Le partage le nerf de ma guerre. Nouveau paradigmes, soyons la révolution.
 
AccueilPortailRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Plaisirs charnels et processus d’ascension – Sexe et éveil

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Akasha

avatar

Messages : 1534
Points : 2728
Réputation : 50
Date d'inscription : 17/03/2015
Age : 40
Localisation : par là tout droit

MessageSujet: Plaisirs charnels et processus d’ascension – Sexe et éveil   Mar 17 Mar - 22:20

Plaisirs charnels et processus d’ascension – Sexe et éveil

Lundi 2 juillet 2012
Publié par milena


par Inelia Benz





Lorsqu’on pense aux plaisirs charnels ou plaisirs de la chair, le sexe est la première chose qui nous vient à l’esprit. Il existe bien sûr d’autres plaisirs charnels comme manger, boire, apprécier la nature, la musique, l’art, le plaisir de converser…, tous ces plaisirs que l’on obtient par l’intermédiaire de nos sens physiques, de notre corps et de notre mental.

Les plaisirs charnels ne sont pas incompatibles avec l’ascension. En fait ils peuvent même y aider. Mais, ils sont à double tranchant au même titre que toutes les techniques basées sur le corps, le mental ou l’esprit.

En ce qui concerne notre existence sur Terre, l’amour et le plaisir sont étroitement liés. D’un point de vue physiologique, leurs effets chimiques dans le corps sont  presque les mêmes. On dit par exemple des choses comme « j’aime danser », « j’aime manger », « j’aime le sexe ».

Je le sais car je le fais.

Faire sans, n’est pas la solution. Céder à tous les plaisirs peut également être un piège. Vous vous faites piéger par le sexe ou par le plaisir physique lorsque ces derniers sont détournés par l’ego ou le petit moi.



Prenons par exemple une union sexuelle. Les deux parties, totalement conscientes d’être des êtres divins, veulent créer une sphère d’amour divin plus grande que les deux parties réunies. C’est un concept puissant. Dans ce cas, l’intention est la clé, s’apprécier et s’aimer totalement. Lorsque des mots comme « tu es à moi et seulement à moi » ou « je ne veux pas te partager » commencent à apparaître et que d’autres énergies de l’ordre du contrôle et de l’appropriation font surface, le flux cesse d’être ce qu’il est potentiellement.

Les deux parties peuvent entrer dans le processus de l’ascension à travers une relation de plaisir, avec un commun accord d’être fidèles aussi longtemps que nécessaire. C’est en fait ce que je recommande, spécialement au début, lorsque les deux parties vont avoir à faire à un grand flux d’amour et à beaucoup de changements.

Mais les problèmes commencent lorsque, au lieu d’être basée sur un accord, la relation est plutôt liée à des insécurités, au contrôle, à la peur, à la colère ou à la possessivité.

Certaines des personnes que j’ai aidées dans le cadre d’une consultation dédiée à l’ascension disent avoir été sexuellement excitées pendant le processus. Comprendre comment l’énergie de l’amour et celle du plaisir sexuel sont liées physiologiquement aide à dépasser ce stade qui peut, sinon, représenter un point de blocage pour la personne concernée. Ce point de blocage se manifeste parce que beaucoup d’entre nous pensons, du fait de notre éducation, que l’énergie sexuelle et le travail de l’esprit sont incompatibles.

L’énergie que les personnes ressentent pendant le processus, celle qui les excite, c’est l’amour divin. C’est en fait eux-mêmes qu’ils ressentent, leur véritable essence. La solution consiste à laisser les sensations physiques s’exprimer totalement à un niveau énergétique, à les laisser se déployer autant qu’elles le peuvent pour absorber le corps, la pièce et la Terre entière si nécessaire. Cette énergie est une partie de la personne ; il faut l’accepter.

L’excitation sexuelle et la libido augmentent souvent lorsqu’on chemine sur la route de l’amour en direction de l’ascension. C’est pourquoi je suggère souvent à mes étudiants de trouver un ami de cœur ou une amie de cœur. Eh ! Pourquoi ne pas prendre plaisir à l’expérience et en tirer pleinement avantage !!!

http://ascension101.com/


Elishean

* * * * * * *
Revenir en haut Aller en bas
Akasha

avatar

Messages : 1534
Points : 2728
Réputation : 50
Date d'inscription : 17/03/2015
Age : 40
Localisation : par là tout droit

MessageSujet: Re: Plaisirs charnels et processus d’ascension – Sexe et éveil   Mar 17 Mar - 22:21

Un sujet qui se passe dans la bonne humeur ça fait plaisir. Mêlant légèreté et érudition Very Happy Sinon pour corroborer les dires de Redstard et Orné, je suis tombée sur ça, pas mal du tout, je me taperais bien le bouquin d'ailleurs dès qu'il pleut lol! 

voici une partie de l'article interview de Anton Parks :

(...) En Genèse 1.26, lorsque les Elohim souhaitent créer l'Homme primordial, il est dit : "faisons l’homme à notre Tsélem (image)". Pourtant le mot hébreu Tsélem ne semble pas être convenablement traduit, car il est formé du vocable Tsél qui veut dire "ombre" et du Mem final qui symbolise de façon hermétique l’eau, l’élément vital, c'est-à-dire la semence. Lorsqu’il est stipulé qu’Elohim va former l’homme primordial à partir de son Tsélem, cela veut traduire qu’il va le former à partir de ses gènes, de son "ombre-liquide", c’est-à-dire de la semence d’Elohim !

"[…] Ils (les créateurs) façonnèrent une créature en associant leurs pouvoirs les uns des autres, ceux dont ils avaient été gratifiés. Chaque puissance fournit une qualité conforme à l'image qu'elle s'en était faite psychologiquement. Ainsi créèrent-elles un être en tant que Homme primordial parfait…".
Manuscrit de Nag-Hammadi, "Le Livre Secret de Jean", Codex NH2-1 ; 28

Il est tout à fait intéressant de noter que le terme hébreu Tsélem (traduit en image?!) décomposé en suméro-akkadien donne TÉŠ ("sexualité", "force vitale") ; EL ou ÍL ("élevé", "être haut") ; EM ou IM ("argile", "boue"), soit TÉŠ-EL-EM "la force vitale élevée de l’argile" ou "la haute force vitale élevée de l'argile". L'argile biblique représentant généralement le sang ou encore les gènes, nous pouvons donc traduire le passage en question en "faisons l’homme à notre (avec) notre haute force vitale élevée ou tirée de l'argile (c'est-à-dire avec notre sang ou nos gènes)"… Cette traduction est parfaitement en accord avec le texte apocryphe de Jean mentionné juste au-dessus. Que le lecteur qui va bientôt se réveiller comprenne d'une façon définitive pourquoi les textes apocryphes (du grec apokruphos "tenu secret") n'ont volontairement pas été incorporés dans la Bible, le plus grand best-seller au monde. Deux des plus importants conspirateurs sont, sans doute, l'empereur Constantin, qui, en 312, a fait détruire les oeuvres "païennes" et "hérétiques" et qui a commanditer auprès des gardiens du dogme, la révision et la fabrication de nouveaux exemplaires de la Bible. Le second est l'évêque Athanase d'Alexandrie qui a dressé en 367 la liste des titres destinés à former le Nouveau Testament parmi plus de 70 évangiles existants… et rejetés !
Le culte de la Déesse-Mère et celui des femmes en général a toujours terrifié le monde politico-religieux patriarcal. Faut-il rappeler que la très Sainte Eglise a considéré la femme jusqu'au Moyen Age comme une souillure qui pouvait être battue, torturée, violée et mis en esclavage. Ah, oui, j'oubliais, la femme n'avait pas d'âme (sic). L'ancienne religion, celle de la Déesse-Mère, n'a cessée d'être persécuté au fil des âges. Au Moyen Age justement, la religion de la Déesse était une concurrente menaçante pour le dogme judéo-chrétien plus récent. En 1484, le pape Innocent VIII chargea l'inquisition de lancer la chasse à l'ancienne religion matriarcale. La publication en 1486, du Maleus Malificarum "le Marteau des Sorcières", ouvrage des dominicains Heinrich Kramer et Johann Sprenger, établit les bases d'un règne de terreur qui dura plus de deux siècles dans toute l'Europe jusqu'en Amérique du Nord. On estime à 9 millions le nombre d'"hérétiques" qui furent exécutés, dont 80 % de femmes, d'enfants ou de jeunes filles dont l'Eglise pensait qu'elles avaient hérité du "mal" de leurs mères ! La misogynie devint un élément capital de l'Eglise Catholique médiévale ; la femme et sa sexualité étant "le mal incarné". La femme accusée de sorcellerie était arrêtée brutalement, sans avertissement, déclarée coupable et brûlée… c'était il y a plus de 500 ans seulement, Alléluia !

Les deux premiers tomes des "Chroniques du Ğírkù" font souvent référence au cycle menstruel, à son importance, à son pouvoir de guérison et d’entendement puisque les menstrues des Amašutum, des entités féminines du récit, sont employées dans le cadre de rituels sacrés. On retrouve très étrangement cette coutume dans les anciens rituels gnostiques qui vouaient un culte particulier à l’éternel féminin. Par contre, dans certaines autres traditions rituelles ou religieuses et plus particulièrement les religions du Livre, comme l’Islam, la femme est considérée comme impure pendant cette période de sa vie et son cycle menstruel est frappé d’un tabou, d’un interdit très puissant. A cet égard, vous mettez en évidence un texte extrait du Manuscrit de la Mer Morte 4Q266 Frag9 Col2 : "Quiconque cohabitera sexuellement avec une femme durant son flux sanguin contractera la souillure causée par la menstruation ; et si un écoulement survient à nouveau en dehors des règles normales, elle sera impure durant 7 jours". Pourquoi ce tabou sur les femmes au point de les comparer souvent à des sorcières ?

Anton Parks : La femme est au cœur d'un complot universel depuis la nuit des temps. Son pouvoir a effrayé les "dieux" des différentes mythologies et il effraie l'Eglise, car il pourrait libérer l'être humain et ce dernier n'aurait plus besoin du clergé pour se rassurer et se sentir "assisté". Les menstrues des femmes terrestres ont, elles aussi, fait l'objet de rituels sacrés et très hermétiques pour les raisons que l'on imagine bien.
Puisque nous sommes dans les grandes vérités, examinons le sens exact du mot « sorcière » dans la langue des "dieux". Nous allons y trouver comme par enchantement un thème fondamental que la religion judéo-chrétienne s'est évertuée à masquer au regard du peuple. Le terme sumérien utilisé pour exprimer une sorcière est Míuš'zu. Sa véritable traduction, et les divers interprétations que l'on va pouvoir en faire grâce aux homophones dont les Sumériens étaient tellement friands vont nous mettre sur la voie d'un sens astucieusement dissimulé. La simple décomposition de MÍ-UŠ12-ZU donne "la femme à la sécrétion-sagesse" ou encore "la femme au venin-connaissance"…
femme à la sécrétion-sagesse




"Sorcière" mexicaine tirée du Codex Fejervary-Mayer, planche 17.
Le serpent ("entre ses cuisses" !) est son symbole de prédilection…


"Pendant 130 ans, Adam resta séparé de sa femme […] à cause du venin qu'il venait d'absorber. Quand le venin vint à s'épuiser, il revint [à Eve]".
Le Zohar, Berechit 3, 55a (texte rabbinique)

Le jeu de l'homophonie sumérienne va encore nous apporter quelques précisions complémentaires sans dénaturer le sens originel du terme. Si nous remplaçons le UŠ12 par ÚŠ, nous obtenons : MÍ-ÚŠ-ZU, soit "la femme au sang sagesse", et avec UŠ, MÍ-UŠ-ZU, soit "la femme qui élève la connaissance (ou la sagesse)"… Avant que le christianisme n'intervienne, les sorcières étaient considérées comme des personnes possédant l’énergie de la Déesse. Les diverses possibilités de traduction jouant sur l'homophonie du langage des "dieux" nous assurent que nous sommes en présence d’une substance particulière dont les femmes sont les seules à posséder le secret. Un autre élément doit intervenir pour accomplir l'acte sacré, nous sommes très proche de la tradition alchimique. Si vous avez une confiance absolue en votre partenaire et que vous l'aimez infiniment, que vous partagez tout avec cette personne, alors sachez que tout est possible, comme partager ses menstrues et son sperme:

"Et l'arbre de la connaissance du bien et du mal : pourquoi est-il ainsi désigné ? […] C'est que cet arbre se nourrit de deux côtés opposés et il les reconnaît comme quelqu'un qui mange en même temps du doux et de l'amer. Tirant sa substance de deux directions contraires, il est appelé "bien et mal"".
Le Zohar, Berechit, 35a et 35b

Les rabbins qui entreprirent la compilation les textes du Zohar savaient très bien de quoi ils parlaient. Bien entendu, l'allusion faite ci-dessus est en rapport avec le sperme et les menstrues, le sperme représentant "le bien", et les menstrues "le mal" ! L'interdit par Yahvé d'approcher une femme et un homme dont les écoulements impurs ne doivent surtout pas se mélanger se trouve également dans la Bible :

"Lorsqu'un homme a un écoulement sortant de son corps, cet écoulement est impur. […] Tout lit où couchera cet homme sera impur et tout meuble où il siègera sera impur. […] Lorsqu'un homme aura un épanchement séminal, il devra se laver à l'eau tout le corps et il sera impur jusqu'au soir. Tout vêtement et tout cuir qu'aura atteint l'épanchement séminal devra être nettoyé à l'eau et sera impur jusqu'au soir. […] Lorsqu'une femme a un écoulement de sang et que du sang s'écoule de son corps, elle restera pendant sept jours dans la souillure de ses règles. Qui la touchera sera impur jusqu'au soir. Toute couche sur laquelle elle s'étendra ainsi souillée, sera imure ; tout meuble sur lequel elle siègera sera impur".
La Bible, Le Lévétique, "les impuretés sexuelles", 15

Il faut savoir que dans les sécrétions sexuelles, on retrouve des éléments chimiques particuliers : le sperme, par exemple, contient des quantités importantes de l'oligo-élément « zinc », qui intervient dans plus de 80 processus biochimiques dans l'organisme. Nous sommes au cœur de l'alchimie mystique…
Toutes ces révélations peuvent vous sembler étranges, j'en conviens, mais vous ne devez pas oublier que la société dans laquelle nous vivons est totalement déconnectée du sacré et de certaines réalités. Le sexe a été volontairement banalisé et se vend aujourd'hui au coin des rues comme une vulgaire marchandise prête à la prompte consommation. Le "génie" de l'homme n'a jamais cessé sa quête des moyens les plus raffinés et pervers en vue d'exploiter la femme pour son plaisir immédiat et l'argent qu'il peut en tirer. Il possède même la capacité de jouir de la souffrance de son double féminin, il est sans nul doute le seul animal (Á-DAM en sumérien) capable de torturer et tuer son prochain pour son bon plaisir. En déformant de la sorte certaines réalités, l'être humain a su se confiner dans un monde formaté, totalement à l'image de l'univers pervers des "mauvais archontes" reptiliens décrits dans les textes gnostiques et qui se sont fait passer pour les véritables divinités de notre univers. Une honte existentielle accompagne le sens du sacré, car le sexe est le centre de la culpabilité infligée par ces mauvais "dieux". Si les "dieux" sumériens, transformés en un dieu unique et universel dans une grande majorité de religions, ont posé un interdit sur le sacré au point qu'aujourd'hui ce sacré soit devenu une véritable foire, c'est uniquement pour détourner l'humanité de la véritable réalité qui lui permettrait de s'élever. Une grande majorité d'entre vous n'a aucune idée du merveilleux qui nous entoure. Vous, qui lisez ces lignes, si vous avez la joie de partager votre vie avec une personne que vous aimez profondément, vous devez comprendre que le sexe n'a rien avoir avec une performance telle qu'elle vous est présentée par les médias. Le sexe est une connexion du cœur, une fusion dans l'amour véritable.

Selon la Bible et les écrits rabbiniques, c'est Samaël "l'ange déchu", dit le "serpent", qui initia l'humanité au fruit de l'arbre de la connaissance. Vous appuyez cette doctrine en précisant qu'il s'agit de Sa'am, alias Enki, le chef généticien Gina'abul qui clona les humains -ouvriers sexués- et qui enseigna la sexualité à cette nouvelle humanité. Il semble également responsable de la pratique sexuelle qui concède l'élévation. Pouvez-vous préciser cette pensée et son fonctionnement ?

(meilleur passage)

Anton Parks  : C'est un vaste sujet que j'aborde dans mon premier ouvrage "Le Secret des Etoiles Sombres" et que je précise dans Ádam Genisiš. La pratique qui permet l'élévation spirituelle se prénomme Tantrisme en Inde. Cette action, combinée avec la pratique des mélanges des fluides, apporte une transformation importante de l'individu. La seule condition étant de réaliser cet acte avec respect et uniquement avec la personne que l'on aime profondément. Je préfère le préciser, car il s'agit d'un procédé "magique", qui peut être détourné s'il n'est pas réalisé dans l'Amour Inconditionnel !



Codex maya de Madrid, planche 30.
Représentation de Ixchel, divinité de la fertilité féminine, de la médecine et de la lune. Le texte qui accompagne cette illustration témoigne du mystère des mystères : "l'étoile relâche de l'eau, la sève des profondeurs de la mère éclatante élève le fil tordu (c'est-à-dire la Kundalinî)".

Je vais détailler ici les propos que j'expose dans mes ouvrages en précisant la démarche à suivre. Le Tantrisme est un dialogue religieux entre l'homme et la femme en vue de la réalisation de l'unité. Dans le Tantrisme, chaque femme est une prêtresse dans laquelle est incarnée la Déesse-Mère ; véritable voie d'accès vers l'absolu. Plus l'acte est long, plus la sexualité est intégrée dans un cadre spirituel qui est proche de la relaxation et du yoga. Le yoga tantrique assimile, tel une alchimie interne, les principes masculins et féminins dans le corps humain. La relation sexuelle tantrique est tout le contraire d'un acte sexuel "usuel" où l'homme cherche à atteindre sa jouissance personnelle et son orgasme égoïste, imposant une relation bien souvent expéditive et inassouvie pour la femme que nous savons pourtant multi-orgasmique. Grâce à la pratique du Tantrisme, il appartient à l'homme de se mettre au niveau vibratoire de la femme et de pouvoir la faire vibrer en faisant travailler les sept chakras principaux, et ainsi créer une impulsion que sa partenaire lui renverra. La femme détient le rythme et la fréquence divine, celle de la sagesse ; il incombe à l'homme de pouvoir se caler sur elle afin de "sacrifier ses pulsions primaires" en vue de se synchroniser sur la "Déesse". Le Tantrisme permet d'échapper à la condition humaine et de s'évader de la bestialité qui nous anime. Ceci, simplement à travers un orgasme sexuel prolongé, si possible, sans émission séminale. Cet acte sacré a pour seul but de nous rapprocher du divin, les gnostiques qui prônaient un savoir intérieur, indépendamment de tout dogme religieux, le savaient bien :

"Si tu souhaites discerner la réalité de ce mystère, alors tu devras percevoir la notation merveilleuse des rapports qui ont lieu entre le mâle et la femelle. […] le mystère des rapports est exécuté dans le plus grand secret, de façon que les deux sexes ne puissent être déshonorés devant ceux qui n'éprouvent pas cette réalité. Pour eux, les sexes contribuent uniquement à procréer. Si l'acte se produisait en présence de ceux qui ne comprennent pas cette réalité, ceci paraîtrait totalement risible et incroyable…".
Manuscrit de Nag-Hammadi, "le Codice Asclepius" (21-29), 6,8

Cette pratique millénaire correspond à la sexualité sacrée exercée dans les anciens temps par les prêtresses "Etoiles Sombres", et par la suite dans les temples sacrés où les prêtresses humaines de l'antiquité se livraient à la sexualité rituelle de la Déesse-Mère. Que cette pratique ait été accomplie dans des sanctuaires et que des prêtresses s'y soient accouplées avec des inconnus importe peu ici. C'était en d'autres temps et les mœurs n'étaient pas les mêmes qu'aujourd'hui, nous n'avons aucun jugement à porter à cela. Qu'il y eut également des débordements comme des orgies ou autres pratiques détournées, telles que la recherche d'un contact avec le surnaturel grâce à des extases provoquées à grand renfort de magie noire, ne nous élèvera pas davantage. Comme je l'ai indiqué, c'est un acte qui peut devenir dangereux s'il est exécuté dans un esprit de suggestion et de tromperie. Ce qu'il faut savoir aujourd'hui, c'est que le véritable Tantrisme, exercé à deux dans l'Amour Véritable, avec la personne que vous aimez infiniment ne comporte aucun risque, il procure, au contraire, infiniment de choses. J'insiste bien, cette sexualité doit se pratiquer à deux, entre deux personnes consentantes et aimantes, c'est une union sacrée dont le but suprême est de réveiller le divin en chacun de nous et de percevoir la réalité ultime au-delà des perceptions ordinaires. Nous pouvons également ajouter qu'il s'agit aussi d'une façon de recréer l'unité perdue, celle de l'androgynie qui relève de chacun de nous une fois l'incarnation achevée. C'est pourquoi la plus part d'entre nous est à la recherche de son double, en quelque sorte de son âme-sœur, pour accomplir consciemment ou inconsciemment l'acte extatique et revenir en quelque sorte "chez soi"… Vous comprenez ?  Les transformations sont telles qu'elles peuvent également causer un déblocage important chez les plus personnes les plus "frigides". Ce n'est pas à moi d'énumérer les bienfaits de ces gestes millénaires que les anciens connaissaient parfaitement et qui furent finalement réservés à quelques rares initiés. L'expérience est en chacun de nous et propre à chacun. Les textes tantriques de l'Inde ne sont pas les seuls à exprimer le besoin qu'éprouvent la femme et l'homme à s'unir à nouveau pour reformer le couple divin androgyne qui pourra reproduire l'unité et créer une ouverture spirituelle ; couple qui, selon la doctrine tantrique, entreprend lors de l'union sacrée d'interchanger les rôles, la femme devenant l'homme et inversement :

"Lorsqu'Eve était en Adam, la mort n'existait pas. Quand elle se fut séparée de lui, la mort survint. Si à nouveau elle rentre en lui et s'il la prend en lui-même, la mort n'existera plus".
Manuscrit de Nag-Hammadi, "l'Evangile selon Saint Philippe", NH2, 3 68 (...)

Lire l'interview en entier ici :

http://www.karmapolis.be/pipeline/anton_parks2.htm
Revenir en haut Aller en bas
Akasha

avatar

Messages : 1534
Points : 2728
Réputation : 50
Date d'inscription : 17/03/2015
Age : 40
Localisation : par là tout droit

MessageSujet: Re: Plaisirs charnels et processus d’ascension – Sexe et éveil   Mar 17 Mar - 22:23

Bonjour je voudrais partager avec vous se beau texte sur la pratique du tantrisme shivaïste  I love you 

Tantrisme et Shivaïsme
(Le yoga magique)





Le Tantrisme s’efforce de mettre l’individu en rapport avec toutes les forces cosmiques, y compris avec celles qui sont réputées licencieuses ou obscures. Contrairement au Védanta, le Tantrisme est foncièrement amoral (et non immoral), et d’essence purement magique. Il s’appuie sur la connaissance intuitive des forces naturelles, et il rejoint en cela le chamanisme, les religions ancestrales, panthéistes protohistoriques et animistes qui voient l’esprit dans toutes les espèces de vie, minérales, végétales ou animales.

L’adepte Tantrique a comme préalable de se débarrasser en premier lieu de la gangue socio-éducative et du fatras moral et social qui encombrent l’esprit. Le Tantrika puise les énergies cosmiques là où elles se trouvent, et cherche à accroître son pouvoir personnel, par leurs vénérations et leurs mises en correspondance à l’intérieur de l’individu.

La réalité avérée n’est que jeu de pouvoir, soit l’acte de se nourrir d’énergies qui en retour nous dévorent. Le Tantrika prenant conscience de ce principe cosmique, tel un guerrier partant au combat, décide d’offrir à la conscience son propre devenir. Il voit l’illusion des énergies cognitives qui le poussent à entreprendre des combats qui ne sont pas les siens. En échange, il s’en sert comme aliments pour les jeter dans le feu de sa propre purification et dépasser ainsi le doute et la peur qui le tiennent prisonnier, qui l’empêchent et limitent sa vue sur la Réalité.




Ainsi l’adepte épuise graduellement le pouvoir d’attraction des objets de la connaissance relative, et fait grandir par-là même sa puissance personnelle afin de se consacrer au véritable enjeu, qui est, à travers l’art de son alchimie et de sa distillation personnelle, la reconquête de la totalité de son être.

Il est délivré ici une liste non exhaustive des sources dans lesquelles le pouvoir est puisé :

En premier lieu vient la somme des énergies primordiales que le divin, dans sa grâce, a fait don par le sacrifice de la procréation, soit l’inné.

En deuxième lieu il s’agit de l’excès, de la démesure, du sexe, de l’ivresse, de la dérision, des émotions, des rituels, de la dérégulation des sens, de la douleur, du plaisir, des peurs, de la folie contrôlée, du non-sens, du non-faire, du rire, de la provocation, de la maladie.....




Mais jamais, l’individu ne doit perdre de vue la cible véritable qui est toute intérieure, car ce que le Tantrika vise ce n’est pas le pouvoir sur les autres ou sur la mort du corps lui-même, mais bien le pouvoir de transcender sa propre personnalité. Car si l’ego phénoménal permet à l’individu d’avoir dans ce monde l’attribut de la conscience, il est par sa nature même ce qui le limite et le conditionne. Le Tantrika vise à passer les gardiens de ce qui doit être gardée, à savoir la conscience elle-même dans son état de pure virginité, qui ne peut être objet de jouissance, car étant la jouissance elle-même.

Le Tantrika cherche le pouvoir des énergies, et y fait de son vivant complète allégeance. Mais le pouvoir qu’il acquiert est le pouvoir de mettre à bas ce qui le tenait attaché à une vue particulière et par-là même de faire émerger en lui ce qui subsiste, c’est-à-dire la conscience plénière. A ce titre le Tantrika pratique le yoga, les asana, le prânayama, les mudra, les rituels, et toutes techniques visant à le libérer. Le Pouvoir du Tantrika est ainsi de se servir des modalités de la personnalité pour accepter le don de la conscience, qui est paradoxalement amour et don de soi, à travers la privation et la limitation. Le Tantrika vise la faille toute intérieure où la conscience existe en elle-même dans une métaphysique affranchie des histoires personnelles et des contenus particuliers.




Le tantrika connaît le paradoxe suivant :

Pour se savoir exister, la vie a besoin de la limitation dans le temps et dans l’espace. La limitation dans l’espace est ce qui préside à l’individuation et à la différenciation. La limitation dans le temps est ce qui préside à la mort et à la jouissance. Nous avons là le sacrifice cosmique sans lequel la conscience ne pourrait être affectée et ne pourrait vibrer à l’amour de Soi.

À l’éclairage des maîtres du Tantra Yoga :

N’a pas de réalité la forme, l’apparence, la dynamique car étant passagère et éphémère, en vérité insaisissable, transformable, effaçable, inconstante et vouée exclusivement à la perte et à la déchéance.

N’a pas de réalité l’informe, l’essence, le statique, car par définition vide, impalpable, insondable, sans mesure, inexpressif, invisible, sans substance et voué exclusivement à l’inconscience.

N’a de réalité que l’union de ces deux mêmes principes considérés alors comme conscience en acte (Shiva/Shakti), la forme exprimant ce qui est sans forme, le statique s’émancipant du dynamisme, l’un fait pour l’autre. Et en dernier ressort cette relation est de nature amoureuse et faite jouissance car elle ne saurait se diriger vers ce qu’elle haït, si elle n’était sûre de ne jamais y perdre ce qu’elle sait toujours obtenir : béatitude et repos absolus.


http://www.tantra.fr/yoga/Tantra.htm
Revenir en haut Aller en bas
Akasha

avatar

Messages : 1534
Points : 2728
Réputation : 50
Date d'inscription : 17/03/2015
Age : 40
Localisation : par là tout droit

MessageSujet: Re: Plaisirs charnels et processus d’ascension – Sexe et éveil   Mar 17 Mar - 22:24

Bonjour mes petits loupzz  I love you 
Un sujet qui me tient à coeur Et que je souhaite relancer...Cela nous changera un peu de cette lourde actualité remplie de violence et de souffrance...D'ailleurs je vais un peu lâcher, c'est trop dur...Et revenir un peu aux fondamentaux  cheers 
Le plaisir charnel est pour moi une porte comme une autre pour accéder au divin et aux hautes sphères de l’ascension spirituelle et qui plus est des plus agréable  I love you  Notre éducation judéo-chrétienne nous a éloigner de ça, rendant l'acte sexuelle dégradant, alors qu'il est primordiale pour toute personne désirant évoluer spirituellement. Il était préconiser par toute les anciennes civilisations évoluées qui en vouait une véritable pratique comme le tantrisme par exemple. Il est très saint de pratiquer régulièrement et sans tabou, elle vous rendra sûr de vous et très sociable Wink et vous offrira des opportunités insoupçonnées !
Je vous propose un petit texte de Omraam qui va dans mon sens bonne lecture, et surtout n'hésitez pas à relire le sujet, il y a de bonne choses à y découvrir.


L’énergie sexuelle nous vient d’en-Haut



Omraam Mikhaël Aïvanhov




L’énergie sexuelle vient de très haut, mais en passant par les organes génitaux, elle produit des sensations, une excitation, un désir de rapprochement, et il se peut que dans ces manifestations, il n’y ait absolument aucun amour.

C’est ainsi chez les animaux. A certaines périodes de l’année, ils s’accouplent, mais le font-ils par amour? Souvent, ils se déchirent et chez certains insectes comme la mante religieuse ou certaines araignées, la femelle mange le mâle.

Est-ce de l’amour ? Non, c’est de la pure sexualité. L’amour commence quand cette énergie touche en même temps d’autres centres en l’homme : le cœur, le cerveau, l’âme et l’esprit. A ce moment-là, cette attraction, ce désir que l’on a de se rapprocher de quelqu’un est éclairé, illuminé par des pensées, des sentiments, un goût esthétique; on ne recherche plus une satisfaction purement égoïste où l’on ne tient absolument aucun compte du partenaire.

L’amour, c’est de la sexualité, si vous voulez, mais…. élargie, éclairée, transformée. L’amour possède tellement de degrés et de manifestations qu’on ne peut même pas les énumérer et les classer. Il arrive par exemple, qu’un homme aime une jeune et jolie femme, mais sans être tellement attiré physiquement par elle : il veut surtout la voir heureuse, en bonne santé, instruite, riche, bien placée dans la société, etc…

Comment expliquer cela ? Ce n’est pas uniquement de la sexualité, mais de l’amour ; c’est donc un degré supérieur. Mais il doit entrer quand même un peu de sexualité dans cet amour, car on peut se poser la question : pourquoi cet homme ne s’est-il pas attaché à une autre personne, à une femme vieille et laide, ou à un autre homme ?

Oui, si on analyse, on découvrira au moins un faible degré de sexualité. La sexualité… l’amour… ce n’est donc qu’une question de degrés. Lorsque vous ne vous arrêtez plus seulement sur quelques sensations physiques grossières, mais que vous sentez les degrés supérieurs de cette force cosmique vous envahir, c’est cela l’amour, et vous communiez avec les régions célestes.

Mais combien de gens, une fois leur désir assouvi, se quittent ou même commencent à se battre ! Ce qui compte pour eux, c’est seulement de se décharger, de se débarrasser d’une tension, et si après quelque temps, cette énergie s’accumule de nouveau en eux, ils redeviennent souriants et tendres, mais dans le seul but de satisfaire à nouveau leur animalité. Quel amour y a-t-il là?

On a des besoins, des désirs et c’est normal, surtout quand on est jeune. La nature, qui a tout prévu, a trouvé cela nécessaire pour la propagation de l’espèce. Si l’homme et la femme restaient froids l’un devant l’autre, s’ils étaient dégagés de ces impulsions et de ces instincts, c’en serait fini de l’humanité. C’est donc la nature qui pousse les créatures à se rapprocher physiquement, mais l’amour c’est autre chose.

On peut dire que la sexualité est une tendance purement égocentrique qui pousse l’être humain à ne rechercher que son plaisir, et cela peut l’amener à la plus grande cruauté, car il ne pense pas à l’autre, il ne cherche qu’à se satisfaire. Tandis que l’amour, le véritable amour pense tout d’abord au bonheur de l’autre, il est basé sur le sacrifice : sacrifice de temps, de forces, d’argent, pour aider l’autre, pour lui permettre de s’épanouir et de développer toutes ses possibilités. Et la spiritualité justement commence là où l’amour domine la sexualité, quand l’être humain devient capable d’arracher quelque chose de lui-même pour le bien de l’autre. Tant qu’on n’est pas capable de se priver de quoi que ce soit, ce n’est pas de l’amour. Quand un homme se jette sur une fille, est-ce qu’il pense au mal qu’il peut lui faire? Non, et il est même prêt à la tuer pour assouvir ses instincts.

C’est cela, la sexualité, un instinct purement bestial. Vous direz : «C’est évident, il n’y a rien de divin là-dedans!» Si, la sexualité est d’origine divine, mais tant que l’être humain ne sait pas se maîtriser, ses manifestations ne sont évidemment pas divines. Ce qu’il y a de bon dans la sexualité, c’est qu’elle travaille à la propagation de ’espèce, mais si on ne l’oriente que vers le plaisir, c’est du gâchis. Actuellement, on a inventé des choses invraisemblables dans ce domaine. Il y a la pilule, bien sûr, mais on vend aussi une quantité de produits et d’objets que je ne veux même pas nommer. Il ne s’agit plus, ici, de la propagation de l’espèce, mais exclusivement du plaisir.

Je ne m’arrêterai pas sur cette question pour discuter si ces choses-là doivent exister ou non. Dans l’état actuel de l’humanité, même des moralistes, même des religieux ont trouvé nécessaire, inévitable qu’elles existent, parce que la nature inférieure, la nature animale dans l’homme est encore tellement puissante que, si on ne la laissait pas se manifester, elle produirait des phénomènes encore plus préjudiciables. Donc, je ne veux pas discuter là-dessus, je dis seulement qu’il est dommage qu’on n’instruise pas les humains sur les avantages de contrôler cette énergie, et de l’utiliser dans un but divin, pour des travaux spirituels, au lieu d’avoir recours à toutes sortes de produits et de fabrications pour se vautrer dans le plaisir.

Dans leurs manifestations extérieures il n’y a guère de différence entre l’amour et la sexualité : ce sont les mêmes gestes, les mêmes étreintes, les mêmes baisers… La différence est dans la direction que prennent les énergies.

Divin sur terre


___________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Akasha

avatar

Messages : 1534
Points : 2728
Réputation : 50
Date d'inscription : 17/03/2015
Age : 40
Localisation : par là tout droit

MessageSujet: Re: Plaisirs charnels et processus d’ascension – Sexe et éveil   Mar 17 Mar - 22:26

Bonsoir les zamis  I love you 
Ce soir je voudrais vous reparler un peu du tantrisme...Tellement cette pratique pour les personne désireuse de se surpasser et de découverte est une opportunité à ne pas manquer...Mais attention, elle est strictement réservée à des sujets saint et bien équilibrée, aussi à des couples qui se connaissent bien  Very Happy  Ainsi le tantrisme vous permet de vous ouvrir et unifier aux tonalités masculine et féminine. De vous ouvrir à des énergies jamais rencontrée auparavant que vous ferez monté de par votre sexe de l'intérieur vers l'extérieurs...Elle vous branchera à vos chakras les énergies montante ou descendante y transiteront durant l'acte vous faisant vibre pleinement le moment présent. On peux aussi aisément parler de réconciliation des énergies opposées et d'une grande unité avec votre partenaire, vous comprendrez se que veut réellement dire unité Smile Grâce à la rétention vous allez aussi découvrir d'autre horizons de la jouissance... Wink 
Voyez ce reportage il vous permettra de vous familiariser avec cette pratique Wink


Vivre pleinement et en conscience sur la voie tantrique




Une video produite et présentée par : http://www.developpementintegral.com
Qu'est ce que la plénitude de l'être? Comment vivre la plénitude de l'être? Comment goûter pleinement à la vie, être heureux ici et maintenant en ressentant à chaque instant la beauté magique de faire l'expérience de la Vie et comment sortir de ce malaise, de ce sentiment d'inachèvement, d'écartèlement entre nos désirs et nos croyances, entre nos rêves et nos réalisations?
Cette vidéo propose un chemin psycho-spirituel de développement dans la voie tantrique, et présente quelques éléments qui me paraissent essentiels de cette approche, notamment l'intégration masculin-féminin, l'harmonisation corps-coeur-esprit et surtout la confrontation à nous mêmes par le miroir que nous renvoie l'autre. Tout cela dans la sensorialité, la relation à l'autre, la profonde joie de se sentir vivant et de vivre avec soi et avec les autres. Et aussi ce qu'apporte le tantra c'est la possibilité d'avancer dans le plaisir: il n'est pas nécessaire de souffrir pour marcher, comme il n'est pas nécessaire de tomber pour apprendre à skier, même si quelques chutes font généralement partie de l'apprentissage. Mais malheureusement, comme toutes les voies d'éveil, la souffrance fait partie du voyage, non pas comme un élément nécessaire, mais simplement comme la marque de notre propre résistance à lâcher prise.

Mais bien entendu, toutes les vidéos et tous les écrits ne peuvent rendre compte de ce qui est l'essentiel: le tantra ça se vit !!

Je vous recommande ainsi d'essayer la voie tantrique, qui transforme en profondeur l'individu et nous vous accueillerons avec plaisir dans les stages que nous animons à Développement Intégral. http://www.developpementintegral.com

Cette video a été proposée initialement dans le contexte du 1er Sommet de la Conscience (http://sommetdelaconscience.com/). Elle est maintenant publiée sur ce site, comme un cadeau de Noël que nous sommes heureux de vous offrir.




Une courte vidéo de présentation de contexte tantrisme :

1/5. "Sexualité et Tantra, fantasme et réalité". Diane Bellego. Conférence.




IMPORTANT : Je me dois de vous mettre en garde sur la pratique tantrique. Dans la mesure ou cela doit rester une pratique réservée à des moment précis..Car cela peux s'avéré destructeur, n'oubliez pas que vous jouez avec des énergies très puissante..Puis il y a aussi le retours à une pratique plus conventionnelle qui vous paraîtra fade...Et votre couple risque de s'en ressentir. C'est exactement pareil quand on pratique le sexe extrême après pour la plupart ils ne savent plus profiter d'une pratique plus conventionnelle, et on tombes dans les excès destructeurs, c'est pareil... Wink  Donc gérez bien ça Smile
je vais vous proposez pour une pratique plus conventionnelle et les plus jeunes, quelques conseils utiles et pratique, que j'ai trouvé intéressant et ludique :

Positions sexuelles préférées des hommes



Fantasmes féminins et excitation sexuelle



Comment savoir si l'on est vaginale ou clitoridienne ?



Masturbation et vie de couple



...Et ainsi de suite, si vous aimez, vous pouvez suivre les autres épisodes en fin de vidéo !!


__________________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Akasha

avatar

Messages : 1534
Points : 2728
Réputation : 50
Date d'inscription : 17/03/2015
Age : 40
Localisation : par là tout droit

MessageSujet: Re: Plaisirs charnels et processus d’ascension – Sexe et éveil   Mar 17 Mar - 22:28

Bonsoir mes frères et sœurs  I love you

Aujourd'hui j'aimerai aborder avec_vous le problème des petites panes de l’appétit sexuel Wink Qui bien souvent mettra dans l’embarra même les plus soudé des couples car encore bien souvent trop tabou....Alors que je vous l'assure, il n'y a pas de quoi Razz  Cela arrive même aux plus jeunes, c'est mécanique plus que psychologique en générale bien que dans certains cas, c'est effectivement aussi psychosomatique. Dans ce cas il faudra bien se résoudre à consulter un sexologue (mon tarif est de...non je déconne haha) Mais quand ces dû à une chute des hormones, là je peux vous venir en aide Wink Il existe des méthodes naturelles éprouvées qui vous sera d'un grand secours..cheers  D'ailleurs c'est pas compliqué savez_vous que un régime trop gras ou trop salé peut entraver le bon fonctionnement de votre appareil sexuel ? tout comme une consommation excessive d'alcool, de tabac, ou de barbiturique. Ainsi que les opiacés qui vont remplacer la sécrétion de endorphine et vous coupé tout envie....pale  Avouez que ces bien triste lol!

Au fait quand on est fort actif, il est bien de adapter son régime alimentaire, un peu comme un sportif de haut niveau en somme lol! Donc à ce titre, je vous proposes quelques vidéos qui vous fourniront de judicieux et précieux conseil...Bonne découverte !


Conseils pratiques pour venir à bout des petites panes



Vous comprenez que la nourriture a des pouvoirs magiques pour induire le désirs sexuels, voici donc 10 recettes aphrodisiaques pour vous lancer dans la cuisine. Pendant des siècles, la nourriture a été utilisée comme une méthode naturelle pour stimuler la libido. Si vous aimez le sexe et la nourriture, vous vous retrouverez dans le ciel avec ces délicieuses recettes aphrodisiaques.

retrouvez un max d'article basés sur l'éducation sexuelle dans mon blog http://sexbao.blogspot.com


FRUITS APHRODISIAQUE




Comment booster votre libido naturellement grâce à l'alimentation

Le programme en ligne Naturacoach :
http://www.programme-naturacoach.com

Références et commentaires sur le blog :
http://www.naturacoach.com/blog-nutri...




....Et voici ma copine qui va un peu vous expliquer des petits trucs Wink

SUJET TABOU ✖ Vie sexuelle, libido, plaisir intime, vive les fruits !!! ✖

✩~✩~✩ TOUT SUR TOUT CLIQUE DESSOUS ✩~✩~✩

Petite vidéo dans laquelle j'aborde un nouveau sujet "tabou" : La sexualité.
Je parle des changements bénéfiques de l'alimentation frugivore sur notre vie sexuelle.
N'oubliez pas, faites l'amour et pas la guerre ! ;-)


*************************************

❤️ Ici ma Page Facebook: http://www.facebook.com/pages/Juliana...

❤️ Ici mon blog: http://bienetreetfitness.blogspot.fr/

✩ N'oubliez pas de vous abonner, de partager et de me laisser un petit commentaire, je réponds toujours avec grand plaisir ;-)
Plein de bisous ! ✩



-------------------------------------

...Et un petit lien connexe pour terminer : Aphrodisiaque: Les 10 aphrodisiaques naturels et puissants pour raviver la flamme  En savoir plus: http://www.gentside.com/sexe/aphrodisiaque-les-10-aphrodisiaques-naturels-et-puissants-pour-raviver-la-flamme_art49437.html Copyright ©️ Gentside

Et surtout n'oubliez pas ces l'amour qui prime, le respect la confiance, le dialogue et rester inventif I love you   I love you  

Et si vous êtes célibataire, n'oubliez pas de vous protégez surtout !!
Revenir en haut Aller en bas
Akasha

avatar

Messages : 1534
Points : 2728
Réputation : 50
Date d'inscription : 17/03/2015
Age : 40
Localisation : par là tout droit

MessageSujet: Re: Plaisirs charnels et processus d’ascension – Sexe et éveil   Mar 17 Mar - 22:30

Bonsoir mes frères & sœurs
Aujourd'hui c'est une journée qui me tient à cœur... C'est la journée de l'orgasme !   Quoi de mieux que de faire l'amour et prendre son pieds en ces temps morose et incertain ? En tout les cas moi je sais à quoi je vais m'occuper se soir, et vous ?  voir aussi mon classement Les meilleurs albums de tout les temps pour faire l'amour  et le Photos vidéos du jour de Claudio.  cheers


JOURNÉE MONDIALE DE L'ORGASME - FAITES (VOUS) PLAISIR!



Chaque minute, à travers le monde, 1,5 million de personnes jouissent. Soit 25000 orgasmes à la seconde. Partout. Tout le temps. Cela méritait bien une journée mondiale de l'orgasme. Pour célébrer cette journée du plaisir, petite compilation de moments cinéma orgasmiques.

Le Huffington Post "Women" a compilé les moments de cinéma les plus orgasmiques. Du sexe violent, doux, de la masturbation ou du cérébral. Un seul point les relie. Le plaisir. Cette journée mondiale de l'orgasme a même sa fondation, son sigle et ses exercices pour atteindre l'extase. Le nom?
Global Orgasm


                       

Un collectif d'acteurs, sur le principe des flashmobs, rejoue des scènes de films célèbres. On ne résiste pas à la prestation qui rejoue la fameuse scène de "Quand Harry rencontre Sally" où elle simule un orgasme. On aimerait tous être témoin de cette scène en mangeant une frite dans un fast food.

Source : Télé Moustique

-------------------------




L'orgasme féminin, comment ça marche ?




C'est aujourd'hui la "journée mondiale de l'orgasme". Selon un sondage IFOP, 20% des femmes n'ont pas eu d'orgasme durant l'année écoulée. 7% n'en ont jamais eu. L'occasion de faire un point sur ce que l'on sait aujourd'hui de l'orgasme féminin


Le point G existe-t-il ou pas? L'orgasme peut-il être seulement vaginal ? Est-il toujours clitoridien. ? Ces questions semblent revenir régulièrement d'année en année.




Extrait de la campagne "Osez le clito" du collectif "Osez le féminisme"




La campagne "Osez le clito !" par LeNouvelObservateur


C'était il y a quelques années, Osez le féminisme organisait une journée "Osez le clito" pour notamment mieux faire connaître le rôle majeur de ce petit organe érectile. Aujourd'hui, bien malin est celui qui pourrait définir exactement le fonctionnement de l'orgasme féminin. Le docteur Pierre Desvaux est sexologue et ses patientes arrivent souvent avec cette phrase :

"Par les stimulations clitoridiennes, ça va très très bien mais simplement, je n'ai pas d'orgasme par la pénétration. C'est là que commencent des choses un peu compliquées parce qu'en France notamment, on pense que la sensibilité vaginale, c'est le point G. C'est la face intérieure du vagin, tout de suite à l'entrée dont on n'a jamais vraiment su anatomiquement si ça existe. L'orgasme vaginal tel que le décrit une majorité de patientes, c'est pas du tout ça, c'est plutôt un orgasme beaucoup plus profond. D'ailleurs, elles ne disent pas vaginal, elles disent un orgasme profond, viscéral en quelque sorte. Les femmes disent : pour l'atteindre, il faut qu'il y ait une pénétration profonde comme s'il fallait aller stimuler le col de l'utérus."


Ma conclusion dit-il est pour les femmes : il n'y a pas de règle. Apprenez à connaitre votre corps, apprenez à comprendre comment il marche.

Source : France_Inter


♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥
Revenir en haut Aller en bas
Akasha

avatar

Messages : 1534
Points : 2728
Réputation : 50
Date d'inscription : 17/03/2015
Age : 40
Localisation : par là tout droit

MessageSujet: Re: Plaisirs charnels et processus d’ascension – Sexe et éveil   Mar 17 Mar - 22:32

Bonsoir les amis  I love you
Ah oui c'est juste c'était la "zzaint" Valentin aujourd'hui... Very Happy  Bah nous c'est Saint_Valentin tout les jours  lol! M'enfin du coup comme Estelle le dit c'était le choc des énergies aujourd'hui...Vous imaginez tout ces couples qui se choc en s'entremêle la même nuit ?  Razz  C'est quelque_chose n'est-ce pas ? Fallait en profiter d'une telle débauche d'énergie  Wink Et être au rendez_vous !!  bounce





[b]



Voici un reportage malheureusement en anglais, mais ceux qui comprenne, regardez, c'est super intéressant sur justement les énergies libérée par la pratique sexuelle


SEX - The Secret Gate to Eden from Samuel Cappelli on Vimeo.

Revenir en haut Aller en bas
Akasha

avatar

Messages : 1534
Points : 2728
Réputation : 50
Date d'inscription : 17/03/2015
Age : 40
Localisation : par là tout droit

MessageSujet: Re: Plaisirs charnels et processus d’ascension – Sexe et éveil   Mar 17 Mar - 22:33

Bonjour mes frères & sœurs
Dans la vie spirituelle, le sexe à en partie intégrante sa place Il permet un meilleurs épanouissement et développement.. les religions on diabolisés le sexe, car justement le sexe libère et permet une meilleur vision du monde. La pratique nous permet de se rapprocher du créateur, et éveille notre condition divine. Elle nous maintient en bonne santé et nous procure un belle équilibre psychologique.
Et quand il est question de vivre le sexe dans un couple, cela le consolide, et permet d'être en symbiose avec son partenaire, et de le connaître et le comprendre beaucoup mieux   Quand on est en couple depuis un temps, arrive un moment où l'on doit faire preuve d'imagination pour continuer à pimenter ces ébats le tout est de ne pas tomber dans les pratiques glauques..Surtout qu'en faisant preuve d'imagination, il y a de quoi faire prenons le tantrisme par_exemple...Ça c'est une pratique des plus passionnante ! Mais avec quelques réserves néanmoins, déjà c'est à réserver aux couples solides et qui se connaissent bien, ensuite comme pour tout avec mo-dé-ra-tion. Voici un article qui va vous permettre de vous familiarisé avec le tantrisme et de voir de quoi il en retourne, bonne découverte  study
Akasha
.
PS: Choix des images par Akasha


VIVRE SA SEXUALITÉ AUTREMENT : LE TANTRISME

par KOYEBA

Mboté à tous,

Dans une société spirituellement immature où l’être humain est réduit à son corps, un simple morceau de viande, et la femme, l’expression la plus parfaite du Principe primordial, à un bien de consommation, pire, un objet sexuel pour la gente masculine ; il est plus que jamais nécessaire de repenser notre rapport avec la sexualité. Porter un regard nouveau sur celle-ci, un regard moins animal, plus humain, plus sain – sinon spirituel.


    – Il existe une pratique qui utilise la sexualité comme principe d’évolution. Mais attention, bien que la théorie semble facile, la pratique est beaucoup plus difficile, surtout dans la maîtrise de l’orgasme, cependant ne vous découragez pas car le jeu en vaut la chandelle





1. Les origines du Tantrisme



- Le tantrisme est un courant de l’hindouisme apparu en Inde aux environs de l’an 500. D’après la doctrine tantrique, il existe une identité absolue entre le soi et le monde, l’esprit et la matière, l’âme individuelle et l’âme universelle.

- Le paramâtman (l’âme universelle) est conçu comme le fondement de tout, c’est une forme composée de deux principes ; l’un masculin et l’autre féminin. Ces deux aspects sont symbolisés par le lingam (le phallus) et la yoni (le vagin). La vie naît de l’union de ces deux principes.




WAK : Light My Fire
- Fortement marqué par le mysticisme, le culte tantrique comporte de nombreux rites de nature ésotérique. Par exemple, la pûjâ est une cérémonie très importante dans le tantrisme érotique. Les fidèles considèrent que l’acte sexuel est une célébration de la création. En atteignant une maîtrise parfaite des forces du cosmos qui se manifestent à travers leur corps, ils permettent l’union de l’âme individuelle avec l’âme universelle.


2. Tantrisme et sexualité



Dans le tantrisme, l’acte sexuel est une célébration mystique, il est un moyen pour atteindre l’éveil et non pas une course à l’orgasme. Il est perçu comme une découverte des sens, une unification du corps et de l’esprit. Les adeptes ont toutes sortes de pratiques et rituels pour faire monter l’énergie sexuelle ou kundalini.

- La préparation spirituelle et corporelle : avant l’union (Maithuna en sanskrit), les partenaires doivent se préparer afin de ressentir un sentiment d’unité avec eux-mêmes, ainsi qu’avec leur partenaire. Il y a plusieurs techniques :

> purification mentale : méditation, yoga…
> purification de l’atmosphère : bougies, encens, huiles essentielles..
> purification corporelle : thé (vert, de Damania), eau, gommages, fruits, légumes, exercices physiques


- Les caresses : après avoir trouvé la paix intérieure, les partenaires commencent à rentrer en contact. Ils commencent à s’embrasser, se masser et se caresser tout doucement, puis se déshabillent mutuellement. Les gestes doivent être lents, sensuels, conscients. Une fois nus, les massages et caresses continuent. Les massages doivent de préférence partir du bas des jambes vers le haut du corps, les partenaires peuvent utiliser chaque partie de leur corps pour masser (langue, doigts…)




Wak : Lock and Key (Exchange)
- La pénétration : elle doit être une danse sensuelle où les deux partenaires sont à l’unisson. Ils doivent prendre leur temps, être à l’écoute de l’autre, et ne pas penser à jouir à tout prix. Dans la philosophie tantrique, c’est l’énergie féminine qui est à l’origine de la création et c’est donc à la femme que revient l’initiative pendant l’amour : c’est elle qui donne le rythme, les mouvements sont donc plus subtils et plus lents. Ainsi, l’union dure plus longtemps.

- L’orgasme : les partenaires sont invités à ralentir la venue de l’orgasme. Certains pratiquants du tantrisme n’éjaculent pas ; avec de l’entraînement, ils parviennent à jouir sans libérer de sperme, considéré comme un liquide vital et sacré. Le but n’est pas de se retenir indéfiniment, mais de se libérer de la contrainte de l’orgasme. Les amants doivent ressentir l’énergie sexuelle, la faire monter dans tout leur corps, et la transformer en extase de tous les sens, c’est une extase à la fois physique et mentale.

- Les positions : il n’y a pas de position privilégiée, mais la femme se place de préférence au-dessus de l’homme. Ainsi, elle contrôle mieux son plaisir et a plus de chance de parvenir à l’orgasme, tandis que l’homme y arrive moins vite. Dans le tantrisme, les corps sont sensés prendre naturellement position, guidés par l’énergie. La position Yab-Yum ou « l’union du soleil et de la lune » est idéale pour contrôler l’énergie sexuelle : l’homme est assis en lotus et la femme s’assoit sur lui en l’enlaçant, ils effectuent un va et vient lent et langoureux. Dans cette posture la femme peut arriver facilement à l’orgasme cervico-utérin, c’est à dire l’orgasme le plus intense qu’elle puisse vivre, proche d’un état d’extase amoureuse.

Réconciliation & plaisir

Le grand secret du tantrisme, c’est la libération de la kundalini, la force contenue vers le bas de la colonne vertébrale et qui est, selon les principes du tantrisme, le moteur de notre énergie vitale… et de notre libido. Laisser s’exprimer pleinement la kundalini nécessite un certain temps, puisqu’il s’agit de s’abandonner, de lâcher prise, de chercher par le biais de la méditation et de l’ouverture, une forme de plénitude. En découvrant son « corps énergétique », et en le faisant entrer en harmonie avec celui de son ou sa partenaire, le tantrika (adepte du tantra) atteint une nouvelle forme de plaisir et d’échange sexuel. Selon Claire de Lys, « la pratique du tantrisme permet de se désinhiber totalement, de se libérer de nos blocages, de combattre les problèmes sexuels : éjaculation précoce, absence de plaisir, peur du contact, impuissance. Pour les hommes, il s’agit de dissocier plaisir et éjaculation afin de devenir, comme les femmes, multi orgasmiques. Pour les femmes, c’est la possibilité de vivre pleinement leurs orgasmes et expérimenter leur rôle d’initiatrices de l’amour. Pour les deux partenaires, c’est une promesse de plaisir fusionné : l’homme s’ouvre à sa part de féminité, la femme s’ouvre à sa part de masculinité. On est à la fois l’un(e) et l’autre. Le tantrisme, c’est la réconciliation de l’homme et de la femme. » –  




WAK : kISS

  – Lorsque les gens pensent au Tantrisme, ils pensent souvent aux moines célibataires, aux yogis et, par conséquent, à la suppression de la sexualité. Ceci est un malentendu, impliquant que l’atteinte de l’extase nécessite la répression de la sexualité. Dans la pratique de la Sexualité Sacrée, l’amour est au contraire cultivé et célébré. C’est de la graine de l’amour que pousse la fleur de l’extase. Une autre idée répandue est que le Tantra ressemble à une orgie sexuelle, encourageant les plaisirs de la chair. Le Tantrisme est la voie du milieu. Il n’est ni répression ni indulgence. Il vous enseigne à regarder votre sexualité en face, à la comprendre, la vivre, la transformer. Le Tantrisme offre des réponses pratiques à des questions fondamentales : qu’est ce que l’état d’extase ? Comment y accéder à travers la sexualité ? Comment peut-il nous aider dans notre vie quotidienne ?
Tantra veut dire « Tisser« . Tisser les nombreux aspects contradictoires de son être pour créer ainsi un tout harmonieux. Tantra veut aussi dire « expansion« . Une fois que nos énergies ont été comprises et unifiées, nous grandissons dans la joie.

La vision tantrique accepte tout. Tout ce qu’une personne ressent est une occasion d’apprendre, sans jugement. Par exemple, une situation dans laquelle vous ressentez une frustration sexuelle n’est pas jugée comme négative, mais considérée comme un enseignement. Cette situation fournit l’occasion de comprendre quelque chose sur votre sexualité.




WAK : Soulmates

Dans le Tantrisme, il n’y a pas de division entre le bien et le mal, l’acceptable et l’inacceptable. Par exemple, le Tantra tel que je le comprends, ne rend pas de jugement moral sur vos préférences sexuelles. L’accent n’est pas tant sur la personne avec qui vous faites l’amour, mais sur la manière de le faire. Ainsi, il peut être pratiqué par tous ceux qui sont attirés par son enseignement.
La vision tantrique est une vision globale, totale. Chaque situation, qu’elle soit plaisante ou déplaisante, est une occasion de devenir plus conscient. Elle fournit une excellente occasion d’intégrer les différents aspects de vous-même, y compris ceux que vous rejetez et cachez habituellement.
Cette vision reconnaît également qu’en chaque être humain existe un être à la pureté enfantine, innocent et qui représente notre capacité naturelle de profiter de la vie, d’aimer, de jouer et d’être extatique. J’appelle cet aspect du moi le Moi Extatique.  
Le Tantrisme croit dans la complémentarité des contraires. Les concepts de masculin et féminin ne sont donc pas divisés, séparés mais sont considérés comme deux polarités qui se rencontrent en chaque être humain. Le Tantrisme met en évidence que chaque être humain, homme ou femme, a des qualités tant masculines que féminines.

Cela veut dire qu’en laissant de côté les stéréotypes, nous pouvons élargir considérablement notre identité sexuelle, rendre hommage à notre polarité ignorée. L’homme est encouragé à explorer ses aspects vulnérables, réceptifs, féminins. Il peut alors se libérer du poids de ses responsabilités masculines et se relaxer, prendre son temps, faire l’amour sans but précis, s’autorisant à être réceptif lorsque sa partenaire prend des initiatives. Pour sa part, la femme peut explorer sa dimension masculine, se rendre compte qu’elle est capable d’initiatives, créant de nouvelles manières de donner du plaisir à son partenaire comme à elle-même.

L’homme ne renonce pas à sa masculinité, pas plus que la femme n’abandonne sa féminité. Ils élargissent simplement leur potentiel. Dans le Tantra, lorsque les polarités masculines et féminines fusionnent, une nouvelle dimension devient accessible : le sens du sacré. On perçoit notre relation à l’énergie vitale elle-même comme la source de la création. Cette connexion élève votre conscience au-delà du plan physique, dans un champ de puissance et d’énergie beaucoup plus vaste que le vôtre. Vous vous sentez alors relié, par votre partenaire, à tout ce qui vit et aime. Vous avez la sensation de faire partie de la grande danse de l’existence.

Le Tantrisme conçoit l’union sexuelle non seulement comme sacrée mais comme un art. Il est d’ailleurs intéressant de savoir que la racine sanscrite du mot « art » signifie « convenablement uni ». Pour devenir des tantrikas, pratiquants du Tantrisme, il était demandé aux amoureux de connaître, entre autres, la conversation, la danse, la cérémonie, le massage, l’arrangement floral, la musique, le costume, le maquillage, l’hygiène, la respiration et la méditation.

Lorsque nous apprenons les arts érotiques sous cette forme, on met en place une profonde guérison de notre sexualité. L’acte sexuel n’est plus une affaire bâclée, vécue par des partenaires inconscients, mais un échange sain et nourrissant entre partenaires se respectant et se connaissant intellectuellement, émotionnellement et sensuellement avant d’entrer consciemment dans l’union sexuelle.

Voilà ce dont nous avons besoin de manière urgente aujourd’hui : une vision joyeuse, amoureuse, et globale de la sexualité.




WAK : Lock and Key

Selon le Tantrisme, la sexualité est la première forme d’énergie, vue comme un mouvement de la vie. Dans le corps humain, l’énergie est continuellement en mouvement. Chaque cellule de notre corps vibre rythmiquement provoquant des courants bio-électriques circulant dans tout le corps. Nos humeurs et émotions suscitent aussi des vibrations spécifiques. Chaque être humain est un organisme faisant partie d’un tout plus grand – l’environnement immédiat, la nature, la planète possédant eux aussi leurs propres rythmes et vibrations. Le tantra apprend aux amants comment harmoniser leurs énergies, créant ainsi une résonance mesurable entre leurs champs énergétiques.
Un des aspects les plus profonds du Tantra est que le corps humain est considéré comme un simple phénomène énergétique. A une extrémité du spectre, au niveau physique, cette énergie s’exprime dans l’activité sexuelle. A l’autre extrémité, au niveau du système nerveux et du cerveau, l’énergie est perçue en tant qu’extase. Il est dit que les premiers mystiques orientaux eurent leurs premières étincelles d’illumination spirituelle au moment de l’orgasme. En effet, beaucoup de gens savent que l’orgasme peut les amener temporairement en un état d’extase.

Pendant quelques secondes, l’esprit se vide, la vue égocentrique de la vie disparaît. Nous perdons la notion du temps pour entrer dans la béatitude. Pour ces mystiques, la sexualité était la vraie source de l’expérience religieuse. Elle peut l’être encore aujourd’hui si l’on en crée les conditions.

Puisse ta vie être le reflet de l’Extase en toi.  
Puisse cette Extase être l’instrument de l’Amour infini.

Margot Anand –


Source : Voie Doré
publié sur : http://koyeba.blogspot.fr/

         
 

     ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥
Revenir en haut Aller en bas
Akasha

avatar

Messages : 1534
Points : 2728
Réputation : 50
Date d'inscription : 17/03/2015
Age : 40
Localisation : par là tout droit

MessageSujet: Re: Plaisirs charnels et processus d’ascension – Sexe et éveil   Mar 17 Mar - 22:35

Bonjour mes p'tits loupz
Nous avons vu dans mon poste précédent, les nombreux avantages du tantrisme Et toutes les belles promesses vers le plaisir que cela suscite ! Seule bémol, pour pouvoir bien profiter des possibilités qu'offre le tantrisme, il faut savoir contrôler la jouissance, aussi ne pas être trop prude, les tabous limite le plaisir. Un tabous qui est bien encré en nous est qu'on ne peut faire l'amour quand on est menstruée, alors que le sang et le sperme sont des semences sacrées qui libère des énergies spécifiques !  Autre tabou, la sodomie qui encore à l'heure actuelle suscite gène et embarra, alors qu'il n'y a rien de plus naturel...Ce n'est jamais qu'une autre porte qui mène vers le nirvana . En amour tout est possible entre adultes, n'a de limite que ce que notre imagination nous permet ! Pour un peu aider les plus jeunes d'entre-vous qui ne demandent qu'apprendre et expérimenter, je vous proposes quelques conseils en vrac

Choix des images : Akasha

Akasha
.


Regard spirituel sur le cycle menstruel ou les mystères du sang féminin sacré

Je vous invite  à lire: « la pratique spirituelle autour des menstruations » en trois parties pour mieux cerner nos énergies féminines et leurs pouvoirs qui se manifestent durant notre cycle :


1. Généralités qui redonnent du sens sacré à notre flux sanguin
2. Correspondances des émotions… avec les phases cycliques, énergétiques, activités conseillées…
3. Comment honorer le cycle menstruel
Et si en plus nous pouvons contrôler le nettoyage énergétique, c’est finalement que du bonheur!

Spiritual Menstruation, MoonSong – Traduit et adapté par Xella Sieidi

La pratique spirituelle autour des menstruations (partie I)




Il y a tant de choses à dire au sujet du cycle menstruel, bien plus que nous en disent les leçons de biologie que l’on reçoit, au même titre que de nous expliquer la mécanique de la sexualité et de l’enfantement ne nous explique pas tout ce qu’on pourrait en dire. Le cycle menstruel est un cycle sur lequel nous pouvons baser notre vie, en fait, que vous ne le réalisiez ou pas, c’est un fait : notre vie s’oriente autour de ce cycle. Tous ceux qui habitent sous un même toit qu’une ou plusieurs femmes se retrouvent influencés par leur cycle menstruel.

Pourquoi ne pas y être plus attentive alors ?

On y gagnerait, puisque notre cycle menstruel nous aide à mieux nous comprendre!

Depuis l’avènement des médicaments qui permettent de complètement enrayer les menstruations et leur philosophie « Soyez la même, tous les jours », l’utilisation de la pilule s’est propagée comme une traînée de poudre chez les jeunes femmes. Avec la crise globale qui touche la planète et le féminin, c’est le temps où jamais de se réapproprier notre droit acquis à la naissance, de (re)découvrir notre corps et nos « mystères du sang féminin ».

Il y a une magie inhérente au cycle menstruel. Chaque cycle procure à la femme la chance de comprendre et interpréter les messages que lui envoie son corps afin de s’en servir dans une démarche de guérison, quelle qu’elle soit. Chaque cycle crée une opportunité inouïe de croissance spirituelle et de développement spirituel. C’est simple, pour se connecter à ce potentiel unique, elle n’a qu’à écouter son corps.

De nos jours, les pénibles symptômes qui accompagnent régulièrement le cycle menstruel sont généralement causés par l’absence de possibilité de se connecter avec ledit cycle et par l’ignorance des messages que nous envoie notre corps.

Ces messages nous indiquent des manques ou déséquilibres spécifiques, qu’ils soient émotionnels ou physiques. Ils sont un cri d’alarme qui nous laisse savoir que nous sommes bombardés de toxines, que ce soit dans la nourriture que nous mangeons, des gens qui nous entourent ou encore du niveau de stress auquel nous sommes exposées.

Des faits de base surprenants

Le cycle féminin est influencé par la lune Le cycle féminin et le cycle lunaire (les phases de la lune) sont, en fait, le même cycle. Avant que n’existe l’électricité, les femmes ovulaient lorsque la lune était pleine et saignaient lorsqu’elle étaient sombre.

La glande pinéale, que l’on trouve dans notre cerveau, est influencée par la lumière diffusée par la lune et se charge d’envoyer des hormones à nos ovaires, qui, à leur tour, produisent un ovule.  Plus il y a de lumière, plus la glande réagit; c’est donc en pleine lune que notre ovulation est maximisée et programmée. Les femmes qui résident en milieu rural sont plus susceptibles d’être synchronisées avec l’astre lunaire, tout comme le sont celles qui vivent au sein de tribu autochtones. Si les femmes ovulent à la pleine lune, cela veut dire qu’elles saignent lorsque la lune est sombre. C’est une période où l’énergie est concentrée vers l’intérieur, où la femme se montre plus introspective. Le cycle moyen menstruel dure 28 jours, comme le cycle lunaire.La vie moderne, ses lumières artificielles et ses ciels constamment illuminés, même en pleine nuit, est témoin d’une coupure de synchronie avec la lune. L’empreinte biologique de notre cycle fertile est très différente de nos jours. Réfléchissez aux impacts de cette perturbation.
Non seulement sommes-nous sensées être en harmonie avec la lune, nous sommes aussi sensées l’être l’une avec l’autre. Il arrive parfois que nous le soyons.

Plusieurs femmes n’entretiennent aucune connexion avec la lune et n’ont aucune idée de sa phase actuelle. Lorsqu’elles se mettent à observer régulièrement l’astre nocturne, à suivre son parcours dans le ciel, à remarquer ses phases croissantes et décroissantes, leurs cycles s’harmonisent doucement aux cycles lunaires. Elles ovulent lorsque la lune est pleine et saignent lorsqu’elle est sombre; parfois, c’est le contraire, tout dépendant des cycles de leur vie. Et parfois, le tout bascule encore, selon leur environnement.

Vous pouvez ovuler deux fois par mois

Chaque femme possède la capacité d’ovuler une deuxième fois dans son cycle, lorsque la phase de la lune est identique à celle de sa naissance – c’est ce qu’on appelle le retour lunaire, ou l’ovulation lunaire, et cela explique toutes ces grossesses qui surviennent alors que la femme était persuadée de ne pas être en période d’ovulation.


Cette seconde ovulation survient sauf si :


-Votre ovulation normale survient déjà à ce moment;
-Vous allaitez pleinement (quoique cela n’est pas le cas pour toutes les femmes);
-Vous êtes enceinte;
-Vous prenez la pilule contraceptive.
-Il est facile de déterminer votre retour lunaire et ainsi connaître le moment où se déroule votre seconde ovulation. Vous n’avez qu’à trouver la phase lunaire du jour de votre naissance.

La pratique spirituelle autour des menstruations (partie II)


[/center]

Les premiers chamans du monde étaient des femmes



Les chamans sont ce qu’on appelle des hommes et femmes médecine. Anciennement, ils étaient les guérisseurs qui usaient de leurs donc pour accéder aux mondes secrets pour y recevoir l’information nécessaire à un processus de guérison. Ils se servaient de transes et de tambours pour communiquer et connecter avec la nature afin d’en recevoir des informations.

Bien que l’on présume que le rôle du chaman était assumé par un homme, l’anthropologie et l’archéologie ont démontré que les premiers chamans étaient des femmes.

Cela est d’une évidence, avec la facilité dont font preuve les femmes, selon leurs cycles, à recevoir des rêves prophétiques et à communiquer avec les autres mondes.

Le mot sanskirt pour rite et menstruation est le même : « r’ku ».

La racine du mot menstruation est « mens », aussi à l’origine des mots lune, mois et mesure. La première mesure du temps connue, le premier des calendriers, était basée sur le cycle menstruel.

Ainsi donc, le cycle menstruel se trouve à être un cercle à l’intérieur d’un cycle. Le plus grand des cycles d’une femme, c’est sa vie entière, ses saisons, calquées sur les saisons de la terre :

-Printemps : la jeune fille, la vierge
-Été : la mère
-Automne : la grand-mère
-Hiver : la vieille femme
Tous les cycles sont les mêmes, seule leur durée change. Le cycle suit cette cadence : naissance, croissance, maturité, récolte, détérioration, mort, renaissance. Le cycle menstruel suit cette même cadence et il est divisé en quatre quartiers.

Si votre cycle tend à être plus court ou plus long que 28 ou 29 jours, c’est la première moitié qui se trouve à être plus courte ou plus longue. Peu importe quand survient votre ovulation, la seconde partie est fixe et se situe toujours entre 13 et 15 jours. De semaine en semaine, le cycle fertile diffère, comme les saisons de la terre ne sont pas toutes les mêmes.

La première semaine du cycle se compare au printemps et à l’énergie qu’on ressent; la deuxième semaine rappelle l’été; la troisième l’automne; et, enfin, la quatrième se trouve à être l’hiver.

À chaque semaine son inclinaison, son niveau d’énergie. Les messages que nous envoie notre corps changent eux aussi de semaine en semaine. Ils nous parlent de l’état physique de notre corps en corrélation avec le cycle menstruation, sans, bien sûr, oublier les émotions rattachées.

Si vous savez où vous en êtes dans votre cycle, il est plus facile de lâcher-prise et de vous laisser-aller. Vous pourriez même organiser votre vie autour de ce cycle. Entamez de nouveaux projets dans les deux premières semaines de votre cycle. Exprimez votre côté créatif lorsqu’il surgit. Gardez vos activités sociales durant votre ovulation, pour terminer en beauté votre troisième semaine. Lorsque vous saignez, favorisez des moments de détente et repos à la maison.

Voici grosso modo ce qui se passe durant les quatre semaines de votre cycle, y compris les aléas émotionnels et psychologiques que vous vivrez au cours d’un mois type. Si vous portez attention au cycle de la lune, vous serez en mesure de voir les connexions directes.



Semaine 1



Jour 1 (premier jour des menstruations) à Jour 7 Impressions et sentiments :

-Phase mort/renaissance
-Introspection
-Silence et tranquillité
-En retrait (« J’aimerais qu’on me laisse tranquille ! »)
-Un temps pour se débarrasser d’attitudes ou croyances qui ne servent plus (métaphoriquement, tant par la prière et l’intention et littéralement, par le sang qui s’écoule)
-Lorsque je saigne : « J’ai besoin de sérénité, d’être seule » et « Je ne veux pas être dérangée »
-Lorsque les saignements se calment : « Je me sens un peu vulnérable » et « Me revoici ! »

Semaine 2



Jour 8 à Jour 1

Impressions et sentiments :

-Énergie estivale
-L’énergie physique, sexuelle et créative augmente, atteignant son apogée lors de l’ovulation
-Inspirations créatives soudaines
-Conscience plus aiguë de soi et des autres
-Attention plus marquée à l’apparence physique (la mienne surtout)
-« Je suis heureuse, excitée et pleine d’énergie » et « Je peux tout faire !

Semaine 3



Jour 15 à Jour 21

Impressions et sentiments :

-Énergie automnale, baisse d’énergie
-La phase post ovulation peut être positive ou négative et peut procurer un sentiment de fierté et d’échec – cela est souvent lié à ce qui a été réalisé durant la phase créative, quelques jours après que l’ovule ne soit mort sans être fertilisé
-« J’ai raté ma chance » et « Je me sens inutile »
-« Je m’épate moi-même, regardez ce que j’ai accompli ! »
-Un sentiment de soulagement ou de regret (de ne pas être enceinte, tant littéralement que symboliquement) peut se présenter
-Envie de se défaire de choses inutiles amassées (ou même de gens indésirables)
-Un changement quelconque est souhaité
-Des attitudes ou des situations non désirables et qui ne servent à rien surgissent et apportent avec elles un sentiment de confrontation, de soulagement ou les deux. Plus je les ignore, plus elles reviennent à la charge et en force. Elles existent et se présentent pour que j’apprenne à lâcher-prise, dans cette phase et la suivante
-« Tout me paraît difficile » et « Rien ne fonctionne comme ça devrait »
-« J’ai été tellement occupée, je suis ravie de pouvoir enfin me reposer »

Semaine 4



Jour 22 à Jour 28

Impressions et sentiments :

-Énergie hivernale
-Les leçons apprises au cours des dernières semaines se font ressentir
-Sentiment d’accomplissement ou d’être fatiguée (encore)
-Prête à lâcher-prise ou frustration et sentiment d’être agacée
-Moins d’intérêt envers autrui, moins disponible pour les autres
Introspective
-« Ne me demandez rien, laissez-moi tranquille »
-« C’est bon, j’ai compris, je lâche-prise et [ceci] ne se reproduira pas au prochain cycle »

Ces thèmes s’appliquent évidemment aux phases lunaires et aux saisons associées et peuvent être explorés dans ces périodes.

Comprendre comment fonctionnent les cycles favorise une meilleure conscience du flot d’énergie, de la sagesse qui y réside et des opportunités qui existent d’être synchronisées avec ce flux énergétique.

Je crois fermement que c’est la responsabilité de chaque femme que d’honorer son cycle fertile. En fait, c’est une façon privilégiée que possèdent les femmes de participer et aider à corriger les déséquilibres qui existent depuis que nous n’honorons plus le féminin sacré. C’est un problème que nous devons tenter de régler, afin de vivre en harmonie. En honorant votre cycle menstruel, vous participez à la guérison des « blessures infligées au féminin sacré », blessures qui, de par leurs symptômes, ravagent notre planète et ses habitants. En honorant son cycle, une femme honore le féminin sacré, ce pouvoir sombre, mystérieux, créatif et sexuel, le pouvoir de notre Terre Mère.

La pratique spirituelle autour des menstruations (partie III)



Comment honorer le cycle menstruel



Voici des suggestions d’activités et réflexions sur le thème du cycle menstruel, selon la phase du moment.

Semaine 1 :


-Réservez-vous un moment juste pour vous, même si ce n’est qu’une soirée au cours de la semaine
-Prenez un bain relaxant, gorgé d’huiles essentielles, comme le géranium et la rose
-Créez une loge lunaire ou une tente rouge – cela peut être un endroit physique ou un état d’esprit
-Portez des vêtements et accessoires réservés à cette semaine où vous saignez (par exemple, des pierres rouges ou appropriées aux menstruations)
-Cornaline : associée au chakra sacra et à notre centre créatif, elle favorise l’équilibre des organes féminins et les renforce
-Pierre de lune : apporte un soutien guérisseur, particulièrement au niveau des émotions. Elle permet également de mieux se connecter à nos hormones et ainsi mieux les comprendre. Enfin, elle rappelle l’influence de la lune sur notre cycle
-Grenat : sa couleur rappelle évidemment le sang qui s’écoule, ce qui favorise une résonance avec l’expérience physique du moment. Elle apporte un ancrage durant cette période parfois difficile et augmente l’effet guérisseur de la terre
-Expérimentez le pouvoir des rêves en période de lunes rouges
-Invoquez la guidance d’une déesse en particulier, comme Maeve ou Kali
-Prenez du temps pour peindre ou dessiner
-Offrez-vous un moment de méditation avec pour thème ce que vous laisserez partir à la fin de cycle
-Adonnez-vous à des exercices légers, comme une balade en nature
-Nourrissez-vous sainement
Changez les draps de votre lit pour des draps rouges
-Faites de même avec vos serviettes pour la douche ou le bain
-Soyez douce avec vous-même et laissez-vous porter
-Quête de vision : lors de votre troisième journée de saignement, faites une méditation et demandez à recevoir une vision. Vous recevrez une vision qui vous inspirera et vous motivera pour votre prochain cycle. Notez-la, traduisez-la en dessin ou en peinture et référez-vous y
-Prières de sang : recueillez votre sang (à l’aide d’une coupe menstruelle ou en trempant votre serviette quelques secondes sous l’eau) et offrez ce sang à la terre, accompagné de prière et intentions pour votre prochain cycle. Le sang qui retourne à la terre symbolise ce dont vous souhaitez vous débarrasser. Si possible, choisissez un endroit précis dans un jardin ou un parc et revenez-y tous les mois pour y verser votre sang. Les plantes et fleurs qui poussent autour peuvent grandement bénéficier de l’offrande de sang !
-Dessinez sur votre front un petit rond fait de votre sang, cela permettra à votre troisième œil de se connecter à votre temps de lune et de vous offrir une vision potentielle. Ce travail peut particulièrement se faire en lien avec les ancêtres et le savoir ancestral (puisque le sang contient en lui des informations génétiques). Comme le troisième œil est situé au même endroit que la glande pinéale, « le siège de l’âme », ce travail est également une façon unique de connecter avec votre soi supérieur (« higher self »)

Semaine 2

-Profitez de votre énergie créatrice pour confectionner quelque chose
-Exprimez votre beauté intérieure et extérieure
-Profitez de votre sexualité renouvelée et fougueuse
-Célébrer votre ovulation – c’est votre pleine lune
-Dédiez vos ovules à un projet qui nécessite une force créatrice

Semaine 3

-Célébrez ce que vous avez atteint comme objectif, ce que vous avez créé et le succès rencontré
-Laissez partir ce que vous n’êtes pas parvenue à réaliser; soyez indulgente envers vous-même
-Notez les aspects de votre vie qui ne fonctionnent pas comme le voudriez afin de les laisser partir lors de votre prochaine période de saignement (prochaine semaine 1)
-Ne démarrez pas de nouveaux projets, concentrez-vous plutôt à terminer ceux déjà entamés

Semaine 4

-Préparez la semaine qui suivra (le temps de lunes), prévoyez du temps pour vous
-Cuisinez quelques plats pour la semaine prochaine, par exemple, une bonne soupe maison
-Commencez à réduire vos activités
-Réfléchissez au thème de votre prochain cycle et à la tangente que vous souhaitez lui donner

Marie Christine pour http://epanews.fr/
Source : http://templeyonimatre.weebly.com


----------------------------------------


Initiation à la sodomie !

Découvrez de nouveaux plaisirs avec notre experte !

Quels sextoys utiliser pour des plaisirs interdits ? Pour découvrir tous les conseils que Déborah livre à Anne, ne manquez pas la vidéo.

Soft Paris, N°1 de la vente à domicile de produits coquins, propose des réunions sextoys à domicile : les Soft Parties. Si vous souhaitez organiser votre Soft Party ou devenir Ambassadrice du Bonheur, rendez-vous sur le site http://www.softparis.com
Pour contacter Déborah en direct cliquez ici : https://www.facebook.com/deborahambas...

Séduction, rencontres, sexualité, astro, psychologie ... Retrouvez toutes nos vidéos coaching Psycho Sexo sur notre site http://www.minutefacile.com/psycho-sexo/

Pour profiter des conseils MinuteSexy au quotidien :
Abonnez-vous à la chaîne : http://www.youtube.com/subscription_c...
Suivez-nous sur Facebook : http://www.facebook.com/MinuteFacile
Sur twitter : http://www.twitter.com/minutefacile

Retrouvez tous nos conseils, trucs et astuces en vidéo pour faciliter votre quotidien sur http://www.minutefacile.com !



Dans la pratique du tantrisme, il est primordiale de savoir retenir l'éjaculation (rétention de la jouissance). Il y a des moyens pour ça, voici quelques conseils.

Comment contrôler son éjaculation ?

Comment contrôler son éjaculation ? Vous ne parvenez pas à contenir votre excitation sexuelle et souhaitez contrôler votre éjaculation ? Voici comment s'y prendre.

Le Dr Pascal de Sutter, sexologue et auteur du livre intitulé « La sexualité des gens heureux », nous délivre des conseils pertinents en matière de sexualité.

Il est possible de contrôler son éjaculation en contrôlant son excitation.



♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥
Revenir en haut Aller en bas
Akasha

avatar

Messages : 1534
Points : 2728
Réputation : 50
Date d'inscription : 17/03/2015
Age : 40
Localisation : par là tout droit

MessageSujet: Re: Plaisirs charnels et processus d’ascension – Sexe et éveil   Mar 17 Mar - 22:36

Bonjour mes frères & sœurs
Aujourd'hui j'aimerai vous parlez des fantasmes, mais noooon ne rougissez pas, tout le monde en à Cela va du désir basique à des désirs un peu plus poussée, de pulsions inassouvies à d'autres inavouable   Mais quoi qu'il en soit avoir des fantasmes est tout-à-fait dans la norme...mais malgré ça, cela reste tabou pour bon nombre d'entres_nous, alors qu'ils faut en parler, c'est le meilleurs moyens de les réalisés, bien que je pourrai être d'accords sur le fait que certains peuvent en rester à se stade, car parfois  le réaliser déçois...
Ensuite la question est, "doit_on réaliser et assouvir ces pulsions ?" Bien_sûrs que oui, ne pas les réaliser est le meilleurs moyens de se frustré et de ne pas s'épanouir, aussi bien personnellement que dans son couple... Dans le domaine du fantasme, nous avons les grands classiques, qui bien souvent se retrouves chez pratiquement tout le monde, se seront généralement les plus facile à réaliser  Wink Je vous ai trouver une petite liste, que je ponctuerai de mon commentaire perso, bonne découverte ! Et soyez sage   Razz
Akasha pour LNM 2015


18 fantasmes inavoués… mais populaires!



FANTASMES: OSEREZ-VOUS LES RÉALISER?
Nous avons tous des fantasmes que l'on garde secrets et qu'on n'osera jamais prononcer à haute voix. C'est ce qui fait leur charme et les rend excitants. D'ailleurs, on ne veut pas forcément qu'ils se réalisent. Ces fantasmes mettent en branle l'imagination et ont souvent pour effet de stimuler la libido. Voici 20 fantasmes populaires qui excitent la majorité des adultes consentants dont... vous?




AU 7E CIEL... OU PRESQUE!
On dit que « Sky is the limit », alors on applique la maxime et on fait l'amour sur un toit, avec la rue et ses passants à nos pieds! Quel vertige enivrant! Avec le ciel tout près, la sensation d'être au-dessus de tout et l'excitation d'être sur un lieu habituellement interdit, on s'enligne pour une baise qui nous fera grimper haut! À couper le souffle!

Commentaire Akasha : Bon ici je n'ai pas grand_chose à rajouter, ça ne me parle pas, enfin presque...Une fois j'ai fait l'amour dans les toilette de l'avion  lol!  Puis voilà perso j'appelle pas ça un fantasme c'est tellement classique...



[ET UN AUTRE, SVP!
Faire l'amour avec plusieurs hommes -un à la fois-, dans une même soirée est un fantasme répandu. On s'imagine que les hommes, toujours plus séduisants les uns après les autres, défilent devant nous avec le simple vœu de nous faire jouir encore plus que ne l'a fait le précédent. Nuit torride à prévoir!

Commentaire Akasha : Hum..Oui bon, si certaines femmes n'on pas peur de se salir..Chacun son truc dirons_nous
. Mais personnellement se que j'appelle une tournante, ça ne m’excite pas du tout, pourtant dieu m'en soit témoin je n'ai jamais eux froid au yeux ! Mais ça bof bof bof...Par_contre, sans aller dans les extrême, il y a une alternative bien plus plaisante, et que je conseil à tout ceux qui auraient besoin de pimenter leur couple...Trouvez vous un beau petit couple sympa qui eut aussi son dans se trip et faite l'amour entre_vous, ça c'est encore bien sympa, mais toutes seule et tournée d'hommes à hommes beurk  pale  Petit conseil important pour qui serait intéressé par la partie entre deux couple, ne le faite jamais avec un couple d'amis, c'est les embrouilles assurée à terme, faites de nouvelles connaissances, cela limitera les retombée négatives... Wink




DANS UN MAGASIN
On peut rêver d'une exiguë cabine d'essayage, mais il est encore mieux de s'imaginer sur un lit dans la section déco d'un grand magasin. On teste tous les matelas sans se soucier des yeux tout autour! Ensuite? Direction les sofas! Et on ne jette même pas un coup d'œil aux spectateurs curieux!

Commentaire Akasha : Ah ça c'est plutôt sympa, j'adhère Wink Il y a pleins de variante, soyez imaginatif...Dans un train, dans les cave d'un immeuble, dans un parking sous_terrain, à la piscine, que sais_je, y'a pleins de truc !



L'INITIATION
Et si on guidait un jeune homme dans ses premiers pas (ou, du moins, à les rendre meilleurs!)! On devient l'initiatrice ou même la dominatrice. On devient son enseignante et, pour cet élève particulier, toutes les expériences sont permises. Être une vraie de vraie cougar... tentant!

Commentaire Akasha : Eh bien ça c'est le truc à la mode..J'ai de copine qui sont partie dans se délire..Personnellement je n'ai pas de temps à perdre avec ça... silent



AU CINÉMA
Dans la noirceur, avec quelques flashs de lumière provenant de l'écran, on se contorsionne juste ce qu'il faut pour faire l'amour avec son partenaire cinéphile. Un fantasme classique! Le cinéma reste le lieu mythique des premières caresses, des prises de main timides et des bras autour des épaules de l'adolescence! Désormais, on monte d'un cran et on vole la vedette aux acteurs du film à l'affiche!

Commentaire Akasha : Bon ici ça en reviens à ce qui a déjà été dit plus haut sur les lieux insolites..Au cinéma, c'est des truc de d'jeune ça  Smile  fantasme déjà réaliser 100 fois je passe mon tours  lol!



VILAINE!
On peut avoir envie de jouer la vilaine qui sera savamment corrigée avec une fessée! Ce scénario érotique transforme votre doux partenaire en un être qui aime désormais vous dominer et vous punir... avant de terminer cette fantaisie érotique en vous faisant l'amour avec contrôle!

Commentaire Akasha ; Alors celui_là j'adore...Sauf que chez moi se serai plutôt OH le vilain !  Smile Je suis du genre dominatrice de nature vous voyez  Razz  Non mais blague dans le coin, si vous n'avez pas encore oser faire le pas, faite_le ça pimente vraiment bien vos ébat amoureux..Puis il y a pleins de variante possible dans le concept, y'a pleins de scénarios à mettre en place qui ne sera limité que par votre capacité imaginaire ! Et scénariser les ébats il n'y a rien de mieux je dis trois oui.



AU NATUREL!
En plein bois, sur la plage, devant un feu de camp, dans un parc ou ailleurs, la nature génère une multitude de possibilités. À nous de voir si on est plus « eau », « terre », « air » ou « feu » ou un savant mélange des éléments. La nature nous ramène aussi à l'idée qu'on peut tout se permettre car on est libre, sauvage et rebelle!

Commentaire Akasha : Oui bon pour le coup de la plage ça m'a toujours bien fait sourire...Vous avez déjà essayé ? Non...Eh bien laisser tomber, car vous vous retrouver avec du sable sur vos partie génitales, aussi bien votre partenaires que vous..Donc bonjour les risques d'infections  pale Sans parler du confort, ça fait mal... silent  Non c'est nul ! Par_contre dans les bois s'en est tout autre... drunken  Là je dis oui, d'ailleurs chez nous c'est devenu dans la norme, point de fantasme ici.  Very Happy  Au coin du feu c'est trop fort aussi, de plus on a la chance d'avoir une cheminée ouverte, et l'hiver ça donne de belles soirées en perspective.



DANS UN TAXI
Faire l'amour sur la banquette d'un taxi est un fantasme commun, qui nous fait rêver que la course ne se termine pas tout de suite! « Hey, chauffeur! Tu veux continuer un peu? » Variation sur le même thème : faire l'amour dans un taxi avec un inconnu avec qui on partageait la course...

Commentaire Akasha : Encore le même concept que plus haut sur les leix insolites..Enfin ici il y a le coup de l'inconnu, il est vrai que c'est un fantasme commun, et qu'à une époque j'ai beaucoup mis en pratique  Laughing Célibataire lancez_vous, soyez pas timide  Razz



JAMAIS SANS MA STAR!
On en a tous un! Un homme connu qui nous fait perdre la tête. Star du cinéma, athlète musclé, chanteur, musicien : peu importe. S'imaginer au lit avec lui, c'est un fantasme récurrent chez plusieurs femmes. On le voit succomber à nos charmes et même nous supplier de le laisser tenter de nous faire vivre le plus bel orgasme. On accepte!

Commentaire Akasha : Elle a quel âge celle qui a écrit l'article ? Cela doit être une mal bai...  lol!



DEVANT SON PARTENAIRE!
Étrange fantasme que celui où votre partenaire vous demande de faire l'amour avec un autre homme pendant qu'il est le spectateur de vos ébats. Un fantasme où on a la bénédiction de l'autre pour sauter allégrement la clôture. Intéressant...

Commentaire Akasha : Si je demande ça à Orné, il va péter d'une durite  lol!  Non plus sérieusement, personnellement je suis plus adepte de se que je vous proposais (enfin proposer^^) trouvez un couple sympa avec qui partager vos ébat, c'est bien mieux  Very Happy  Bon maintenant les goûts et les couleurs.. Wink



L’INCONNU
Un inconnu qui débarque de nulle part, qui vous prend par surprise, de manière torride, au milieu d'une ruelle ou de la nature, et qui disparaît ensuite. Beaucoup d'hommes, comme de femmes, auraient ce désir de se faire surprendre sexuellement par une belle inconnue ou un beau mâle.

Elle l'a déjà dit plus haut, elle travaille du chapeau la meuf qui a écrit l'article ?  Laughing  Elle a difficile de cacher ce qui la branche, quand je vous dit que c'est une mal ba... lol!  Sinon elle a pas ord, c'est pas mal du tout  drunken



AVEC L’AMIE DE SA FEMME
Voilà un fantasme 100% masculin! L'amie de votre femme que vous trouvez de votre goût vous fait une fellation pendant que votre femme vous regarde en se masturbant. C'est le côté inaccessible de l'amie de sa femme qui stimule ce fantasme. Dans le même ordre d'idée, plusieurs hommes caresseraient l'idée d'être l'objet désiré de toutes les amies de leur femme.

Commentaire Akasha : Bon ici on est vraiment dans le concept de se qui doit rester un fantasme et ne doit jamais être réalisé, car ce serai malsain au possible et impardonnable.. silent



L'ORGIE
Participer à une partouze, avec des gens qui sont tous beaux avec des corps de dieu. Cela relève habituellement plus du fantasme que de la réalité!

Commentaire Akasha : Parle pour toi ma cocotte  Laughing  Quand je vous dis que c'est une... lol!  Je ne suis pas contre mais dans la formule que je vous ai décris plus haut, et avec modération de bien entendu, on abuse des bonnes choses  Wink



L’UNIFORME
Coucher avec une infirmière ou une hôtesse de l'air dans son milieu de travail est un fantasme populaire auprès de ces messieurs. Les hommes ont un faible pour les uniformes. Ce fantasme combine uniformes et lieux professionnels, deux éléments qui les excitent ! Mesdames, nous ne sommes pas en restent avec les pompiers, policiers, médecins ou menuisiers...

Oui c'est vrai  Wink  Mais au fait avec de l'imagination vous pouvez scénariser tout ça avec des déguisements et mises en scènes, comme je vous expliquais plus haut !



DOMINÉE
Être au lit, attachée et livrée aux soins de deux hommes. Soumises ou dominées, certaines femmes (comme les hommes d'ailleurs) ont une envie sexuelle qui se rapproche du sadomasochisme. Un fantasme réprimé?

Commentaire Akasha : Oui quand cela reste dans les limites du raisonnable je ne dis pas non...Il ne faut pas que ça vire malsain et glauque non plus, mais il y a certains jeux qui pimente avantageusement vos ébats  Razz



LESBIENNE
Une séance de sexe avec une autre femme? Si les hommes fantasment sur les duos sexuels féminins, beaucoup de femmes ont envie de l'essayer pour une histoire d'un soir. Et tant qu'à fantasmer (ou à l'essayer), autant le faire avec une bombe sexuelle !

Commentaire Akasha : Aha oui pas mal Wink Je n'en suis plus au stade du fantasme à se niveaux_là...Et l'idée du couple vs couple laisse entrevoir que... silent  



Commentaire Akasha : Çà y est ele nous refait sa mal bai... M'enfin dans les couples on joue au jeu des massages ? ?  scratch  Il y a pleins de truc à faire dans le concept, on en apprends encore croyez moi, et c'est important les massages, il n'y a pas que l'amour bestiale  lol!

EN CONCLUSION : Si vous êtes en couple, n'ayez pas peur de parler de vos fantasme à votre conjoint, et il ne faut surtout pas hésiter d'expérimenter, car le sexe dans un couple est fondamentale, il ne faut pas se leurer. C'est la pierre angulaire, si le sexe ne marche pas, c'est la fin du couple assuré ! Pa r le passé j'ai laisser filer de vraie perles perles d'hommes, mais qui ne me satisfaisait pas car je savais qu'à terme de toutes les façons ça n'aurai pu marcher..Et vu que je ne trompe pas et que je suis franche..Pour les célibataires, que dire, soyez fou, no limit, faites se qu'ils vous plaira !  drunken


=======================================
Revenir en haut Aller en bas
Akasha

avatar

Messages : 1534
Points : 2728
Réputation : 50
Date d'inscription : 17/03/2015
Age : 40
Localisation : par là tout droit

MessageSujet: Re: Plaisirs charnels et processus d’ascension – Sexe et éveil   Mar 17 Mar - 22:38

Bonjour mes frères & sœurs
Comme vous le savez cher lecteurs, je suis partisane que l'éveil spirituel passe par la pratique sexuelle, mais attention adaptée et pratiquée en pleine conscience ! Nous avons déjà vu ensemble divers techniques comme dernièrement le tantrisme et l'éveil de Kundalini. Bien avant l’avènement des trois grandes religions et la régression qui s'en suivis. les grandes civilisations étaient parfaitement conscient du grand pouvoir que recelait la pratique sexuelle. Aussi bien les sumériens et les égyptiens préconisait des pratiques poussée mâtiné de magie pour atteindre l’illumination ! Aujourd'hui je vais vous parler du culte de Isis qui généralement est réserver aux initiés...Mais comme vous le savez je vous ai à la bonne La belle et Grande Isis était avant ça Damkina, la mère de l'humanité chez les sumériens, et plus tard devint Marie...Dans sa grande mansuétude elle  nous donna le savoir, car le savoir libère, ça change un peu de l'ignorance que l'humanité fut plongée par après avec l'obscurantisme...Il est grand temps de reprendre son vrai pouvoir qui nous fut retiré par les ennemis de l'humanité ! Le conditionnement est tel que le simple fait d'énoncer la magie ou des pratiques sexuelles poussée que l'on soit taxé de sataniste ou je ne sais quels qualificatifs calomnieux, alors que le but est noble sain et positif le but étant d'évoluer vers la lumière et d'émaner un aura lumineux et de vibrer des énergies positives.  Car ce sera le chakra du cœur qui sera le plus sollicité par cette initiation, et c'est la santé de tout le corps qui se verra augmenter de façon significative. Eh puis dites-vous bien pour les couples de longue date, rien de tel pour casser la routine ue de découvrir de nouveaux horizons, vous ne croyez pas ? Bien place au texte à présent, une belle et passionnante lecture chers lecteurs  !  study [image de Akasha]
Akasha pour le LNM 2015.


Initiation à la Magie sexuelle d’Isis par Marie Madeleine



LE MANUSCRIT DE MARIE MADELEINE


(Initiation à la Magie sexuelle d’Isis)

UN

« J’ai été élevée dans une famille pour qui la magie était familière. Mon père venait de Mésopotamie et ma mère était égyptienne. Avant ma naissance, elle avait adressé des prières à Isis pour avoir un enfant. Cet enfant, c’est moi. On me connaissait sous le nom de Marie Madeline.


Lorsque j’ai eu douze ans, on m’a envoyée étudier dans une communauté secrète d’initiés protégés par Isis. J’ai reçu les enseignements secrets de l’Egypte, les alchimies d’Horus et la magie sexuelle du culte d’Isis. Lorsque j’ai rencontré celui que vous appelez Yeshua, j’avais déjà reçu toutes les initiations. Je m’étais préparée à faire sa rencontre au puits. Les Evangiles font de moi une prostituée, car tous les initiés de mon ordre portaient un bracelet en or représentant un serpent ; cela signifiait que nous pratiquions la magie sexuelle, par conséquent, aux yeux des Hébreux nous étions des prostituées.

Lorsque j’ai vu Yeshua et que nos regards se sont rencontrés, j’ai su que nous étions destinés l’un à l’autre. Ce que je m’apprête à vous dire n’est connu que de ceux qui étaient avec moi. Bien des légendes ont couru concernant ce qui est arrivé. Mais pour moi c’est l’histoire d’un très grand amour. Que Yeshua ait eu une vision du monde, cela ne me concerne pas. Mon histoire est une histoire d’amour. Beaucoup de gens ont suivi Yeshua. Et les occasions que nous avons eues d’être ensemble n’ont pas été nombreuses. Les Evangiles n’évoquent pas ces faits, car seuls ceux qui étaient avec nous le savaient. Avant que Yeshua se rendre au jardin de Gethsémani, nous avons conçu un enfant, dont le nom devait être Sarh.





DEUX



L’histoire que je m’apprête à vous raconter va paraître fantastique. Je me souviens des roseaux de Saintes-Maries-de-la-Mer, bien qu’évidemment l’endroit ne portait pas ce nom à l’époque. C’est là que notre bateau a approché du rivage. Sar’h était encore très jeune. Elle n’avait pas un an. J’étais déchirée entre le chagrin et l’ébahissement le plus total. J’étais présente quand Yeshua a été crucifié. Avec sa mère, nous l’avons accompagné jusqu’à sa tombe et nous l’avons enveloppé. Je me souviendrai toujours de l’odeur de la myrrhe. C’est l’un des onguents que nous avons utilisés. Yeshua m’est apparu dans son corps de lumière. Je ne pouvais en croire mes yeux ; voilà pourquoi j’ai touché ses blessures. Les disciples étaient jaloux du fait qu’il soit venu à moi en premier.

C’est très bizarre d’un côté, mon bien-aimé était transporté dans une autre dimension, un autre monde, de l’autre côté, moi et notre fille traversions la Méditerranée seules, sans lui. Nous n’étions plus en sécurité et nous avions dû quitter l’Egypte où nous nous étions réfugiées. Lorsque nous avons fait la traversée et sommes arrivées sur les rives de ce qui allait devenir la France, tout était encore sauvage. Ce sont les prêtresses du culte d’Isis qui nous accueillirent, et nous nous sommes mises en chemin en direction du nord pour nous placer sous la protection des druides, car Isis les avait avertis ; ils avaient entendu son appel qui leur demandait de protéger sa fille, Sar’h. C’est ainsi que nous avons cheminé jusqu’à une autre vaste étendue d’eau, que nous avons traversée pour nous retrouver dans ce qui est aujourd’hui l’Angleterre. Et là, on nous a mises au secret dans le saint des saints des druides, au Tor et à Glastonbury. Nous étions moins en danger ici qu’en Israël ou en Egypte, mais l’influence de Rome s’étendait  jusqu’en Angleterre et nous avons dû nous cacher.

Nous avons vécu là pendant des années, et c’est à cet endroit que Sar’h a épousé un homme dont les descendants sont les chevaliers du Temple. Pour ma part, je suis allée vers le nord au Pays de Galles, là où j’ai vécu jusqu’à la fin de mes jours. Je dois dire que pendant ces années où j’ai vécu seule au bord de la mer. Yeshua m’a souvent rendu visite. Bien entendu, pas comme avant, car son était constitué davantage d’énergie et de lumière que de chair, mais c’était tout de même extraordinaire de me trouver de nouveau avec lui. A ma mort, il était là et m’a emportée vers ce que certains appellent le paradis qui, en vérité, est simplement un espace dans l’âme.


TROIS



Je commence mon récit par la rencontre à la margelle du puits, car par bien des côtés, c’est ici que ma vie a commencé vraiment. Toutes les années auparavant n’ont été qu’une préparation à cette rencontre. Ce matin-là, je sentais que quelque chose se préparait. Il y avait en moi un sentiment d’excitation –une sorte de tremblement des bras et des jambes – même avant notre rencontre. J’étais déjà au puits avant qu’il arrive. J’avais déjà descendu mon seau dans le puits, et il est venu me prêter main-forte. Certains des disciples, voyant le bracelet en serpent d’or, ont pris pour acquis que j’étais une prostituée et furent consternés que leur maître vienne en aide à une personne comme moi. Mais cela ne me toucha point. J’étais dans un autre monde, transportée par les yeux de Yeshua. Nos regards se rencontrèrent, et ce fut comme si je contemplais l’éternité entière. A ce moment-là, je sus que c’était pour lui qu’on m’avait préparée – et lui aussi le savait.

Je l’accompagnais, me tenant aux derniers rangs de ceux qui le suivaient, et le soir venu nous nous éloignions ensemble ; pas tous les soirs cependant, car il était très recherché. Moi qui avait été formée aux alchimies d’Horus et à la magie sexuelle d’Isis, et qui était considérée comme une adepte avancée par mes maîtres, la première fois que je fus dans les bras de Yeshua, je tremblais comme une feuille et je dus lutter pour retrouver dans mon désir le chemin central qui mène au trône  le plus élevé, chemin qui avait fait l’objet de ma formation. En mariant les techniques que j’avais apprises et les méthodes qu’il avait assimilées en Egypte, Yeshua et moi avons réussi à charger son corps ka, son corps énergétique d’une lumière et d’une force plus importante, de façon à ce qu’il lui soit plus facile de travailler avec ceux qui venaient le voir. Et voilà exactement ce qui est arrivé. Et ce n’est pas sans ironie que les Evangiles rapportent que j’étais au puits lorsque Yeshua est arrivé. Mais, ces nombreuses nuits où Yeshua et moi étions seuls, c’est lui qui vint à mon puits, pour s’abreuver par moi aux puissances d’Isis se recharger et se renforcer.


QUATRE



Je m’arrête un instant pour contempler tout ce qui est arrivé ; on dirait un rêve, un rêve d’une clarté extraordinaire encore aujourd’hui. A raconter cette histoire, mon cœur tremble comme si c’était hier. Ma première nuit avec Yeshua se dessine dans mon esprit aussi clairement que les cieux au-dessus de Jérusalem.

Après avoir réussi à vaincre mes désirs de femme et m’être élevée dans l’alchimie spirituelle à laquelle j’étais formée, j’ai pu voir la forme spirituelle de Yeshua – déjà lumineuse, déjà resplendissante de lumière. Une colombe se tenait au-dessus de sa tête, et des rayons dorés en émanaient. Sa forme spirituelle reculait les sceaux de Salomon, Hator, Isis, Anubis et Osiris, confirmant qu’il avait subi ces initiations. Il présentait aussi d’autres symboles que je ne comprenais pas, car ils provenaient de cultures qui m’étaient inconnues ou sur lesquelles je n’avais pas reçu d’enseignement ; mais à partir des sceaux égyptiens que je reconnaissais, je conclus qu’il était sur le sentier du dieu suprême Horus. Il n’était toutefois pas encore passé par son initiation à la mort, et je savais que c’était justement la raison pour laquelle j’avais été attirée vers lui cette fois-ci – afin de consolider son âme grâce aux pouvoirs d’Isis et de la Mère cosmique, de sorte qu’il puisse traverser le portail des ténèbres et atteindre Horus.

Cette nuit-là, après avoir fait l’amour et ainsi maniés nos corps spirituels et les avoir fusionné l’un à l’autre, et l’alchimie ayant déclenché ses effets en nous, Yeshua se laissa gagner par le sommeil. Tandis que je le tenais dans mes bras je sentis un changement s’amorcer en moi, un désir de le protéger, l’espoir d’être toujours avec lui, et j’eus en même temps, conscience que nous serions séparés par des forces plus puissantes que ma volonté.






CINQ



L’Eglise prétend que j’étais une prostituée ; moi je vous  dis que c’est l’Eglise qui est la prostituée, car elle voudrait vous faire croire que la femme est un être impur et que la passion sexuelle entre l’homme et la femme est mauvais.

Pourtant, c’est dans le magnétisme de la passion qu’est engendrée la matrice de l’ascension.

Le secret des secrets était connu de tous les initiés d’Isis, mais je n’avais pas imaginé que ce pourrait être moi qui serais appelée à le réaliser pleinement avec un être tel que Yeshua. Pour moi, c’est un cheminement de l’esprit et du cœur. Pour ceux qui aimeraient savoir quel a été notre parcours physique cependant… Après la crucifixion de Yeshua, Marie, la mère de Yeshua, Joseph d’Arimathie, Aaron, son fils, alors âgé de douze ans, deux autres jeunes femmes et moi-même avons pris la route de l’Egypte du nord. Ironiquement,  nous avons d’abord été entraînés vers l’Est puis nous avons dû faire halte en chemin pour le ravitaillement, car notre bateau était minuscule. Ensuite, notre périple passa d’abord par Malte et la petite Ile d’Oudish, puis par la Sardaigne et la pointe de ce qu’on appelle aujourd’hui Cinque Terra. Finalement, nous avons abouti à Saintes-Maries-de-la-Mer, cheminé vers le nord de la France en passant par Rennes-le-Château, puis traversé la Manche pour se rendre en Angleterre comme on l’appelle aujourd’hui. Pour finir, nous nous sommes installés à Glastonbury pendant plusieurs années, jusqu’à ce que Sar’h ait douze ans.

Lorsqu’elle a eu douze ans, nous sommes retournées parmi les roseaux du bord de la Méditerranée, là où nous avions accosté en provenance d’Egypte. C’était le point le plus proche de l’Egypte qui soit aussi sans danger pour nous. Là, j’ai initié ma fille au culte d’Isis, et l’ai fait prendre un bain dans les eaux de la Méditerranée, comme l’indiquent les enseignements que j’avais reçus. Nous sommes ensuite retournées à Glastonbury, jusqu’à ce que ma fille – et fille de Yeshua – ait l’âge de se marier, à 16 ans. Elle a épousé le fils d’une famille bien connue, dont les descendants devaient donner naissance aux Templiers,  bien qu’à cette époque-là, les Chevaliers du Temple n’existaient pas. Le sang dont Sar’h est issue a donc couru dans les veines des Templiers eux-mêmes. Une fois Sar’h mariée et installée dans sa nouvelle vie, je suis partie vers le nord pour le Pays de Galles, où j’ai vécu le reste de mes jours dans une petite maison en pierre près de la mer.

Derrière ma maison coulait un ruisseau qui jaillissait du flanc de la colline. Bien souvent, je me suis assise auprès de ce ruisseau qui se divisait en deux. Sur une certaine distance, les deux bras affluaient parallèlement, puis l’un obliquait vers la gauche et l’autre vers la droite. Et je réfléchissais, assise entre les deux ruisseaux, au courant qui entraînait ma vie et à celui qui avait emporté la vie de Yeshua, et au fait que, pendant un moment, les deux courants avaient filé ensemble, puis s’étaient séparés.


SIX



Je me rappellerai toujours la première fois que Yeshua est venu à moi après sa résurrection. C’était un soir de nouvelle lune, le ciel était limpide. Une légère brume flottait sur les bruyères et tout était baigné de la lumière argentée de la lune et des étoiles. Je vis une forme s’approcher sur le chemin venteux qui menait à ma maison. Par une ironie du sort, je venais de sortie pour puiser de l’eau au puits, et c’est là qu’il se tenait. Il avait la même apparence, mais il rayonnait –impossible de ne pas le reconnaître. Mes yeux se sont remplis de larmes, mon cœur tremblait. Je courus vers lui, mais je m’arrêtai net, me souvenant de ses paroles, prononcées juste après la résurrection. « Ne me touche pas encore, avait-il dit alors, car je ne suis pas encore monté jusqu’au Père ». O Combien l’initiée d’Isis en moi, pendant toutes ces années, a désiré rétablir les faits ! Qu’a-t-il voulu dire par ces paroles ? car les chrétiens n’ont reçu en héritage qu’une partie de la vérité. La part la plus importante est demeurée cachée au milieu des mystères de la Grande Mère ; et comme l’Eglise a cherché à priver de ses droits tout ce qui est féminin, la vérité est restée scellée et inaccessible.

Et cette vérité concerne le corps ka même –  ce que les initiés nomment ; le double éthérique ou le jumeau spirituel, car chargé d’une quantité suffisante de vitalité et d’énergie, il ressemble au corps physique. Contrairement à celui-ci toutefois, le ka n’est pas constitué de matière, mais d’énergie – d’énergie et de lumière.

Et lorsque Yeshua est venu à moi après sa résurrection, il est venu dans son ka. Cependant, son ka n’avait pas encore été stabilisé, car Yeshua ne s’était pas élevé jusqu’au Père – c’est-à-dire jusqu’à l’Esprit suprême de sa propre âme. Avant d’y parvenir, il devait passer par le portail de la mort et parcourir son chemin dans l’inframonde de son propre être. Il faisait cela pour deux raisons, d’après moi. Premièrement, en tant qu’âme maîtresse, c’était une façon d’apporter un important afflux de pouvoir à son ka. En second lieu, il lui fallait ouvrir le passage par la mort, afin que d’autres puissent le suivre et traverser les ténèbres plus facilement en suivant son sillage de lumière. Ainsi, cette première nuit de nos retrouvailles, mon cœur s’est rempli de la joie d’être de nouveau avec lui et je le ressens aujourd’hui aussi clairement et fortement qu’alors. Il est venu un peu avant minuit pour repartir au point du jour.

Pendant ces heures où nous étions étendus tous les deux, nos corps ka s’entremêlèrent une fois de plus, nul besoin de parler. Nous communiquions par télépathie. Et sans l’acte sexuel physique, le pouvoir serpentin en luis’unissait au pouvoir serpentin en moi, et ils montaient en suivant le trajet sacré le long de notre épine dorsale jusqu’au siège au sommet du crâne (le coronal) ; [cela me plongeait dans une extase de béatitude pure./b] C’est ainsi que nous nous sommes rencontrés des années durant. Il venait me voir sous cette forme plusieurs fois par année. Parfois, nous bavardions. La plupart du temps nous étions tout simplement en union.

Je lui ai demandé où il allait quand il n’était pas avec moi. Il a répondu qu’il avait visité de nombreux lieux sacrés sur la terre, et qu’il avait rencontré bien des gens différents. A son dire, il traçait un chemin de lumière. Lors de l’un de ses visites, je lui ai demandé d’expliquer. Il traça un cercle sur la terre battue de ma maison, et je reconnus les deux triangles du sceau de Salomon, dont  l’intersection forme l’étoile de David. Il me dit que plusieurs régions du monde existaient dont nous nous n’avions pas connaissance dans notre région. Bon nombre présentaient des points qui correspondaient aux points du sceau de Salomon. En se rendant en ces lieux, il s’assurait que son œuvre s’enracinerait mieux dans le sol de ce monde.


SEPT



Parmi toutes les fois où Yeshua m’a rendu visite, celle dont le souvenir est le plus vif est la fois où il est venu alors que Sar’h était chez moi. Elle venait de tomber enceinte de voulait recevoir ma bénédiction. J’étais toute à ma joie de la retrouver et de recevoir ses compagnons de voyage. Elle m’avait fait prévenir par les druides, mais la nouvelle de sa visite ne m’était parvenue que la veille de son arrivée. Elle demeura avec moi trois jours, et Yeshua apparut le second jour.

Pouvez-vous vous rendre compte à quel point la situation était particulière ? Sar’h n’avait jamais rencontré son père, et Yeshua n’avait jamais connu sa fille. Et voilà qu’ils étaient l’un face à l’autre. Le corps de son père était retourné à l’état d’éléments en un éclair de lumière au moment de la résurrection. Donc, maintenant il avait la forme de son ka, qui émettait une lumière unique. Tous deux étaient très émus. Sar’h jusqu’aux larmes, Yeshua jusqu’au pathos. Ils ont passé une heure à marcher ensemble dehors. J’ignore de quoi ils ont discuté, mais du début à la fin de leur conversation, le ciel était zébré d’étoiles filantes. Avant de partir ce matin-là, juste avant l’aurore, Yeshua mit ses mains sur l’estomac de Sar’h et bénit l’enfant. Sar’h repartit le lendemain, rayonnant d’une paix incomparable.


Tout est maintenant dit sur ce que je voulais établir à propos de ma vie de mère. Subséquemment, je vais parler en tant qu’initiée aux secrets d’Isis, dans les alchimies d’Horus.

FIN DE LA 1ER PARTIE...Je poste la partie 2/3 prochainement !

Source : http://www.elishean.fr/?p=7070



Revenir en haut Aller en bas
Akasha

avatar

Messages : 1534
Points : 2728
Réputation : 50
Date d'inscription : 17/03/2015
Age : 40
Localisation : par là tout droit

MessageSujet: Re: Plaisirs charnels et processus d’ascension – Sexe et éveil   Lun 6 Avr - 12:08

Bonsoir mes frères & sœurs
Dites-moi, qu'allez_vous faire de beau se soir ? Pour info, la nuit il y aura de belles énergies en circulation...Car le soleil est entré dans la constellation des poissons, et pluton est en sagittaire ce qui signifie que sa flèche orienté va éliminé le superflu chez les disciples sur leurs chemins de vie, leur montrant ce qu'ils sont venu en s'incarnant sur terre...Vénus déesse de l'amour fraternel, va impulser cette volonté d'amour des disciples. Mars et vénus sont en bélier, il va donner force aux disciples grâce à la belle énergie de mars, qui va donner la force de dépassement, car mars dans son côté supérieur est gorgé de vie. Jupiter la force de l'amour du divin est dans la maison du cancer, symbolisant l'incarnation dans la matière va donner beaucoup d'amour et rayonner pour monter les disciples au rang de sauveur. La lune dans son aspect supérieur qui est le symbole de la mère en puissance est dans la maison du lion qui donne aux disciples sa réalisation en temps qu'âme, et que cet âme est sa réelle personnalité ! Saturne en transite lent se trouve toujours en scorpion qui symbolise le disciple triomphant des épreuves et élève son champs de conscience, et le place au rang de sauveur. Selon votre signe respectif, il y a une belle opportunité d'union sacrée cette nuit qui vous permettra d'élever votre champs de conscience comme jamais et de ressentir en tout les cas une unions spirituelle forte avec votre conjoint, avec la pratique du tantrisme !
Texte et recherche Akasha, réadaptation des prévisions astrologique de la semaine, Akasha.


L’UNION SACRÉE DANS LE COUPLE

TANTRISME: L’Union Sacrée



Pour toute personne en démarche spirituelle, tout acte de la vie est un acte sacré ou devrait être vécu comme tel. Quel regard portons-nous sur notre partenaire? Sommes-nous dans l’Amour véritable, le respect et l’harmonie? Sommes-nous les dignes représentants de l’Archétype Divin?


La Voie Tantrique est la voie de la croissance spirituelle. Sa pratique permet de transformer l’énergie sexuelle et donc de la sublimer.

Telle qu’elle est utilisée par l’homme moyen, l’énergie sexuelle détruit et consume, elle fait de lui un esclave, un pantin. Le Tantra semble ardu, car comment vivre le désir sans être submergé par lui? Comment vivre l’acte sexuel dans la vigilance?

Le Tantra nous invite à transformer nos énergies.


L’alchimie du Tantra consiste à accueillir toutes les énergies, à les reconnaître comme un moyen d’évolution et de croissance car ce sont-là des sources cachées. En les transformant, on leur permet de s’épanouir. Quand la sexualité est ainsi « transformée », elle devient « Amour ».

Quand la graine prend vie, quand elle germe et qu’elle fleurit, alors la beauté apparaît. Ne jetez pas la graine parce que vous jetteriez aussi les fleurs qu’elle contient. Elles ne se montrent pas encore, elles ne se sont pas manifestées, pourtant elles sont là.

Utilisez la graine pour qu’elle fleurisse.


Le Tantra a développé plusieurs techniques pour transformer l’énergie sexuelle.

Considérez l’acte sexuel comme une prière, une méditation. Percevez son côté sacré. Abordez l’acte sexuel comme si vous entriez dans un temple sacré. Le monde profane et le monde divin ne sont pas des éléments en opposition mais ils sont un tout. Ils ne sont pas contradictoires car ce sont des pôles opposés qui s’aident mutuellement. Ils n’existent que grâce à cette polarité. Voyez cette unité sous-jacente et profonde. Voyez aussi le courant intime qui les unit.

On entre dans l’Amour comme on entre dans la Vie Eternelle, on devient l’acte d’amour et on oublie complètement l’égo. L’amour nous projette hors du temps et peut se transformer en une profonde méditation qui permet de rencontrer le Divin en soi.

L’Amour Tantrique est la porte naturelle la plus aisée pour transcender ce monde-ci, la dimension horizontale.

L’énergie sexuelle est une énergie innocente, elle est la vie qui circule en vous, elle est la vie qui est vivante en vous. Ne l’amoindrissez pas. Laissez-la atteindre des sommets (devenir amour).

Quelle est la différence ?


Lorsque vos pensées sont de nature sexuelle, vous exploitez l’autre. L’autre n’est qu’un instrument à utiliser et à jeter après emploi.

Lorsque le sexe devient Amour, l’autre n’est pas un instrument, l’autre n’est pas à exploiter. Lorsque vous aimez, ce n’est pas une action égocentrique. Au contraire, l’autre prend de l’importance, il est unique. Vous vous rejoignez tous les deux dans une expérience profonde. Vous vous aidez l’un et l’autre à passer dans un monde différent, dans un monde d’amour.

Le sexe est de l’exploitation. L’Amour, c’est passer ensemble dans un monde différent.

Et lorsque ce mouvement n’est plus momentané, lorsque ce mouvement devient méditatif, en d’autres termes, si vous pouvez vous oublier complètement et que celui ou celle qui vous aime et celui ou celle qui est aimé (e) disparaissent et que seul, l’amour circule, alors, la vie éternelle est à vous.

Seul le Tantra peut créer un homme nouveau. Un homme qui aura connu un état au-delà du temps et de l’égo, et en qui peut grandir un profond sentiment de non-dualité avec l’existence.

Vision Tantrique de l’union mystique



L’Union Mystique

Extrait de : “Yoga : The Alpha and Omega”
Patanjali a réussi l’impossible. Il a décrit aussi exactement que possible chaque étape, chaque intégration, chaque chakra, son fonctionnement et comment le transcender, jusqu’au sahasrara, et il a même indiqué comment aller au-delà. Avec chaque chakra, avec chaque roue d’énergie, une certaine intégration se produit.

Laissez-moi vous dire…

Au centre sexuel, le premier centre – le plus primitif mais le plus naturel, celui qui est disponible à tous – l’intégration se produit entre l’extérieur et l’intérieur. Bien sûr, c’est momentané. Une femme rencontrant un homme ou un homme rencontrant une femme arrivent à un point où, pendant un court instant, une fraction de seconde, extérieur et intérieur se rencontrent, se mêlent et se mélangent l’un dans l’autre. C’est la beauté du sexe, l’orgasme… deux énergies, des énergies complémentaires se rencontrent et deviennent une seule et même énergie. Mais ce sera momentané parce que cette rencontre se fait à travers l’élément le plus brut, le corps. Le corps peut toucher la périphérie mais il ne peut pas vraiment entrer dans l’autre. C’est comme des cubes de glace, si vous mettez ensemble deux glaçons, ils peuvent se toucher, mais s’ils fondent et deviennent de l’eau, alors ils se rencontrent et se mélangent l’un l’autre. Ils vont alors au centre même. Si l’eau s’évapore, alors la rencontre devient très, très profonde. Alors, il n’y a ni moi, ni vous, ni aucun intérieur, ni aucun extérieur.

Le premier centre, le centre sexuel, vous donne une certaine intégration. C’est pourquoi il y a tant d’envie pour le sexe. C’est naturel. Il est en lui-même bon pour la santé et fait du bien. Mais si vous vous arrêtez là, alors vous vous êtes arrêtés sur le porche d’un palais. Le porche est bien, il vous mène dans le palais, mais ce n’est pas un endroit pour y élire votre domicile. Ce n’est pas un lieu où s’arrêter pour toujours… et la félicité qui vous attend avec les intégrations plus hautes des autres centres sera manquée. En comparaison de cette félicité, de ce bonheur et de cette la joie, la beauté du sexe n’est rien, le plaisir du sexe n’est rien. Il vous donne simplement un aperçu momentané.

La deuxième chakra est le hara. Au hara, la vie et la mort se rencontrent. Si vous atteignez le deuxième centre, vous atteignez un orgasme d’intégration plus élevé : la vie rencontrant la mort, le soleil rencontrant la lune. La rencontre est maintenant intérieure, ainsi cette rencontre peut être plus permanente, plus stable, parce que vous ne dépendez pas d’un autre. Maintenant vous rencontrez votre propre femme intérieure ou votre propre homme intérieur.

Le troisième centre est le nombril. Là, le positif et le négatif se rencontrent : l’électricité positive et l’électricité négative. Leur rencontre est encore plus haute que la vie et la mort parce que l’énergie électrique, le prana, le bio plasma ou bioénergie, est plus profond que la vie et la mort. Il existe avant la vie, il existe après la mort. La vie et la mort existent du fait de la bioénergie. Cette rencontre de bioénergie au nombril, nabhi, vous donne une expérience encore plus haute d’être Un, unifié, une unité.

Puis, vient le chakra du coeur. Au centre du cœur, ce qui est le plus bas et ce qui est le plus haut se rencontrent. Au centre du coeur prakriti et purusha, le sexuel et le spirituel, le matériel et l’immatériel, vous pouvez également l’appeler la rencontre du ciel et de la terre… C’est encore plus haut parce que, pour la première fois, quelque chose de l’au-delà se lève ; vous pouvez voir le soleil monter à l’horizon. Vous êtes toujours enracinés dans la terre mais vos branches s’étendent dans le ciel. Vous êtes devenus une rencontre. C’est pourquoi le centre du coeur apporte une expérience plus haute et plus raffinée qu’il est d’ordinaire disponible : l’expérience de l’amour. L’expérience de l’amour est la rencontre de la terre et du ciel. Ainsi l’amour est, d’une certaine façon terrestre et d’une autre, céleste. Si Jésus a défini Dieu comme étant amour, en voilà la raison… car dans la conscience humaine l’amour semble être l’aperçu le plus élevé.

D’ordinaire, les gens ne vont jamais au-delà du centre du cœur et même atteindre le centre du coeur semble être difficile, presque impossible ; les gens restent au centre sexuel. S’ils sont extrêmement formés en Yoga, en Karaté, en Aïkido, en Tai Chi, alors ils atteignent le deuxième centre, le hara. S’ils sont formés au mécanisme profond de la respiration, prana, alors ils atteignent le centre du nombril et s’ils sont formés à regarder au-delà de la terre, à voir au-delà du corps, à regarder si profondément, avec une telle sensibilité qu’ils ne sont plus enfermés au brut et que les premiers rayons du subtil peuvent pénétrer en eux… alors seulement, accèdent-ils au centre du coeur.

Toutes les voies de dévotion, le Bhakti Yoga, travaillent sur le centre du coeur. Le Tantra commence avec le centre sexuel, le Tao commence avec le centre du hara. Le yoga commence avec le centre du nombril. Le Bhakti Yoga, les voies de dévotion et d’amour – Sufis et autres – toutes commencent avec le centre du coeur.

Plus haut que le coeur est le centre de la gorge. Une autre intégration…encore plus élevée, plus subtile. Ce centre est le centre du recevoir et du donner. J’ai examiné des milliers de gens – tous désirent ardemment l’amour, sont assoiffés d’amour -, mais personne, en aucune façon n’essaye de donner. Tous croient qu’ils donnent mais en fait, ils ne reçoivent pas. Une fois que vous donnez, naturellement vous recevez. Cela ne s’est jamais passé autrement. Dès l’instant où vous donnez, l’amour se précipite en vous. Cela n’a aucun rapport avec les gens, cela a un rapport avec l’énergie cosmique du divin.

Le centre de la gorge est la rencontre de la capacité à recevoir et à donner. Vous recevez à travers lui et vous donnez à travers lui. C’est la signification de l’énonciation du Christ : « Devenez de nouveau un enfant ». Si vous traduisez cela en terminologie du Yoga, cela signifiera: « vous devez revenir de nouveau au centre de la gorge ».

Tous les gens créatifs sont des donneurs. Ils peuvent chanter une chanson pour vous, danser, écrire une poésie, peindre un tableau ou vous conter une histoire. De nouveau, pour tous ces gens, le centre de la gorge est utilisé en tant que centre pour donner. La capacité à recevoir et à donner se produit à la gorge. La capacité à recevoir et à donner est l’une des intégrations les plus élevées.

Puis, c’est le centre du troisième oeil. Au centre du troisième oeil la droite et la gauche se rencontrent : Pingala et Ida se rencontrent et deviennent Sushumna. Les deux hémisphères du cerveau se rencontrent au troisième œil, qui est juste entre les deux yeux. Un oeil représente l’hémisphère droit, l’autre oeil l’hémisphère gauche et la rencontre se situe juste au milieu. Ces hémisphères gauche et droit se rencontrant au troisième œil, c’est une synthèse très élevée. Les gens ont été capables de décrire [l’expérience] jusqu’à ce point. C’est pourquoi Ramkrishna n’a pu décrire son expérience que jusqu’au troisième oeil. Lorsqu’il a commencé à parler de l’étape finale, de la synthèse ultime qui se produit au sahasrara, il est retombé de nouveau dans le silence, en samadhi. Il y était immergé, c’était trop ; c’était comme une marée, il était submergé par l’océan, il ne pouvait plus se maintenir conscient, alerte.

La synthèse ultime se produit au sahasrara, le chakra de la couronne. Du fait de ce sahasrara, dans le monde entier les monarques, rois, empereurs, reines, utilisent la couronne. C’est devenu conventionnel mais en fait, cela a été accepté parce qu’à moins que votre sahasrara ne fonctionne, comment pouvez-vous être un monarque, comment pouvez-vous être un roi ? Comment pouvez-vous gouverner les gens si vous n’êtes pas devenus vous-même votre propre maître ? Un secret est caché dans le symbole de la couronne. Le secret consiste en ce qu’une personne qui a atteint le centre de la couronne, la synthèse suprême de son être, lui seul devrait être roi ou reine, personne d’autre. Lui seul est capable de régner sur les autres parce qu’il règne sur lui-même; il est devenu maître de lui-même. Maintenant, il peut également être utile aux autres.

Vraiment, lorsque vous réalisez sahasrara, une couronne de fleurs s’ouvre en vous, un lotus aux mille pétales. Aucune couronne ne peut être comparée avec cela, mais c’est devenu un symbole commun et ce symbole a existé dans le monde entier. Cela montre simplement que partout, les gens sont devenus alertes et conscients, d’une façon ou d’une autre, de la synthèse ultime dans le sahasrara. Les juifs utilisent la calotte. Ils la posent exactement sur le sahasrara. Les Hindous permettent à une touffe de cheveux – ils l’appellent choti, « le sommet » -, de grandir exactement à l’endroit où le sahasrara est ou doit être. Il y a quelques communautés chrétiennes qui rasent exactement, uniquement cette partie de la tête. Lorsqu’un Maître bénit un disciple, il met sa main sur le sahasrara. Si le disciple est vraiment réceptif, dans l’abandon, il sentira soudain une augmentation d’énergie, allant du centre sexuel au sahasrara.

La dernière synthèse porte sur l’objet et le sujet, de nouveau sur l’extérieur et l’intérieur. Dans un orgasme sexuel, extérieur et intérieur se rencontrent, mais momentanément. Dans le sahasrara, ils se rencontrent de manière permanente. C’est pourquoi je dis que l’on doit cheminer du sexe au samadhi. Dans la sexualité, quatre-vingt-dix-neuf pour cent est lié au sexe, un pour cent est lié au sahasrara. Dans le sahasrara, quatre-vingt-dix-neuf pour cent est lié au sahasrara, un pour cent est lié au sexe. Ils sont joints, ils sont reliés par de profonds courants d’énergie. Ainsi, si vous avez aimé le sexe, n’y élisez pas votre domicile. Le sexe est juste un aperçu du sahasrara. Le sahasrara va vous apporter mille fois, un million de fois plus de félicité, de bénédictions.

L’extérieur et l’intérieur se rencontrent, « je » et « tu » se rencontrent, l’homme et la femme se rencontrent, le yin et le yang se rencontrent et la rencontre est absolue. Alors il n’y a aucune séparation, alors il n’y a aucun divorce.

Cela est appelé Yoga. Yoga signifie l’union de deux en Un. Dans le christianisme, les mystiques l’ont appelé Unio-Mystica ; c’est la traduction exacte de Yoga, Unio-Mystica… l’union mystique. Au sahasrara, l’alpha et l’oméga se rencontrent, le commencement et la fin.
Le commencement est dans le centre sexuel ; le sexe est votre alpha. Samadhi est votre oméga et à moins que l’alpha et l’oméga ne se rencontrent, à moins que vous ne soyez parvenus à cette union suprême, vous resterez malheureux, parce que votre destinée est celle-là [de parvenir à cette union]. Vous resterez non accomplis. Vous ne pouvez être accomplis qu’à ce plus haut sommet de synthèse.
______



Image Akasha

La vision tantrique


de Margot Anand

La sexualité est avant tout une question d’énergie. Plus vous avez de l’énergie, plus vous pouvez être heureux et meilleure sera votre sexualité.

En premier lieu, vous apprenez à mobiliser votre énergie et à l’exprimer plus librement jusqu’à ce que vous ressentiez l’orgasme comme un « événement énergétique ». Cette expérience peut être apprise et reproduite indépendamment du contexte sexuel et vous donnera la responsabilité de votre bien-être sexuel. Vous savez que la véritable source de votre plaisir n’est pas en votre partenaire, mais en vous-même.

On vous enseignera ensuite à contenir cette énergie, à vous relaxer en elle et à la diffuser au corps entier. C’est le secret fondamental de la Sexualité Sacrée : l’extase arrive lorsque vous maîtrisez l’art de vous relaxer dans un état avancé d’excitation sexuelle ou non sexuelle.

Vous pouvez même ressentir cet état avec ou sans partenaire aussi souvent que vous le souhaitez !

Au début cela peut sembler paradoxal. Comment peut-on rapprocher des choses apparemment si opposées comme la relaxation et l’excitation ?

Dans le domaine de la sexualité ordinaire la relaxation se produit seulement après que l’excitation sexuelle a culminé par l’orgasme. Mais ici nous parlons d’une « résonance » simultanée de ces deux états. Vous permettez à l’énergie de s’élever à des niveaux de plus en plus haut, tout en vous relaxant dans l’excitation, la laissant se diffuser dans le corps et la contenant pour des moments de plus en plus longs. Vous goûtez alors à une complète tranquillité mentale. Cela vous prépare à un orgasme complet, qui dépend de la capacité du corps à vibrer sans contrôle. Au lieu d’une détente génitale localisée, vous faites l’expérience d’une série prolongée de pulsions subtiles, continues qui s’étendent à travers tout le corps, vous donnant l’impression de vous fondre en votre partenaire.

A ce point, les sensations orgasmiques ne dépendent plus exclusivement de l’interaction génitale, mais sont souvent perçues comme un état modifié de la conscience. Pendant que l’énergie de vos corps se mélange et fusionne, la communion sexuelle devient une expérience d’intimité profonde. C’est cette fusion qui crée l’expérience de l’extase, à laquelle le corps, le coeur et l’esprit participent tous ensemble.

Lorsque la sexualité n’est pas envisagée sous son aspect spirituel ou sacré, elle est considérée comme une activité purement physique, instinctive et ainsi, elle n’est pas respectée. Privée de sa dimension sacrée, l’énergie sexuelle est réprimée et finalement dirigée contre la vie, ce qui conduit à l’irrespect, à la maladie, aux abus, aux viols et à d’autres formes de violence sexuelle.

Un conditionnement social négatif engendre inévitablement la peur et cette peur est transmise de génération en génération, par l’intermédiaire d’agents bien intentionnés, parents, professeurs, prêtres… Ce conditionnement paralyse notre spontanéité, l’expression de notre vitalité sexuelle, notre plaisir et notre capacité d’aimer.

Lorsque les gens pensent au Tantrisme, ils pensent souvent aux moines célibataires, aux yogis et, par conséquent, à la suppression de la sexualité. Ceci est un malentendu, impliquant que l’atteinte de l’extase nécessite la répression de la sexualité. Dans la pratique de la Sexualité Sacrée, l’amour est au contraire cultivé et célébré. C’est de la graine de l’amour que pousse la fleur de l’extase. Une autre idée répandue est que le Tantra ressemble à une orgie sexuelle, encourageant les plaisirs de la chair. Le Tantrisme est la voie du milieu. Il n’est ni répression ni indulgence. Il vous enseigne à regarder votre sexualité en face, à la comprendre, la vivre, la transformer. Le Tantrisme offre des réponses pratiques à des questions fondamentales : qu’est ce que l’état d’extase ? Comment y accéder à travers la sexualité ? Comment peut-il nous aider dans notre vie quotidienne ?

Tantra veut dire « Tisser ». Tisser les nombreux aspects contradictoires de son être pour créer ainsi un tout harmonieux. Tantra veut aussi dire « expansion ». Une fois que nos énergies ont été comprises et unifiées, nous grandissons dans la joie.

La vision tantrique accepte tout. Tout ce qu’une personne ressent est une occasion d’apprendre, sans jugement. Par exemple, une situation dans laquelle vous ressentez une frustration sexuelle n’est pas jugée comme négative, mais considérée comme un enseignement. Cette situation fournit l’occasion de comprendre quelque chose sur votre sexualité.

Dans le Tantrisme, il n’y a pas de division entre le bien et le mal, l’acceptable et l’inacceptable. Par exemple, le Tantra tel que je le comprends, ne rend pas de jugement moral sur vos préférences sexuelles. L’accent n’est pas tant sur la personne avec qui vous faites l’amour, mais sur la manière de le faire. Ainsi, il peut être pratiqué par tous ceux qui sont attirés par son enseignement.

La vision tantrique est une vision globale, totale. Chaque situation, qu’elle soit plaisante ou déplaisante, est une occasion de devenir plus conscient. Elle fournit une excellente occasion d’intégrer les différents aspects de vous-même, y compris ceux que vous rejetez et cachez habituellement.

Cette vision reconnaît également qu’en chaque être humain existe un être à la pureté enfantine, innocent et qui représente notre capacité naturelle de profiter de la vie, d’aimer, de jouer et d’être extatique. J’appelle cet aspect du moi le Moi Extatique.
Le Tantrisme croit dans la complémentarité des contraires. Les concepts de masculin et féminin ne sont donc pas divisés, séparés mais sont considérés comme deux polarités qui se rencontrent en chaque être humain. Le Tantrisme met en évidence que chaque être humain, homme ou femme, a des qualités tant masculines que féminines.

Cela veut dire qu’en laissant de côté les stéréotypes, nous pouvons élargir considérablement notre identité sexuelle, rendre hommage à notre polarité ignorée. L’homme est encouragé à explorer ses aspects vulnérables, réceptifs, féminins. Il peut alors se libérer du poids de ses responsabilités masculines et se relaxer, prendre son temps, faire l’amour sans but précis, s’autorisant à être réceptif lorsque sa partenaire prend des initiatives. Pour sa part, la femme peut explorer sa dimension masculine, se rendre compte qu’elle est capable d’initiatives, créant de nouvelles manières de donner du plaisir à son partenaire comme à elle-même.

L’homme ne renonce pas à sa masculinité, pas plus que la femme n’abandonne sa féminité. Ils élargissent simplement leur potentiel. Dans le Tantra, lorsque les polarités masculines et féminines fusionnent, une nouvelle dimension devient accessible : le sens du sacré. On perçoit notre relation à l’énergie vitale elle-même comme la source de la création. Cette connexion élève votre conscience au-delà du plan physique, dans un champ de puissance et d’énergie beaucoup plus vaste que le vôtre. Vous vous sentez alors relié, par votre partenaire, à tout ce qui vit et aime. Vous avez la sensation de faire partie de la grande danse de l’existence.

Le Tantrisme conçoit l’union sexuelle non seulement comme sacrée mais comme un art. Il est d’ailleurs intéressant de savoir que la racine sanscrite du mot « art » signifie « convenablement uni ». Pour devenir des tantrikas, pratiquants du Tantrisme, il était demandé aux amoureux de connaître, entre autres, la conversation, la danse, la cérémonie, le massage, l’arrangement floral, la musique, le costume, le maquillage, l’hygiène, la respiration et la méditation.

Lorsque nous apprenons les arts érotiques sous cette forme, on met en place une profonde guérison de notre sexualité. L’acte sexuel n’est plus une affaire bâclée, vécue par des partenaires inconscients, mais un échange sain et nourrissant entre partenaires se respectant et se connaissant intellectuellement, émotionnellement et sensuellement avant d’entrer consciemment dans l’union sexuelle.

Voilà ce dont nous avons besoin de manière urgente aujourd’hui : une vision joyeuse, amoureuse, et globale de la sexualité.

Selon le Tantrisme, la sexualité est la première forme d’énergie, vue comme un mouvement de la vie. Dans le corps humain, l’énergie est continuellement en mouvement. Chaque cellule de notre corps vibre rythmiquement provoquant des courants bio-électriques circulant dans tout le corps. Nos humeurs et émotions suscitent aussi des vibrations spécifiques. Chaque être humain est un organisme faisant partie d’un tout plus grand – l’environnement immédiat, la nature, la planète possédant eux aussi leurs propres rythmes et vibrations. Le tantra apprend aux amants comment harmoniser leurs énergies, créant ainsi une résonance mesurable entre leurs champs énergétiques.



image Akasha

Un des aspects les plus profonds du Tantra est que le corps humain est considéré comme un simple phénomène énergétique. A une extrémité du spectre, au niveau physique, cette énergie s’exprime dans l’activité sexuelle. A l’autre extrémité, au niveau du système nerveux et du cerveau, l’énergie est perçue en tant qu’extase. Il est dit que les premiers mystiques orientaux eurent leurs premières étincelles d’illumination spirituelle au moment de l’orgasme. En effet, beaucoup de gens savent que l’orgasme peut les amener temporairement en un état d’extase.

Pendant quelques secondes, l’esprit se vide, la vue égocentrique de la vie disparaît. Nous perdons la notion du temps pour entrer dans la béatitude. Pour ces mystiques, la sexualité était la vraie source de l’expérience religieuse. Elle peut l’être encore aujourd’hui si l’on en crée les conditions.

Puisse ta vie être le reflet de l’Extase en toi.
Puisse cette Extase être l’instrument de l’Amour infini.

Margot Anand

Copyright © 2014 Elishean au féminin

==========================

5 signes que vous êtes dans une relation très sacrée

Voici cinq signes que vous êtes dans une relation très sacrée



Les relations sont l’occasion pour nous d’apprendre de nombreuses leçons. Que ce soit une relation parent-enfant, ami-ami, ou même des inconnus, nous pouvons apprendre beaucoup plus sur nous-mêmes grâce aux autres.

Chaque relation est sacrée à un certain niveau, car elle nous donne l’occasion de grandir.

Cependant, il y a quelque chose de bien distinct dans la relation intime partagée par les amoureux. Nos partenaires ne sont pas définis par la génétique ni par des liens familiaux. On n’a pas toujours la chance de vivre à proximité du travail ou de l’école. Nous choisissons volontairement d’entre en relation avec eux. De plus, il y a le composant ajouté de l’intimité physique.

Voici cinq signes et caractéristiques des relations saines, sacrées :


1. Vous pouvez être vous-même.

Dans une relation sacrée, vous ne ressentirez pas le besoin de vous retenir. Vous vous sentez libre de montrer qui vous êtes vraiment et vous perdez le masque que vous portez souvent en société.
Même s’il peut vous arriver de vous sentir gêné par certains de vos faits et gestes, vous mesurez vos hésitations et vous finissez souvent par rire de vous-même. En présence de l’autre personne, vous avez tendance à accepter des choses que vous avez déjà essayé de cacher.

2. Vous gardez votre indépendance

Même si vous avez supprimé toutes les barrières pour laisser place à votre moitié, vous trouverez votre indépendance dans la relation. Même si vous partagez beaucoup de choses ensemble, vous avez toujours vos propres intérêts et vos activités.

Vous n’êtes pas dépendant de la présence de l’autre pour fonctionner pleinement ou vous sentir entier, et ce n’est pas non ce que votre partenaire attend ou exige de vous. Votre partenaire soutient et encourage votre individualité, et vous faites la même chose pour lui.

3. Vous avez le désir mutuel d’évoluer personnellement.

Les connexions sacrées évoluent toujours consciemment dans le sens de la croissance : pour la relation et pour chaque individu. Un désir d’empêcher l’autre d’évoluer pour son confort est une manifestation de la peur. Même si l’un des deux a peur que la relation se dissolve, ils acceptent que leurs chemins puissent diverger pour leur intérêt. L’évolution passe avant l’intérêt personnel.

4. Vous avez tous les deux votre propre espace.

L’art de l’espace personnel est ancré dans l’amour et le respect. Cela signifie que vous les écoutez de tout cœur et vous leur faites savoir par votre présence complète pour qu’on les voit et qu’on les apprécie. Ce n’est pas un espace où vous essayez de fixer l’autre personne. Il s’agit d’être témoin de la totalité de votre bien-aimé.

5. Vous êtes pacifique.

Dans une relation, il ne peut pas y avoir que des hauts. Mais la plupart du temps que vous passerez ensemble sera pacifique. Les interactions qu’ils auront entre eux leur permettront de revigorer leur esprit.
Un fort sentiment d’anxiété est indésirable pour tout individu. Bien qu’il y ait des situations stressantes (horaires, enfants, parents, ordres, etc), les deux parties se sont engagées à renforcer leurs liens avec un minimums de frictions.

En conclusion, les relations très sacrées présentent un certain nombre de caractéristiques. Ces qualités peuvent être observées dans tous les types de relations, mais surtout pour relever des défis spécifiques dans le domaine romantique. Certaines unions durent toute la vie et d’autres sont de courte durée. La seule chose qu’elles aient toutes en commun est qu’elles offrent certaines des interactions les plus transformatrices que vous pourrez découvrir.

Si vous avez aimé ces 5 signes, partagez cet article avec vos proches…

Photo Crédit des signes : Shutterstock.com

http://www.espritsciencemetaphysiques.com


Revenir en haut Aller en bas
Akasha

avatar

Messages : 1534
Points : 2728
Réputation : 50
Date d'inscription : 17/03/2015
Age : 40
Localisation : par là tout droit

MessageSujet: Re: Plaisirs charnels et processus d’ascension – Sexe et éveil   Lun 20 Avr - 12:37

Bonsoir mes frères & sœurs
Comme vous le savez mes chers lecteurs le sexe est incontournable pour une bonne santé générale, autant pour le corps que l'esprit..Il est d'autant plus important pour tout qui prétend suivre une voie spirituelle. Mais le soucis c'est que peu savent s'y prendre, le sexe c'est comme pour tout cela s'apprend, et pas en 6 mois, cela demande beaucoup de pratique Razz C'est surtout du côté des hommes que le bas blesse, l'homme dans son incommensurable orgueil se prend souvent pour le super mâle, alors qu'ils sont à se niveau encore à l'adolescence... silent J'ai connu très peu de partenaire ou d’amant étant à la hauteur de mes attende.. C'est un véritable chemin de croix que d'en trouver un, et quand vous l'avez, vous ne le lâcher plus Et vous pouvez ainsi aller très loin dans les différents concept que vus pouvez découvrir dans le sujet. C'est d'ailleurs pour ça que j'ai un peu de mal de comprendre les copines qui passes d'homme à homme, sans jamais chercher à poussé plus loin les innombrables possibilités qu'offre la pratique sexuelle, et qu'on essayent pas de me faire croire que l'on peut le faire avec le 1er venu, c'est faux. No Alors pourquoi un homme est-ils si souvent un peu court ? Cela va du petit problème mécanique, au fait de trop fumer et boire, de la croyance (en ces prétendue qualité), et de l'ignorance des grande possibilités, et le manque d'expérience, et les grands benêts pour agrémenter, je vous file un article qui reprend le béa-bas du bagage technique de la pratique sexuelle..Que je trouve un comble de devoir rappeler, et pourtant si essentielle pour beaucoup d'entre_vous mes très chers garçons, vous devriez être gêné... Razz silent
Akasha..(images de akasha)


8 femmes sur 10 peinent à trouver l'orgasme



10% des Françaises en couple n'ont pas d'orgasme depuis plus d'un an (c'est carrément choquant Akasha)

Les hommes s'y prennent-ils mal ? Les femmes sont-elles difficiles ? Toujours est-il qu'elles ont des difficultés à avoir un orgasme. Mais pourquoi donc ?


Vecteur de plaisir et de satisfaction dans le couple, l'orgasme s'avère pourtant être une problématique pour bon nombre de Françaises. À l'occasion de la journée mondiale de l'orgasme, le 21 décembre, une étude Ifop pour Cam4 a révélé que 79% des femmes ont rencontré des difficultés à jouir au cours des douze derniers mois. Plus inquiétant, 10% des Françaises en couple n'ont pas d'orgasme depuis plus d'un an.

3% des Françaises en couple n'ont jamais eu d'orgasme



À l'heure où le sexe est un sujet décomplexé, par la profusion de sujets sur Internet et dans les médias, l'orgasme féminin s'impose toujours comme un grand mystère. Car toutes les Françaises ne jouissent pas à chaque rapport sexuel. Au cours des trois derniers mois, seules 43% ont atteint le plaisir sexuel chaque semaine avec leur partenaire. Aussi, 31% ont dû se contenter d'un orgasme par mois et 7% moins d'une fois par mois. À noter que 3% des Françaises en couple ne sont jamais grimpées au rideau avec leur amoureux.

Messieurs, pensez à la stimulation du clitoris


La sexualité du couple est encore "phallocentrée". Aujourd'hui, les femmes parviennent moins souvent que les hommes à atteindre le septième ciel. 33% des répondantes avouent ne pas avoir eu d'orgasme au cours de leur dernier rapport sexuel. Ils ne sont que 6% chez la gent masculine.

La raison : la pénétration vaginale reste l'acte sexuel le plus fréquent (83%), malgré son manque d'efficacité. 38% des Françaises le disent, la stimulation clitoridienne est indispensable en plus du geste.


Andromaque et gaufrier plutôt que missionnaire et levrette




Position dit de Andromaque (ils existent des tas de variante possible...)


De même, si le missionnaire reste la figure la plus pratiquée (72%), la levrette procure moins de bonheur et s'impose pourtant à la deuxième place des positions les plus exécutées. Les Françaises préfèrent de loin se tenir sur leur homme, avec l'andromaque (58%) ou en faisant le gaufrier (57%).

Ce manque d'orgasme dans la vie des Françaises n'est pas sans conséquence. Près des deux tiers (63%) ont déjà simulé lors d'un rapport au cours de leur vie et 9% avouent même feinter régulièrement.


http://www.masculin.com/sexualite/10486-8-femmes-sur-10-peinent-a-trouver-orgasme/


Revenir en haut Aller en bas
Graal

avatar

Messages : 30
Points : 43
Réputation : 3
Date d'inscription : 19/03/2015
Age : 52
Localisation : en bâ é en ô

MessageSujet: Re: Plaisirs charnels et processus d’ascension – Sexe et éveil   Mar 21 Avr - 10:53

Sympa l'article. Oups !

Il est toujours plus facile de prétendre que c'est toujours la faute de l'autre, du partenaire ou de la partenaire qui poserait un inconvénient pour ce plaisir sexuel.

Je ne doute pas qu'il peut y avoir un rapport sexuel en rapport avec la spiritualité ou à une certaine religiosité.Mais pas de la manière dont des religions nous ont démontré comme étant une horreur. Cela dit j'en sais rien ou encore pas suffisamment assez sur ce contexte des  rapports charnels . Je cherche son côté divin  que je n'ai pas su trouver à cause de moi-même et de cette gente féminine que j'ai pu rencontrer à partir de mon karma. Quoiqu'il en soit je ne me considère nullement comme un étalon car un étalon est un étalon avec une étalone, lol.

Bref, j'ai tout de même découvert en spiritualité que lorsqu'on est un mystique ou un spirituel, vivre une sexualité débordante au niveau imaginaire  engendre ou encore nous met en contact direct avec des êtres comme l'incube et les succubes (ou démon mineur comme vous voulez!). Même si cette imagination paraît être une illusion, elle est pourtant une autre réalité sur le plan du désir. 
Alors après avoir vécu un certain nombre d'expériences avec ce contexte d'incube et de succubes, je sais que des imaginations débordantes de sexualité peuvent transformer les succubes ou l'incube en la personne que l'on veut. Et cette entité ne demande en rien d'un consentement ou d'un accord, elle interagit par ces pensées dévergondées qu'on émet ou qu'on a émise il y a peu...
Donc j'ai du encore faire un travail supplémentaire en rapport avec tout ce que je voyais et tout ce que je pouvais imaginer se rapportant aux sens de la sexualité... Abstraction faites, j'ai pu continuer mes exécutions de sorties hors corps pour aller à la rencontre de défunts et d'êtres de lumière et toutes ces imaginations à caractère sexué ne me faisait plus obstacle pour un amour dénué de la moindre sexualité, un amour vrai et sincère. Mon amour n'était pas orienté pour une seule personne mais pour tous les êtres humains que j'ai pu rencontrer dans les Au-Delàs. 
Et lorsqu'on parle d'Ascension, on devient dans cette ascension spirituelle un être d'amour ou un amour d'être, on est soi-même de l'amour en étant inséré dans un plus grand être d'amour. Cet amour se vit et se connaît avec une Félicité qui n'engage aucun de nos sens physique et matériel sauf celui du coeur ou des coeurs c'est à dire le coeur physique puis le coeur éthérique (ou chakra du coeur). Le coeur éthérique étant un organe spirituel dont l'Esprit communique à travers lui...
Revenir en haut Aller en bas
http://leveildesoi.forumactif.org/
Akasha

avatar

Messages : 1534
Points : 2728
Réputation : 50
Date d'inscription : 17/03/2015
Age : 40
Localisation : par là tout droit

MessageSujet: Re: Plaisirs charnels et processus d’ascension – Sexe et éveil   Dim 27 Sep - 21:43

Bonsoir mes frères & sœurs
A notre époque même le sexe est dénaturé, relèguer à un produit consommable ou la performance prime sur le sacré. Désormais le sexe se pratique sans âme, sans amour, et ascention, c'est la sensation qui prime justement, alors que en réalité, c'est le sirituel qui doit être mis en avant. Tout se perd au profit de l'égosentrisme, car le sexe est une fusion à l'origine, ou le but 1er est le sacré et l'ascention spirtuelle. C'est découvrir ces énergies divines, son corps et esprit...Sela permet aussi de monter sa Kundalini à partir du chakra racine. Nos anciens le savaient, que se soit les hindou, les akkadiens ou les égyptiens, c'est se que nous allons découvrir ensemble ici.
Akasha. (choix des illustrations Akasha)






Les mystères de la signification du lotus bleu dans l’Egypte ancienne

Il y a 3000 ans, les tombeaux de l’Egypte ancienne étaient ornés de dessins dont certaines de leurs significations nous échappent encore aujourd’hui.

Parmi ces représentations, l’une d’entre-elles était particulièrement récurrente. Il s’agit du lotus bleu qui garda longtemps son mystère, jusqu’à ce qu’une étude soit menée afin de comprendre son lien avec la mort et l’amour.




Tout d’abord, il est important de comprendre que les représentations qui figurent dans les chambres funéraires n’étaient pas destinées à illustrer la vie en Egypte, mais bien d’aider le défunt à trouver sa place dans l’au-delà.

Ainsi, le fait que des dessins et des objets évoquant la sexualité soient présents au sein de ces tombeaux indique probablement qu’ils encourageaient le mort à procréer dans sa nouvelle vie afin d’y renaitre.

Pour autant, ces représentations sont pour le moins codées, et il est plus que certain que nous n’en saisissons pas encore toute la portée.

A ces symboles sexuels, on soupçonne le lotus bleu d’en faire partie. En effet, un papyrus découvert non loin de Louxor et qui dénombre de nombreuses positions sexuelles indique que cette fleur semblait être souvent associée aux pratiques de ce type.

Mais, il semblerait que le lotus était en fait bien plus qu’un symbole et d’une offrande aux dieux. En effet, certains chercheurs pensaient qu’il était également apprécié pour ses vertus narcotiques, comme nous pouvons le voir sur certaines représentations.

Pour tenter de valider cette hypothèse, les scientifiques prélevèrent des morceaux de tissus organiques sur la momie d’une femme qui officiait au temple et qui était donc potentiellement en contact avec cette fleur haute en symbolisme. Cet examen des prélèvements permirent ainsi de de mettre en évidence une éventuelle trace de cette substance sur son organisme.

Pour autant, ces premiers tests se sont révélés négatifs.


Pour vérifier si cette personne aurait pu consommer cette fleur durant son vivant, les chercheurs durent retrouver un lotus proche de l’espèce qui existait à l’époque afin de pouvoir en connaître sa composition exacte et donc d’en déduire si un usage narcotique aurait pu en découler.

Bien qu’aucun narcotique ne fut retrouvé, les analyses montrèrent la présence de phytostérols et de bioflavonoïdes riches en propriétés médicinales. En effet, cette plante aurait le pouvoir de lutter contre les effets du vieillissement en éliminant les radicaux libres et en stimulant la circulation sanguine. Elle permettait de plus de stimuler l’érection à l’instar du viagra.

Bien que les analyses faites sur la momie ne permirent pas de mettre en évidence clairement des traces de phytostérols ou de bioflavonoïdes, nous savons grâce à des représentations murales que les égyptiens trempaient régulièrement cette fleur dans de l’alcool avant de le boire.


Ceci tenterait donc à montrer que cette fleur était appréciée non seulement pour ses vertus médicinales, mais également pour le plaisir qu’elle apportait par son odeur.

Il est important de saisir ici la notion de plaisir, qui selon certains spécialistes est à relier avec l’activité sexuelle sur certaines fresques.

Par ailleurs, des études réalisées sur des momies ont montré que contrairement aux représentations que l’on peut voir sur différents murs, les conditions sanitaires étaient à l’époque déplorables et la maladie était donc un point central de la vie de l’égyptien.

Cette découverte vient donc renforcer notre hypothèse concernant la consommation de la fleur de lotus qui devait être d’autant plus appréciée pour ses vertus médicinales.

Pour conclure, comme nous l’avons vu, une simple représentation peut avoir des significations très profondes, comme c’est le cas pour le lotus bleu. A la fois symbole de santé, de régénération et de sexualité, il était également au cœur de la vie des égyptiens de par ses vertus curatrices.

Il est de plus fort probable que de nouvelles découvertes à son sujet fassent surface d’ici quelques temps…

http://www.mystere-tv.com

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer la source: http://www.elishean.fr/



LES ANCIENSEGYPTEVIDEOHISTOIRE - DOC
LE SEXE DANS L’ÉGYPTE ANCIENNE


Ce documentaire (0h48) explique que les anciens égyptiens, à l’instar de leurs nombreux dieux et leurs monuments, vivaient une sexualité particulière, dans laquelle le sacré tenait une place d’importance.






La première sexualité dans l’ancienne Égypte est d’origine divine. Si l’on se penche sur les différentes cosmogonies égyptiennes qui permirent de créer le Monde, l’on découvre que le premier acte sexuel fut divin, et qu’il donna naissance aux dieux puis aux hommes.

Les théologiens héliopolitains organisèrent le monde en annexant en un système unique les divinités voisines : Rê-Atoum avait d’abord créé à l’origine le couple théologique de Chou et de Tefnout. Ceux ci engendrèrent Geb, la terre, et Nout, le ciel. Geb et Nout à leur tour engendrèrent deux couples : Osiris et Isis, Seth et Nephthys. C’est ainsi que fut constituée la Grande Ennéade d’Héliopolis.



Nous ne connaissons pas l’origine du dieu Rê, qui est simplement le nom du soleil jusqu’à dans la langue copte. Il est déjà solidement installé à Héliopolis à l’aube de l’histoire égyptienne. Il a pour animal sacré le taureau Mnévis, son culte comporte une pierre dressé, le Benben. Le Benben figurait la colline qui avait émergée de l’océan primordial et sur laquelle le soleil s’était placé pour la première fois. Le taureau est considéré comme un animal géniteur, le Benben, pierre dressée possède un statut phallique.

Dans la mythologie égyptienne, le sexe en érection était un signe de puissance et de fortune. Selon Kent Weeks, archéologue à l’université américaine du Caire, Ramses II, l’un des plus grands pharaons de l’histoire, se vit offrir pour ses 15 ans une épouse, une douzaine de concubines et les clés de tous les harems d’Egypte. On lui attribue une centaine d’enfants.

Pour les égyptiens, une vie réussie ne se concevait pas sans mariage et nombreux enfants. La famille constituait la cellule sociale de base au sein de la société égyptienne. La sexualité était à la fois moyen de procréation et source de plaisir, et la langue égyptienne ne comporte pas moins d’une bonne vingtaine de mots pour désigner l’acte sexuel.

http://www.inexplique-endebat.com/

Revenir en haut Aller en bas
Akasha

avatar

Messages : 1534
Points : 2728
Réputation : 50
Date d'inscription : 17/03/2015
Age : 40
Localisation : par là tout droit

MessageSujet: Re: Plaisirs charnels et processus d’ascension – Sexe et éveil   Dim 29 Nov - 20:55

Les 22 maladies que vous pouvez guérir en faisant l’amour



Hormis le fait d’être le fun et d’apporter du plaisir, le sexe offre aussi de nombreux bénéfices sur la santé.

Découvrez les avantages d’avoir des rapports sexuels de façon régulière…

Selon l’université de Wilkes, faire l’amour deux fois par semaine libère un anticorps appelé immunoglobuline A ou IgA, qui aide à protéger le corps contre les infections et les maladies.

Voici 22 des milliers de maladies que vous pouvez guérir en faisant l’amour:


1. Le sexe vous protège contre le cancer de la prostate Des recherches suggèrent que de fréquentes éjaculations (au moins cinq fois par semaine) chez l’homme réduisent le risque de développer, plus tard, un cancer de la prostate.
2. Le sexe vous aide à maintenir la forme Rien de tel que de s’amuser (et de prendre du plaisir) en faisant du sport ! Faire l’amour est excellent pour votre activité cardiaque. Cela permet aussi de tonifier tous les muscles du corps. Cela semble dur à croire mais en faisant l’amour vous brûlez près de 200 calories en une demi-heure. Donc faire l’amour 3 fois par semaine vous permet de brûler au total 600 calories. Et c’est tellement mieux qu’un régime !
3. Le sexe soulage les maux de tête Pendant le rapport sexuel, une hormone appelée ocytocine est libérée lors de l’orgasme; elle accroît le niveau d’endorphines qui agissent comme un antidouleur naturel. Et le corps peut se relâcher. De nombreuses personnes constatent ainsi que leurs maux et douleurs (maux de tête, crampes, etc.) disparaissent ou s’améliorent après un rapport sexuel.
4. Le sexe aide à combattre la dépression Les femmes qui ont des orgasmes régulièrement sont généralement plus relaxes, moins déprimées, et physiquement et émotionnellement plus satisfaites. Le sexe aide aussi à mieux s’endormir et relâche la tension nerveuse en produisant, dans le cerveau, de la sérotonine – qui contrôle l’humeur et que l’on trouve également dans les antidépresseurs.
5. Le sexe vous garde jeune Le sexe serait l’’une des composantes essentielles pour paraître environ dix ans de moins! Dans son ouvrage Secrets of the Superyoung, le Dr David Weeks, psychologue au Royal Edimburgh Hospital en Écosse, a compilé les habitudes de vie d’environ 3 500 personnes, âgées de 18 à 102 ans. Les personnes interrogées avaient en effet trois relations sexuelles minimum par semaine et elles avaient toutes pour particularité de paraître plusieurs années de moins que ce qu’’annonçait leur état civil. Ces effets bénéfiques ont d’ailleurs été confirmés par de nombreuses autres recherches.
6. Le sexe protège contre l’incontinence Chez les femmes, les rapports sexuels réguliers favorisent la bonne santé du plancher pelvien et réduit ainsi les risques d’incontinence lié à l’âge.
7. Le sexe soigne l’esprit Faire l’’amour est un bonheur de la vie. Un plaisir que l’on s’’offre, que l’’on offre, que l’on partage. Faire l’’amour est un besoin sain du corps, du cœur et de l’’esprit qui nous remplit d’’énergie, de tendresse et de vie. C’est une façon de communiquer avec tous ses sens, ses sentiments. Un lieu de rencontre, où s’’entrecroisent créativité, ressourcement et apaisement.
8. Le sexe rend heureux Les gens qui sont sexuellement actifs sont en général plus heureux (ce qui est excellent pour le système immunitaire) et moins enclins à la dépression.
9. Le sexe protège contre l’insomnie Le manque de sommeil a un impact négatif sur notre quotidien. Pour combattre l’insomnie, les experts recommandent, entre autre, d’arrêter l’alcool et la caféine, de regarder moins souvent la télé et de prendre un bain avant de se coucher. Faire l’amour peut être rajouté à cette liste de conseils pour bien dormir. Les hommes s’endorment presque instantanément après, et les toxines libérées au moment de l’acte ont un effet tranquillisant sur les femmes.
10. Le sexe protège contre les maladie de la peau Faire l’amour régulièrement libère donc une pléthore d’hormones dans le corps, appelées «Les hormones du bonheur». Et elles contiennent de la testostérone. Avec l’âge, le niveau de testostérone diminue. Ainsi, de nombreux rapports sexuels assurent un bon niveau de testostérone dans le corps. Cette hormone joue un rôle important: elle garde les os et les muscles en santé, sans oublier l’aspect jeune de la peau.
11. Le sexe protège contre le cancer du sein L’’orgasme préviendrait l’’apparition du cancer du sein. Une étude australienne suggère que la stimulation des seins chez la femme libère une hormone appelée l’’ocytocine. L’’étude précise que l’’ocytocine est libérée en grande quantité au moment de l’’orgasme, et que l’’activité sexuelle pourrait donc avoir un rôle protecteur contre ce type de cancer.
12. Le sexe protège contre les maladies cardiovasculaires Une relation sexuelle est bénéfique pour votre cœur. Une étude réalisée à l’Université Queen de Belfast montre que faire l’amour trois fois par semaine réduit de moitié le risque d’attaque cardiaque ou d’AVC. Chez les femmes, le sexe augmente la production d’œstrogènes, connus pour lutter contre les maladies cardiaques. Et il y a de bonnes nouvelles pour votre homme aussi : une autre étude publiée dans le Journal d’épidémiologie et de santé communautaire affirme que le sexe deux fois ou plus par semaine réduit le risque de crise cardiaque fatale, de 50% de plus, par rapport aux hommes qui ne font l’amour qu’une fois par mois.
13. Le sexe tonifie l’estime de soi C’est connu, tel l’’appétit qui augmente en mangeant, plus vous avez des rapports sexuels, plus vous en aurez envie. Le corps sexuellement actif dégage une très grande quantité de phéromones, qui, tel un parfum sexuel, vous rendrait encore plus attirant(e) pour votre partenaire. Enfin se sentir désiré(e), nous fait sentir beau ou belle et s’avère un excellent tonique pour l’’estime de soi!
14. Le sexe augmente la maîtrise de soi Avoir régulièrement des rapports sexuels apaise et diminue le stress. Il procure épanouissement et confiance en soi. Une récente étude menée à Scotland a démontré que les personnes sexuellement actives sont plus aptes à garder leur sang froid et à gérer des situations de stress.
15. Le sexe protège de la grippe et de l’asthme Selon des chercheurs, faire l’amour au moins une à deux fois par semaine augmente la production d’anticorps (les immunoglobulines A) qui nous protègent des infections virales comme la grippe. Le sexe est aussi un antihistaminique naturel : il combat l’asthme et le rhume des foins.
16. Le sexe fait vivre plus longtemps Le sexe ne vous fait pas seulement sentir plus jeune : la recherche montre qu’il peut réellement ralentir le processus de vieillissement. Lorsque vous atteignez l’orgasme, le corps sécrète la DHEA ( déhydroépiandrostérone ou prastérone ), une hormone connue pour améliorer la santé du système immunitaire, la réparation des tissus qui aide à garder une peau jeune. La DHEA favorise également la production d’autres hormones comme les œstrogènes, qui peut prolonger la vie par l’amélioration de la santé cardiovasculaire. C’est donc prouvé, le sexe rajeunit ! Une étude de 1981 démontrait que le taux de mortalité chez les plus de soixante-dix ans était plus faible chez les hommes ayant encore une activité sexuelle…
17. Le sexe tonifie votre bassin Les exercices de Kegel, du Dr Kegel, consistent en la contraction puis la relaxation des muscles du bassin. Les experts recommandent aux femmes de les pratiquer quotidiennement pour se préparer aux contraintes de la grossesse. Cependant, le problème c’est qu’ils doivent être exercés quotidiennement pour être vraiment efficaces. Heureusement, il y a une autre façon de renforcer ces muscles, en effet, sans vous en rendre compte, en faisant l’amour vous tonifiez votre bassin. Et plus les muscles sont fermes, meilleur est le plaisir.
18. Le sexe protège la femme contre les maladies mentales Selon une étude, le sperme, absorbé dans le corps humain aide la femme à réguler ses hormones et donc réduit le risque de maladie mentale.
19. Le sexe soigne le mal de dos On a montré dans des études que la stimulation vaginale avait pour effet d’augmenter la tolérance à la douleur. L’auto-stimulation du clitoris exerce également un effet analgésique. Selon les chercheurs, ce genre de stimulation peut soulager la douleur causée par les crampes menstruelles, l’arthrite, le mal de dos et diverses autres affections.
20. Le sexe protège contre les caries Embrasser chaque jour éloigne le dentiste. La salive nettoie et fait diminuer le niveau d’acide qui cause les caries et prévient contre la plaque dentaire. Un analgésique, dans la salive, baptisé opiorphine soulage les douleurs physiques et les douleurs liées à l’inflammation, selon une étude française
21. Le sexe soulage la drépanocytose Pendant le rapport sexuel, le cœur bat plus vite et accroît donc le niveau d’oxygène dans le sang et la vitesse de la circulation sanguine. Deux conditions qui évitent la falciformation des hématies et de thromboses.
22. Le sexe contribue au bonheur Les moments de plaisir et d’affection que nous partageons avec notre partenaire, demeurent inestimables. Et présentent de nombreux effets psychologiques bénéfiques pour notre santé mentale, comme lutter contre la dépression. Des économistes de l’Université de Warwick se sont amusés à comparer comment la sexualité et l’argent contribuaient au bonheur.
Après avoir interrogé 16 000 personnes, la constatation principale est que les personnes qui sont les plus heureuses sont aussi celles qui font d’avantage l’amour. Et l’impact semble être le plus fort chez les individus au niveau d’éducation élevé. Par ailleurs, un revenu supérieur, n’implique par forcément plus de rapports sexuels.
Le vieux dicton « L’argent n’achète pas le bonheur » trouve ici tout son sens pour les chercheurs. Pas besoin de travailler plus pour gagner plus. En faisant simplement l’amour une fois par semaine*, plutôt qu’une fois par mois, le bonheur supplémentaire éprouvé devrait être équivalent à 50 000 dollars ( environ 37 000 euros) supplémentaires de vos revenus ! Toujours pour l’abstinence sexuelle?http://www.direct.cd

* "Une fois par semaine ?" Ce n'est pas encore assez je pense... drunken - Akasha.

Source : Elishean au Féminin
Revenir en haut Aller en bas
Akasha

avatar

Messages : 1534
Points : 2728
Réputation : 50
Date d'inscription : 17/03/2015
Age : 40
Localisation : par là tout droit

MessageSujet: Re: Plaisirs charnels et processus d’ascension – Sexe et éveil   Dim 3 Jan - 14:21

Amour et érotisme dans la tradition hindoue.



Aucune civilisation n’a autant que l’Inde souligné les valeurs du corps dans son essence, sa genèse…et par là-même autant mis en avant les vertus du désir et de l’amour. Plus loin que les gentillettes et romantiques philosophies de l’amour courtois propre à la civilisation européenne, l’Inde a dans sa culture toute une philosophie de l’amour et une métaphysique de la chair. Cela se répercute dans ses créations artistiques : sa peinture avec les miniatures suggestives des positions du kama sutra, les fresques et sculptures des temples hindous…



Philosophie du désir et de l'amour dans la tradition indienne.


Si l'on se réfère à la tradition hindoue, chaque aspect de la vie de l'homme est définie et agencée en fonction des époques et de leur finalité. L'homme et la femme doivent garder en tête quatre buts à atteindre. Kâma, le désir fait partie de ces objectifs assignés à l'homme, au même titre que Dharma, le devoir et d'Artha, l'acquisition des biens. Ces trois objectifs sont mis au service d'une finalité suprême la Moksha. Ces quatre « purushartâ » (buts) constituent donc la trame directrice que les hommes et femmes doivent toujours garder à l'esprit dans la réalisation de leurs tâches quotidiennes. Dans cette optique classique, Kâma concerne les plaisirs et l'exploration des sens susceptibles de libérer toute la saveur des jouissances terrestres, tout en conservant la sphère des devoirs humains et l'acquisition des biens en toute éthique.

Cependant d'autres doctrines philosophiques telle que le Tantrisme exaltent l'amour et l'élève au rang d'absolu. Kâma, désir essentiel d'une sensualité, voire une sexualité-passionnée, devient alors le centre de toute une théorie et d'une pratique initiatique qui s'ancrent dans une vision énergétique de la physiologie du corps. Le corps doté d'une puissance créatrice et sexuelle connaît alors sa véritable dimension cosmique.

Commentaires sur la théorie tantrique de l'amour.


Un bon nombre de personnes pensent qu'une partie de la pensée Hindoue a évolué, à la fin du premier millénaire, vers des cultes dans lesquels la sexualité a été proposée comme voie spirituelle de Réalisation de soi. C'est la base du Tantrisme. Selon leurs préférences propres, certains pensent que le Tantrisme est une voie authentique et une ascèse difficile, et parfaitement honorable. Pour d'autres cependant, le Tantrisme est une dégénérescence dans laquelle les cultes orgiaques, la prostitution institutionnalisée par les prêtres des temples sont les aspects les plus voyants de pratiques décadentes que l'on justifiait par une soi-disant recherche de Libération Spirituelle.

D'autres encore ont quelques raisons de penser que le Tantrisme est une affaire sérieuse, un enseignement difficile dont l'origine se perd dans la nuit des temps. Qu'une poussée temporaire de Tantrisme se soit produite il y a quelques siècles ne doit pas faire oublier que le fondement s'en trouve dans les cultes phalliques du Lingam, même si ces cultes se sont assagis et popularisés pour les faire accepter de tous. Il est clair qu'il y a une méconnaissance de la part des occidentaux de cette philosophe que l'on veut trop limiter à sa dimension sexuelle, en négligeant toute la signification et la symbolique qu'elle sous-tend

Pour mieux comprendre ce qu'est le Tantrisme, on lira avec profit des ouvrages d'Alain Danielou, par exemple.

Le culte de Kâma et la naissance de l'amour dans le coeur de Shiva.


Un culte est voué à Kâma, dieu de l'amour et des plaisirs charnels. Cette divinité dispense des joies voluptueuses et sait combler tous les désirs. Kâma, chef de l'Eros, fils aîné né du coeur de Brâhma, régit le cycle des incarnations et connaît pour chacun le destin qui doit s'accomplir. Par sa force originelle, absolument créatrice, l'érotisme est une voie d'accès et d'excellence vers la transcendance de l'être.

La tradition raconte qu'un jour, le dieu Kâma Manmatha (de son appellation complète) "celui qui agite l'esprit", armé d'un arc et de flèches de fleurs, décocha l'une de ses premières flèches sur le plus puissant des ascètes, Shiva en personne. Celui-ci méditait solitaire au sommet du mont Kaïlash et ne put évincer la puissance de l'amour qui s'installa en lui par le biais de la flèche "traitresse". Pour Kâma c'était une manière hardie de mettre à l'épreuve la puissance de concentration suprême du dieu Shiva et de déjouer la maitrise implacable que ce dernier avait conquise sur ses sens. Irrémédiablement touché par cette pupashara (flèche) d'amour, Shiva, furieux du trouble qu'il sentait monter en lui, réduisit Kâma en cendres par le pouvoir de son troisième oeil. Néanmoins ému et distrait par l'irrésistible parfum de l'amour, Shiva, dompté par ce charme, consentit à épouser la belle et ferme Pârvatî, dont l'ascèse magistrale et l'absolue dévotion sut conquérir son coeur.
"La femme que je puis accepter doit être belle, pratiquer le yoga" -(dans le sens d'ascèse)-" et être capable de supporter l'ardeur de mon sperme. Elle doit être une yogini quand je pratique le yoga et une femme amoureuse quand je pratique l'amour." C'est en ces termes que Shiva désormais aspire à l'amour. Il exprime aussi un idéal de la femme propre à la Shakti à la philosophie tantrique hindoue. C'est pourquoi Pârvati est aussi considérée comme la déesse de l'amour pour certains...et est le symbole même de ce sentiment, parmi tous les attributs qu'on lui prête.
De son côté Pârvatî, exalte son amant : "Tu es le plus grand des yogin, mais par l'effet de ta piété , tu es devenu ardent en amour."
On dit que depuis lors, pendant plus de mille ans, intensément unis l'un à l'autre, ils se livrèrent à sans interruption aux jeux délicieux et savants de l'amour...

Shiva et la Shakti ou l'union du linga avec la yoni




Lingas et yonis

Dans la tradition Shivaïste, apparaît l'indissociable union du dieu Shiva et de son énergie féminine, la Shakti, figure de puissance que l'on trouve dans tous les ouvrages d'inspiration shivaïste et dont le couple "sculpté" formé par le linga et la yoni constitue le symbole. Le plus souvent sculpté dans la pierre, ou simplement érigé, le linga ou phallus repose sur la yoniqui a la forme d'une vulve ou sexe féminin. Le linga est toujours dressé, gonflé de création potentielle, car Shiva retient toujours sa semence. Tel un refrain célébrant la puissance exemplaire et phallique du dieu indissociable de sa Shakti, c'est la yoniqui met en oeuvre et en "branle" ses propres facultés divines créatrices qui autrement resteraient inertes et sans vie. En effet sans elle, Shiva serait "Shava" c'est à dire un cadavre. Le linga et la yoni figurent l'union du mâle et de la femelle, du ciel et de la terre, et par là même constituent une représentation de la totalité de l'existence.

En résumé, par l'union du linga et de la yoni, l'Absolu qui se déploie dans le monde prouve qu'il surmonte l'antagonisme mâle-femelle ou spirituel-matériel. Le linga représente également le cosmos, mais aussi le pouvoir de connaître, la conscience comme axe de la réalité. Non plus orienté vers la finalité naturelle de force de vie et d'incarnation, le phallus dressé vers le ciel représente le rassemblement des énergies du yogi sur le plan sensible et leur conversion vers un niveau subtil.
D'emblée ce lien prodigieux et privilégié entre l'ascétisme et l'érotisme est posé, créant une configuration particulièrement originale et paradoxale du désir où la force spirituelle et l'accomplissement sexuel s'exaltent mutuellement.
Pour en revenir au linga lui-même, il est une représentation religieuse tout à fait commune en Inde, sans que le carractère sexuel soit minimisé ou occulté. Pierres, galets ou fourmilières constituent des lieux d'élection, des lingas "spontanés". Les lingas svayambhû ("automanifestés") sont les plus sacrés, à l'image de celui d'Amarnath, une formation de glace naturelle.

Le linga est souvent oint de lait et de ghî (beurre fondu) ou entouré de fruits, de sucreries, de feuilles et de fleurs.

On trouve le thème de la quête entre les deux extrêmes que sont l'ascétisme et l'érotisme, réconciliés dans beaucoup d'oeuvres artistiques de l'Inde, dans la poésie classique et même dans la littérature indienne.

Exemple d'expression de l'érotisme dans les temples hindous, l'exemple de Khajuraho


Les temples, outre leurs fonctions sacrées de lieux où résident les divinités, jouaient, et bien sur jouent toujours, le rôle de livres d'images. Dans nos églises d'occident, l'iconographie peinte ou sculptée est relativement limitée : scènes de la vie de Jésus et saints divers.
Il n'en va pas de même dans les temples hindous. Une profusion extraordinaire d'images, le plus souvent de pierre, est la règle. Images de dieux sous leurs diverses formes, et l'on sait qu'elles sont innombrables. Images toujours des êtres célestes compagnons des dieux, ou ennemis (démons divers...). Illustrations en fresque des grandes épopées qui constituent le fondement culturel de tout Indien : le Mahâbharata et le Râmâyana. Série d'images des rois bâtisseurs et conquérants qui désiraient immortaliser dans un matériau durable l'évocation de leurs exploits. Et puis tout un ensemble d'images contant les scènes quotidiennes.

Bien que l'on ne puisse réellement les considérer comme l'expression d'un vécu quotidien (!!), les images érotiques des temples veulent illustrer les réalités de la vie et elles ont donc une fonction didactique.

A la visite de temples comme ceux de Khajuraho les plus connus dans le domaine des sculptures érotiques, on constate plusieurs faits qu'il convient de méditer pour se faire une idée sur les sculptures érotiques en général:

Les sculptures érotiques ne représentent qu'une toute petite partie de l'ensemble des images de pierre, environ 5 %. En ne voyant que cela, on se focalise sur un sujet tout à fait mineur. Les touristes occidentaux sont fascinés par ces scènes de sexe, alors que les touristes indiens les regardent comme le reste..., c'est à dire rapidement.

Un temple hindou est une construction complexe qui non seulement suit des règles architecturales précises, mais en plus est dotée de significations symboliques.
Prenons deux exemples simples :
1. Le mandapa, ou hall à piliers, est une salle qui, une fois franchie l'entrée extérieure, constitue un espace intermédiaire qui précède la partie réellement sacrée du temple (la cella ou garbha griha) où réside la divinité (on simplifie). Or, on constate que les murs extérieurs du mandapa ne sont pas ornés de divinités.
Celles-ci se trouvent au niveau de la partie sacrée du temple, sous la tour curviligne (la shikhara), laquelle surmonte l'espace sacré de la cella. En l'occurrence, à Khajuraho, les divinités se trouvent sur trois registres superposés, à plusieurs mètres au-dessus du niveau du sol.

2. Les murs extérieurs du temple sont pourvus de frises et médaillons sculptés dans les parties basses. Les parties basses du temple représentent le niveau humain, les parties hautes, le niveau divin.

Les frises des parties basses du temple présentent des scènes de la vie ordinaire, quelquefois des scènes triviales. Ainsi, les actes sexuels ont-ils une prédilection pour les postures considérées comme "animales", par exemple l'homme debout pénétrant par l'arrière la femme penchée en avant, voire complètement animales puisqu'il s'agit d'un acte sexuel entre un être humain et un animal...

On est tenté de voir dans ces représentations l'aspect le plus "bas" de l'activité sexuelle humaine. A l'appui de cette opinion que certains jugeront peut-être moraliste, on notera deux images du temple de Lakshmana : sur l'une d'elles, citée plus haut, l'homme pénètre la femme "bestialement". Mais à sa droite, se trouve un éléphant qui détourne la tête pour voir la scène. L'éléphant semble sourire et dire : "Comment ! un homme qui fait ça !". Une deuxième scène montre encore un éléphant qui regarde avec effarement un homme doté d'une érection phénoménale... L'homme serait-il attiré sexuellement par l'éléphant(e) ?

Sur les registres architecturaux où résident êtres célestes, nymphes gracieuses et dieux, le spectacle n'est pas le même. Les nymphes aux formes voluptueuses ont tout pour inspirer des désirs puissants. Leurs activités (se regarder dans un miroir, se maquiller le sourcil, se retirer une épine du pied, faire ou défaire un vêtement de mousseline, oh combien légère et transparente), tout acte, toute posture évoque avec grâce leur capacité de séduction. Quelquefois, on les voit ouvrir leur vêtement au niveau des cuisses, dévoilant leur sexe fendu bien apparent. Elles sont aussi représentées accompagnées d'un petit singe à leurs pieds. Cet animal symbolise la passion amoureuse aveugle. D'autres ont un scorpion gravé sur la cuisse. Cet animal évoque également la passion sexuelle.

Les dieux qu'elles accompagnent et entraînent dans des jeux amoureux sont des êtres parés de tous les attributs de la beauté et de la séduction. On représente ces couples dans des postures certes sensuelles (par exemple le dieu enlace sa compagne, nymphe ou Shakti, sa main tenant gentiment son sein, et ils se regardent amoureusement), mais pas d'accouplement.

Les accouplements souvent acrobatiques, qu'admirent tant ces chers touristes, en regrettant de ne pouvoir les pratiquer, sont le fait de Yogi avancés dans les voies complexes du Tantrisme. Ces postures de Kama Sutra ne sont pas faites pour le commun des mortels. Elles sont d'ailleurs sans intérêt particulier pour une relation sexuelle réussie (opinion personnelle). Ces exploits mettent souvent en jeu plusieurs partenaires et des assistantes qui trouvent manuellement leur satisfaction.

Nous retiendrons que la statuaire érotique des temples de Khajuraho peut être vue et comprise à trois niveaux :
Le niveau de la vie "ordinaire". Le sexe existe, c'est une fonction naturelle de l'être humain; autant bien l'assumer et savoir comment. L'homme, mené par son sexe, a souvent tendance à s'en servir de manière pas très noble, en asservissant la femme à ses désirs, voire en se servant d'animaux.

Le niveau de la vie pas ordinaire des pratiquants du tantrisme, pour lesquels la pratique sexuelle constitue, au contraire, une voie de libération des conditionnements de l'être humain, pour autant qu'elle soit guidée par un enseignant qualifié (guru) et pour des motifs non attachés à la jouissance physique. Les postures spéciales adoptées exigent des compétences physiques hors du commun et ont des objectifs qui dépassent largement la sexualité "normale".
Le monde des dieux, êtres quasi-immortels engagés dans l'interaction des polarités Shiva/Shakti. Nous ne pouvons que l'imaginer.

L'origine variée des scènes qui se déroulent sur les murs de certains temples en Inde montre que les temples de Khajuraho ne constituent pas une singularité. Cependant il est également vrai que beaucoup de ces images érotiques ont été, au fil des siècles, saccagées d'abord par les musulmans, hostiles à toute représentation de l'être humain, mais aussi tout simplement par les effets du temps.

Courte bibliographie
Van Lisbeth, André. Tantra, le culte de la Féminité. Flammarion, 1988
Kamasutra
Danielou, Alain. La sculture érotique hindoue, Buchet/Chastel, 1973
Evola, Julius. Le Yoga tantrique, 1961
Richard Waterstone, L'Inde éternelle, 1995, Albin Michel (Collection Sagesses du Monde)
Indes, n°8, juillet-août 2005, page 62 à 66, article écrit par Mireille-Joséphine Guézennec Himabindu


Lundi 18 Avril 2005
Fabienne-Shanti DESJARDINS


http://www.couleur-indienne.net/Amour-et-erotisme-dans-la-tradition-hindoue_a78.html


Revenir en haut Aller en bas
Akasha

avatar

Messages : 1534
Points : 2728
Réputation : 50
Date d'inscription : 17/03/2015
Age : 40
Localisation : par là tout droit

MessageSujet: Re: Plaisirs charnels et processus d’ascension – Sexe et éveil   Ven 5 Fév - 19:59

Bonsoir mes frères & soeurs I love you
Une bonne hygiène de vie est synonyme d'une bonne santé c'est bien connu, mais cela à une incidence aussi sur votre vie sexuelle, et c'est donc un tout car quand on est actif sexuellement c'est que tout va bien que se soit au niveau physique que mentale. Alors on sais que tabac et alcool, ou encore médicament et drogue on un effet néfaste sur la libido car souvent ils inhibent la sécrétion d'endorphine ce qui a pour conséquence de couper l'envie. Ce qu'on sais moins c'est qu'un excès de viande et de lipide est néfaste également et qu'un régime Vegan à du bon aussi de se côté-là Very Happy C'est en tout les cas ce qu'affirment des chercheurs qui ont découvert que le soja activent les hormones du plaisir cheers


Et si être végétarien améliorait votre vie sexuelle ?

Des chercheurs ont montré que le tofu et le soja amélioraient la vie sexuelle



Consommer du tofu et des steaks de soja permettrait d’avoir une meilleure activité sexuelle. Crédit Reuter


Les végétariens ont toujours de très nombreuses raisons pour justifier le fait qu’ils ne mangent plus de viande. Et une nouvelle étude pourrait bien finir de convaincre les opposants aux régimes sans viandes de passer de l’autre côté !

Des chercheurs ont en effet montré que les hommes et femmes qui consomment du tofu et d’autres plantes pourraient avoir une vie sexuelle plus épanouie que les carnivores ! Certaines plantes influenceraient en effet les niveaux d’hormones et augmenteraient l’activité sexuelle.

L’étude publiée dans le journal Hormones and Behavior est la première à montrer un lien entre « l’hormone sexuelle » phytoestrogène, que l’on trouve notamment dans les plantes, et le comportement de primates.

Les scientifiques ont en effet réalisé les tests sur des singes de Colobus originaires de l’Ouganda. Les chercheurs se sont alors arrangés pour que les singes mangent certaines plantes proches du soja et ont ainsi remarqué que plus ils consommaient ces plantes, plus le niveau de leurs hormones sexuelles augmentaient et donc plus ils avaient des relations sexuelles.

Les chercheurs estiment que ces plantes auraient le même effet sur les êtres humains étant donné que les phytoestrogènes ont les mêmes effets sur les singes et les Hommes. Michael Wasserman, chercheur à l’Université de Berkeley, a ainsi estimé qu’ »en changeant les niveaux hormonaux liés à la sexualités, les plantes ont pu jouer un rôle important dans le développement des primates et chez les humains. Un rôle que l’on a peut-être sous-estimé jusqu’à présent ».

Vous savez maintenant ce qu’il vous reste à faire pour passer plus de temps au lit avec votre moitié : lui cuisiner de bons petits plats au tofu, au soja ! Les steaks tartares, c’est terminé !

Lu sur The Daily Mail

Vu sur http://www.atlantico.fr


6 aphrodisiaques naturels à mettre au menu

Les vertus du gingembre sur le désir sexuel sont connues mais il n’est pas le seul ingrédient à proposer des propriétés stimulantes. Nous avons sélectionné 6 aphrodisiaques naturels à mettre dans l’assiette pour pimenter sa vie sexuelle.

Le cacao




Le cacao est capable d’augmenter les taux d’agents chimiques de l’organisme qui mettent de bonne humeur. Parmi ces substances chimiques figurent des neurotransmetteurs comme la sérotonine et les endorphines qui ont des propriétés euphorisantes. Le corps est plus réceptif et plus tonique, ce qui peut développer le désir sexuel.

Le safran


Particulièrement réputé, le safran est une épice qui possèderait des qualités aphrodisiaques. Il renforcerait le désir sexuel et possèderait des propriétés stimulantes sur les zones érogènes en raison de sa teneur en phytostérols (= composants naturels, présents en faible quantité dans les végétaux). Le safran aiderait également à la lubrification des muqueuses vaginales.

Le clou de girofle




Originaire d’Indonésie, le clou de girofle serait l’aphrodisiaque naturel le plus puissant. Il augmenterait l’afflux sanguin et donnerait du tonus. Cette augmentation de l’afflux sanguin permettrait une érection plus puissante et exacerberait les sens des partenaires. Il posséderait en plus des vertus antalgiques (= qui réduit la douleur) et anti-inflammatoires et permettrait de lutter contre les infections urinaires.

Bois bandé


Véritable aphrodisiaque naturel grâce à ses qualités vasodilatatrices (= dilatation des vaisseaux sanguins), le bois bandé faciliterait l’érection et la rendrait plus durable. L’écorce de bois bandé provoquerait aussi des montées de désir chez la femme.

Souvent consommé avec de l’alcool, sous forme de cocktail à base de rhum, il serait un stimulant sexuel puissant. En petite quantité les effets désinhibants de l’alcool peuvent également pimenter la vie sexuelle mais en quantité trop importante, il peut avoir des répercussions négatives sur l’érection. Consommé trop régulièrement et à trop fortes doses, l’alcool peut également avoir des effets nocifs sur la santé.

Le ginseng




Le ginseng est composé de plusieurs principes actifs qui stimuleraient l’organisme. Parmi les principes actifs contenus dans le ginseng, on retrouve les ginsénosides et des alcaloïdes qui stimuleraient le système nerveux, physique et intellectuel et augmenteraient la résistance physique.

En plus de ses vertus tonifiantes, le ginseng serait aussi un excellent vasodilatateur (= qui permet de dilater les vaisseaux sanguins). La consommation de ginseng entraînerait un meilleur afflux de sang dans le sexe masculin et donc, des érections de meilleure qualité

L’anis


L’anis contient une grande quantité d’anéthole, une substance dont les effets ressemblent à ceux de l’œstrogène (= hormone sexuelle féminine), ce qu’il fait d’elle un bon stimulant pour les femmes mais aussi pour les hommes. Même si l’œstrogène est une hormone féminine, elle pourrait, chez les hommes, avoir un effet androgénique (= lié aux hormones sexuelles masculines).

Attention, ces aliments sont considérés comme aphrodisiaques car ils possèdent des propriétés stimulantes et tonifiantes. Leurs effets se ressentent dans tout le corps et pas seulement au niveau des organes sexuels. Ils n’ont en aucun cas un effet miracle sur votre sexualité.

Source : http://www.passeportsante.net/
Revenir en haut Aller en bas
Akasha

avatar

Messages : 1534
Points : 2728
Réputation : 50
Date d'inscription : 17/03/2015
Age : 40
Localisation : par là tout droit

MessageSujet: Re: Plaisirs charnels et processus d’ascension – Sexe et éveil   Lun 29 Fév - 20:13

Le pouvoir sexuel est un pouvoir conducteur



Celui qui a découvert comment transformer son émotion sexuelle en une énergie créatrice peut s’estimer bien heureux.


Une étude scientifique a établi que :

– Les hommes qui réussissent le mieux sont ceux qui ont un tempérament sexuel très développé et qui ont appris l’art de transformer l’énergie sexuelle.

– Les hommes qui ont amassé une grosse fortune et ont réussi dans le domaine de la littérature, des arts, de l’industrie, de l’architecture et dans leur profession en général, ont agi sous l’influence d’une femme.

– Le désir sexuel est un impératif qui pousse à l’action, mais ses forces sont comme celles d’un cyclone, elles sont souvent incontrôlables.

– Lorsque le désir sexuel s’accompagne d’un sentiment amoureux, il en résulte le calme, l’équilibre, la justesse du jugement et la pondération.

Pensez et devenez riche de Napoleon Hill – Extraits des pages 131 à 142.

Utilisez l’énergie sexuelle pour atteindre l’excellence

On peut utiliser notre énergie sexuelle pour atteindre d’autres objectifs que ceux qui résultent de l’acte sexuel. L’énergie sexuelle est un pouvoir qui peut nous amener à atteindre nos buts (richesse, succès…)

Le sexe est l’énergie la plus forte qu’un homme ou une femme peut créer dans son corps.

L’énergie sexuelle nous pousse plus à l’action que la drogue, l’alcool, l’argent ou tout autre stimulant.


Presque la majorité d’entre nous peut utiliser cette énergie pour rechercher une satisfaction sexuelle, un épanouissement physique, mais Napoléon Hill, dans son ouvrage a fait remarquer que, si cette énergie est canalisée et dirigée dans d’autres activités, vers des buts précis, il était tout à fait possible d’atteindre des sommets de réussite qu’on ne pouvait pas un seul instant espérer.

Que dit Napoleon Hill dans son ouvrage?


Tout d’abord, que signifie transmutation en langage simple ?

C’est le changement ou la transformation d’un élément en un autre. Le cours d’une rivière peut être contrôlé par un barrage. Mais sans drainage, l’eau se frayera un autre chemin.

Le même processus se répète avec l’émotion sexuelle, qui peut être contrôlée, c’est vrai, mais sa nature même la force à s’exprimer. S’il n’y a pas de transformation en quelque effort de création, elle n’aboutira qu’à des résultats restrictifs. »

« J’ai découvert en étudiant la vie de plus de 25000 personnes que le succès vient rarement avant l’âge de 40 ans »

« Les jeunes gens ont tendance à gaspiller leur énergie en permettant trop souvent à leur énergie sexuelle de s’exprimer physiquement. La plus part des êtres humains n’ont jamais appris que l’énergie sexuelle peut servir à des fins créatrices. »


Inconsciemment nous avons déjà sûrement utilisé et dirigé notre énergie sexuelle pour accomplir des choses quotidiennement.

Comprenez que l’énergie sexuelle ne s’arrête pas au sexe, il peut aussi bien s’exprimer dans l’art, dans le sport….etc,.., car c’est un stimulant qui anime et met en marche les rouages de l’action. C’est une énergie qui met , sans que l’on s’en rende compte, notre imagination créatrice.

L’énergie sexuelle peut vous aider à réussir

Une étude scientifique a établit que les hommes qui réussissent le mieux sont ceux qui ont un tempérament sexuel très développé,(attention encore une fois car il ne s’agit pas ici de se livrer à une activité sexuelle emprunte de débauche, mais bien de canaliser cette énergie) et qui ont appris l’art de transformer l’énergie sexuelle! Comment expliquer cela?

L’émotion sexuelle a trois raisons d’être:


-La perpétuation du genre humain
-Le maintien de la santé(en tant qu’agent thérapeutique, il n’a pas d’équivalent)
-La transformation de la médiocrité en génie


Ici, c’est le troisième point qui nous intéresse. Cette transformation ou transmutation n’est pas difficile à comprendre. Lorsque notre esprit s’éveille, il remplace des pensées d’expression physique par des pensées plus hautes ou simplement d’un autre ordre.

Le désir sexuel est le plus puissant des désirs. Il stimule, développe l’imagination, la finesse de perception, le courage , la volonté, la persévérance et, un pouvoir créateur qui va croissant. Le désir sexuel est si fort, si impérieux, qu’il possède certains êtres qui, pour le satisfaire, risquent leur vie et leur réputation.

Domptée, transmutée, c’est à dire transformée et redistribuée, cette énergie qui a conservé ses qualités, peut alors être utilisée en tant que force créatrice et inspiratrice dans les domaines des sciences, la littérature, des arts, du sport, et dans n’importe quelle activité, y compris celle de la poursuite de la richesse.

Le désir sexuel est naturel et inné. Il ne peut ni ne doit être refoulé; transformé, il est enrichissant pour le corps, l’esprit et l’âme. S’il n’est pas magnifié, in ne s’exprimera que sur le plan physique. Celui qui comprend comment transformer son énergie sexuelle en une énergie créatrice peut s’estimer heureux.

Napoleon Hill Réfléchissez et devenez riche »>Napoleon Hill Réfléchissez et devenez riche (livre audio)



Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer la source: http://elishean.fr/aufeminin

Revenir en haut Aller en bas
Akasha

avatar

Messages : 1534
Points : 2728
Réputation : 50
Date d'inscription : 17/03/2015
Age : 40
Localisation : par là tout droit

MessageSujet: Re: Plaisirs charnels et processus d’ascension – Sexe et éveil   Jeu 17 Mar - 20:32

La magie ne peut exister sans « l’énergie sexuelle »



La puissance de l’énergie sexuelle a longtemps été utilisée par les Anciens, cette énergie que nous avons laissé falsifier est en réalité de la même nature que ce que la science appelle « l’énergie sombre » de l’univers….

Le Couple Humain à travers le Tantrisme et l’Alchimie

Par Serge Hutin

Les grands Secrets de l’ « Œuvre à Deux »


Un grand ésotériste français, Valentin Bresle, nous dit :


« Le Grand Œuvre est un acte sacré qui réalise sur tous les plans de l’être, à tous les degrés d’âme, du tellurique au céleste, du métallique au psychique, ce que les mystiques comme les alchimistes nomment mariage divin. »

On peut dire, fort justement, que le plus grand secret hermétique, le couronnement même du Grand Œuvre, est bien celui des « Noces chimiques », c’est-à-dire de la fusion des deux natures antagonistes mais complémentaires.

Qu’il s’agisse de la fusion minérale du Soufre et du Mercure ou du mariage mystique, des parties masculine et féminine de notre être incorporel.

Mais cela ne jouerait-il pas aussi au niveau du couple humain lui-même?

En vertu de la grande loi traditionnelle si bien systématisée dans la Table d’Émeraude : « Ce qui est en haut est comme ce qui est en bas » (et vice versa), un tel fait n’aurait rien d’étonnant.

Reportons-nous en effet à la biographie des plus célèbres alchimistes : nous nous apercevrons qu’à côté des adeptes ayant œuvré solitaires dans leur quête de la Pierre, il en est d’autres qui ont œuvré en couple, le cas le plus célèbre étant l’union alchimique de Nicolas Flamel et de son épouse Pernelle.

D’autre part, interrogeons-nous sur la raison d’être d’une règle très impérativement suivie tant par les instructeurs tantriques orientaux que par les adeptes d’Occident : pour accomplir le Grand Œuvre, il faut être un homme ou une femme normalement constitués ; l’homosexuel, de naissance ou occasionnel (voyez le lamentable échec de la grande aventure tantrique d’Arthur Rimbaud), ne pourra le réaliser non pour des raisons d’interdit moral, mais parce que sa polarité sexuelle est inversée, donc aberrante, par rapport aux normes de départ.

Sans l’énergie sexuelle, la magie en général, et la magie tantrique tout spécialement, serait en fait impossible.

Écoutons Paul Grégor, initié aux pratiques de la macumba brésilienne : En y pensant certains mots s’imposent à mon esprit. Tels que : sang, sacrifice, horreur maîtrisée.

Car la magie n’est ni noire, ni blanche. La couleur de la magie est rouge. Avec quelques lueurs argentines. Reflet des étoiles. Pressentiment d’une libération cosmique. Le même auteur n’hésitant pas à nous mettre devant l’équation : La magie = Sexualité + Volonté + Symbolisme fascinant .

La moderne psychologie des profondeurs ayant, elle, bien mis en évidence les liens directs entre la sexualité et l’imagination, cette prodigieuse magicienne méconnue. Laissons encore la parole à Grégor :

« Les Archétypes de Jung sont des symboles communs à l’humanité et qui proviennent d’un passé immémorial (…). Il s’agit d’images quasiment magiques et qui remuent des couches profondes du subconscient. Leur influence libère des forces d’âme exceptionnelles. »

Mais, chez l’homme ordinaire, aussi bien la sexualité que l’imagination (ces deux puissances si intimement liées) se dispersent, « coulent » anarchiquement. Le problème, pour les êtres d’exception capables de s’engager sur une voie périlleuse à l’extrême, étant le suivant : comment, donc, réussir à libérer d’une manière coordonnée, positive les si prodigieuses énergies musiques qui sont en l’être humain ?

C’est un tel but que se propose l’ensemble de techniques secrètes désignées sous le nom de tantrisme, et qui ne sont pas seulement propres à certaines catégories d’hindouisme ou de bouddhisme puisqu’on en retrouve des formes bien caractéristiques dans les traditions spirituelles de l’Occident.

Le mot sanscrit Tantra signifie « Livre » ou « Système », mais il a un sens plus précis et significatif sans doute, qui est « trame » : le tantrika, c’est l’être qui – par les secrets qui lui ont été transmis par son instructeur (gourou) – devient d’échapper à la « trame » même des apparences sensibles, car il en connaît dès lors tous les secrets véritables.

Ainsi se conquiert l’illumination libératrice et caractérisée par Paul Grégor en ces termes :

« dans ses perspectives le passé ne s’évanouit pas tout à fait, et l’avenir n’est pus entièrement inconnu. »

Ces deux temps coexistent, en quelque sorte, dans un présent magique.

L’illumination tantrique fera donc accéder les élus à la conscience de ce qui est au-delà des apparences : l’éternel présent, la conscience même du Divin.


Citons les toutes dernières lignes du splendide roman initiatique de Gustav Meyrink, Le Visage Vert. Elles précisent : Comme la tête de Janus, Haaberisser (le héros du livre) pouvait plonger ses regards à la fois dans l’au-delà et dans le monde terrestre, et en distinguer nettement les détails et les choses. Il était un Vivant – ici-bas et dans l’au-delà.

On trouve, ramassés dans cette formule, deux points capitaux. D’une part, le fait que l’illumination tantrique permet à l’initié (en attendant sa définitive libération des phantasmes de la Mâyâ) de vivre sur deux plans ; de l’autre, le fait qu’elle marque (c’est d’ailleurs la même chose) l’accession définitive d’un être humain à l’état d’éveil (il serait sans doute plus exact de dire : de réveil).

Un autre passage du même roman initiatique nous dit : Ceux qui s’imaginent que la vie commence à la naissance et se termine à la mort, évidemment ne voient pas le cercle ; comment pourraient-ils le briser? Tel est, en effet, le but du tantrisme : atteindre l’unité dynamique et pouvoir ainsi briser l’Illusion (Mâyâ), ce qui entraînera pour l’adepte la sortie de la chaîne indéfinie des renaissances corporelles.

On remarquera que l’ésotérisme tantrique est une voie « homéopathique » en quelque sorte : loin de chercher à engendrer chez l’initié l’oubli ou l’ignorance de l’incessante fantasmagorie des apparences, elle lui procurera la connaissance totale du mécanisme même de son déroulement, de manière à le rendre inoffensif, alors que l’homme ordinaire s’y perd comme Narcisse dans son reflet.

Comme le dit une formule traditionnelle reprise par Julius Evola (et titre de l’un de ses livres), il s’agit de parvenir à « chevaucher le tigre ».

C’est d’ailleurs ce que précise fort bien Boris Mouravieff : Si nous savions ce qu’est l’Illusion, nous saurions- par opposition ce qu’est la Vérité. Et la Vérité nous affranchirait (Jean, viii, 32). Et ce n’est pas, mais pas du tout, le prodigieux accroissement du savoir scientifique et technique qui changera quelque chose au grand problème de la sortie du cercle clos, d’une libération hors de la fantasmagorie des apparences. Mouravieff le remarque fort bien : Que l’homme meure dans son lit ou à bord d’une frégate interplanétaire, la condition humaine n’en est point changée.

Mais essayons de mieux cerner ce qu’est le tantrisme. Celui-ci constitue une voie libératrice spéciale, mais qui, répétons-le, s’est développée au sein des diverses Traditions spirituelles. C’est d’ailleurs un trait constant de tout système ésotérique que de se développer ainsi — mais avec tous les chemins se rejoignant finalement au sommet – conformément aux impératifs temporels (humains et historiques) : la Tradition, certes, est une, mais il est nécessaire que sa polarisation (c’est exactement cela) soit diversifié.

Le tantrisme ne se présentera donc pas seulement sous des formes orientales. Nous nous bornerons à un exemple bien significatif : l’ouvrage de R. Swinburne Clymer, The Fraternitas Rosae Crucis, comporte un frontispice symbolique tout à fait révélateur : on y voit représentée une femme qui tient une coupe dans la main droite, un morceau de pain dans la main gauche ; chacun de ses seins porte une rose blanche ; d’un coude à l’autre, en passant derrière elle, se déroule une draperie. Le bras ascendant réunit d’une Croix symbolique le Feu (représenté à l’emplacement du sexe) au « troisième œil » (celui de l’illumination) figuré sur le front de la femme.

Mais qu’est-ce donc que le tantrisme, en faisant abstraction des différences dans sa formulation traditionnelle ?

Il s’agira d’une voie magique axée sur la totale maîtrise de l’Énergie divine, représentée comme l’« Épouse » (en sanskrit Shakti) du Principe divin, celui-ci étant conçu comme fixe, statique, Immuable alors que le Principe féminin – la Mère divine – sera sa grande Force de manifestation, qui, se transformant sans lin, produit tous les phénomènes existant sur les divers plans de réalité.

Mais la voie tantrique sera pour ses adeptes une réintégration : il y a eu chute originelle, « emprisonnement » (si l’on veut) des âmes dans les corps, dans les apparences physiques.

Pour parvenir à cette réintégration, le tantrika utilisera donc le moteur même qui ne cesse d’engendrer toutes les formes d’Illusion : il utilisera un Feu qui n’est autre que la sexualité – ou plus exactement (nous allons nous en rendre compte) son autre face – aux pouvoirs bien plus étendus.

Que fait, en effet, le tantrika par ses exercices spéciaux ?


Il fait monter en lui ce qu’il appelle la force Koundalini (féminin du mot sanskrit Koundali, qui signifie « lové »). Ainsi se nomme l’énergie divine qui, chez l’homme ordinaire, se trouve assoupie au bas de l’épine dorsale, c’est-à-dire au niveau des organes sexuels. De même que pour construire un édifice, il faut commencer par les fondations et non par le toit, de même pour passer de l’homme actuel (l’homme déchu) au surhomme (c’est-à-dire l’homme régénéré ayant retrouvé l’état glorieux d’Adam avant la chute), il faut commencer par œuvrer au niveau du sexe.

S’il ne commence pas par éveiller son centre sexuel, l’initié tantrique ne pourra espérer l’éveil final du centre psychique supérieur, sis au milieu du crâne et qui commande la perception directe de l’univers dynamique ; de la même manière que dans l’alchimie de laboratoire, il faut bien consentir à commencer par se salir les mains avant de parvenir à préparer la pierre philosophale. Le postulat de départ du yoga tantrique est bien celui-ci : l’homme possède tapie au fond de lui-même et (quand elle n’est pas assoupie) se gaspillant à tort et à travers chez l’individu ordinaire, une énergie vibratoire colossale – celle-là même de la Mère divine, matrice de toutes choses.

Le tantrika, faisant monter en lui l’énergie Koundalini, éveillera successivement les centres subtils appelés en sanskrit Chakras, c’est-à-dire « roues » ou, plus exactement peut-être, « disques de rotation ». Ces centres subtils permettront à l’initié tantrique d’avoir peu à peu, s’il réussit, la maîtrise totale de l’univers dynamique – et (précision importante) aussi bien dans son propre corps que dans le cosmos (en raison du parallélisme total entre le macrocosme et le microcosme).

Dans son éveil, le « Feu-Serpent », l’énergie Koundalini suivra un cours en spirale comparable aux anneaux d’un serpent (d’où la raison d’être des figures tantriques où la Koundalini est figurée sous forme d’un serpent), Que fera le tantrika grâce à ce Feu vibratoire éveillé en lui ? Tout d’abord, il conquerra l’illumination totale ; puis (mais c’est là la destinée d’un nombre infime d’adeptes, choisis par les Puissances Supérieures pour une mission exceptionnelle) il pourra se voir Intimer l’ordre de préparer l’élixir de longue vie et peut-être même finira-t-il par atteindre l’immortalité céleste, c’est-à-dire celle en corps glorieux…

Mais que devient le problème du couple ?


II est indéniable qu’il est une forme de tantrisme qui se pratique à deux. Les peintures ou statues tantriques qui représentent un couple dans la posture dite Yab-Youm (« père-mère »), celle où l’homme prend la femme assise sur ses genoux ou ses hanches et le regardant dans les yeux, ne sont pas seulement symboliques. Pour pouvoir « nager jusqu’à l’autre rive », nécessité d’avoir une compagne de route : telle est, effectivement, l’une des formes traditionnelles du tantrisme. Est-ce à dire qu’il s’agisse d’une voie facile à l’extrême, puisque n’importe quel couple humain normalement constitué n’aurait donc qu’à s’unir dans la posture « père-mère » ou dans les autres positions tantriques pour conquérir l’illumination, voire l’immortalité ?

Absolument pas. La voie tantrique à deux est bel et bien une ascèse, pas du tout (nous parlons évidemment de ses formes authentiques, et non de certaines écoles qui n’ont de « tantrique » que le nom) quelque chose de « facile » à l’extrême. Espérer que les divertissements érotiques ordinaires peuvent se transformer en « tantrisme » est aussi absurde que de croire qu’une chansonnette à la mode pourrait – si on l’exécutait avec beaucoup de bruit et de variations – se transformer en une symphonie de Beethoven.

Mais, cela dit, il existe bien une forme de tantrisme (celle dite « de gauche ») où il y a contacts physiques avec une compagne de chair. Voici ce que précise le texte de base du Hathayogapradipika :

43 – Quand même le liquide spermatique serait descendu, lorsque son organe est déjà dans le sexe de la femme, il est capable de le retirer vers le haut et de lier la « yonimudra » (le sceau du vagin).

42 – Comme, tant qu’il y a du bois, le feu (brûle), tant qu’il y a de l’huile et la mèche, la lampe (éclaire)… On touche ici un point très important : le maithuna (union sexuelle) tantrique poursuit des buts radicalement distincts de la destinée habituelle (la procréation) des rapports conjugaux.

C’est un autre roman de Gustave Meyrink, Le Dominicain blanc, fait allusion à l’existence de « chaînes » tantriques d’initiés avec transmission héréditaire des secrets ; mais c’est là quelque chose d’exceptionnel. De toute manière, les rares époux tantriques qui reçoivent l’ordre d’engendrer un enfant pour perpétuer la chaîne le font par une étreinte courante.

Paul Grégor précise fort bien d’après sa propre expérience capitale ce qu’est le caractère non procréateur du maithuna tantrique : Tout indique que l’organisme absorbe au cours de ces transports toujours renouvelés une grande partie de ses propres sécrétions, encore assez mystérieuses sur le plan scientifique.

D’autre part, la durée du dénouement final est à son tour si absurdement longue, si peu imprégnée de l’angoisse commune de la « petite mort » qui est le sobriquet de l’acte accompli, qu’on sent des effluves de sa propre passion, d’un magnétisme presque sensible, refluer vers son propre cœur, vers son propre cerveau, les plongeant dans un sommeil d’une profondeur inconcevable.

Le but des étreintes tantriques est de réaliser l’intériorisation (nous ne disons pas l’inversion, la nuance est importante) de l’énergie sexuelle.

Le couple qui pratique les exercices du tantrisme dit « de gauche » effectue une véritable descente dans le monde souterrain, préparatoire à sa remontée dans la lumière irradiante. Le maithuna (union sexuelle) correspondant, dans le symbolisme initiatique, à la caverne, à l’antre des mystères qui contient l’œuf primordial d’où est sorti l’androgyne (nous verrons tout à l’heure l’importance de ce symbolisme). À ce propos et pour faire une parenthèse, nous rappellerons le fascinant passage où Plutarque relate l’initiation souterraine de Thespesius : demeurant trois jours en état de léthargie (on trouve l’équivalent, plus bref ou plus long, dans certaines initiations tantriques), il remonte au jour ; après avoir invoqué Bacchus et Sémélé, il découvrira dans le ciel le Triangle divin. Et alors lui apparaîtra un ange androgyne.

Détenant, comme l’alchimie, toutes les clefs de la Vie sur tous les plans, l’initié tantrique pourra conquérir (reconquérir plutôt, puisqu’il s’agit d’une perspective de régénération), les pouvoirs surhumains de l’Adam glorieux : il pourra, à volonté, vaincre la maladie, la vieillesse et la mort.

Le surhomme tantrique est bien redevenu l’être antérieur à la chute, et donc réinvesti de toutes ses prérogatives glorieuses.

Assurément, une telle reconquête démiurgique des pouvoirs ne sera licite que si elle s’insère dans l’accomplissement d’une mission divine très précise ; autrement, on tomberait dans une forme exaltée de luciférisme.

En principe, rien ne viendrait limiter l’étendue des pouvoirs du magicien tantrique, devenant capable de réaliser tous les rêves démiurgiques.

Laissons encore la parole à Paul Grégor :

Les corps étendus des médiums formaient une chaîne trépidante d’électricité animale. Je me sentais baigner dans l’aura de leur jeune sensibilité qui se propageait autour de moi, visible, luisante comme un arc-en-ciel phosphorescent. Soudain, un léger tintement se révéla à mon ouïe et voilà… oh miracle, au-dessus de ma tête, au milieu d’un éclat cristallin évoquant une coupe précieuse, je vis apparaître une silhouette et un visage d’enfant net et, beau (…) il s’agissait, cette fois-ci bel et bien du rêve matérialisé de tous les mages, de l’« homunculus » des alchimistes moyenâgeux, de la plus glorieuse et plus puissante matérialisation des esprits créateurs.

On touche d’ailleurs là à l’un des secrets majeurs de l’alchimie : l’évocation des entités angéliques sans lesquelles l’accomplissement des opérations serait – et ce, sur les divers plans (matériels et subtils) – impossible.

Il faut bien remarquer que l’accomplissement effectif du maithuna (union sexuelle) sur ce plan-ci n’est que l’une des formes de tantrisme.

En fait, il en est deux autres :

– d’une part, la voie de l’ascèse solitaire, dans laquelle le tantrika (homme ou femme) s’unit à une épiphanie divine, à une polarisation particularisée de la Grande Ame ;

– de l’autre, la voie où il y a bien deux amants tantriques (tous deux un homme et une femme concrets) mais dans laquelle l’union ne se fera pas physiquement – seulement sur les plans subtils.

(les contacts pouvant, c’est capital, être réels même entre partenaires séparés par de longues distances géographiques).

Serge Hutin, Docteur ès Lettres. Article paru dans Initiation & Science, n° 63 de Juillet 1965, pages 26 à 33.

Source : http://www2.esoblogs.net

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer la source: http://www.elishean.fr/
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Plaisirs charnels et processus d’ascension – Sexe et éveil   

Revenir en haut Aller en bas
 
Plaisirs charnels et processus d’ascension – Sexe et éveil
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les codes de Lumière
» Plaisirs particuliers...
» Entre Vouziers et Monthois (Ardennes): « une ascension fulgurante »
» L'ascension des personnages dans l'histoire des religions oui mais où et comment?
» les petits plaisirs quotidiens

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fils de la loi de UN :: Spiritualité/Philosophie/ Théorie :: Eveil spirituel / Développement personnel-
Sauter vers: