitaires   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le pouvoir occulte du Vatican, ses participations secrètes avec les régimes totalitaires
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le pouvoir occulte du Vatican, ses participations secrètes avec les régimes totalitaires
» Lucifer et le pouvoir occulte du Marquis de la Franquerie
» La société secrète "Skull and Bones " !
» L'ortie
» [Fiche] La faucheuse

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fils de la loi de UN :: Actualités Mondiales :: Nouvel Ordre Mondial -
Sauter vers: